Aller au contenu
Bastiat

Presse française 10x plus subventionnée qu'en Europe

Messages recommandés

Je plussoie, mais tout le monde s'en fout des pétitions on-line.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je plussoie, mais tout le monde s'en fout des pétitions on-line.

J'espère que non ! Je signe toutes celles du Contribuable qui crie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On reparle des méthodes musclées du syndicat du livre, Presstalis, ex NMPP noyauté par le PC :

Le message d'Alexis Brézet aux lecteurs du Figaro:

Dans la nuit de jeudi à vendredi, une poignée de syndicalistes du Livre CGT a pénétré par la force dans les imprimeries du Figaro et bloqué l’impression de nos journaux. Ce matin, nos lecteurs - abonnés postaux, abonnés portés, acheteurs au numéro - ont donc une fois encore été privés de leur Figaro - qu’ils peuvent retrouver ici, dans son intégralité, en édition numérique. Nous en sommes profondément désolés et les prions de nous en excuser.

Ils doivent savoir que ce «mouvement social» qui, curieusement, n’a touché que Le Figaro ( on n’ose imaginer, derrière ce «ciblage», un quelconque motif politique) n’est en rien le fait des journalistes, des employés ou des ouvriers du groupe Figaro et de ses imprimeries qui, jour après jour, s’attachent à vous proposer le meilleur journal.

La cause du conflit ? Presstalis, le système coopératif qui depuis la Libération assure la distribution de la presse française, est aujourd’hui à bout de souffle, victime de ses rigidités et de l’aveuglement d’un syndicalisme de monopole qui l’a conduit au bord de la faillite. Pour survivre, et continuer de faire vivre la liberté de l’information, ce système doit mener à bien une vigoureuse restructuration - qu’un syndicat hostile à tout dialogue, refuse obstinément d’envisager. Ce sont ces «dockers de la presse» qui nous prennent en otage et vous prennent en otage, qui envahissent les usines, bloquent les camions, jettent dans le caniveau des journaux tout juste imprimés. Dans l’industrie automobile, au moins, on n’abime pas le «produit»…

Il ne faut pas s'étonner qu'avec de pareils mafieux, le déclin de la presse ne fasse que s'accélerer, mais c'est sans doute un mal pour un bien vu son incompétence notoire, sa connivence avec les politiques et la désinformation pratiquée par les journalistes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me suis pas fritter, mais j'ai chauffé les oreilles d'un socialistes suisse ce week-end en lui parlant de ce syndicat et le coup de sa cache d'armes dans les années 80, ainsi que de ses méthodes de mafiosi.

Le type était complètement incrédule en me demandant des "preuves", parce que voyez vous les syndicats ça peut pas mal se comporter voyons.

Voilà qui tombe à pique pour rajouter du sel à mon plat, miam, dommage que le gars était plutôt vieux je lui aurait volontiers balancé ce lien par e-mail.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourquoi la presse française est-elle si militante et de piètre qualité? Site intéressant pour ceux qui s'intéressent aux pignouferies de presse et à la collusion entre journalistes, politiques et milieux d'affaires : l’Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique. De plus il a une structure coopérative, à l'instar de CP.

http://www.ojim.fr/

nb: je mets à part le Canard Enchaîné, seul journal qui vit de ses ventes et tient son rang de contre-pouvoir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toi, t'as écouté Radio Courtoisie.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toi, t'as écouté Radio Courtoisie.

Tu quoque! A part une ou deux émissions scientifiques & Finkie, Pravda Culture est devenue totalement imbuvable et médiocre depuis le changement de régime (la pente était certes bien amorcée), alors je me rabats sur Courtoisie dont le niveau remonte en revanche. Et c'est une des seules radios non subventionnées à ma connaissance.

Il n'empêche que ce site observe assez bien les dérives du journalisme de connivence à la française, qui est devenu une cour de flatteurs autour de la noblesse d'Etat chargée de veiller sur l'étiquette. Il n'est d'ailleurs pas anodin que tant d'éditocrates viennent du trotskysme, ils en ont hérité les qualités de taupes.

Un exemple particulièrement éclairant et paradigmatique : Denis Olivennes.

Denis Olivennes est né le 18 octobre 1960 à Paris. Il est le fils d’Armand Olivennes, poète et psychiatre, et d’une mère psychanalyste ; le frère cadet de François Olivennes, gynécologue obstétricien jouissant d’une certaine réputation. Depuis 2008, il est le compagnon de l’ancien mannequin Inès de la Fressange (« Nous nous sommes rencontrés en février 2008 à Méribel, où il était venu skier avec ses trois fils », Inès de la Fressange, Paris-Match, « Inès de la Fressange, la vie devant soi », 20 octobre 2009, cité par Benjamin Dormann, Ils ont acheté la presse, Jean Picollec éditeur, 2012).

Denis Olivennes a effectué sa scolarité au lycée Henri IV avant d’intégrer l’École Normale Supérieure (ENS) de Saint-Cloud en 1980, de passer une agrégation de lettres modernes et une autre de science économique et sociale, puis d’intégrer l’IEP et enfin l’ENA, d’où il sort « dans la botte ». Il intègre ensuite la Cour des comptes (promotion Montaigne, 1988, d’où est également sorti Nicolas Baverez, avec qui il écrira un livre six ans plus tard).

Denis Olivennes commence sa carrière en tant qu’auditeur à la Cour des comptes. Doté d’une sensibilité de gauche, ce haut fonctionnaire est d’emblée très proche du pouvoir socialiste. Il écrit des discours pour Laurent Fabius dès la fin des années 1980 et devient, en 1992, le conseiller de Pierre Bérégovoy, ministre des Finances puis Premier ministre, tout en restant « fabiusien de cœur » (Rue89.com, 30 novembre 2010).

En 1993, il rejoint le groupe Air France dont il deviendra directeur général adjoint. Cinq ans plus tard, il quitte la compagnie aérienne pour NC Numéricable, principal câblo-opérateur de télévision et fournisseur d’accès à Internet par câble dont il devient président-directeur général (1997-2000).

Après un passage à Canal++ (2000-2002) où il occupe le poste de directeur général, il rejoint le groupe « Pinault Printemps Redoute » (PPR) en 2002 et devient le directeur général de la distribution du groupe. En 2003, il est nommé président-directeur général de la FNAC qui appartient à PPR.

En mars 2008, il quitte la FNAC pour rejoindre Le Nouvel Observateur où il se retrouve directeur-général délégué et directeur de la publication. En novembre 2008, sans prévenir la rédaction, il réalise une interview du chef de l’État Nicolas Sarkozy. La Société des rédacteurs du Nouvel Observateur publie alors un communiqué dans lequel elle « s’élève vigoureusement contre les conditions dans lesquelles a été réalisée l’interview de Nicolas Sarkozy », un entretien réalisé « sans consultation des rédacteurs en chef et des journalistes dont la compétence aurait pourtant été bien utile ». « Cet épisode a confirmé l’existence d’un fossé qui se creuse entre la rédaction et le président du directoire », concluent les rédacteurs du communiqué.

En janvier 2011, Denis Olivennes quitte Le Nouvel Observateur et devient, à la place d’Alexandre Bompard (qui s’en va diriger… la FNAC), directeur du « pôle Information » du groupe Lagardère, et directeur de la radio Europe 1. Il est également « responsable opérationnel », c’est-à-dire patron de fait, de Paris Match, du Journal du Dimanche et de Newsweb, le pôle Internet du groupe Lagardère. Il a obtenu de dépendre directement d’Arnaud Lagardère, et non du numéro 2 du groupe, Didier Quillot, si bien que la presse le qualifie de « numéro 2 bis ». Certains « amis » révèlent par la bande ses éventuelles ambitions : « Avec cette nomination, le groupe Lagardère semble se préparer de plus en plus à une éventuelle victoire de DSK en 2012 (…) Est-ce Ramzy Khiroun, proche conseiller du directeur du FMI et homme de confiance d’Arnaud Lagardère, qui prépare le terrain ? » (Rue89.com, 30 novembre 2010)

En novembre 2011, il est nommé président du directoire de « Lagardère Active » où il succède à Didier Quillot, qu’il évince. Il a pour mission de consolider les éditions numériques des titres de Lagardère, notamment Le Journal du Dimanche, Paris Match, Psychologies, Télé 7 jours, Elle, Public. En tant que président du directoire, il devient membre de fait du Comité Lagardère Media et de Lagardère SCA, la holding du groupe.

Denis Olivennes a été promu officier de la Légion d’honneur en juillet 2008, sur le contingent de François Fillon, premier ministre.

« À 15 ans, il était proche de la LCR, dans ce qu’on appelle les comités rouges. Il adorait se bagarrer contre les types de l’extrême droite » (Henri Weber).

À la fin des années 80, il devient une des plumes de Laurent Fabius dont il restera proche jusqu’au référendum sur la constitution européenne de 2005. Fabius étant pour le non et Olivennes pour le oui, les deux hommes s’éloignent.

L’impôt du diable. Le naufrage de la fiscalité française (sous la direction de Dominique de la Martinière), Calmann-Lévy, 1990.

L’impuissance publique (avec Nicolas Baverez), Calmann-Lévy, 1994.

La gratuité, c’est le vol : quand le piratage tue la culture, Grasset et Fasquelle, 2007.

Le 23 novembre 2007, Denis Olivennes, alors président-directeur général de la FNAC, rend à Christine Albanel, ministre de la Culture, un rapport intitulé « Le développement et la protection des œuvres culturelles sur les nouveaux réseaux ». Appelé couramment « rapport Olivennes », il est à l’origine de la loi Hadopi, votée deux ans plus tard et visant à mettre un terme aux partages de fichiers ne respectant pas les droits d’auteur. L’association de consommateurs UFC-Que-Choisir a dénoncé la « surenchère répressive » du rapport.

Lorsqu’il quitte Canal++ en 2002, deux ans et demi après y être entré, Denis Olivennes obtient une indemnité de départ 3,2 millions d’euros (indemnité qui sera ultérieurement contestée par la chaîne). Interrogé sur France 2, en janvier 2009, il déclare que cette somme correspond à deux ans et demi de salaire. Son salaire annuel était donc de 1 300 000 euros. Soit la bagatelle de… 108 333 euros par mois.

Quelques mois plus tard, il rejoint le groupe PPR et gagne 940 000 euros en 2003, 1 110 000 euros en 2004, 1 290 000 euros en 2005, « sans compter une participation au régime supplémentaire de retraite, plus des stock-options, plus l’octroi d’actions gratuites » (Benjamin Dormann, op. cit. p.95). « Au moment de son départ pour Le Nouvel Observateur, ses revenus annuels, tout confondu, excèdent 1 500 000 euros » (ibid.).

À peine arrivé au Nouvel Observateur, il annonce qu’il divise son nouveau salaire « par cinq ou six », par rapport à l’ancien (de 1 500 000 à 200 000 euros annuels). Mais ce qu’il ne dit pas, c’est qu’il devient également, en même temps que directeur de l’hebdomadaire, président du directoire de la société industrielle SFA appartenant à Claude Perdriel, si bien qu’il bénéficie d’un second revenu, d’environ 100 000 euros annuels. À sa nomination à la direction du Nouvel Observateur, il acquiert en outre 5% du capital de la société SFA « grâce à un crédit vendeur consenti à un taux d’intérêt inférieur à la fois au taux d’inflation et au taux d’intérêt légal de l’année » (Benjamin Dormann, op. cit. p. 102) plus la jouissance de 4% des parts de Perdriel qui n’en garde que la nue-propriété. Benjamin Dormann a ainsi calculé qu’en 2008, son revenu était de 300 000 euros (salaire de patron du Nouvel Obs + salaire de patron de SFA) + 650 000 euros de dividendes des 5% d’actions SFA + 520 000 euros d’usufruit des 4% de parts SFA = 1 470 000 euros par an… Denis Olivennes affirmait, quant à lui, qu’il ne touchait « que » 200 000 euros annuels.

« Internet : allez regarder les commentaires quand c’est pas contrôlé, quand c’est pas géré, quand la parole est libre, j’ai dit un jour […] c’est le tout-à-l’égout de la démocratie […] », Intervention à l’université d’été du Medef, 4 septembre 2009 (cité par Benjamin Dormann, op.cit. p.48).

« Les cinq ans qui viennent de s’écouler ont donc été ceux de la reconfiguration du groupe. J’ai désormais en charge un groupe média qui dispose de titres puissants sur des segments forts : le féminin, le parental, les news. Maintenant, cap sur l’innovation au service de la croissance », 7 novembre 2011, à l’occasion de sa nomination comme président du directoire de Lagardère Active.

« Contrairement à tout ce que l’on a entendu […] et même si cette thèse est populaire dans le désarroi général de la gauche, je ne crois pas qu’il faille vouer aux gémonies le supposé capitalisme financier… Ce qu’il faut combattre avec la dernière force, c’est la déviation du capitalisme de rentiers, d’héritiers et de privilèges », Nouvel Observateur, n° 2338, 27/08/2009 (cité par Dormann, op.cit. p. 143-144).

« [Denis Olivennes est] un renégat très content de lui, ancien trotskyste devenu patron », Michel Onfray, août 2005 (cité par Dormann, op. cit. p.199)

« Cet énarque normalien mondain passe d’un poste à l’autre, comme une grenouille change de nénuphar », Le Canard enchaîné à l’occasion de sa nomination à la tête de la direction opérationnelle du nouveau pôle d’information de Lagardère Active, 8 décembre 2010 (cité par Dormann, op. cit. p.57).

« Au cours de l’année 2000, alors que la situation financière de Canal++ est totalement dégradée, messieurs Pierre Lescure, président, Denis Olivennes, directeur général et Philippe Duranton, directeur des ressources humaines, ont fait signer à 15 cadres dirigeants de cette société des avenants à leur contrat de travail pour leur faire bénéficier de « golden parachutes » totalement exorbitants et dérogatoires du droit commun (3 ans de salaire net de toutes charges sociales et fiscales, hors de toute conditions d’ancienneté et quelle que soit la cause de la rupture du contrat de travail), sans équivalents, à notre connaissance, dans une société de droit français », Conclusion de l’enquête des juges Henri Pons et René Cros du pôle financier (cité par Dormann, op.cit. p. 179)

Denis Olivennes est membre du Siècle, un club permettant de créer « un pont entre des mondes qui s’ignorent trop en France » selon les statuts, mais qui, officieusement, permet « de gagner en puissance au sein de la société, d’être branché sur les réseaux d’influence, d’avoir reçu une bonne éducation mondaine, et bien entendu d’avoir envie de se retrouver entre élites et « gens de qualité. On ne peut pas vraiment y être admis si l’on n’ a pas compris le jeu des relations sociales et le rôle majeur du carnet d’adresses », La République des Lettres, « Select Club : Le Siècle, club de rencontres des élites françaises », 22 janvier 2008 (cité par Dormann, p. 226).

Il a participé à la réunion « Bilderberg » 2009. Le groupe de Bilderberg, fondé en 1954 par le banquier américain David Rockfeller et par Josef Luns, ancien secrétaire général de l’Otan à l’hôtel Bilderberg d’Osterbeek aux Pays-Bas, est considéré comme le réseau d’influence internationale le plus puissant du monde. Ce groupe composé de « 120 milliardaires, banquiers, hommes politiques, industriels, universitaires, hauts fonctionnaires, personnalités d’influence dans le monde du travail et de l’éducation et journalistes, se réunit pendant un week-end dans un hôtel ou un centre de villégiature quelque part en Amérique du Nord ou en Europe, afin de discuter en privé des affaires du monde », Rue89.com, « Bilderberg : silence médias sur les réunions de l’élite mondiale », 11 juin 2008.

Il appartient à la FAF (Franco-American Foundation), l’un des plus puissants réseaux de lobbystes franco-américain, dont l’objet est de « contribuer de manière désintéressée au développement des échanges de toute nature entre les États-Unis et la France et de permettre, par là une meilleure connaissance réciproque des deux sociétés, ceci en collaboration avec la French-American Foundation, créée à New-York le 1er août 1975 », (article 2 des statuts de la FAF). La FAF est à l’origine du « Young Leaders program », crée en 1981, dont l’objectif est « de créer et d’entretenir un réseau informel d’hommes et de femmes appelés à occuper des postes clés dans l’un ou l’autre pays », présentation de son programme « leadership » par la French-American Foundation-France (cité par Dormann, op.cit. p.230).

Pendant la campagne de 2007, il rejoint les « Gracques », « un groupe de réflexion et de pression » de hauts fonctionnaires socialistes appelant à une alliance du PS avec le centre et souhaitant une rénovation de la gauche française autour des valeurs sociales libérales.

Alain Minc a soutenu Claude Perdriel, patron du Nouvel Observateur, et Denis Olivennes, son directeur de la publication, dans leur tentative de rachat du groupe Le Monde en 2010, face à Pierre Bergé, Matthieu Pigasse et Xavier Niel, qui ont finalement remporté la mise. Peu de temps après l’arrivée de Denis Olivennes à la tête du pôle information Lagardère, en janvier 2011, Édouard Minc, le fils d’Alain Minc, est promu éditeur de Paris-Match.

Il est aujourd’hui un proche d’Arnaud Lagardère et le numéro 2 de son groupe.

On prête à Denis Olivennes (notamment Gala, août 2009, ou lepost.huffingtonpost.fr, 3 juillet 2009) une relation avec Carla Bruni avant que celle-ci n’épouse le chef de l’État. Ils auraient « un temps tous les deux songé à vivre ensemble » (Valérie Benaïm et Yves Azéroual, Carla et Nicolas, la véritable histoire, éditions du Moment, 2008) et seraient restés très proches.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tu quoque! A part une ou deux émissions scientifiques & Finkie, Pravda Culture est devenue totalement imbuvable et médiocre depuis le changement de régime (la pente était certes bien amorcée), alors je me rabats sur Courtoisie dont le niveau remonte en revanche. Et c'est une des seules radios non subventionnées à ma connaissance.

Indeed. Mais j'écoute trop peu Radio C pour me rendre compte que le niveau remonte. C'est réel ? Il avait accusé le coup après la prise de pouvoir de l'autre énarque.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai écouté une fois Radio Courtoisie chez ma copine, pour voir à quoi ressemblait "une radio d'extrême droite".

Z'ont pas arrêté de dieu, de lumière, de machin. J'ai tenu 20 minutes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
J'ai écouté une fois Radio Courtoisie chez ma copine, pour voir à quoi ressemblait "une radio d'extrême droite".

Z'ont pas arrêté de dieu, de lumière, de machin. J'ai tenu 20 minutes.

Ca dépend de l'émission. Les différents patrons d'émission ont une ligne éditoriale assez autonome (quoique moins qu'autrefois).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ouais, faudrait que je creuse sans doute.

Mais la radio, c'est un truc qui m'emmerde assez bien, problème générationnel peut-être. Je ne la mets que pour la musique.

Les débats m'ont toujours ennuyés, surtout que je ne sais pas écouter la radio et faire autre chose. Donc je dois rester dans mon canap' à écouter, et j'sais pas, au bout de 30 minutes, je craque.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu ne prends pas les transports ? Tu ne fais pas le ménage ?

Ah bon, quelle réputation a été brisée? Et par qui? Et qui a fait amende honorable? On parle de Bérégovoy là par exemple?A ma connaissance, et je suis sincère lorsque je dis cela, je n'ai en tête qu'un seul et unique cas de probité journalistique : un journal avait, jadis, lancé une campagne de presse contre un groupe de personnes, les accusant de tous les maux, les voyant d'ores et déjà courir au désastre, entraînant leur entourage et le pays tout entier avec. Finalement, le journal c'est trompé, le groupe de personnes en question a atteint son objectif, le journal a fait amende honorable, et a présenté ses plus plates excuses.Le journal c'était L'Equipe, pas un quotidien d'information générale, et le groupe de personnes c'était Aimé Jacquet et sa sélection de 1998.Hors cet exemple, je ne vois pas.

L'immense campagne de propagande anti-serbe en 1999.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai écouté une fois Radio Courtoisie chez ma copine, pour voir à quoi ressemblait "une radio d'extrême droite".

Ce n'est pas une radio d'E.D, sauf pour les lecteurs de Libé et du Nouvel Obs. Mais ça ne m'étonne pas que tu aimes jouer à te donner quelques frissons imaginaires. Toutes les droites y sont représentées, y compris la droite libérale.

Ecoute par exemple le libre journal des économistes produit par Garello, 100% libéralement correct, réécoutable à la demande depuis qu'ils ont récemment installé un lecteur moderne.

http://www.radiocourtoisie.fr/

Il vient d'où cet article, s'il te plait ?

Du site mentionné au-dessus. Besoin d'un café et d'un bisou?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Tu ne prends pas les transports ? Tu ne fais pas le ménage ? L'immense campagne de propagande anti-serbe en 1999.

J'ai une collection qui approche les 1 000 Cd et des centaines de vynils, je suis chroniqueur musical et musicien à mes heures perdues. J'ai "pas le temps" d'écouter la radio pour des trucs qui ne font pas partie de mon temps d'écoute on va dire "prioritaire".

(et je le regrette parfois, surtout si je pense à tout ce que j'aimerais lire à côté des lectures aussi "prioritaires".)

Ce n'est pas une radio d'E.D, sauf pour les lecteurs de Libé et du Nouvel Obs. Mais ça ne m'étonne pas que tu aimes jouer à te donner quelques frissons imaginaires.

J'ai mis les guillemets exprès pour signifier ce que je pensais de cette appellation. Mais ça ne m'étonne pas que tu aimes à débusquer quelques sous-entendu imaginaires.

Toutes les droites y sont représentées, y compris la droite libérale. Ecoute par exemple le libre journal des économistes produit par Garello, 100% libéralement correct, réécoutable à la demande depuis qu'ils ont récemment installé un lecteur moderne.

Je vais découvrir ça avec plaisir.

edit : bien, ça commence par du cassage en règle du protectionnisme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

edit : bien, ça commence par du cassage en règle du protectionnisme.

Dans une autre émission j'avais entendu un mec se plaindre des chinois qui vendaient des panneaux solaires à perte (lol).

Mais d'autres émissions sur lesquelles je suis tombé (rediffusions de nuit, aucune idée de ce que c'était) étaient très intéressantes, notamment des thèmes historiques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La dernière émission économique sur le player est bien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, les libres journaux "des économistes" et "des contribuables" sont très écoutables. Quant au reste, les émissions historiques et la musique classique coulent dans l'oreille tout naturellement. Quant aux autres émissions, bon, heu… Il m'arrive d'en écouter au second degré. :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il m'arrive d'en écouter au second degré. smile.gif

Quel humour :dentier:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Quel humour dentier.gif

Le taux de provocations gratuites a chuté depuis la mort de Beketch. Maintenant, leurs conneries sont tristes et sans relief.

Lesquen manque d'humour (parmi ses nombreux défauts), et ça nuit à Radio C. Soit, je ne vais pas pleurer si Lesquen se fait rappeler à l'ordre (j'aime pas ce type).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lesquen manque d'humour (parmi ses nombreux défauts), et ça nuit à Radio C. Soit, je ne vais pas pleurer si Lesquen se fait rappeler à l'ordre (j'aime pas ce type).

+1. J'aime bien Radio Courtoisie, mais Lesquen est franchement imbitable :viking: .

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ha, perso j'aime beaucoup son humour pince-sans-rire de rationaliste iconoclaste, surtout quand il exige de mettre l'argent dans le cochon après un anglicisme. Et ses attaques régulières contre la théorie du genre sonnent comme du miel dans mes oreilles. Inutile de s'étendre sur la censure malveillante et soviétoïde du CSA.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Petit coup de tonnerre : un député, Jean-Pierre Gorges, a le cran de remettre en cause les privilèges fiscaux des journalistes.

http://www.contrepoints.org/2012/10/09/100004-un-depute-reclame-la-fin-des-niches-fiscales-des-journalistes

Il fallait oser.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.lefigaro....e-francaise.php

Donc les journaleux français ont écrit un texte de loi qu'ils ont envoyé à la ministre. Dans ce texte, les journaleux ont quand même l'audace de menacer des gens de 3 ans de prison s'ils ne se soumettent pas à leur racket.

Google contre-attaque : si c'est comme ça, on ne référencera plus la presse qui pourra s’asseoir sur une part importante de sa pub.

Du coup, à quand le texte de loi qui force Google à référencer les sites de presse ? Parce que dans le cas contraire, cela met en danger leur santé financière.

Et puis bien sur Pellerin qui en rajoute sur le fait "qu'on ne menace pas un gouvernement démocratique."

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Contenu similaire

    • Par Nigel
      Bon, je continue de réfléchir à un moyen de "gagner". 
       
      Intuitivement, on a tendance à penser que le succès populaire précède l'apparition médiatique. Or j'entends de plus en plus de gens affirmant le contraire. L'apparition médiatique permet le succès populaire. 
       
       On l'a vu avec l'alt-right, ils n'étaient rien avant que Clinton et tout les grands médias parlent d'eux pour discréditer Trump. Non seulement la mise en avant de leurs idées permet une plus grande diffusion, mais la polarisation habituelle des débats politiques a fait que beaucoup de gens ont commencé à les défendre juste par passion anti-Clinton et en défense de Trump. 
       
       Partant de là, faudrait-il donc chercher à passer à la télé ? Est-ce que CP a déjà eu des propositions dans ce sens ? Par exemple, ça doit pas être bien dur de passer sur BFM Business non ? Ca marche pas trop mal pour Koenig non ? On le voit partout. Alors que bon, c'est pas ouf conceptuellement. 
       
       Vos avis ? 
    • Par Cugieran
      Vous pourrez prochainement voir apparaître de temps à autres des fils étiquetés [Wikibéral]. Ils visent à discuter du contenu d'un article Wikibéral qu'il faudrait étoffer, mettre à jour ou créer.
      L'objectif de ces fils, dont les premiers seront expérimentaux, est de favoriser l'implication des membres dans Wikibéral. Chacun peut apporter sa pierre, dans son domaine, en fonction de ses connaissances et des sujets.
      Il ne s'agit pas de discuter de la même manière que sur les fils classiques mais de se cantonner aux débats concernant le contenu de l'article.
      Dans ce cadre, il est indispensable que ces fils soient sérieux et utiles. Pas de trolling, pas de vannes et une très grosse préférence (pour ne pas dire obligation) de contributions constructives, étayées ou sourcées.
      Comme je suis convaincu que vous saurez suivre ces quelques consignes, je vous remercie par avance.
       
      A propos des subventions, question centrale de l'économie social-démocrate, voici le lien vers l'article Wikibéral : 
      https://www.wikiberal.org/wiki/Subvention
      Quelques discussions ont déjà eu lieu sur le forum à ce sujet.
      Que verriez-vous à ajouter ou modifier ? Sourcer ? Mettre à jour ? Exemples, liens ?
    • Par Bisounours
      Existe t il des pays sans ministère de la culture ?
      Qu'en pensez vous, autrement ?
×