Aller au contenu
Nick de Cusa

La voiture de demain, énergies alternatives

Messages recommandés

Eh Eh, question intéressante, vous pensez bien que je me la suis posée. En ce qui concerne le service que j'utilise, l'économie de carburant est plus que substantielle, et le bilan écologique excellent:

http://info.leshop.ch/images/shared/060723…aVIA_LeShop.pdf

Y a-t-il une différence de prix avec les supermarchés? Et si oui, en faveur de qui? Et si en faveur des supermarchés, comment comptes-tu convaincre les consommateurs d'adopter ton modèle?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Preuve?

C'est probablement faux. En effet, pourquoi crois-tu que les gens se sont mis à utiliser leur voiture pour aller faire leurs courses? Parce que ça leur revenait tout de même moins cher que de faire leurs courses à pied dans l'épicerie du coin. Autrement dit, ce qui fait disparaître les commerces de proximité, ce sont les économies d'échelle que permettent les grandes surfaces. Rien à voir avec l'avènement de la voiture.

On a vécu une longue période d'énergie bon marché qui a tendence à disparaître actuellement. Avec le subventionnement du transport des marchandises par la route, celà a bien sûr conduit à la concentration: il était moins cher de faire venir les client tous au même endroit. C'est de moins en moins le cas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
On a vécu une longue période d'énergie bon marché qui a tendence à disparaître actuellement.

En quoi cela démontre-t-il que la voiture a fait disparaître le petit commerce dans le passé?

Avec le subventionnement du transport des marchandises par la route,

Assertion non-démontrée et à mon avis fausse. Le transport des marchandises par la route paie au contraire de très lourds impôts, à la différence du transport ferroviaire par exemple, subventionné à hauteur de 50%.

elà a bien sûr conduit à la concentration: il était moins cher de faire venir les client tous au même endroit. C'est de moins en moins le cas.

En quoi cela démontre-t-il que la voiture a fait disparaître le petit commerce dans le passé?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Question de choix personnel, personne ne t'en empêche.

Question de choix personnel, personne ne t'en empêche.

Question de choix personnel, si tu préfères perdre 2 heures à frayer ton chemin dans les rayons et faire la queue à la caisse de l'hyper chaque samedi plutôt que passer à l'épicerie du coin en dix minutes quand tu en as besoin.

Question de choix personnel, si tu ne mobilisais pas tes week-ends pour ton pélerinage hebdomadaire auprès de Saint-Carrouf tu aurais tout le temps de jouer avec tes gamins.

Tu parles de choix personnels, mais, compte tenu - par exemple - des coûts de l'immobilier (directement drivés par les collectivistes et leurs choix calamiteux), des coûts de l'essence (oh, tiens, ils semblent grevés sauvagement par des taxes imposées par … les collectivistes, là encore), des coûts des denrées (dont les prix sont rarement ceux du marchés, subventions, taxations et droits de douanes aidant dans une distorsion bizarrement toujours en défaveur du consommateur) , ces fameux "choix" n'en sont pas.

Le consommateur a des contraintes, il tente donc de minimiser ses coûts. Ce qui explique que des millions gens ont une voiture ET vont faire les courses dans un supermarché, une fois par semaine.

Bien sûr, il y aura toujours des branleurs, des privilégiés et des collectivistes (ou les trois ensemble) pour venir nous seriner que ces millions de personnes sont des imbéciles incapables de faire le calcul économique leur montrant qu'ils se trompent, tous autant qu'ils sont, en utilisant leur voiture.

Aaaaaah, c'est beau, d'avoir raison contre des millions (milliards ?) de gens qui sont tous bêtes !

Faut assumer tes choix mon vieux. Un peu de responsabilisation au lieu de venir pleurer.

Tu prends ce que j'énonce comme des choses qui me seraient personnelles. Or, je ne parle pas de mon cas, étant très atypique (et pas concerné par ces remarques - pas de bol).

Je sais que tu t'es déjà fait salement défoncer et qu'à ce titre, tu en as gros sur la patate. Mais tes hémorroïdes ne doivent pas t'influencer à te lancer dans des causes perdues. Sinon, ça va encore saigner, et qui va encore pleurer ? Hein ? Qui ?

Moi, c'est H16, pas Préparation H16.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Y a-t-il une différence de prix avec les supermarchés? Et si oui, en faveur de qui? Et si en faveur des supermarchés, comment comptes-tu convaincre les consommateurs d'adopter ton modèle?

Oh ils sont tout à fait convaincu, LeShop augmente son chiffre d'affaire de 43% par an en moyenne depuis 4 ans :icon_up: . Le nombre de clients a doublé ces 2 dernières années.

LeShop, c'est Migros, le mastodonte de la grande distribution Suisse. Les prix sont identiques dans les supermachés Migros ou en ligne, mais il faut relativiser, car en ligne certains produits bons marchés ne sont pas proposé, ainsi que certaines actions: le panier global coûte un peu plus cher, mais ça dépend un peu de ses habitudes de consommation.

Le concurrent (COOP) a un réseau de distribution moins étendu, mais la politique est la même: même prix en supermarché qu'en ligne.

Vous pouvez toujours me dire qu'il faudrait voir le prix dans d'autres supermarchés, mais je vous répondrai: quels autres supermarchés ? Avec ces deux là vous avez 80% du marché de la grande distribution en Suisse

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'est fou quand on laisse faire les acteurs économiques ceux-ci sont capables de développer des solutions pour satisfaire le consommateur.

C'est dingue il n'a pas fallu de lois pour que les acteurs de la distribution livrent à domicile.

Mais qui c'est bientôt auront nous une législation pour défendre les salariés de la distribution contre les méchants consommateur qui ne voudront plus se déplacer dans un supermarché.

Comme quoi PtitSuisse nul besoin d'employé la contrainte pour que des solutions économiquement rentables émergent et satisfassent le client tout en diminuant la consommation d'énergie fossile.

En fait vous pourriez être un bon défenseur du laissez faire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Non, elles sont exemptes de voitures indésirables. A Paris bon nombres de rue privée sont fermées par un portail.

Ah, vous voulez dire que si les voies étaient privées, seuls les habitants de ces voies y rouleraient, et encore même pas, puisqu'ils sont à proximité. Et comme ils ne pourraient pas sortir leurs voitures sur d'autres voies privées, ils ne rouleraiennt plus du tout. Donc, plus de voiture, ou juste pour pour parcourir sa voie en long et en large. Très malin comme système pour éradiquer la bagnole, fallait y penser, en plus c'est très nanarcap!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tu parles de choix personnels, mais, compte tenu - par exemple - des coûts de l'immobilier (directement drivés par les collectivistes et leurs choix calamiteux),

Pour avoir largement sondé le marché de l'immobilier suite à un récent déménagement, je peux vous dire que même dans des régions très fortement sous pression (l'arc lémangique, région de Genève) où les prix de l'immobiliers flambent, la tâche est facilité si vous cherchez dans la perspective de vous passer de voiture, car vous êtes rare à vous baser sur ce critère pour trouver de quoi vous loger. En ville, le critère "place de parc à disposition" pèse très lourd dans la fixation des prix, et à la campagne, les maisons sans garage ont des prix bien plus bas.

Et bien sûr, il faut faire ses calculs en comptant transport+loyer pour voir si une maison ou un appartement est vraiment financièrement avantageux.

des coûts de l'essence (oh, tiens, ils semblent grevés sauvagement par des taxes imposées par … les collectivistes, là encore),

Les taxes sur l'essence servent à la construction et à l'entretien des routes (mais il est vrai que l'Etat français a la main un peu lourde :doigt: ).

des coûts des denrées (dont les prix sont rarement ceux du marchés, subventions, taxations et droits de douanes aidant dans une distorsion bizarrement toujours en défaveur du consommateur) , ces fameux "choix" n'en sont pas.

Pas forcément en défaveur du consommateur. ça fait mal de le dire, mais sans subventions je pourrais plus aller acheter mes salades à 2km de chez moi 2x moins cher qu'en grande surface :icon_up: .

Le consommateur a des contraintes, il tente donc de minimiser ses coûts. Ce qui explique que des millions gens ont une voiture ET vont faire les courses dans un supermarché, une fois par semaine.

Dans le domaine de la voiture, le consommateur ne tente JAMAIS de minimiser ses coûts, bien au contraire. Plus d'argent => plus grosse bagnole. La voiture étant le plus important signe de statut social et de signe extérieur de richesse, il y a la derrière de puissante motivation non-économiques.

Bien sûr, il y aura toujours des branleurs, des privilégiés et des collectivistes (ou les trois ensemble) pour venir nous seriner que ces millions de personnes sont des imbéciles incapables de faire le calcul économique leur montrant qu'ils se trompent, tous autant qu'ils sont, en utilisant leur voiture.

Là où je vous donne raison, c'est qu'au royaume de Peugeot, Renault et Elf, hélas, on essaie par tout les moyens de vous forcer à avoir le moins de choix possible :mrgreen: . On a encore réussi en France à maintenir la vente des voitures neuves à la hausse à coût de pseudo taxe écolos, alors que partout ailleurs, les ventes sont en chute libre !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'est fou quand on laisse faire les acteurs économiques ceux-ci sont capables de développer des solutions pour satisfaire le consommateur.

C'est dingue il n'a pas fallu de lois pour que les acteurs de la distribution livrent à domicile.

Mais qui c'est bientôt auront nous une législation pour défendre les salariés de la distribution contre les méchants consommateur qui ne voudront plus se déplacer dans un supermarché.

Comme quoi PtitSuisse nul besoin d'employé la contrainte pour que des solutions économiquement rentables émergent et satisfassent le client tout en diminuant la consommation d'énergie fossile.

En fait vous pourriez être un bon défenseur du laissez faire.

Mais je suis un fervant défenseur du marché en ce qui concerne l'émergence de solutions écologiques. La seule chose à faire c'est d'internaliser les externalités écologiques dans le prix des produits et dans les processus de production, ensuite le marché fait le reste.

De plus je crois fortement aux coopératives de production pour trouver des solutions satisfaisant les clients avant les actionnaires: en l'espèce Migros et COOP sont des coopératives.

J'ajouterais que la plus grande entreprise d'auto-partage en europe est Suisse, qu'elle compte 70'000 clients, propose 2000 voitures dans plus de 800 emplacements sur tout la suisse, et que c'est également une coopérative.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Là où je vous donne raison, c'est qu'au royaume de Peugeot, Renault et Elf, hélas, on essaie par tout les moyens de vous forcer à avoir le moins de choix possible :icon_up: . On a encore réussi en France à maintenir la vente des voitures neuves à la hausse à coût de pseudo taxe écolos, alors que partout ailleurs, les ventes sont en chute libre !

Vous passez à chaque fois à côté de l'argument essentiel : sauf à considérer que vous êtes Super Intelligent ou des millions d'êtres humains sont Super Bêtes, vous n'expliquez pas pourquoi la voiture a un tel succès.

Vous me dites que vos coûts sont plus faibles, etc… mais force est de constater que VOTRE petit cas personnel ne semble pas recouvrir les millions d'autres cas que les gens vivent tous les jours. Et qu'à ce titre, calquer VOTRE comportement sur les millions de comportements des autres est totalement et rédhibitoirement voué à l'échec.

Si, malgré vos exhortations, vos calculs et vos petits gémissements écolos, les gens continuent, par milliards, à utiliser ce moyen de transport, c'est que, sacrebleu, la voiture leur rend des services et que vous ne répondez pas avec vos "solutions" à leurs impératifs.

Et vous pouvez tortiller vos calculs dans tous les sens, ça ne change rien à l'affaire.

La seule chose à faire c'est d'internaliser les externalités écologiques dans le prix des produits et dans les processus de production, ensuite le marché fait le reste.

Y'avait longtemps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et revoilà les externalités, bravo vous tournez en rond.

Vous avez été incapable de nous démontrer comment les calculer de manière objectives.

Bref vous souhaitez imposer votre opinion aux autres sans la démontrer car vous, vous savez, et que nous, nous sommes tous des ignares.

bref PtitSuisse = Ptitfrère du peuple contre les gros méchants capitalistes.

Osez affirmer ce que vous êtes un collectiviste tyrannique de la pire espèce et cessez de vous cacher derrière votre PtitDoigt.

PS : le socialisme scientifique je sais ou cela mène.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oh ils sont tout à fait convaincu, LeShop augmente son chiffre d'affaire de 43% par an en moyenne depuis 4 ans :icon_up: . Le nombre de clients a doublé ces 2 dernières années.

Je ne pense pas que LeShop aura 100% du marché, n'est-ce pas? Et donc, comment comptes-tu convaincre 100% des irréductibles automobilistes d'échanger leur voiture contre un vélo électrique et de faire toutes leurs courses sur Internet?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'autant que moins il y aura de voitures sur les routes, plus facile sera le déplacement avec elle pour ceux qui persisteront (moins d'embouteillages, demande faible du carburant donc prix en baisse, etc…)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais non voyons ce n'est pas si simple car vous avez oublié les externalités mon cher h16.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon mais on peut être libéral sans être exclusivement bagnolomane. Si on ne me prenait presque tout ce que je gagne, j'aurais volontiers une Smart électrique, une vraie voiture, un MP3 (électrique si ça existe), un machin type Segway. Je prendrais aussi volontiers les transports en commun quand ils sont pratiques. Et puis j'adore marcher en ville. Même avec le bruit, la foule et l'odeur.

Mon seul souhait c'est qu'on cesse de me prendre de l'argent de force pour payer à autrui son mode de transport préféré.

Bien sûr, on devrait payer pour l'usage de la chaussée. Enfin, aujourd'hui, je paie pour, et même plus. Le seul truc c'est que je ne sais pas où mon argent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
[…] Et puis je hais le cycliste urbain qui s'imagine détaché de toute obligation de respecter le code de la route, qui grille les feux de circulation, qui tourne sans indiquer préalablement son changement de direction, qui zizague entre les voitures en rayant les carrosseries au passage sans avoir la plus élémentaire courtoisie de s'arrêter, s'excuser et faire un constat. Paris devient un enfer à cause de ces connards et le pire dans l'histoire, c'est que tu risques d'être sérieusement emmerdé si par malheur tu en écrases un, même si il est en tort. En ville le danger c'est le vélo, surtout si tu es automobiliste.

Le cycliste urbain est l'incarnation quotidienne de la self-righteousness. Et en tant que tel, il mérite le mépris le plus souverain.

Trop coûteux.

C'est en effet bien beau de créer un champ magnétique, mais encore faut-il savoir où il passe quand on a besoin de lui, ce gros fainéant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bon mais on peut être libéral sans être exclusivement bagnolomane.

Oh, tu sais, je déteste la voiture. Mais ça reste tout de même étonnamment pratique parfois ; et d'autre part, si des millions de zozos l'utilisent, malgré tous les désavantages qui se bousculent dans les calculs d'externalités internes et d'internalités externes de PtitRigolo, c'est qu'il doit bien exister des avantages conséquents.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je confirme, les cyclistes sont des dangers publics. Quand j'ai passé mon permis, je pensais "par pitié pas un cycliste". (A l'attention de PtitSuisse : je n'ai pas de voiture)

Et il est complètement con d'avoir décrété que les cyclistes doivent rouler là où roulent les voitures. Les trottoirs sont déjà plus adaptés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il faut penser le transport ferroviaire au niveau national comme le RER en région parisienne. Les trains vide ne sont pas un si grand problème: les frais variables sont très faible car la plus grosse partie des coûts sont liés à l'infrastructure, au matériel roulant et aux salaires. Par contre l'usager veut avant tout de la cadence: il veut pouvoir aller en gare sans regarder un horaire et ne pas attendre plus de 30min pour se rendre n'importe où en France.

Utopique ? En Suisse les CFF déservent 800 gares suivant l'horaire cadencé: un train chaque heure (ou chaque demi-heure), 900'000 voyageurs chaque jour sur 3000km de voie. La fréquentation a encore augmenté de 5% cette année. Même l'euro foot à été tout à fait anecdotique face à cette "frénésie" ferroviaire: le million de voyageurs supplémentaires ne représentent même pas une journée normale de trafic. 350'000 helvètes (sur 7millions) possèdent un abonnement général qui offre la circulation sur l'ensemble du réseau CFF (et sur tous les autres réseaux de transports publics de suisse, du reste).

Oui, mais tout cela on le sait, tu ne nous apprends rien (sauf l'exemple de la Suisse).

La question est qui le mieux peut supporter le risque financier? Car il faut bien rentabiliser un train toutes les 30min si c'est ce que l'on proprose aux clients. Un investisseur, parce que sa réussite économique en dépend, saura mieux écouter la demande et s'y adapter. La SNCF offre un service qui n'est jamais remis en cause, ou au prix de longues années. Et ce service, je l'ai vu sur des TER de provinces, n'est en rien pertinent, ni sur les horaires, ni sur la qualité et l'aménagement des trames, ni non plus sur la qualité d'accueil dans les gares (accès aux parking y compris). Donc vive la concurrence si quelqu'un peut proposer mieux et en profiter pour gagner de l'argent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A vrai dire la SNCF annule souvent (à ce que j'ai pu comprendre et constater) des lignes de train pour les remplacer par des bus. Il y a sûrement une raison officielle et une raison officieuse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Et revoilà les externalités, bravo vous tournez en rond.

Vous avez été incapable de nous démontrer comment les calculer de manière objectives.

Tout simplement parce que l'on a pas été d'accord sur la méthode. Il n'est pas important de calculer le montant exact, mais simplement de calculer une valeur minimale qui a l'approbation des acteurs du marché.

Dans le cas qui nous occupe, nous sommes en fait dans le coeur du problème, puisque la prise en main des canaux de distribution "télémarchés" par les géants de la distribution en Suisse coïncide exactement avec l'introduction et la montée en puissance de la taxation du trafic poids lourds suivant ce principe, qui a rendu le transport routier du frêt le plus taxé le moins subventionné d'Europe.

La volonté de diversifier les canaux de distribution vers les clients est un parfait exemple de ce que l'impulsion d'une taxation écologique peut avoir sur l'inventivité du marché, et ce hors lourde contrainte étatique (juste une petite pichnette :icon_up: ). Migros a installé son centre de "télé-distribution" pour la Suisse romande à un jet de pierre d'un noeud ferroviaire et près d'une des plus grande gare de triage de marchandise de Suisse. Avoir 1 seul centre de logistique plutôt qu'une multitude de supermarché permet des économies de transports substantielles.

Finalement, la distribution vers les clients se faisant par des camionettes bien moins lourdement taxée que les poids lourds, il y a des options d'économie supplémentaires.

En France, les routiers font grèves, en Suisse, on innove.

Bref vous souhaitez imposer votre opinion aux autres sans la démontrer car vous, vous savez, et que nous, nous sommes tous des ignares.

Il me semble que j'apporte souvent une abondante documentation pour étayer mes propos. Je serais ravi de lire la votre.

bref PtitSuisse = Ptitfrère du peuple contre les gros méchants capitalistes.

Pourquoi dites vous ça ? parce que j'ose émettre l'avis que les entreprises sans actionnaires peuvent s'avérer réactives et efficaces ? Une coopérative serait donc un montage affreusement collectiviste qu'un état libéral ne pourrait pas supporter ?

Pourtant, dans le paradis libéral néo-zélandais, que même sur le forum vous mettez dans le top 3 des pays les plus libéraux, est un pays hautement coopératif. 22% de son PIB est généré par des entreprises coopératives, 95% du marché du lait (y.c le marché d'exportation) est coopératif, 70% du marché de la viande, 50% du marché de fournitures agricoles, 70% du marché des fertilisants, 75% des pharmacies, et 62% des épiceries.

http://www.nz.coop/index.php

http://www.ica.coop/coop/statistics.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
A vrai dire la SNCF annule souvent (à ce que j'ai pu comprendre et constater) des lignes de train pour les remplacer par des bus. Il y a sûrement une raison officielle et une raison officieuse.

La raison est pourtant évidente: le financement de l'infrastructure. L'état planifie les routes et leur entretien, assure un service universel dans ce domaine (chaque village, chaque maison est desservie). Le financement des coûts de ce service universel est réparti uniformément sur tous les usagers en fonction de leur usage de l'infrastructure (TIPP) mais pas en fonction de la rentabilité de telle ou telle route. Un petit village perdu ne se verra pas couper ses routes d'accès au prétexte qu'il n'y a plus assez d'usagers et que l'entretien est trop cher: ce sont l'ensemble des usagers qui solidairement financeront cette route déficitaire.

Cette une concurrence sacrément déloyale pour le rail que l'on cherche à privatiser et qui pour chaque mètre de rail doit trouver un financement. D'autant plus que dans le domaine du rail, le consommateur veut payer pour le trajet qu'il parcourt effectivement (en voiture, il est d'accord de payer par avance un droit d'accès universel à l'infrastrucure et de participer au financement de l'ensemble du réseau).

Hélas, étant donné l'organisation hautement collectiviste du financement des infrastructures routières, il est difficile d'envisager une solution privée concurrentielle pour le rail. J'ai bien peur qu'un financement publique soit finalement la moins pire des solutions. C'est d'ailleurs ce qui est souvent proposé: privatiser l'utilisation et garder le réseau sous contrôle étatique.

Donc, l'abandon du rail est avant tout une décision politique, plus qu'une décision économique.

En ce qui concerne le frêt, la sitution est un peu différente à mon avis. Là il existe de réelles solutions économiquement viables pour le transport longue distance, même en face d'un traffic routier très subventionné comme le montre le cas des USA. Mais en europe, là où ça coince, c'est que le trafic voyageur et le trafic marchandise doivent cohabiter sur les mêmes voies, ce qui n'est pas le cas vraiment le cas aux USA.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
D'autant que moins il y aura de voitures sur les routes, plus facile sera le déplacement avec elle pour ceux qui persisteront (moins d'embouteillages, demande faible du carburant donc prix en baisse, etc…)

Vous avez tout à fait compris le principe. Il faut diminuer le nombre de voitures, pas supprimer complètement son usage: celà augmentera d'autant l'efficacité du traffic restant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Primo, le réseau électrique va évoluer et avec des algorythmes malins tu pourras charger quand l'electricité ne coûte presque rien. Les centrales "base load" continuent de produire quand il n'y a pas de demande. L'éolien produit quand bon lui semble. Deuxio, tu pourras revendre de l'électricité au réseau aux heures "peak" quand tu n'as pas besoin de ta bagnole et gagner des soussous. Troisio, le rendement "well to wheel" d'un voiture électrique est incomparablement meilleur que le moteur à combustion interne (faire brûler du carburant par millième de secondes pour créer un mouvement réciproque à transformer en rotatif, c'est merdique) c'est du 35-40% contre du 15-20%. Cinquio, plus tu peux utiliser toutes les sources d'énergies imaginables. Sixio, les dépacements "urbains" ou en tout cas de courte distance (50 km dans la journée) c'est l'immense masse du total, dans les 90%.

Bref, tu as raison de dire qu'on gardera un générateur à bord, mais dans beaucoup de cas il servira très peu.

Bon quatrio, c'est quoi alors ? :icon_up:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le cycliste urbain est l'incarnation quotidienne de la self-righteousness. Et en tant que tel, il mérite le mépris le plus souverain.
N'importe quoi. :icon_up:

J'ai fait du vélo pendant des années en ville, par nécessité quand j'étais plus jeune (c'est bien moins cher et plus rapide qu'en bus, sauf quand on se fait piquer son vélo 1x /an) et/ou par loisir (plusieurs milliers de km par an). Pleins de gens font comme moi sans pour autant péter plus haut que leur selle. Un peu d'empathie que diable.

Au contraire, je dirais plutôt que les automobilistes (français) sont des boeufs une fois qu'ils sont dans leur bagnole.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Au contraire, je dirais plutôt que les automobilistes (français) sont des boeufs une fois qu'ils sont dans leur bagnole.

C'est aussi le cas. Un certain manque de respect des piétons, par ailleurs.

Il n'en reste pas moins qu'un cycliste en ville cause forcément des ralentissement en plus d'être généralement dangereux.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui, mais tout cela on le sait, tu ne nous apprends rien (sauf l'exemple de la Suisse).

La question est qui le mieux peut supporter le risque financier? Car il faut bien rentabiliser un train toutes les 30min si c'est ce que l'on proprose aux clients. Un investisseur, parce que sa réussite économique en dépend, saura mieux écouter la demande et s'y adapter. La SNCF offre un service qui n'est jamais remis en cause, ou au prix de longues années. Et ce service, je l'ai vu sur des TER de provinces, n'est en rien pertinent, ni sur les horaires, ni sur la qualité et l'aménagement des trames, ni non plus sur la qualité d'accueil dans les gares (accès aux parking y compris). Donc vive la concurrence si quelqu'un peut proposer mieux et en profiter pour gagner de l'argent.

Un document français sur le cadencement:

http://www.srt.rhonealpes.fr/documents/Le_cadencement.pdf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Si […] les gens continuent, par milliards, à utiliser ce moyen de transport, c'est que, sacrebleu, la voiture leur rend des services…

Non non… ils agissent par pure perversité méchante. Ils veulent faire du mal à notre mère la Terre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bon quatrio, c'est quoi alors ? :icon_up:

Rien n'échappe à la rigueur de miniTax et c'est très bien ainsi.

Je me suis emballé.

Mais je peux glisser un point supplémenatire ni vu ni connu: le générateur embarqué pourra fonctionner à son régime de rendement maximal, ce qui résoud bien des casses tête des moteurs à CI actuels devant tourner du ralenti à 5000 tours (pour les diesels). Par exemple, c'est ça qui rend le développement du moteur HCCI si chiant en ce moment. A régime fixe, c'est beaucoup plus facile.

Ah oui, j'oubliais encore l'essentiel: la voiture tout éléctrique c'est beaucoup moins de pièces détachées, donc fabrication et entretien bien moins coûteux (sauf, bien sûr, les batteries).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Contenu similaire

    • Par Adrian
       
       
      Les mecs font se faire détruire leur voiture avec leur caméra...
       
    • Par Librekom
      https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-02-15/toyota-sold-one-prius-in-china-in-december-as-demand-disappears
       
       
       
    • Par Nick de Cusa
      En quoi le nombre de blessés et de morts par unité d'énergie produite n'est-il pas un bon critère pour porter un jugement ?
    • Par Nick de Cusa
      http://www.wind-watch.org/video-wisconsin.php
    • Par Jérôme
      L'idéologie anti-voiture qui vise à pénaliser les automobilistes pour les obliger à prendre des transports en commun publics inconfortables, bondés, sales, mal entretenus, où règne l'insécurité continue de se développer: une pseudo-étude nous explique que les français "ont conscience" que la voiture "coûte plus cher que les transports publics". Le rapport de 1 à 20 donné dans l'article est complètement fantaisiste. Mais surtout on ne compare pas les mêmes services : trajets longs avec de nombreux changements, trafic très faible les jours non ouvrés, absence totale de flexibilité, incompatibilité complète des transports en commun avec les contraintes d'une vie sociale, familiale et professionnelle moderne… Certes on pourrait améliorer sensiblement les transports en commun en les libéralisant et privatisant complètement mais la voiture restera toujours indispensable.
×