Aller au contenu
Lexington

Cato Goes to War, tentative de prise de contrôle au Cato

Messages recommandés

Source: Slate

Cato Goes to War

The Koch brothers have launched an extraordinary campaign to take control of America’s most respected libertarian think tank. Will they destroy it?

By David Weigel|Posted Monday, March 5, 2012, at 6:00 AM ET

131426480.jpg.CROP.article250-medium.jpg

David Koch, above, and his brother Charles, founders of Koch Industries and major backers of the Tea Party, are trying to take control of the libertarian Cato Institute









Photo by Chip Somodevilla/Getty Images

On Friday afternoon, as the Washington offices of the Cato Institute were emptying out for the weekend, the libertarian think tank’s president sent an e-mail to all staff. The subject was the Koch brothers crisis.

“Catoites,” wrote Ed Crane, “You are all probably aware by now of the unfortunate development with Charles and David Koch. They are in the process of trying to take over the Cato Institute and, in my opinion, reduce it to a partisan adjunct to Americans for Prosperity, the activist GOP group they control.”

His fellow Catoites were waiting for this. On Thursday morning, the Washington Postpublished news of a lawsuit the Kochs had filed against the 35-year-old libertarian think tank, claiming that they could buy the controlling shares held by the late co-founder and chairman William Niskanen. A “Save Cato” page materialized on Facebook; Cato staffers, on their public pages, were telling friends to join. On Friday, before he sent out the e-mail, Crane summoned some of his top scholars for a special briefing on the Koch crisis. Attendees described it as a “war meeting,” with Crane pledging to stay on and fight the lawsuit as long as it could be fought. This was basically what Crane would say in his all-Cato e-mail.

“Cato is the gold standard of libertarian organizations around the world,” wrote Crane. “We are respected and admired for our commitment to libertarian principles, integrity, independence and non-partisanship. That respect encompasses traditional liberals and conservatives. That would all end with a Koch takeover, despite Charles Koch's protestations to the contrary.”

How did this happen, and why should anyone outside of the libertarian sphere care about it? The first question has a complicated answer. The second question answers itself.

Charles and David Koch have been putting some of their hard-won oil wealth into libertarian causes since the 1970s. A lot of the money has gone to theoretical, academic research—Cato, the Mercatus Center,* internship programs for college students. Charles Koch had helped to found Cato in 1977, but in 1991, he bolted; the think tank wasn’t producing his kind of results. David joined Cato as Charles left, becoming a minority partner, present but not really policing the think tank’s work.

In 2009, after Barack Obama’s Democrats passed health care legislation and tried to pass a cap-and-trade energy tax, the Kochs stepped up their political activism. Americans for Prosperity, a grass-roots organizing group chaired by David Koch, helped build the Tea Party movement with conferences, bus tours, and punditry; its budget grew from $7 million pre-Obama to $40 million in 2010.

The Cato Institute had never been so directly involved in politics. Its scholars had criticized Republicans when they were in power; they criticized Democrats when they started ruining things their own way. But if other Koch-connected organizations were at war with Obama, Cato largely sat it out. When the Occupy Wall Street movement began, Americans for Prosperity denounced its “violent rhetoric.” Jim Harper, director of information policy studies at Cato, blogged a Venn diagram and wrote that “to the extent the substance of [Occupy Wall Street’s] grievance is, or can be turned to, corporations’ use of government power to win unjust power and profits for themselves, that’s a grievance I can sit in a drum circle for.” In 2011, according to Cato chairman of the board Bob Levy, the think tank got no money whatsoever from the Kochs.

On Oct. 26, 2011, Niskanen passed away. Within days, Crane learned that the Kochs would be coming after the Cato shares held by Niskansen’s widow, arguing that they were not hers to hold. A win would give them complete control of the think tank, with a supermajority to make key hiring decisions; that, Crane was led to believe, would end his 35-year tenure as president.

In early November, David Koch met with Bob Levy, chairman of Cato’s board of directors, at Dulles International Airport. They were joined by Richard Fink, Koch's chief adviser, and Kevin Gentry, a vice president of Charles Koch’s charitable foundation who’d been put on Cato’s board of directors. (Former Americans for Prosperity President Nancy Pfotenhauer had joined the board after the same meeting.)

“They said that a principle goal was to defeat Barack Obama,” remembered Levy. “The way David [Koch] put it was, ‘We would like you to provide intellectual ammunition that we can then use at Americans for Prosperity and our allied organizations.’ AFP and others would apply Cato's work to advance their electoral goals.”

Levy asked them: “What gives you the impression that [Cato isn’t] providing intellectual ammunition?” He says now: "I never got a satisfactory answer. The only answer that makes sense was that Cato needed to be more responsive to their needs. We would take closer marching orders. That’s totally contrary to what we perceive the function of Cato be.”

Cato’s leadership didn’t respond to this directive, nor did they change anything about the think tank. The Kochs began to change it for them. In February, they nominated 16 people for four slots on Levy’s board. Levy and others were aghast at some of the names. One nominee, Tony Woodlief, a former leader of several Koch-funded groups, had blogged in the past about “sanctimonious libertarians” who refused to get serious about policy. “Libertarianism in practice largely consists of a homogeneous group of people talking to one another about a narrow set of things that matter most to them (legalized drugs, lower taxes), and hoping that the rest of America will wake up and elect them to office,” he sneered in a 2002 post. “The majority of Americans are not, in fact, ‘live and let live’ types.” John Hinderaker, a lawyer and founder of the blog PowerLine, had backed the Iraq war and called George W. Bush a “man of extraordinary vision approaching to genius.”

In the end, the board chose the four members that horrified libertarians the least. The four new members were Judge Andrew Napolitano (“the only one of these nominees who actually is a libertarian,” says Levy), former solicitor general Ted Olsen, Koch Industries shareholder Preston Marshall, and Charles Koch himself. Both brothers were now on the board. They or their close allies held seven of 16 seats. Two more, and they would have had control of the board.* That would end Cato as Washington knows it. “You think I’d WANT to stick around a partisan propaganda farm?” tweeted Julian Sanchez, a Cato research fellow, on Friday. “The Kochs are making me root for that asshole Ed Crane,”tweeted Will Wilkinson, a scholar with some liberal leanings who left the think tank in 2010, sparking a now-quaint round of speculation about Cato’s politics.

“I don’t think there’s anybody, maybe with the exception of Charles and David Koch and their employees, who believes that Cato’s better off being governed by the corporate and political interests of the Kochs,” said Bob Levy. “Maybe they will wake up to the fact that this is destructive for everybody. It seems obvious. What is the purpose of doing this? What is there about Cato’s activities that requires redirection? What is there that they’re not satisfied with?”

The Kochs haven’t explained themselves yet. (I e-mailed the Kochs’ representative over the weekend, and I will print any reply.) The money speaks loudly enough. In 2010, AFP and the Kochs’ own donations went to support Republicans running for Congress. (AFP’s spending was “educational,” so most ads gently suggested that voters should call Democrats and explain why they were wrong.) In 2012, the Kochs talk about steering $200 million to conservative candidates. If they’re successful, Republicans will win the total control of Washington that they had from 2001 to 2007. Of course, even in those years, the Cato Institute produced some of the most consistent, passionate, and predictive attacks on Republican policies. One example: In December 2001, a Catoite grew worried that the Bush administration would expand the “war on terror” to Iraq.

"The Bush administration should not follow a successful prosecution of the war in Afghanistan with another war in Iraq,” he wrote, “unless it presents evidence, at least credible enough for Tony Blair, that Saddam helped finance, organize, or implement the Sept. 11 attacks or that he has supplied weapons of mass destruction to a terrorist group. No such evidence has been presented to date.”

The author: William Niskanen. If the Kochs win control of his shares, and the Koch-skeptics bolt, a much-less-credible Cato Institute will never be so rude to the Republican Party. The think tank’s response: total war, ending either with victory or with Ed Crane’s libertarians salting the earth as they retreat.

Correction, March 5, 2012: This article originally misstated the number of seats on Cato's board. It's 16, not 12. The article also misidentified the Mercatus Center as the Mercatus Institute.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mouais, les kochs ne sont pas des mauvais maîtres et le Cato est devenu une antre de beltway libertariens, oui ils seront certainement plus critiques d'Obama, mais le seront également probablement plus des républicains au pouvoir que le Cato l'a été de bush junior dans leur complaisance avec le warfare state…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben justement non. D'abord, si les Koch ne sont pas de mauvais maîtres, comment expliquer que la direction actuelle du Cato s'oppose à leur prise de contrôle ? Les Koch trouvent le Cato trop critique des Républicains et pas assez des Démocrates et veulent s'en servir pour permettre la défaite d'Obama. S'ils contrôlent le Cato, la critique des néo-conservateurs se fera au mieux mezza voce et sans doute plus du tout. En résumé, c'en sera fini de l'indépendance du Cato. Je n'invente rien, c'est dans l'article.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mouais, on a pas vu Cato beaucoup critiquer Bush Jr quand il étendait le bidon de l'Etat fédéral. Je suis d'accord que ce n'est pas le même poids en termes d'influence, mais je trouve le LvMI beaucoup plus proches d'un bon think tank libertarien, bien que plus orienté sur des aspects économico-académiques. Ils sont en tout cas plus solidement autrichiens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que le Cato et le LvMi soient différents voire opposés sur certains sujets (Ron Paul par exemple), c'est évident et c'est tant mieux. Mais là on parle de la perte d'indépendance du Cato. Par ailleurs, tu te trompes quand tu dis que le Cato n'a pas critiqué Bush Jr. Etre trop critique des Républicains et pas assez des Démocrates au pouvoir est justement ce que les Koch lui reprochent. Pour mémoire, j'ai analysé en 2005 un article du Cato très critique de la hausse des dépenses sous Bush Jr:

http://www.liberaux.org/topic/22064-bush-lultra-etatiste/page__view__findpost__p__107033

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que le Cato et le LvMi soient différents voire opposés sur certains sujets (Ron Paul par exemple), c'est évident et c'est tant mieux. Mais là on parle de la perte d'indépendance du Cato. Par ailleurs, tu te trompes quand tu dis que le Cato n'a pas critiqué Bush Jr. Etre trop critique des Républicains et pas assez des Démocrates au pouvoir est justement ce que les Koch lui reprochent. Pour mémoire, j'ai analysé en 2005 un article du Cato très critique de la hausse des dépenses sous Bush Jr:

http://www.liberaux….post__p__107033

L'autre jour un article du Cato institute disant que les libertariens ne devaient pas soutenir les confédérés ni quelconque tentative sécessionniste parce que c'est anti-constitutionnel m'a pas mal refroidi.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Que le Cato et le LvMi soient différents voire opposés sur certains sujets (Ron Paul par exemple), c'est évident et c'est tant mieux. Mais là on parle de la perte d'indépendance du Cato. Par ailleurs, tu te trompes quand tu dis que le Cato n'a pas critiqué Bush Jr. Etre trop critique des Républicains et pas assez des Démocrates au pouvoir est justement ce que les Koch lui reprochent. Pour mémoire, j'ai analysé en 2005 un article du Cato très critique de la hausse des dépenses sous Bush Jr:

http://www.liberaux….post__p__107033

Oui, mais c'est toujours très mou, alors que le LvMI soutient ouvertement Ron Paul et une politique plus authentique libertarienne en phase avec l'Ecole de Vienne. Je n'ai pas l'impression que cela changera grand chose. A vrai dire, si Cato devait devenir l'antichambre du GOP, cela permettrait peut-être au LvMI de se poser comme une alternative plus crédible et de combler le vide pour les libertariens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vigoureuse protestement contre ce "je ne veux voir qu'une seule tête". J'adore le LvMI et Ron Paul et c'est pourquoi je pense qu'il y a une place pour des minarchistes indépendants comme le Cato.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu peux citer ? Ca m'intéresse.

Aïe, je n'ai plus la référence. Je vais essayer de le trouver.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai lu le même article, il doit être sur libertarianism.com (de mémoire).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vigoureuse protestement contre ce "je ne veux voir qu'une seule tête". J'adore le LvMI et Ron Paul et c'est pourquoi je pense qu'il y a une place pour des minarchistes indépendants comme le Cato.

C’est un bon argument.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vigoureuse protestement contre ce "je ne veux voir qu'une seule tête". J'adore le LvMI et Ron Paul et c'est pourquoi je pense qu'il y a une place pour des minarchistes indépendants comme le Cato.

Il ne s'agit pas de voir une seule tête, personnellement par exemple j'ai beaucoup d'interet pour le LvMI mais aussi pour la JBS, mais le Cato, serieusement, je crois que l'article anti-seccesion montre bien (il n'est pas le seul) que le Cato est infesté de progressisme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai lu le même article, il doit être sur libertarianism.com (de mémoire).

correct, je l'avais chopé par twitter en fait. donc mille excuses, ce n'est peut-être pas le cato institute.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ha oui, donc un article anti-sécession que personne n'est capable de retrouver ni de citer et qui en fait vient de Libertarianism.com démontre que le Cato est devenu un repaire de progressistes. D'accord, d'accord, je m'incline. Passez-moi la même moquette, que je puisse fumer moi aussi.

EDIT: la seule bonne objection est celle levée par neuneu2k. Est-ce que les frères Koch sont vraiment libertariens et conservateurs ? Alors, je sors la une actuelle de "Americans for Prosperity", un think-tank copieusement arrosé par les frères Koch. Et que vois-je ? Qu'ils invitent l'anarcho-capitaliste Mitt Romney, le libertarien Rick Santorum et le paléo-conservateur Andrew Breitbart :

http://americansforp…rosperity-forum

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ha oui, donc un article anti-sécession que personne n'est capable de retrouver ni de citer et qui est en fait vient de Libertarianism.com démontre que le Cato est devenu un repaire de progressistes. D'accord, d'accord, je m'incline. Passez-moi la même moquette, que je puisse fumer moi aussi.

Tout ça c'est pareil, des libertariens qui sont en train de tourner communistes!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ha oui, donc un article anti-sécession que personne n'est capable de retrouver ni de citer et qui en fait vient de Libertarianism.com démontre que le Cato est devenu un repaire de progressistes. D'accord, d'accord, je m'incline. Passez-moi la même moquette, que je puisse fumer moi aussi.

EDIT: la seule bonne objection est celle levée par neuneu2k. Est-ce que les frères Koch sont vraiment libertariens et conservateurs ? Alors, je sors la une actuelle de "Americans for Prosperity", un think-tank copieusement arrosé par les frères Koch. Et que vois-je ? Qu'ils invitent l'anarcho-capitaliste Mitt Romney, le libertarien Rick Santorum et le paléo-conservateur Andrew Breitbart :

http://americansforp…rosperity-forum

Heureux d'apprendre que ce n'est pas d'eux, mais d'autres articles peuvent aussi être sujet à debat.

Pour moi si le Cato devient pro-big-gouvernement ce ne sera pas une grande perte, l'article de Rothbard ''Les libereaux étatistes'' parlait je pense entre autre du Cato institut.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Heureux d'apprendre que ce n'est pas d'eux, mais d'autres articles peuvent aussi être sujet à debat.

Combien d'oeufs dans la figure dois-tu recevoir pour apprendre à te taire ?

Pour moi si le Cato devient pro-big-gouvernement ce ne sera pas une grande perte, l'article de Rothbard ''Les libereaux étatistes'' parlait je pense entre autre du Cato institut.

L'article est ici:

http://www.lewrockwell.com/rothbard/ir/Ch16.html

Cet article attaque aussi le magazine Reason et Ayn Rand, dont il est urgent de faire l'économie pour conserver le purisme de Rothbard, en effet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Libertarianism. Com est un projet du Cato, dude.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vigoureuse protestement contre ce "je ne veux voir qu'une seule tête". J'adore le LvMI et Ron Paul et c'est pourquoi je pense qu'il y a une place pour des minarchistes indépendants comme le Cato.

Ce n'est la question. Personnellement, que Cato survive ou pas, ce n'est pas vraiment mon affaire, cela fait un moment que je ne les lis plus et que j'ai donné ma clientèle au LvMI. Si les frères Koch veulent reprendre ce qui est une entreprise privée et la mouler comme ils l'entendent, ils ne feront pas illusion bien longtemps de toute manière.

Combien d'oeufs dans la figure dois-tu recevoir pour apprendre à te taire ?

L'article est ici:

http://www.lewrockwe…rd/ir/Ch16.html

Cet article attaque aussi le magazine Reason et Ayn Rand, dont il est urgent de faire l'économie pour conserver le purisme de Rothbard, en effet.

D'accord là-dessus, mais si on écoute Rothbard, tout est mauvais sauf lui-même. Et je dis cela sans hostilité, j'ai lu avec intérêt un certain nombre de ses publications, mais on ne peut lui enlever son sale caractère. Il tenait aussi Hayek pour un socialiste et Rand pour une écervelée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Libertarianism. Com est un projet du Cato, dude.

Je pense que tu confonds au moins une fois (et peut-être deux) .org et .com Je cite libertarianism.org:

"None of the views expressed at Libertarianism.org should be taken to represent the position of the Cato Institute or its scholars."

Si même toi tu t'y mets, j'abandonne encore plus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'avais lu dans un des livres de Sebatien Carré que le Cato avait perdu le soutien du lobby pétrolier après la première guerre du Golf, or que penser de cet article ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a un blog qui recense tous les articles et posts sur le sujet pour ceux qui ne veulent pas en rater une miette. :popcorn:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ha oui, donc un article anti-sécession que personne n'est capable de retrouver ni de citer et qui en fait vient de Libertarianism.com démontre que le Cato est devenu un repaire de progressistes. D'accord, d'accord, je m'incline. Passez-moi la même moquette, que je puisse fumer moi aussi.

C'est un article publié sur libertarianism.org, projet du Cato. Sans discuter des mérites de l'argument présenté (à part que son histoire de droits des Etats qui seraient selon les libertariens sécessionistes des droits naturels comme des droits de l'homme, c'est un gros strawman de petit jeune pressé d'en découdre) et sans prétendre que dès qu'un truc est publié quelque part, c'est censé représenter les vues de toute une organisation en bloc, il n'est pas nouveau qu'un des points de démarcation entre LvMI et Cato est qu'il y a plus de points de vue favorables au "libertarian centralism" chez les seconds que les premiers, ce qui se reflète aussi dans des arguments pro-war (Afghanistan/Irak) qu'on a vu fleurir via certains fellows du Cato.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il tenait aussi Hayek pour un socialiste et Rand pour une écervelée.

Oui il comprenait des choses même si certaines prises de positions sont sujette à débat.

Sujettes pardon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'accord là-dessus, mais si on écoute Rothbard, tout est mauvais sauf lui-même. Et je dis cela sans hostilité, j'ai lu avec intérêt un certain nombre de ses publications, mais on ne peut lui enlever son sale caractère. Il tenait aussi Hayek pour un socialiste et Rand pour une écervelée.

Plus que caricatural.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

LvMI est un think tank libertarien mais aussi autrichien et conservateur refusant le lobbying et previlegiant l'education des jeunes gens de facon a former une avant garde intelectuelle. C'est un choix et s'il n'existait pas, il y aurait des gens pour le (re)creer de toute facon.

Cato est un think tank libertarien centriste qui se concentre sur le lobbying de l'Etat federal. C'est un choix et s'il n'existait pas, il y aurait des gens pour le (re)creer de toute facon.

Reason Foundation est un think tank libertarien progressiste mais aussi plus connu par l'intermediaire de son magazine, de son site Internet et des passages medias de ses dirigeants et amis. C'est un choix et s'il n'existait pas, il y aurait des gens pour le (re)creer de toute facon.

A cela s'ajoute une cinquantaine de think tanks, medias et organisations libertariennes americaines locales et/ou sectorielles/specialisees de tendances variees. C'est un choix et s'il n'existait pas, il y aurait des gens pour le (re)creer de toute facon.

On differe sur les manieres d'arriver a une societe plus libre. Certains s'engagent dans l'action de manieres differentes. Ce sera toujours comme ca et c'est bon pour l'adaptabilite de nos idees aux evolutions du monde et aux differents groupes composants la societe.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×