Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement   

  1. Dernière heure
  2. Au début de mass effect 1, en rencontrant les deux scientifiques qui ont découvert la "balise", juste après une petite escarmouche. En sélectionnant la bonne combinaison de réponse, on peut "calmer" avec une bonne mandale à celui qui fait gravement chier son monde. Le JdG a fait un live-découverte. Le gameplay à l'air sympa en dehors d'une place assez importante du crafting ...
  3. Une découverte qui n'aurait pas surpris Nietzsche.
  4. 3 nouveaux points pris contre Amiens et 3 buts histoire de soigner le GA. Mais c'est encore hésitant tout ça, on a bien faillit se faire piéger à plusieurs reprises.
  5. Cette caméra insupportable ... Ou tu mets de la première personne, ou tu mets de la troisième, mais tu me mets pas un truc entre les deux franchement.. Je sais pas où regarder. Soit je regarde le personnage, et je vomis (et pas parce que je suis hyper content.), soit je regarde devant et j'ai un gros personnage qui me cache la vue. Si encore l'action se déroulait dans un grand espace ouvert, ça pourrait aller, mais non, là c'est dirigé. Ca me coupe l'envie. Pour moins de 30 euros en ce moment, y a Prey. Ca vaut le coup ? Il vaut quoi le jeu ? Où puis-je m'offrir ce genre d'opportunité ??? Où ???
  6. L'idée derrière à creuser est la question de l'objectivité des bons soins de santé. Peut-être se dit-elle que la nourriture, la musique, la bagnole sont des biens dont la valeur est subjective, alors que soigner une coqueluche, soit on y arrive soit on n'y arrive pas. Et si l'on sait faire, comme tu dis tout le monde doit atteindre ce but. Ce qui n'implique pas que ces cas de maltraitance n'existent pas dans le privé, ne serait-ce que parce que tous les salariés d'une entreprise ne sont pas intéressés au même niveau par la satisfaction des clients et le profit réalisé. Tu n'apprends pas aujourd'hui que le bénéfice matériel n'est pas le seul moteur de l'action humaine ou qu'il est suffisant pour garantir que le boulot soit bien fait.
  7. Ne pas oublier aussi la comparaison de l'absentéisme entre hôpitaux publics et privés. (double ou triple). Ta copine s'imagine peut-être que le personnel est vénusien ? ou descendu du paradis céleste ?
  8. Hey vous saviez que Phillippe Gouilou avait un site ? Le type de Pourquoi les femmes des riches sont-elles belles ? Et bien il est vachement bien pour les curieux d'évopsy : http://neuromonaco.com/lettres.html
  9. Acheter la trilogie Mass Effect, 15 balles. Une nouvelles souris, 15 balles. Prendre un +9 en pragmatisme après avoir choisi de coller une mandale à un autiste, ça n'a pas de prix. Pour tout le reste, il y a mastercard.
  10. Aujourd’hui
  11. Elle ne travaille pas dans le secteur médical. Et le but ce n'est pas de la rendre libérale (enfin si, mais c'est un but plus général :D), c'est de montrer que si, un système de santé libéral peut être tout à fait efficient, en plus d'être juste. J'ai donc besoin d'arguments "utilitaires". Pour le moment j'ai trouvé ça: https://www.wikiberal.org/wiki/Assurance_maladie https://www.wikiberal.org/wiki/Assurance_maladie_aux_États-Unis Et il faudrait que j'épluche ça: https://www.cato.org/publications/policy-analysis/health-care-free-society-rebutting-myths-national-health-insurance Attaquer les défaillances des systèmes de santé étatistes est une autre méthode d'argumentation, qui correspondront de manière élargie à la critique du point n°4. Mais comme je n'y connais à peu près rien en santé, en économie de la santé, et ainsi de suite, je pars de très bas. Et pour répondre à ta question @Restless, je me laisse une dizaine de jours pour trouver des arguments. Mais le fil ici peut servir de manière beaucoup plus générale et plus durable.
  12. Réfléchis deux secondes avant de poster. C'est au contraire très intéressant que les SJW tendance Antifa, comme les Talibans: - se fichent du droit commun pour arriver à leurs fins et utilisent des moyens violents quand bon leur semble - sont prêts à détruire ce qui ne leur plaît pas, surtout si c'est important aux yeux de ceux qui ont des opinions ou croyances divergentes - ont un end game qui ne laisse place à aucune transigence vis à vis de ces opinions divergentes - se laissent toujours déborder par les opinions et les actions les plus extrêmes C'est donc un bon moyen de faire réfléchir ceux qui fonctionnent à l'émotionnel et ne grattent pas sous la surface.
  13. Ils s'en fichent dans les même proportions que les autres fonctionnaires des autres administrations se fichent des clients / citoyens. La maltraitance à l'hôpital, en maison de retraites etc. ça existe. Si tu savais le discours que tiennent certains pompiers concernant les personnes âgées, tu serais fou...
  14. ben oui, en fonction du secteur dans lequel elle travaille, tu peux citer des exemples significatifs et parlants
  15. 1): Je connais cette théorie « C’est le parti libéral, en tant que parti du concept, qui réalise des progrès réels, alors que la philosophie positive est incapable d’aller au-delà des revendications et des aspirations. » -Karl Marx, Différence de la philosophie de la nature chez Démocrite et Épicure, 1841, Marx-Engels Gesamtausgabe (MEGA), vol. I, p. 65. 2): Je doute que la polémique politique soit une bonne méthode pour pécho, en particulier avec cette personne. Et de toute façon, non. La finalité du débat, c'est de convaincre. On ne débat pas avec les gens qu'on désespère ou qu'on ne veut pas convaincre.
  16. Sujet intéressant. Je ne pourrai pas donner de réponses mais des pistes de réflexion. Lorsque l'on compare un système privé ou public, quels qu'ils soient, les principales questions sont les suivantes : 1°) La question de la productivité, Dans le cas d'un système fabricant des petits pains, la question posée est quel est le temps de travail consacré à la fabrication d'un petit pain. Cette question est immédiatement liée à la question du coût de la fabrication de ces petits pains pour la collectivité. Cela ne dit pas comment ce coût est réparti. 2°) La question de la répartition du coût. Elle se pose tout d'abord entre producteurs (personnels) et consommateurs. Par exemple, les défenseurs d'un système de santé public seront plutôt satisfaits du fait qu'il limite la rémunération des médecins (vu comme plutôt riches) au profit (au moins apparent) des consommateurs. Elle se pose entre contribuables et consommateurs. Comme il s'agit en pratique des mêmes personnes, et dans un système d'imposition proportionnel ou progressif avec un service payé par le contribuable plutôt que le consommateur, la question se déplace sur le fait de faire payer les riches au profit des pauvres. 3°) La troisième question porte sur l'importance des ressources consacrées à l'activité en question. Admettons par exemple que l'Etat soit deux fois plus productif que le marché pour la fabrication de scoubidous et qu'il puisse les rendre gratuits pour les consommateurs, en faisant payer les plus riches. Est-ce qu'il serait pour autant raisonnable de consacrer la moitié du PIB à leur fabrication ? Dans le cas du système américain, il semble être plus coûteux puisqu'une plus grande part du PIB est consacrée à la santé pour une espérance de vie inférieure et être moins favorable aux pauvres. Il semble mauvais sur les deux premiers critères. Je me demande par contre si nos systèmes de santé ne sont pas en partie les passagers clandestins du système américain qui facilite davantage la recherche et l'évolution des techniques de soins.
  17. Oui mais non. Ces assurances sont obligatoires. Elles sont justifiées d'ordinaire par la "rationalité limitée" des individus (préférence pour le présent) afin de protéger les irresponsables et leurs victimes potentielles. Je ne pense pas que les gens qui travaillent dans les administrations publiques en lien avec la santé se fichent des patients. Ce n'est pas une question d'intention. C'est surtout qu'ils n'ont aucun moyen de mesurer la satisfaction des clients (captifs du coup).
  18. J'ai l'impression qu'Amariz, c'est du très bel actuariat ; mais je ne pense pas que leur FAQ aille assez loin pour expliquer tous les "oui, mais..." qu'on pourra poser (et si tu as des docs plus précis sur leur tarification, ça m'intéresse).
  19. Une fois ces quelques biais rabotés, il en sortira peut-être quelque chose de libéral et potentiellement utile, va savoir ! Et sinon pour en revenir à du plus concret et du plus sérieux, la réponse à la question principale du fil, est-ce une finalité ? ou bien un moyen pour la pécho ?
  20. Peu de penchant pour le "virtue signaling" ?
  21. Tout à fait d'accord, @Dardanus si tu te sens d'attaque, t'auras au moins deux lecteurs
  22. Attention je ne parlais pas de la situation idéale dans le plus parfait des mondes libéraux, j'intégrais le fait que tu parles à une française biberonnée au socialisme et que présenter les choses avec une dose de "solidarité nationale" permets de la convaincre voire de l'emballer....
  23. J'ai bouffé avec plaisir la bibliographie d'Illich et j'en suis revenu tout n'est pas perdu pour toi. Je reste convaincu qu'il a eu des bonnes intuitions et idées, qu'il était assez marginalisé (ses multiples prises de positions sur les monopoles publics font frisser beaucoup de monde) et qu'il n'était pas allergique à certaines idées libérales (Il cite et approuve même Milton Friedman dans ses écrits sur l'école ). Mais il lui manque clairement beaucoup de raisonnements économiques pour être convaincant (il faut que je me replonge dans sa relecture de Saint Thomas d'Aquin et son histoire des besoins pour me faire une idée claire la dessus) @Rocou Je serais intéressé par des avis clients de ces assurances. Il y a effectivement un gros facteur 3 / 8 entre le prix d'une assurance privée et ce que te prélève la Sécu Sociale ça parait vraiment incroyable pour être vrai...
  24. Ah bon ? Tu serais pas un néo-libéral friedmanien ou un social-démocrate infiltré ?
  25. Je ne pense pas que ce soit très important pour l'avancée de la discussion. @Rocou: Je note, mais dans ce cas là, c'est plutôt le concept même d'engagement contractuel qui est important (plutôt que son contenu concret chez tel assureur). Cf l'objection que j'ai proposé pour l'affirmation n°3.
  26. Tu peux aussi préciser que quand on parle de santé en France on associe deux choses différentes. Le service de santé, hôpitaux, médecin, laboratoires, médicaments, etc. L'assurance santé. On les mélange car l'assurance santé en France est nationalisée et qu'une grosse partie du service hospitalier l'est aussi. Tu peux montrer que l'assurance privée ça marche bien dans plein de domaine, la voiture, la maison, etc. Oui mais qui assurera les vieux pauvres (les pauv' vieux !) , les maladies rares ou très couteuses ?!? Là tu peux parler de la solidarité nationale qui peut prendre en charge une partie des assurances de certains, l'état peut aussi édicter des règles précises pour les conditions d'assurance (plusieurs type de contrats, des franchises, etc) ça serait pas mal qu'il s'occupe de son vrai boulot pour une fois.... Pour les services, il y en a plien qui sont libres, déjà, quand tu vas faire des tests dans un labo privé, il n'y a pas de problème. Les comparaisons économiques, privé/public pour les hôpitaux sont en général très favorables aux cliniques privées en terme de qualité de gestion... Voilà entre autre.
  1. Charger plus d’activité