Aller au contenu

Messages recommandés

De même, si tu regardes la technologie "moteur de recherche", elle a mis un peu mois de 20 ans pour devenir quelquechose d'utile et efficace, mais en gros on est dans les clous concernant la durée de maturité. Disons entre 15 et 25 ans.

Heu. Non. Autant, il y a des choses de durée incompressible qui font que les technologies sont disponibles au bout de 25 ans, autant pour d'autres, il n'y a pas de frein et il y a une réelle accélération. Sauf à considérer extensivement la notion de "recherche" sur internet en remontant aux mécanismes d'indexation de base, la différence entre les premiers moteurs de recherche (en gros, altavista, 1995/96) et Google (2001), c'est 5 ans, pas 25.

En gros, c'est comme dire que le téléphone portable a mis 135 ans à pénétrer le marché mondial, depuis les premiers travaux de Bell jusqu'à maintenant.

En pratique, on peut à la limiter remonter aux bibops ou équivalent en France (ça nous fait début des 90s) et noter que la techno cellulaire a percé en moins de 10 ans.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quand j'étais petit, je souffrais du syndrome "Science & Vie" :icon_up:. Chaque mois en couverture ou en dossier, une découverte phénoménale, qui révolutionnait un domaine différent à chaque fois. Je lisais le dossier tout excité, je me disais "ça y est, dans un mois, au plus tard dans un an, c'est disponible !".

J'ai attendu 15 ans avant d'avoir un reader dans la main et un appareil pour aller sur internet partout, grosse frustration… :doigt:.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Heu. Non. Autant, il y a des choses de durée incompressible qui font que les technologies sont disponibles au bout de 25 ans, autant pour d'autres, il n'y a pas de frein et il y a une réelle accélération. Sauf à considérer extensivement la notion de "recherche" sur internet en remontant aux mécanismes d'indexation de base, la différence entre les premiers moteurs de recherche (en gros, altavista, 1995/96) et Google (2001), c'est 5 ans, pas 25.

Ce que je disais, c'est "outil de découverte et de recherche sur internet largement diffusé", l'aspect "largement diffusé est extrêmement important. Par exemple, j'ai été utilisateur de Google en 1998, à l'époque où ce moteur de recherche avait quoi, 10 000 requêtes par jour maximum?

Google est devenu le moteur de référence dans les années 2005 quelquechose comme ça (et encore, si on se place au niveau mondial, au vu du succès de Baidu en Chine, si ça se trouve c'est encore plus récent).

Donc on est plus proche de 10 ans ou même 15 ans.

En gros, c'est comme dire que le téléphone portable a mis 135 ans à pénétrer le marché mondial, depuis les premiers travaux de Bell jusqu'à maintenant.

En pratique, on peut à la limiter remonter aux bibops ou équivalent en France (ça nous fait début des 90s) et noter que la techno cellulaire a percé en moins de 10 ans.

Je m'en souviens très bien, la seconde explosion téléphone mobile en France et dans les autres pays, c'est 2003 (pendant les fêtes, plusieurs millions d'abonnement vendus). La première a eu lieu dans les années 1990. Et le tout pour une technologie datant non de 135 ans (les travaux de Bell n'ont rien à voir) mais des années 1950 aux USA je crois.

Quand j'étais petit, je souffrais du syndrome "Science & Vie" :icon_up:. Chaque mois en couverture ou en dossier, une découverte phénoménale, qui révolutionnait un domaine différent à chaque fois. Je lisais le dossier tout excité, je me disais "ça y est, dans un mois, au plus tard dans un an, c'est disponible !".

J'ai attendu 15 ans avant d'avoir un reader dans la main et un appareil pour aller sur internet partout, grosse frustration… :doigt:.

Pense aux serpents de mer comme la reconnaissance vocale, ou l'intelligence artificielle : la première technologie est pour le moment celle qui rend fou les gens (commandes vocales de services) et la seconde se limite au correcteur orthographique de word, au jeu d'échec, et aux jeux vidéos.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quand j'étais petit, je souffrais du syndrome "Science & Vie" :doigt:. Chaque mois en couverture ou en dossier, une découverte phénoménale, qui révolutionnait un domaine différent à chaque fois. Je lisais le dossier tout excité, je me disais "ça y est, dans un mois, au plus tard dans un an, c'est disponible !".

J'ai attendu 15 ans avant d'avoir un reader dans la main et un appareil pour aller sur internet partout, grosse frustration… :mrgreen:.

Je comprends tout à fait et j'ai bien peur que tu aies raison: j'suis pas prêt de la recevoir, ma pizza volante! :icon_up:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'ai regardé le site web de l'équipe et les papiers des gens qui y travaillent

Merci pour le résumé.

Pour envoyer les informations de trajectoire, c'est du sans fil. Si on veut envoyer/recevoir plus vite, il faut changer de classe d'émetteur (par exemple passer du wifi b/g à du n, de classe Bluetooth ou de classe zigbee). Si on change de classe, on envoie et reçoit plus vite, mais on vide aussi la batterie plus vite. C'est donc un compromis à faire entre précision des données et autonomies.

Le Zigbee consomme vraiment très peu (c'est son objectif de base) mais le débit est sans doute en effet un peu juste.

J'espère que le post n'était pas trop technique… :icon_up:

Non. J'aimerais bien savoir en savoir plus sur leur Kalman (SPKF ?)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Ce que je disais, c'est "outil de découverte et de recherche sur internet largement diffusé", l'aspect "largement diffusé est extrêmement important. Par exemple, j'ai été utilisateur de Google en 1998, à l'époque où ce moteur de recherche avait quoi, 10 000 requêtes par jour maximum?

Google est devenu le moteur de référence dans les années 2005 quelquechose comme ça (et encore, si on se place au niveau mondial, au vu du succès de Baidu en Chine, si ça se trouve c'est encore plus récent).

Donc on est plus proche de 10 ans ou même 15 ans.

Je m'en souviens très bien, la seconde explosion téléphone mobile en France et dans les autres pays, c'est 2003 (pendant les fêtes, plusieurs millions d'abonnement vendus). La première a eu lieu dans les années 1990. Et le tout pour une technologie datant non de 135 ans (les travaux de Bell n'ont rien à voir) mais des années 1950 aux USA je crois.

En 2001, Google avait déjà 30 % du marché francophone => http://c.asselin.free.fr/french/archiveChiffre.htm et était déjà N°1 ;

Toujours en 2001, on a en France 36 millions de téléphone portable et un taux de pénétration de 60 % : http://www.journaldunet.com/cc/05_mobile/m…volume_fr.shtml

A partir du moment où il y a une offre technologiquement mature, elle se diffuse au contraire très vite. Pour en rester au quadricptères, le soucis c'est qu'il y a un gap colossal entre un environnement fermé éclairé à l'infrarouge et un environnement ouvert. Et puis, il restera le problème de l'autonomie qui n'a - pour le moment - aucune solution technologique en vue.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On dirait qu'il y a des gens avec de grosses compétences techniques ici. Si vous voulez bricoler ce genre d'engins dans votre garage, n'hésitez pas à faire des vidéos et à les poster sur cette file, ça peut être sympa.

Peut-être que grâce à vos efforts, j'aurai enfin droit à ma pizza :icon_up:

@henriparisen:

encore une fois l'autonomie amha n'est pas vraiment un problème. Dix minutes, c'est déjà beaucoup. Les machines sont aussi capables de se poser à n'importe quel endroit, et donc en particulier sur un point de rechargement (par exemple avec une boucle à induction). En outre elles peuvent se relayer pour accomplir leurs tâches.

Amha le plus gros problème c'est l'IA qui doit probablement être encore insuffisante pour la navigation en milieu inconnu ou changeant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quand j'étais petit, je souffrais du syndrome "Science & Vie" :icon_up:. Chaque mois en couverture ou en dossier, une découverte phénoménale, qui révolutionnait un domaine différent à chaque fois. Je lisais le dossier tout excité, je me disais "ça y est, dans un mois, au plus tard dans un an, c'est disponible !".

J'ai attendu 15 ans avant d'avoir un reader dans la main et un appareil pour aller sur internet partout, grosse frustration… :doigt:.

À partir de quelle année ce magazine a t il décliné selon toi ? Ma famille les a tous depuis la guerre de 14, il avait prévu l'inutilité de la ligne Maginot bien avant le déclenchement de la guerre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pense aux serpents de mer comme la reconnaissance vocale, ou l'intelligence artificielle : la première technologie est pour le moment celle qui rend fou les gens (commandes vocales de services) et la seconde se limite au correcteur orthographique de word, au jeu d'échec, et aux jeux vidéos.

Quelque chose qui est amusant à noter (surtout dans les domaines que tu cites, reconnaissance vocale et intelligence artificielle), avant que quelqu'un n'arrive à le faire réaliser par une machine, le commun des mortels considère que c'est du "domaine réservé à l'humain". Puis, quand un PC arrive à le faire (même si c'est dans un cadre restreint ou fortement restreint, typiquement les services vocaux que tu décris), ça ne fait plus partie du "nécessaire pour définir l'humain". Combien pensaient avant que Deep Blue ne batte Kasparov qu'il fallait de la créativité, du panache et un costume avec une cravate qui pique les yeux pour réussir aux échecs ?

On n'arrivera jamais à l'Intelligence Artificielle Générale (mais je pense que Science & Vie peut nous faire encore quelques couvertures du style "On y est" d'ici 2100 :mrgreen:…). Par contre, on arrivera bloc par bloc à faire ce que fait l'humain (reconnaissance vocale plus stable, reconnaissance d'objets dans tous les contextes par une caméra, traduction langue à langue en conservant un maximum de nuances intelligibles, interprétation des émotions, aide à la décision en situation de crise grave pour les experts…). A la fin, on peut imaginer l'assemblage de ces différents modules avec un gros CPU collé derrière, pour avoir son "majordome" personnel (à la C3PO, par exemple). Je suppose que certains trouveront qu'il manque l'émulation du "petit quelque chose" qui fait la différence entre un humain et une machine qui émule un humain (que ceux là appelleront "âme" ou autre chose, comme ils veulent). Ça ne me dérange pas (Fake It Until It's True).

Je comprends tout à fait et j'ai bien peur que tu aies raison: j'suis pas prêt de la recevoir, ma pizza volante! :doigt:
On dirait qu'il y a des gens avec de grosses compétences techniques ici. Si vous voulez bricoler ce genre d'engins dans votre garage, n'hésitez pas à faire des vidéos et à les poster sur cette file, ça peut être sympa.

Peut-être que grâce à vos efforts, j'aurai enfin droit à ma pizza :icon_up:

@henriparisen:

encore une fois l'autonomie amha n'est pas vraiment un problème. Dix minutes, c'est déjà beaucoup. Les machines sont aussi capables de se poser à n'importe quel endroit, et donc en particulier sur un point de rechargement (par exemple avec une boucle à induction). En outre elles peuvent se relayer pour accomplir leurs tâches.

Amha le plus gros problème c'est l'IA qui doit probablement être encore insuffisante pour la navigation en milieu inconnu ou changeant.

Parrot (boîte française) vend les AR.Drones (http://ardrone.parrot.com/parrot-ar-drone/fr/ & http://fr.wikipedia.org/wiki/Parrot_AR.Drone), qu'on peut commander entre autre avec un iPhone, un Nokia, une table Surface de Microsoft, un Kinect, Windows… (le modèle est assez proche de ce qu'on peut voir dans la vidéo de ton premier post).

Le site officiel, annonce une vitesse de pointe de 18Km/h, un poid de 400gr pour une dimension de 52,5 par 51,5 cm et une autonomie de 15 minutes (autonomie classique pour un appareil volant télécommandé) grace à une batterie lithium 11,1V.

Le SDK est disponible, c'est un petit Linux qui tourne dessus, pour en faire ce que l'on veut.

Le facteur limitant, c'est la puissance des moteurs pour soulever ce qu'on a attaché dessus. Le poids maximum est de 250 grammes avant de compromettre l'assiette de l'appareil (la pizza risque de n'être pas très calorique…). De plus, ça pompe sur la batterie.

J'ai vu un autre modèle à 8 hélices qui peut soulever 2 kgs. C'est déjà plus intéressant.

Si quelqu'un est dans la cuisine et te dépose ta pizza sur l'appareil, celui-ci peut te l'amener dans le salon.

Par contre, je ne pense pas que Pizza Express & Co va les utiliser d'ici là. Imagine, tu commandes une pizza, et un cadeau de 400$ arrive vers toi en voletant gaiement…

Pour l'IA, il y a encore du boulot, mais rien d'insurmontable (la NASA envoie des rovers sur Mars qui se débrouillent mieux que les use cases imaginés par les ingénieurs !)

À partir de quelle année ce magazine a t il décliné selon toi ? Ma famille les a tous depuis la guerre de 14, il avait prévu l'inutilité de la ligne Maginot bien avant le déclenchement de la guerre.

Je ne dirais pas déclin, mais panachage. La ligne éditoriale doit mixer sujets pointus et folklorisme/pubs pour que le citoyen lambda jette un coup d'oeil au magazine. Je trouve par contre que l'accent est plus mis sur le folklorisme depuis qu'il existe des canaux numériques d'informations de qualité pour les spécialistes (Usenet & BBS, puis le WWW). Les experts trouvent une information meilleure et gratuite ailleurs, souvent directement auprès du producteur.

A contrario, Pour La Science reste intéressante car elle accueille des textes de spécialistes du domaine qui utilisent le magazine pour présenter de manière moins sèche que les publications de conférence ou de journal (au sens journal scientifique avec un impact factor) et se faire plaisir. J'ai des collègues qui y proposent des textes en informatique qui sont intéressants, mais qui seraient trop longs pour un format web, et pas assez "sérieux" (je dirais même coincé :mrgreen:) pour une publi…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Combien pensaient avant que Deep Blue ne batte Kasparov qu'il fallait de la créativité, du panache et un costume avec une cravate qui pique les yeux pour réussir aux échecs ?

C'est normal, les échecs étant un jeu plus tactique que stratégique. En revanche ça fait des années que la recherche sur le GO n'a pas bougé d'un milimètre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une autre application possible, la construction:

PS.

Une autre équipe de chercheurs utilise une autre approche. Leurs quadricoptères controlent leur attitude uniquement de façon visuelle, à l'aide du capteur Kinect de Microsoft

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore une vidéo assez marrante:

_sUeGC-8dyk

Un article de futura-sciences sur le sujet:

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/robotique/d/des-minidrones-autonomes-capables-de-se-coordonner-entre-eux_37387/

La conférence TED mentionnée dans cet article:

4ErEBkj_3PY

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il s'agit ici d'hélicoptères classiques, mais pilotés avec une intelligence artificielle:

M-QUkgk3HyE

Assez génial, je trouve.

L'idée est qu'il n'y a pas de raison pour qu'un ordinateur ne soit pas capable de manœuvrer un hélicoptère avec autant voire plus d'adresse qu'un être humain. Il faut savoir en effet qu'un pilote chevroné peut obtenir des performances de vol très impressionnantes:

5bFLSaeoQs4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'en ai vu des quadri a vendre a la fnac avec camera integré, c'est tristounet de vulgariser ca tout de suite, le reve s'en trouve brisé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×