Largo Winch

Habitué
  • Compteur de contenus

    8 746
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    3

Largo Winch a gagné pour la dernière fois le 16 juillet

Largo Winch a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

75 Accepté

À propos de Largo Winch

Profile Information

  • Gender
    Male

Visiteurs récents du profil

2 160 visualisations du profil
  1. Les concepts et principes de la théorie libérale classique sont bien évidemment beaucoup plus pertinents dans la mesure où ils sont fondés en tenant compte de l'existence d'un espace public, ce qui n'est plus le cas dans la théorie anarcap.
  2. Qu'entends-tu par invasion ? Parce que si les mots ont encore un sens, l'invasion (acte de guerre) n'est pas une immigration. Dico : - Invasion : Action d'envahir un lieu, un territoire, d'y pénétrer par force - Immigration : Action de venir s'installer et travailler dans un pays étranger, définitivement ou pour une longue durée. Justifier les restrictions de l'immigration au motif qu'il est légitime par ailleurs pour l'Etat de lutter contre l'invasion est un sophisme.
  3. Bien sûr que si. Mais pour cela il faut sortir des ratiocinations anarcaps et revenir une approche libérale classique.
  4. Sophisme : ce que tu appelles "communs" dans une sociale-démocratie ne sont en rien des communs au sens d'HHH, c'est tout simplement un espace public. Les concepts et thèses de HHH sont donc totalement inopérants dans ce cas.
  5. Si on voit bien la cohérence théorique et la rigueur axiomatique dans les deux premiers points, la 3e étape du raisonnement est un magnifique "saut lacantique". Par on ne sait quelle magie, une décision de l'Etat-nation approximerait les souhaits d'une communauté (laquelle ? la "société" française n'est pas une "communauté"...). Ou comment réintroduire la notion de "volonté générale" que des pans entiers de littérature libérale avaient démonté... Si c'est là la position de HHH, elle permet de justifier n'importe quelle mesure liberticide.
  6. Ah bah avec ça je suis bien d'accord. Mais ça ne signifie nullement que l'étatisation est un phénomène universel et inéluctable. Encore une fois, tendanciellement c'est même l'inverse qui se produit : à l'échelle de la planète et sur longue période ce sont les libertés individuelles qui l'emportent. A mon humble avis, tu commets ici la même erreur d'analyse que ceux qui n'arrivent pas à percevoir la dynamique à l’œuvre dans le phénomène de "destruction créatrice" : ne voir que les nombreuses destructions à l'instant présent et rester aveugles sur les créations tendanciellement plus importantes que les destructions sur longue période.
  7. Une vision bien pessimiste de l'humanité, que je ne partage pas. Et qui est invalidée par les faits. Il suffit de parcourir le monde pour constater, heureusement, que toutes les nations n'ont pas connu le destin de la Corée du Nord. Les travers liberticides n'ont donc aucun caractère universaliste. En outre, les différents indices de liberté (Fraser Institute ou Heritage Foundation) montrent au contraire, à l'échelle de la planète, une tendance sur le long terme à la progression des libertés individuelles. Enfin, dans la théorie des "ordres sociaux", l'étatisme, par définition, est "construit". Ça n'a pas de sens de dire qu'il est spontané, sauf à employer ce terme dans un sens différent de celui de la théorie. Tu aurais pu citer Singapour et évoquer Pinochet aussi... Et vanter les mérites de la théorie de Naomi Klein : le libéralisme nécessite l'instauration d'une dictature. Mais là aussi, les faits démontrent l'inverse. Ce n'est pas avec un autocrate éclairé que les libertés progressent. Le Human Freedom Index montre qu'il y a une parfaite corrélation entre la liberté politique et les libertés économiques et individuelles. Une nation devient plus libérale quand son régime est moins autoritaire.
  8. Ah ? Et donc avec l'âge tu n'as toujours pas compris que les changements dans une organisation ne se font pas top-down mais bottom-up ? Magnifique cet anarcho-capitalisme qui prône le centralisme étatique au dépens de l'ordre spontané.
  9. Ah ?... Vive la dictature libérale, donc !... Finalement les libertariens français sont des français comme les autres : souhaiter un bon petit chef autoritaire pour remettre de l'ordre, le fameux "homme providentiel libéral"...
  10. C'est donc ça l'anarcho-capitalisme : souhaiter davantage d'autoritarisme étatique ?
  11. "La langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, touchante, voluptueuse, chaste, noble, familière, folle, sage, qu'on l'aime de toute son âme, et qu'on n'est jamais tenté de lui être infidèle." Anatole France. Mais bon, depuis, il y a eu le mariage pour tous...
  12. Et ça va certainement marcher : le rectorat de Rennes fera pression sur l'IEP. Par chez moi, un bras de fer s'annonce entre le rectorat et l'iut dans lequel je travaille. Le recteur veut nous imposer trois bacheliers ES ayant obtenu une mention TB mais se retrouvant sans affectation post-bac, grâce à la magie du merveilleux système APB. On a regardé leurs dossiers (basés sur leurs notes de lycée) et ils n'étaient pas suffisamment bons pour passer les barres de sélection. Eh oui, on peut avoir 11 ou 12 de moyenne en Terminale et finir avec une mention TB au bac...
  13. Eh oui, l'université française contribue au développement d'une langue française créative... Quelques anecdotes : Je connais bien sûr quelques collègues qui se présentent comme "Professeures", mais bizarrement je n'ai encore jamais rencontré de "maitresses de conférences"... Même quand le terme féminin existe, il faut que certaines déploient toute leur créativité : ainsi j'ai pu rencontrer des "chercheures"... À l'inverse, j'ai aussi une amie féministe qui se présente comme Directeur des Ressources Humaines.
  14. Le service communication de mon université s'est mis à faire ça. https://www.univ-smb.fr/actualite/lusmb-salue-linvestissement-de-ses-personnel-le-s/ "ses personnel-le-s"