Aller au contenu

Johnathan R. Razorback

Utilisateur
  • Compteur de contenus

    5 856
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    15

Tout ce qui a été posté par Johnathan R. Razorback

  1. Éthique et tac

    ça, c'est la définition platonicienne du désir (reprise par Schopenhauer), et elle est loin de faire consensus parmi les philosophes. Si je dis plutôt que le plaisir est par exemple une "sensation agréable" (ou un sentiment agréable), ça n'indique pas qu'il comble un manque préexistant (par exemple parce qu'il existe des états intermédiaires ou ni le plaisir ni le déplaisir ne dominent). Le plaisir n'est pas le bonheur, mais comme je l'ai indiqué plus haut il est très vraisemblable que la relation entre les deux soit un passage de la quantité à la qualité. Plus exactement, de certaines quantités, car tous les plaisirs ne mènent pas au bonheur et certains ne doivent donc pas être recherchés.
  2. TIL - today I learnt...

    J'en parlais ici: TIL que Le Figaro militait pour le salaire minimum en 1950 sous prétexte d'anticommunisme. Et il s'en félicite encore en 2015: http://www.lefigaro.fr/histoire/archives/2015/02/11/26010-20150211ARTFIG00069-la-creation-de-l-ancetre-du-smic-dans-les-archives-du-figaro.php
  3. Éthique et tac

    Je suis en train de lire un excellent article de Konstantin Büchler, qui explique avec une grande clarté ce qu'est le courant de l'éthique des vertus: https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-00994574/document On voit par exemple que je ne définirais pas le bonheur comme le font les membres de ce courant: "Le bonheur y est dépeint comme un état stable et permanent de joie sans agitation, où la maîtrise des émotions est complète, la clarté de l’esprit parfaite et la perfection humaine accomplie." (p.8) J'ai déjà dit que le bonheur est un état tout ce qu'il a de plus impermanent (mais comme tout "état", en fait ? ). Mais il y a plus. Je peux par exemple être heureux en me plongeant dans la contemplation d'un arc-en-ciel, personne ne dira que je suis alors en train de "réaliser la perfection humaine" (je pense du reste que la perfection est un concept vide de sens). Je peux être heureux de retrouver un être cher après une longue séparation, mais je doute d'être alors "parfaitement maître de mes émotions" et "l'esprit parfaitement [encore ?!] clair" (à supposer que ce soit possible en une quelconque circonstance, ce dont je doute -mon côté nietzschéen). Je prédis plutôt un déluge émotionnel, des souvenirs, etc. Et pourtant je ne vois pas en quoi ça invalide la description d'un tel état comme "être heureux". Il y a aussi ce problème de l'approche perfectionniste / antique: le bonheur qualifie une vie entière et non pas des moments. On ne voit donc pas très bien comment un enfant, par exemple, et même tout être autre que le sage accompli, pourrait être heureux. Ce qui semble un usage de la notion totalement étranger à celui que nous faisons habituellement, si bien que la clarté exigerait qu'on remette les termes antiques pour désigner un tel état final d'accomplissement.
  4. Catalogne

    Je ne vois pas comment on peut écrire une telle chose.
  5. Le féminimse

    Article peu convainquant et même factuellement faux par endroits: https://www.contrepoints.org/2017/10/21/301416-lhistoire-liberale-feminisme
  6. Réduit en pièces ! Émission d'économie pour YouTube

    1): Ce point me paraît difficilement contestable, on te force bien à céder ta propriété sous la menace des armes et/ou de la privation de liberté. J'aurais d'ailleurs tendance à penser que c'est un point à mettre plus en avant, parce qu'il n'est pas niable même pas des gens qui sont à la base assez loin des idées libérales. Si on peut faire admettre à quelqu'un que le principe même de l'impôt est injuste, il aura du mal à ne pas en vouloir le moins possible. 2): +10. C'est tout à fait cohérent avec une logique collectiviste: l'individu a du seul fait de sa naissance des devoirs positifs envers la société*, et en échange la société lui doit des choses (en faite extorquées à d'autres individus). Ce n'est pas un hasard si l'idée de revenu minimum inconditionnel a été reprise à gauche par un André Gorz ou un Bernard Friot. Hamon aussi proposait de distribuer du pognon pendant la campagne, au motif (tellement marxiste orthodoxe, bizarrement) que les machines allaient faire disparaître le travail... *C'est typiquement ce que soutenait l'école contre-révolutionnaire et l'Action française, mais aussi les positivistes, les solidaristes...
  7. Éthique et tac

    Hum, je me demande bien comment mes thèses vont pouvoir résister à une contre-argumentation aussi puissante... :roll:
  8. Éthique et tac

    1): Je suis pas bien sûr de comprendre cette question. 2): L'individu agit jusqu'au moment où il atteint un tel état, suite à quoi il n'agirait plus si le temps ne venait pas "de l'extérieur" l'arracher à cette plénitude. En ce sens le bonheur est comme dit Épicure un état de repos. Ce qui ne veut pas dire qu'il suffise de se reposer pour être heureux ! 3): Je doute que la prise de drogue rende heureux. Donc le drogué est nécessairement relancé vers sa finalité puisqu'il n'accomplit pas les actions adéquates pour la réaliser. Le caractère erronée de l'action est immanent, et sans doute le plus souvent constatable par un tiers. 4): Violer et voler, non seulement ne rendent pas heureux mais rendent vraisemblablement malheureux (et découlent certainement d'un individu qui est lui-même déjà passablement malheureux. Auquel cas nous ne devrions pas non plus désirer commettre de telles actions puisque nous savons ce qu'elles présupposent). Soit parce qu'il y a quelque chose dans l'acte immoral qui le rend directement nocif ("bien mal acquis ne profite jamais"), soit parce qu'il ne porte pas de "châtiment immanent" mais qu'il traduit ou aggrave des dispositions mauvaises chez l'agent, qui le conduiront de toute évidence à se nuire et faire son propre malheur ultérieurement. C'est ce dernier type d'argument que j'avais utilisé pour critiquer comme vicieuse une certaine forme de prostitution. Le hasard fait que j'ai justement appris aujourd'hui l'histoire de Gygès et tu déformes quelque peu: 5): Le plaisir n'est pas le bonheur, donc ce n'est pas une objection (cf Lettre à Menécée). Il faut fuir les plaisir nuisibles et je soutiens qu'au moins le plaisir acquis au détriment des droits individuels tombe dans cette catégorie (mais d'autres aussi). 6): Ce n'est pas un contrat parce que la rationalité qu'il y a à être moral ne dépend pas (sinon marginalement) du fait qu'autrui soit moral ou respecte les règles morales. Ici je pense avoir une position très différente de celle de Rand, qui bizarrement, sous couvert de proclamation d'objectivité, a une conception "intersubjective" de la moralité. 7): Pourquoi est-ce qu'il faut que les individus atteignent le bonheur ? De mon point de vue, il est absurde de déclarer que les individus sont obligés de faire quelque chose qu'il font nécessairement. C'est analogue à dire qu'il faut être soumis à la gravitation. Le rapport entre plaisir (ou "joie") et bonheur pourrait aussi être un passage de la quantité à la qualité (à partir de tant de gouttes d'eau, j'ai un océan. A la place de cette vielle formule marxiste, on parle de nos jours de propriétés émergentes). Mais seul certains plaisirs permettent le passage, car il y a des plaisirs nuisibles.
  9. Taxe de la semaine

    L'impôt c'est toujours du vol, par définition. Mais là c'est aberrant, comment l’État peut-il prélever une taxe avant même que le CC ait statué de sa constitutionnalité ?! Edit: et comment se fait-il que le CC ait mis des années à en juger ?!
  10. Les droitards, quelle plaie

    L'ignorance est une bonne base pour la xénophobie. Ignorance => Fear => Anger => Dark side.
  11. Scandinavie, l'autre socialisme (de) vainqueur

    Faire des recensements était déjà un enjeu pour déterminer les rentrées fiscales.
  12. Mes lectures du moment

    La chance ! Je l'ai écouté en conférence ou en interview, il est intéressant.
  13. Mes lectures du moment

    Le néo-rousseauisme écologiste a hélas ses entrées dans Le Monde diplomatique, je l'épingle en passant au milieu de ce billet: http://hydre-les-cahiers.blogspot.fr/2016/11/dialectique-de-la-violence-et-de-la.html?q=dialectique
  14. L'idéologie anti-voiture

    J'étais en train de me dire qu'il n'existe une mairie de Paris que depuis 1975. Et que ladite mairie ne dispose de compétences en matière de réglementation de la circulation (normalement relatives à la préfecture) que depuis la loi de février 2002. N'est-il pas logique que ce ne soit qu'au terme de ces modifications légales que puisse survenir, sous l'action d'un pouvoir politique qui y incline, une politique "anti-voiture" ? Dans la mesure où on a donné un pouvoir politique à des élus de la ville, lesquels, comme on s'en doute, tendent à satisfaire les demandes de leurs électeurs locaux (ce dont un préfet nommé par l'Exécutif national se contrefiche quelque peu). Et tant pis si les intérêts (et même la liberté de circulation tout court) des Français qui habitent dans (les lotissements de) la périphérie de Paris sont sacrifiés. Autrement dit, si cette analyse est juste, la possibilité de mise en pratique de "l'idéologie anti-voiture" est tout simplement la conséquence d'une succession de mesures de décentralisation. Les grands planificateurs étatiques des années 50-60 avaient mouts défauts, mais pas celui de dépendre du vote local.
  15. Les jeunes savent-ils encore se servir de leurs mains ?

    Moi je ne regarde pas. Et je suis radicalement inapte au bricolage et à la manipulation d'objets en général. Quand je veux séparer mon téléphone de sa coque je suis obligé de regarder des tutos.
  16. Recommandations

    La Source vive -que je n'ai pas lu- ne fait "que" 400 pages et quelques (contre les 1100 et quelques de La Grève). Le texte inédit qui ouvre For the New Intellectuals ne fait que 58 pages et tu as déjà un bon aperçu des idées de Rand. D'une manière générale les traités philosophiques de Rand sont faits de textes multiples qui peuvent se lire indépendants les uns des autres.
  17. Recommandations

    Quelle partialité... D'un point de vue littéraire et didactique le Manifeste est au contraire excellent.
  18. Recommandations

    @Gio considère le livre de Leonard Peikoff, Objectivism: The Philosophy of Ayn Rand, comme incontournable. Je ne sais pas ce que ça vaut et vu ce qu'on dit de Peikoff je me méfie. Mon conseil serait vraiment de lire Rand dans le texte, avant tout.
  19. Sa philosophie est solidariste, pas libérale (cf:https://fr.wikipedia.org/wiki/Solidarisme#Le_contenu_du_Solidarisme ). Il y a un moment où il a dit un truc du genre: "les plus riches tirent la société vers le haut, mais pour se faire il faut accepter la solidarité, d'ailleurs c'est pour ça que je suis pour la retraite par répartition, etc." C'est juste un social-démocrate modéré. Je ne vois guère de différences avec Valls premier ministre allant crier "j'aime l'entreprise !" devant le MEDEEF pour ensuite mener la politique que l'on sait. Et je n'ai pas l'impression que cette rhétorique pro-business (c'est tout juste si Macron n'a pas lancé "Enrichissez-vous !" pendant son interview) modifie les attitudes collectives ; ça persuade au plus les collectivistes qu'ils sont dirigés par de vils ultralibéraux qui ne pensent qu'à l'argent.
  20. Les sondages, on peut leur faire dire ce qu'on veut, ça n'engage pas à grand-chose, et, à moins d'un événement ultérieur en rapport, on ne peut pas tester la pertinence d'un sondage. Le vote des gens, c'est autre chose. Et l'année suivante, les Français ont élu Hollande...
  21. 1): ça me fait penser à ça: http://www.politique-autrement.org/Max-WEBER-L-ethique-de-responsabilite-et-l-ethique-de-conviction 2): Cette histoire d'écriture ésotérique me paraît n'avoir pas beaucoup d'arguments pour se légitimer, sinon la référence prestigieuse à la solution de Platon au problème de la tension entre le philosophe et la cité (inaugurée par la mort de Socrate, même si à vrai dire des présocratiques avaient été condamnés à mort avant lui). Et encore, Platon lui même ne s'est pas tenu à un simple enseignement ésotérique élitiste, comme le prouve son intervention auprès du Tyran de Syracuse...
  22. Ces phrases qui vous ont fait littéralement hérisser le poil 2

    Perso j'avais de bons restes collectivistes en m'inscrivant sur Liborg. Certains diront que c'est toujours le cas
  23. Le problème ce n'est pas tant ce qu'il pense de la société que ce qu'il fait à la société avec sa politique. Il faut juger les politiciens sur leurs actes.
×