FabriceM

Membre Adhérent
  • Compteur de contenus

    7 001
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    5

FabriceM a gagné pour la dernière fois le 19 mars

FabriceM a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

518 Populaire

À propos de FabriceM

  • Rang
    Platypus
  • Date de naissance 09/12/1989

Previous Fields

  • Tendance
    Minarchiste

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    @_dXf_

Visiteurs récents du profil

1 466 visualisations du profil
  1. La dette crée aussi de l'inflation, puisqu'elle multiplie temporairement, initialement, la vitesse de circulation de la monnaie. Par ailleurs, pour aller sur le fond, tu nous dit que le fond du débat c'est d'identifer de manière pragmatique, parmi les différents outils et méthodes d'action à disposition de l'Etat, lesquelles sont les moins "dommageables", sans préoccupation préalable, et notamment sans préoccupation morale. Sauf que savoir si on peut continuer à faire croitre le fardeau de la dette aussi bien que la question du remboursement , ne sont pas des questions morales, mais des questions de droit, de justice, touchant les individus et les institutions. Pour caricaturer, peu importe que couper les mains des voleurs soit une solution effective, d'un point de vue pragmatique contre le vol. L'important c'est de savoir, à la base, si une telle pratique rentre dans le cadre du droit. Le fait qu'aujourd'hui l'endettement public soit considéré comme "normal" n'implique pas qu'il doive le rester une fois confronté à l'exigence de respecter la souveraineté naturelle des individus.
  2. Ca m'évoque une question con. Du coup, comment définit-on le genre féminin en théorie du genre (comme construction sociale) ? (Avec des phrases finies et compréhensibles formant un tout cohérent répondant clairement à la question.)
  3. Hum. Chez moi, impossible de lire ce truc. Avec ublock, ça ne veut pas lire et quand j'ai ouvert une fenêtre privée et désactivé ublock, ça m'a ouvert un spam hyper aggressif essayant de me rançonner avant que la fenêtre ne crash complètement avec mes tentatives de fermer l'onglet. Je déconseille de cliquer la dessus.
  4. La CJUE valide le blocage des plateformes BitTorrent On va me dire que je débarque dans le milieu du droit mais je trouve ce passage " La Cour a commencé par rappeler que la directive avait instauré un niveau élevé de protection et que c’était donc à cette aune qu’il fallait interpréter la notion de communication au public. En référence aux jurisprudences Svensson, BestWater et GS Media, la Cour considère « que tout acte par lequel un utilisateur donne, en pleine connaissance de cause, accès à ses clients à des œuvres protégées est susceptible de constituer un acte de communication ». " purement scandaleux, invraisemblable, arbitraire. En gros, la CJUE fait ce qu'elle veut et se donne toute lattitude pour donner aux textes un sens qu'ils n'ont pas forcément sur le fond au nom du respect "l'esprit" dans lequel il a été écrit.
  5. Le problème ça n'est même pas l'EPR. Au plus haut sommet, chez EDF notamment, on jette sciemment des milliards à la poubelle en refusant de regarder la réalité. On ""espère"" gagner de l'argent en lançant toujours plus de projets qui en perde ... Le prochain ticket sera le bon.
  6. Les abstèmes se font du mal, c'est scientifiquement prouvé.
  7. Purée ... c'est quand même affreux. 129 morts, 40 blessés graves, 100 autres blessés. De la folie collective dans un pays où des quantités de gens survivent, à peine, en explorant les recoins les plus déplorables de la récupération et du micro-commerce. Combien étaient conscients du danger mais y sont allés quand même, comme d'autres vont travailler au fin fond de mines de charbon des plus lamentables ? (oui, c'est dimanche, et FabriceEMO est de sortie)
  8. Pour moi c'est clair : toute surcharge en carb le soir = agitation, fourmis dans les jambes, bouffées de chaleur et sommeil difficile. Normal, la glycémie élevée est tellement nocive pour le corps que le repos passe logiquement après les manœuvres de rétablissement de la glycémie. Après, voilà, je continue à considérer que le midi notamment, sur une journée active, on peut se lâcher un peu sur les carbs (hors bonbons, sodas et autres bombes de sucre).
  9. Il y a bien sur une bonne raison, qui est que contrairement à ce qui passe quand un acteur privé contracte une dette, les acteurs publics ne sont pas responsables de cette dette, il y a un aléa moral tel que pour moi c'est quasiment une situation de conflit d’intérêt qui proscrirait même la dette "d'investissement" (et les engagements équivalents hors bilan style loyer sur 40 ans). Les gouvernants ont le pouvoir de contrôler les recettes et les dépenses c'est suffisant pour créer de la place pour un budget d'épargne et/ou un budget d'investissement. Le recours à la dette n'est que rarement indispensable. Le recours à la dette montre surtout une incapacité des dirigeants, qui se gorgent pourtant de leurs capacités de planification, à prioriser, à définir des stratégies pertinentes et à mobiliser l'investissement privé. c'est à dire ?
  10. Vu le nom de la marque .. c'était écrit.
  11. @ttoinou Même si les contribuables qui subissent la dette ont "théoriquement" le "pouvoir collectif" de ne pas la payer en élisant des gouvernants sur la promesse qu'ils ne paieront pas la dette, il n'empêche que ces contribuables "libérés" de la dette subiront quand même des coups importants liés à ce choix (faillite et restructuration du système bancaire, perte de crédibilité internationale, ... ) , des couts qui n'existeraient pas si la dette n'avait pas initialement été contractée. Les générations suivantes sont bien engagées de manière concrète et irrémédiable par les choix passés.
  12. Les bios n'ont aucune obligation de recourir à la fertilisation organique. Pour eux, des cailloux broyés, c'est bio. Qu'ils contiennent des impuretés plus ou moins nocives les rends "meilleurs" que des engrais raffinés. Les "conventionnels" n'ont aucune obligation de recourir à la fertilisation chimique, et sont même les premiers à épandre de la matière organique (lisier ..). Bref, introduire le bio dans la discussion n'apporte rien.
  13. J'en pense que je n'ai jamais vu de preuves que l'agriculture bio permettait réellement d'accroitre le % de matière organique dans les sols alors que des techniques conventionnelles "adaptées", notamment les travaux du sols simplifiés faisant appel à des couverture végétales, me semblent tout à fait aptes à maintenir une vie du sol dynamique. Même s'ils ne les utilisent pas de manière systématique, les défoliants systémiques sont un outil indispensable pour les agriculteurs qui se mettent à installer des couverts végétaux qui sont, amha, indispensables pour conserver une vie du sol à peu près saine et éviter l'érosion. Les bio qui retournent leurs champs trois fois plus souvent que les autres car c'est à peu près leur seul manière de lutter contre les adventices, je ne vois pas en quoi c'est désirable et encore moins comment ça pourrait permettre d'avoir des sols plus sains.
  14. Mais regarde toi même : les modèles ne voient pas le réchauffement climatique anthropique avant les années 80. Le "catastrophisme"" est donc basée sur 20 ans d'impossibilité des modèles à se passer des émissions humaines, et sur 20 ans de déni face à l'absence de prolongement des tendances catastrophistes ainsi anticipées. Les seuls modèles que je considère comme scientifiques*, ce sont les modèles de radiation-diffusion simples, en calcul ligne par ligne, qui ne prévoient qu'un réchauffement modeste, bien en deça de ce que "prédisent" les modèles de circulation générale, de 1,3°C par doublement de la concentration de CO2. Et oui, je défendrai clairement et sans aucune retenue le fait que l’accommodation est une stratégie beaucoup plus réaliste que le "combat contre les émissions" face à un changement prévu aussi faible. Ce d'autant plus que le réchauffement et l'augmentation de la concentration en CO2 eux-mêmes ont des effets positifs majeurs. *entre autres, parce qu'ils ne sont pas chaotiques, parce qu'ils sont entièrement déterminés par des paramètres physiques "durs", parce que leurs limitations sont connues.