Aller au contenu

Messages recommandés

Citation
Flights of fantasy

Cath Elliott

February 4, 2008 1:00 PM

http://commentisfree.guardian.co.uk/cath_e…of_fantasy.html

When is a sexy schoolgirl not a sexy schoolgirl? When she's a "fully clothed" adult model merely posing as a schoolgirl of course. Well, that's Ryanair's take on it anyway.

Last week a controversial ad from the low-cost airline was banned by the Advertising Standards Authority (ASA) on the grounds that it "appeared to link teenage girls with sexually provocative behaviour, and was irresponsible and likely to cause serious or widespread offence". Ryanair immediately denied this; according to them the ad contained no sexual connotations whatsoever, and anyway, it was obvious that the image was of an adult woman, so what was all the fuss about?

Do they really need it spelling out?

Dress a model up as a schoolgirl, stick her in a classroom, emphasise the word "HOTTEST" at the top of the ad and the message is pretty clear. If Ryanair can't see it there are plenty of others who can, and unlike the "Absurd Silly Asses" at the ASA, as the Ryanair statement so hilariously dubbed them, we're not all as "out of touch" and "Monty Pythonesque" as they'd like to think.

Ryanair has a long and bitter history with the ASA; this isn't the first ad they've had banned, so it was unlikely they were ever going to hold out their hands and accept a rap on the knuckles. With today's news that the airline's profits are in decline, perhaps the company should be questioning the effectiveness of its advertising anyway. But when a company screams "censorship!" after an ad is pulled for overtly sexualising young girls, and justifies the use of such imagery by saying "well, TV and media advertising is full of suggestive and provocative images", unethical doesn't even begin to describe it.

At least Woolworth's had the good grace to admit their mistake last week, and withdrew the Lolita children's bed from their stores.

The Ryanair ad was published in the national press, but now the regional press is also coming under scrutiny for the ads they carry. A new report has just been published looking into the way sexual services are advertised, as part of Harriet Harman's bid to tackle human trafficking. In "Women Not for Sale" the researchers discovered that:

"Advertising women for sex is widespread in local and regional newspapers. Three-quarters of the papers examined for the research carried advertisements for women or services offered by women."

Government ministers met with representatives from the newspaper industry in November last year, and there are already plans in the pipeline for a new set of guidelines for members of the Newspaper Society. While initially these will be used to ensure that local papers don't "unwittingly advertise brothels in which trafficked women are being exploited", they will also form part of a strategy aimed at reducing the demand for prostitution.

Ironically, the report was announced on the same day as the ASA ruling into a Belle de Jour poster. The ad for the TV series about the glamorous life of a prostitute featured Billie Piper lying on a white sheet, wearing a bra and pants and holding a riding crop, with text that stated: "My body's a big deal." The ASA ruled that the advertisement, which was displayed near schools: "Was not overtly sexual and was unlikely to cause mental or moral harm to children." In an echo of the Ryanair defence, the ASA went on to say that: "The level of nudity in the ad was not dissimilar to that which children would be exposed to in other advertising, for example for lingerie and designer fragrances."

So it's not OK to portray young girls as sexual objects, but it's OK to sell sexual objectification to them.

Meanwhile over in Sweden, a new government-commissioned report suggests a ban on any advertising that contains sexist content, which they define as any message distributed "with a commercial aim" that can be "construed as offensive to women or men". As with their prostitution strategy, the Swedes are way ahead of us on this; not only do they already have a ban on TV advertising targeted at children, they also have a Trade Ethical Council against Sexism in Advertising, something women over here can only dream of.

It's heartening to see the ministers for women finally adopting positive measures to deal with sex trafficking and prostitution, along with the ASA's endeavours to prevent the sexualisation of young girls; but if the government is serious about tackling these issues, then like the Swedes they should be looking at all advertising that demeans and stereotypes women. It's not just the local press that needs to be issued with guidelines about what it should publish; the advertising industry and organisations like Ryanair could do with some pointers too.

http://commentisfree.guardian.co.uk/cath_e…rinter.friendly

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Revoir The People vs Larry Flint et la défense de son avocat contre le directeur de l'école religieuse…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'avoue ne pas du tout comprendre ce qui pose problème aux féministes avec ce genre de publicités.

Moi non plus, je ne ressemble pas du tout aux mecs des pubs pour rasoirs ou eaux de toilette ; hé bien, ça ne m'empêche pas de dormir pour autant :icon_up:

Dès fois j'ai l'impression que les gens se sentent obligés de se trouver des causes à la con à défendre pour exister…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Revoir The People vs Larry Flint et la défense de son avocat contre le directeur de l'école religieuse…

+1000 pour Kassad !! Un de mes films préférés… :icon_up:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ce qui m'énerve le plus c'est que les féministes veulent imposer une image idéalisée de moche mal baisée mais intelligente de la femme. Or les soit-belle-et-tais-toi existent tout comme leur pendant masculin. Les féministes ne doivent pas pouvoir monopoliser l'image de la femme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ce qui m'énerve le plus c'est que les féministes veulent imposer une image idéalisée de moche mal baisée mais intelligente de la femme.

C'est vrai que ce n'est pas rassurant.

518898988smalldn6.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
C'est vrai que ce n'est pas rassurant.

518898988smalldn6.jpg

Une des figures de proue des plus contre-productives du féminisme. Encore une "Je suis féministe donc je suis intelligente ".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ce qui m'énerve le plus c'est que les féministes veulent imposer une image idéalisée de moche mal baisée mais intelligente de la femme. Or les soit-belle-et-tais-toi existent tout comme leur pendant masculin. Les féministes ne doivent pas pouvoir monopoliser l'image de la femme.

Halte aux caricatures ! La journaliste qui a rédigé cet article ridiculise ces stéréotypes réducteurs !

cath_elliott_140x140.jpg

… ou pas ! :icon_up:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Son "CV" annonce la couleur :

Cath Elliott is a feminist and a trade union activist. She is currently working in local government.

En clair : j'aboie pour obtenir les lois que je veux, j'aboie pour les défendre, c'est aussi moi qui les exécute et tout ça, avec votre pognon ! Un exemple parmi des milliers de fasciste "Canada Dry" qui empoisonne notre vie quotidienne.

edit: voici la publicité incroyablement sexiste dont il est question

RyanairAd_682_427306a.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Rassurez-vous, nous avons notre lot de grosses connes, seulement nous savons les mettre en valeur :

http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/france_829/label-france_5343/les-numeros-label-france_5570/lf47-hommes-femmes_11232/
dossier-relations-hommes-femmes-experience-francaise_11233/non-publicite-sexiste-exemple-une-mobilisation-reussie_21410.html

“Non à la publicité sexiste !”, l’exemple d’une mobilisation réussie

Débat dans la presse, rapport commandé par les pouvoirs publics, marques boycottées, professionnels interpellés : l’année 2001 a vu, en France, une mobilisation sans précédent de l’opinion, grâce à l’action déterminée de quelques associations, face au déferlement dans la publicité d’images de femmes purement sexuelles, soumises ou violentées. Le début d’une prise de conscience face au pouvoir des images.

"Babette, je la lie, je la fouette, et parfois je la passe à la casserole", "Je n’ai pas inventé la poudre, mais je sais l’utiliser", "Une cuisine bien équipée peut vous rendre désirable"… Ces "petites phrases" ne sont pas issues de dialogues de films pornographiques, mais bien de slogans publicitaires vantant une crème fraîche, du sucre allégé ou encore des accessoires ménagers.

Si, dans les premiers spots de publicité à la télévision, l’image de la femme se résumait souvent à celle d’une mère de famille, achetant des goûters pour ses enfants ou faisant la lessive pour sa famille, elle se trouve aujourd’hui propulsée dans des univers radicalement différents. Et les produits dits de "consommation courante" ne sont pas les seuls à lorgner délibérément vers une nouvelle forme de communication.

La banalisation de la violence

Fini le "luxe, calme et volupté" des grandes marques, elles sont aujourd’hui prêtes à choquer pour vendre. Exemple : la campagne d’Yves Saint-Laurent pour le parfum Opium, qui présentait une femme nue, offerte et lascive. Ce n’est pas tant la nudité qui a été récusée, mais plus ce que la posture peut suggérer. "Actuellement le vrai problème est plutôt la violence ou la soumission, qui peuvent être banalisées dans certaines publicités," explique Gérard Noël, vice-président-directeur général des annonceurs, dans le quotidien Libération.

Emballées de satin ou de soie et cautionnées par de grandes enseignes (Dior, Versace…), les femmes mannequins ne sont plus belles et irréelles, mais se retrouvent violentées et soumises, mises en scène dans une réalité sordide. C’est ce que l’on a appelé la tendance "porno chic". Ainsi, la prestigieuse marque de voitures Audi n’a pas hésité à montrer un homme regardant depuis sa voiture une jolie jeune femme avec pour slogan "Il a la voiture, il a l’argent, il aura la femme". La très grande banque Barclays a communiqué avec une affiche qui présentait le visage d’une femme en pleurs, son maquillage coulant sous les yeux, visiblement brutalisée, avec pour slogan "Elle ne pleure pas parce qu’elle perd de l’argent, mais elle en perd quand même".

Face à ces affronts répétés et à la légitimation de comportements sexistes que ces publicités pouvaient susciter, un certain nombre de mouvements [1] ont réagi. Ils ont directement interpellé les annonceurs après la parution de ces publicités, qu’elles jugeaient attentatoires à l’image des femmes ou incitatrices à la violence.

Le véhicule du sexisme ordinaire

Pour Isabelle Alonso, à la tête des Chiennes de garde, un collectif qui entend lutter contre la "misogynie ambiante", le miroir tendu par la publicité est "celui dans lequel elle aime nous voir. (…) Dans notre monde andro-centré, le regard de la publicité a des yeux masculins, même quand la cible est la célébrissime ménagère de moins de cinquante ans. Elle est un véhicule du sexisme ordinaire." Ces mouvements féministes ne sont pas les seuls à être heurtés, puisque, selon l’institut de sondages Ipsos, 46 % des Français se disent choqués par la manière dont on montre les femmes dans la publicité.

La secrétaire d’Etat aux Droits des femmes et à la Formation professionnelle, Nicole Pery (qui était déjà intervenue auprès de la direction des Galeries Lafayette lorsque le magasin avait présenté des mannequins vivants dans ses vitrines, au printemps 1999), a commandé un rapport sur "l’image de la femme dans la publicité".

Le groupe de travail, constitué d’une dizaine d’experts (Bureau de vérification de la publicité [bVP], Observatoire de la parité, Service des droits des femmes, associations de lutte contre les violences et les discriminations à l’égard des femmes, mais aussi annonceurs et professionnels de la publicité), a rendu son rapport en juillet 2001. Dans leur ligne de mire : les publicités qui "transgressent de façon manifeste le respect de la dignité humaine". "Je ne veux pas avoir une attitude moralisatrice, mais je ne veux pas voir de femmes enchaînées et humiliées", précise la secrétaire d’Etat.

Le rappel au respect de la dignité humaine

Le rapport fait état de toute une série de propositions en ce sens et prône, en substance, une responsabilisation accrue des publicitaires et un "renforcement de la capacité de parole et d’action de la société civile", en particulier des associations de lutte contre les discriminations. Les lois susceptibles d’être invoquées par des individus existent déjà, mais ceux-ci ne s’en saisissent jamais. Il faudrait donc transférer les compétences aux associations qui pour l’instant ne peuvent pas, en raison de leur statut, saisir la justice. Certaines associations, comme La Meute, proposent également le vote d’un texte de loi antisexiste sur le modèle des lois antiracistes.

Pour l’instant, très peu de mesures coercitives ont été prises à l’encontre des publicitaires. Seules deux publicités ont récemment été épinglées par le BVP : le fabricant de chaussures Weston et le groupe de prêt-à-porter La City, qui a dû retirer ses affiches montrant une femme en petite tenue, à quatre pattes, à côté d’un mouton, légendée "J’ai envie d’un pull". "On parle beaucoup de l’image des femmes et du ’porno chic’, mais en réalité nous avons peu à intervenir dans ce domaine. Il semble que la mode soit passée", souligne Joseph Besnainou, directeur général du BVP.

En attendant, même si les publicitaires sont loin d’être unanimes à reconnaître les dérapages antérieurs, ils prennent aujourd’hui le contre-pied de cette vague. Si le groupe de prêt-à-porter Kookaï montre depuis quelques années des hommes à la merci de femmes toutes-puissantes, le fabricant de chaussures Eram a réagi avec humour en proposant une campagne d’affiches où les chaussures pour femmes étaient présentées par une chaise, une autruche ou un homme nu avec le slogan "aucun corps de femme n’a été exploité dans cette publicité".

L’Association des femmes journalistes, qui décerne un prix chaque année à une publicité non sexiste, aura préféré, en 2002, récompenser Vinci, une entreprise de bâtiments et travaux publics, qui a présenté une femme architecte, en pantalon, montrant des plans et le parking qu’elle vient de construire. Avec pour slogan : "Y penser. Y penser très fort et le faire".

Par Elodie Maillot, journaliste

[b]Pour aller plus loin[/b]

L’Image des femmes dans la publicité, de Brigitte Grésy, éd. La Documentation française, Paris, 2002, 15 euros.

Le Beau Sexe faible : les images du corps féminin entre cosmétique et santé, de Bruno Remaury, éd. Grasset, Paris, 2000, 264 pages, 19,67 euros.

La Définition sociale de la femme à travers la publicité, de Claude Herne, éd. L’Harmattan, Paris, 1993, 214 pages, 16 euros.


[b]Liens utiles[/b]

lameute.org.free.fr

www.chiennesdegarde.org

www.ufcs.org

www.social.gouv.fr/femmes

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A Berne, ils ont un bureau de l'égalité homme-femme. Bref des gens comme moi financent des Isabelle Alonso, vous vous rendez compte de la torture! Encore du vol au nom d'un combat de société.

http://www.sta.be.ch/site/fr/index/sta-sta…ng-portraet.htm

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
A Berne, ils ont un bureau de l'égalité homme-femme. Bref des gens comme moi financent des Isabelle Alonso, vous vous rendez compte de la torture! Encore du vol au nom d'un combat de société.

http://www.sta.be.ch/site/fr/index/sta-sta…ng-portraet.htm

En Belgique, le sommet est atteint avec l'institut pour l'égalité des femmes et des hommes (oui, dans cet ordre-là, bande de vils sexistes :doigt: ).

Enjoy :

http://www.iefh.fgov.be/ShowContent.aspx?levelID=17&objectID=26〈=fr

Le document "Les hommes s'engagent" - faisant l'éloge de la parité politique, économique et sociale - est une perle dans son genre…

Rien que pour la bonne bouche, un peu de novlangue :

"5. Intégrer des actions concrètes de promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes dans leurs sphères d’action, accompagnées d’objectifs quantifiés de progression"

:icon_up:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
En Belgique, le sommet est atteint avec l'institut pour l'égalité des femmes et des hommes (oui, dans cet ordre-là, bande de vils sexistes :icon_up: ).

Mais non c'est normal, c'est par ordre alphabétique : le f avant le h :doigt:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pas de pub pour les enfants à la télé! C'est séduisant comme idée mais je crois que cela ne sert à rien. Un straw man bref.

Au Québec on a une loi qui interdit les pubs pour enfants, le Québécois libre a des articles sur le sujet

http://www.quebecoislibre.org/05/050515-4.htm

http://www.leblogueduql.org/2006/12/une_loi_contre_.html

http://www.leblogueduql.org/2007/09/la-publicit-e-1.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Au Québec on a une loi qui interdit les pubs pour enfants, le Québécois libre a des articles sur le sujet

http://www.quebecoislibre.org/05/050515-4.htm

http://www.leblogueduql.org/2006/12/une_loi_contre_.html

http://www.leblogueduql.org/2007/09/la-publicit-e-1.html

oui, la publicité est un bon exemple pour le fonctionnement et la capacité d'adaptation sur le marché libre. O combien de publicité choquantes "hypercréatives"… et nullement efficace :doigt: ! Ceux qui veulent les interdire sont souvent ceux qui se pâment le plus devant "la créativité" vide de la publicité en général… Ils pensent qu'il faut protéger l'homme de la séduction de tant de créativité…

C'est pour eux que Molière a écrit le Tartuffe. EDIT et qu'on a inventé la BOURKA probablement.

La réalité, c'est tout le contraire de leur analyse. Si la publicité véhicule une image produit négative, on peut parier que "le marché" entrepreneur-public va se séparer de cette "création" en deux temps trois mouvements, et bien avant qu'un décret soit écrit.

La publicité est une question de chiffre d'affaire, et la créativité dans ce domaine bien plus une affaire subtile que choquante (pas toujours :icon_up: ).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'idée a été lancé : pourquoi ne pas proposer des cours de féminisme à l'école pour que les élèves féminines aient une meilleure image d'elle même et prennent conscience des inégalités qui les touchent : (badurl) http://www.telegraph.co.uk/education/2524252/Schools-should-teach-feminism-in-the-classroom.html (badurl)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'idée a été lancé : pourquoi ne pas proposer des cours de féminisme à l'école pour que les élèves féminines aient une meilleure image d'elle même et prennent conscience des inégalités qui les touchent : http://www.telegraph…-classroom.html">(badurl) http://www.telegraph…-classroom.html (badurl)

On me dira qu'il doit y en avoir un pour chaque sujet, mais j'avais vu un épisode de South Park où les filles et les mecs finissaient par se faire la guerre à cause d'une connerie d'un(e?) prof de l'école.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le féminisme, du moins en France, n'est que le prolongement de la logique existencialo-marxiste.

Marxisme classique : Les prolétaires ont toujours été exploités par les bourgeois, l'état doit donc imposer l'égalité par la force.

Féminisme classique : Les femmes ont toujours été exploitées par les hommes, l'état doit donc imposer l'égalité par la force.

Au début, le féminisme était assez légitime puisqu'il s'agissait simplement d'égalité des droits, donc d'égalité des chances, et plus de liberté pour les femmes.

Mais cette liberté n'ayant pas donné lieu à l'égalité, on en appelle à la force d'état pour "remettre les choses en place"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
pourquoi ne pas proposer des cours de féminisme à l'école

Ils proposent déjà des visionnages de films pour "sensibiliser à l'homosexualité" alors au point où on en est…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

C'est pas Nietzsche qui les définissait comme des «bigotes hémiplégiques?».

C'est la meilleur définition qui puisse exister. Si on exclut les féministes libérales, évidemment (il doit en exister 2-3 quand même).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

Je sais bien, je sais bien; mais tout de même, les féministes libérales sont très très minoritaires au sein du mouvement global féministe, qui est, à une écrasante majorité constructiviste. D'ailleurs, quand elles parlent de «libérer» la femme, je ne peux pas m'empêcher de ricaner doucement.

Il faut donner à ces constructivistes ce sens de l'humour particulier.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je sais bien, je sais bien; mais tout de même, les féministes libérales sont très très minoritaires au sein du mouvement global féministe, qui est, à une écrasante majorité constructiviste. D'ailleurs, quand elles parlent de «libérer» la femme, je ne peux pas m'empêcher de ricaner doucement.

Il faut donner à ces constructivistes ce sens de l'humour particulier.

Personnellement j'ai plutot l'impression de retrouver de nouveau le clivage franco-anglosaxon dans la lutte feministe.

En France, j'avais vu une video de Soral (grosse reference, attention) qui expliquait que les feministes en France niaient leur propre sexualité pour mieux emasculer les hommes.

Et apres, tu regardes aux US ou au UK, et t'as les slutwalks.

2 conceptions completement differentes. Dans l'un tu nies la sexualite pour creer un "etre nouveau", et dans l'autre tu affirmes ta sexualité en revendiquant la liberté sexuelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité

En France, j'avais vu une video de Soral (grosse reference, attention) qui expliquait que les feministes en France niaient leur propre sexualité pour mieux emasculer les hommes.

En tout respect, les délires masculinistes de Soral, très peu pour moi.

Y'a déjà assez de moyens pour critiquer le féminisme sans les gros sabots de ce genre d'individus qui vit intellectuellement au-dessus de ses moyens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En tout respect, les délires masculinistes de Soral, très peu pour moi.

Y'a déjà assez de moyens pour critiquer le féminisme sans les gros sabots de ce genre d'individus qui vit intellectuellement au-dessus de ses moyens.

Bof, c'est tres drole d'utiliser les sources des etatistes/constructivistes contre eux-memes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dans l'autre tu affirmes ta sexualité en revendiquant la liberté sexuelle.

.. puis tu portes plainte pour harcèlement dès qu'un homme te regarde de travers.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bof, c'est tres drole d'utiliser les sources des etatistes/constructivistes contre eux-memes.

Tu parles de Soral, là ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×