Philiber Té

Utilisateur
  • Compteur de contenus

    3 622
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Philiber Té a gagné pour la dernière fois le 22 octobre 2015

Philiber Té a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

168 Accepté

À propos de Philiber Té

  • Rang
    Bolchévique Libéral

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Bercy

Visiteurs récents du profil

302 visualisations du profil
  1. C'est du bon gros WTF, je découvre ce site, c'est incroyable ?! Malgré tous ces pavés, j'ai quand même lu quelques trucs (au moment où il y a des tirets et que ça devient plus synthétique). Il y a des arguments qui me perturbent toujours autant : - "Les émissions naturelles de CO2 (incendies de forêts, respiration animale et végétale et respiration des organismes du sol) seraient de l’ordre de 772 milliards de tonnes tandis que les émissions anthropiques de CO2 (générées par l’humanité) seraient de l’ordre 29 milliards de tonnes, à savoir environ 3% du total." Si on a un système naturel à "l'équilibre", c'est qu'il est "habitué à gérer" un flux X. Une perturbation peut tout à fait survenir avec un nouveau flux de X + 3%. J'ai un évier avec un débit de sortie de X litres par heure, même si je n'ai qu'un débit en entrée de X + 3%, mon évier finira par déborder. La faiblesse des émissions anthropiques ne nous apprend rien en tant que telle. Ce qui est important, c'est la capacité de notre système à absorber cette variation. Ainsi, on pourra discuter des conséquences. D'accord on cherche à relativiser la contribution en CO2 de l'Homme mais c'est une réflexion vide de sens au final. - "Comment le GIEC explique-t-il, en l’absence de CO2 anthropogénique, le réchauffement climatique de l’Epoque Romaine? En effet, certaines études qui ont publiées dans diverses revues scientifiques (Science, Nature...) mettent en valeur une très haute température durant cette période, jusqu’à 2,5 °C de plus que les températures actuelles." C'est une remarque valable également pour la période médiévale. Aujourd'hui de nombreux feux de forêts sont le fait de pyromanes. Comment explique-t-on les feux de forêts avant ça ? Par des processus naturels. Ces deux constatations ne sont pas exclusives, elles n'entrent pas nécessairement en contradiction. Pour faire simple, la position du GIEC est que les changements climatiques récents sont en partie dus à l'impact anthropique, alors que les précédents changements climatiques dépendaient seulement de facteurs naturels (soleil, etc.). Il y a différents processus, différents facteurs qui jouent sur le climat. Considérer que l'un d'eux prend le pas sur les autres à une période donnée ne signifie pas que ces derniers sont totalement insignifiants. Leur influence varie dans le temps, certains sont importants à un moment puis superflues à un autre. Ce dont on doit discuter c'est du véritable poids de cet impact anthropique aujourd'hui. Expliquer qu'il était inexistant / négligeable pas le passé ne permet pas de l'écarter de l'équation pour ce nouveau contexte. -"Le GIEC laisse entendre que les niveaux de concentration de CO2 ont toujours été très bas sur la planète. Pourtant, les chercheurs stipulent que le niveau du CO2 atmosphérique était de 7000 ppm il y a 600 millions d’années (20 fois plus qu’aujourd’hui). Le cadre de cet article ne nous permet pas de décliner les énormes variations de CO2 alors que la température restait stable. [...] Le GIEC aurait-il une explication censée quant à la stabilité des températures, à cette époque reculée, malgré les énormes fluctuations de CO2?" LOL !
  2. Plutôt des impasses que des espoirs de renouveau, non ? Bienvenue Lugxaker.
  3. Ça pourrait être pire, il aurait pu se rendre sur Youtube. Le gus ne jure que par FB et Twitter quand même, il est à fond dans l'idée "les médias traditionnels sont moisis, vive la révolution des réseaux sociaux" (c'est son boulot mais ça n'excuse pas tout !).
  4. Oui, ça marche dans ce sens là : j'ai poussé quelqu'un à se renseigner sur le libéralisme ("c'est pas c'que tu crois !"), il a trainé sur Facebook et depuis il est persuadé que "les libéraux sont islamophobes, ils défendent surtout leur liberté, pas trop celles des autres". Je n'aime pas FB comme plateforme pour discuter donc je connais pas grand chose, mais on m'a surtout raconté du mal de ce qui s'y passait... Et dans l'autre sens, régulièrement des articles de Contrepoints sont relayés par les identitaires / l'extrême-droite, tout simplement parce que ça critique le gouvernement et ils sont bêtement d'accord. Je parlais d'opportunisme... Il parait qu'ils sont devenus de farouches opposants à l'invasion l'immigration et qu'ils ont relayés des choses infondées / malhonnêtes à ce sujet. Après, je n'ai jamais suivi ce qu'ils faisaient.
  5. Oui, très clairement sur les critères de qualité / véracité des informations et la définition des différents groupes, je suis sceptique. Même s'il y a des passerelles évidentes entre certaines communautés, la modélisation et la cartographie des interactions entre tous les groupes ont révélé plus d'échanges que prévu. Vu que ce sont des idées "marginales" on pourrait s'attendre à ce qu'ils nourrissent leur propre réseau entre initiés mais il y a aussi une certaine perméabilité des infos, par opportunisme ou biais de confirmation. Par exemple, un écolo qui se focalise sur la pollution va plus facilement adhérer à la théorie des chemtrails. En tout cas, c'est ce que j'ai compris de ce qu'il m'a raconté (je lirai l'article que j'ai mis plus haut quand j'aurais le temps).
  6. Apparemment ce n'est pas tant que ça une évidence. Rien ne prédispose ces groupes à s'entendre sur certains sujets ou autour de points de vue marginaux, pourquoi se trouvent-elles à partager / consommer les mêmes informations douteuses au final ? Juste parce qu'ils ont adopté une grille de lecture "extrême" ? Bon il travaille sur d'autres choses aussi, comme le "téléphone arabe" : combien faut-il d'intermédiaires avant qu'un élément essentiel d'un message soit altéré / supprimé, etc. et c'est plutôt passionnant en vrai.
  7. Aujourd'hui j'ai discuté avec un chercheur qui travaille notamment sur la diffusion des informations dans les réseaux et qui fait des choses de ce genre là : http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0747563215000382 Dans cet article, c'est à partir des partages Facebook mais ça peut varier. Il m'expliquait que généralement les vegans, les écolos décroissants, les trotskistes, les identitaires, etc. sont classés comme des opinions politiques "minoritaires" et "radicales". Ce sont aussi ceux qui font moins confiance aux sources "officielles", qui s'attardent peu sur l'origine des infos et succombent plus facilement aux "fake news" et autres théories du complot. Devinez qui d'autres se trouvent dans ce groupe ? Les libertariens.
  8. Sauf que justement, si on utilise les chiffres d'aujourd'hui, on a de bonnes raisons de ne pas s'inquiéter d'un problème de surpopulation mondiale ! Un très bon documentaire sur le sujet par Hans Rosling : Il y a des versions plus courtes de ses interventions où il revient sur certaines démonstrations lors de conférences. D'ailleurs, soyons clair : c'est tout à fait scientifique de faire des projections avec les éléments qu'on a à notre disposition à un instant t. Ce serait vraiment très surprenant de se dire qu'on ne connait pas certains facteurs, on ne connait pas avec certitudes le futur donc on va s'interdire de se projeter, d'imaginer ou d'anticiper. Justement, plus le temps passe, plus on accumule de nouvelles données qui vont modifier notre scénario pour le lendemain. @Turgot : le soucis, c'est justement que l'État (ou les politiques publiques de manière générale) n'a pas les pieds sur terre. C'est une fabuleuse machine d'inertie politique, de clientélisme, de promesses gratuites, etc. qui engage tous les citoyens sur un même chemin, malgré une destination incertaine ou dangereuse. Laisser faire les individus, c'est permettre à ceux qui veulent se mobiliser de le faire et aux autres d'être convaincus plus tard de faire ce qui leur chante. L'action étatique n'est pas un vecteur absolu de vérité ou d'efficacité (même si on lui adjoint tous les plus gros cerveaux du monde, soyons clairs).
  9. Je ne me souviens plus si ce genre d'affaire avait eu le droit à un sujet dédié dans la partie Actualités, mais il me semble avoir lu quelque chose ici : Deux ans dont un avec sursis pour un militaire pédophile.
  10. Les identitaires lancent une cagnotte pour sauver la France de l'invasion !
  11. C'est dommage qu'on soit proche du hors sujet, car ce sont des questions intéressantes qui sont quand même régulièrement abordées ici. Il y a un topic plus approprié ? C'est bien connu que l'africain est feignant et voleur alors que l'asiatique est discret et travailleur. A partir de quand est-ce qu'on tombe dans la prophétie auto-réalisatrice ? Après, tu pourras rétorquer la même chose concernant "les noirs et les arabes sont victimes de racisme"... Une remarque tout de même concernant le débat "facteurs extérieurs, socio-économiques, etc. vs facteurs culturels, familiaux", il y a un point important à soulever à mon humble avis : l'histoire des populations immigrées n'est pas la même, ils n'arrivent pas avec les mêmes bagages, pas à la même période, pas dans le même contexte, pas pour les mêmes raisons, pas aux mêmes endroits, etc. C'est un passif à sérieusement considérer avant d'essayer de conclure quoique ce soit. Ajouter à ça, qu'une fois en France, le vécu n'est pas le même. Aux USA, on sait au moins que le racisme envers les noirs et les hispaniques s'est traduit très concrètement dans le traitement qui leur était réservé par la police et la justice. En passant, ça montre que la réponse pénale n'est peut-être pas adaptée si la simple escalade des peines ne résout pas la racine du problème.
  12. Tiens, cette discussion a presque déjà eu lieu il y a un an : J'en avais même profité pour parler du "repassage des seins" je crois.
  13. Je pense que je suis le seul à défendre le concept de réunion non-mixte, si ce n'est pas le cas, je serai le premier surpris (dénoncez-vous !). Tout le monde est d'accord sur le fait que l'on fait ce qu'on veut chez soi, etc. Si le propriétaire des lieux est la mairie de Paris, Hidalgo peut effectivement râler. Mais je n'ai pas l'impression que les reproches qui sont ici faites à l'encontre de cet événement se résument à cette seule logique libérale. Tout d'abord, le principe d'une réunion non-mixte, c'est de rassembler des personnes qui vivent une même situation pour en discuter et éventuellement s'organiser entre concernées. On comprends aisément qu'une réunion des alcooliques anonymes soit réservées aux alcooliques. Concernant une réunion sur l'homophobie ouverte uniquement aux homosexuels, personne n'aurait l'idée de venir crier à l'hétérophobie. Cela devrait être la même chose lorsque des personnes noires se réunissent entre elles pour aborder le racisme qu'elles subissent. Un blanc n'éprouve pas la négrophobie durant son quotidien, c'est comme ça. Il n'est pas concerné et il n'est donc pas convié. Ensuite, la réunion non-mixte est un outil du militantisme. Cela ne signifie pas que "l'entre soi" est l'objectif à atteindre, c'est une situation temporaire. De la même manière qu'on peut se retrouver entre individus partageant certaines idées en commun et, en même temps, repousser ceux qui en soutiennent d'autres. Ce n'est pas pour autant qu'on veut vire à l'écart des autres, la sécession / ségrégation n'est pas la finalité de tout ça. En l'occurrence dans ce cas-ci, il ne s'agit pas seulement d'idées mais surtout de vécus. Attention à ne pas renverser la logique : ces personnes sont victimes de racisme parce qu'elles sont noires, cette séparation entre blancs et noirs vient directement de là. D'où le terme de "racisé" : c'est une situation subie, la distinction s'impose à eux, ce n'est pas eux qui l'invente après coup. Par exemple, si on prend la ségrégation raciale qui a eu cours aux USA, qui irait simplement dire que "il y avait une séparation entre une population et une autre" sans vouloir les nommer ? On expliquera clairement que la ségrégation distinguait les blancs d'un côté et les noirs de l'autre, pour reprendre la logique raciste qui opérait alors. Cela ne signifie pas que l'on reconnait cette logique comme valide ou juste mais on est bien obligé de l'évoquer en ces termes pour en parler. D'autant plus que la palette des couleurs de peau est continue, les "races" sont des classes inventées, etc. Pour rebondir sur cet exemple d'ailleurs, les réunions non-mixtes existaient déjà lors des mouvements des droits civiques aux USA : personne ne viendra en conclure qu'il s'agissait de luttes racistes ou en faveur de la ségrégation quand même ? Pas question de relancer un débat sur le racisme en général, j'ai déjà donné (mon point de vue doit bien trainer quelque part). Comme Johnnieboy je pense, je ne considère pas sur le même plan vouloir asservir / éliminer une partie de la population, ou même refuser tout échange ou interaction avec elle, insulter quelqu'un de sale ***, vouloir se retrouver entre personnes concernés par une même forme de racisme, etc. En France, il existe tout un tas de lieux et d'événements où l'on refuse les racisés... mais ils n'ont peut-être comme seul avantage que d'être privé.
  14. Je vais surement être le seul à les défendre ici mais bon ça fait toujours un peu de diversité dans les points de vue. Des espaces de non-mixité, il y en a déjà plein aujourd'hui. Des espaces où on convie les personnes concernées par un sujet - et seulement elles - à venir discuter ou s'exprimer, ça existe déjà aussi. Ici même on est sur un forum réservé à la communauté libérale, où les intrus ne tardent pas à se faire bazarder. Pas de raison que ça fasse scandale donc.