Aller au contenu
Bastiat

Presse française 10x plus subventionnée qu'en Europe

Messages recommandés

http://www.lefigaro....e-francaise.php

Donc les journaleux français ont écrit un texte de loi qu'ils ont envoyé à la ministre. Dans ce texte, les journaleux ont quand même l'audace de menacer des gens de 3 ans de prison s'ils ne se soumettent pas à leur racket.

Google contre-attaque : si c'est comme ça, on ne référencera plus la presse qui pourra s’asseoir sur une part importante de sa pub.

Du coup, à quand le texte de loi qui force Google à référencer les sites de presse ? Parce que dans le cas contraire, cela met en danger leur santé financière.

Et puis bien sur Pellerin qui en rajoute sur le fait "qu'on ne menace pas un gouvernement démocratique."

S'attaquer à une grosse boîte américaine c'est pas l'idée du siècle. Attention au retour de flamme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

S'attaquer à une grosse boîte américaine c'est pas l'idée du siècle. Attention au retour de flamme.

Oui mais en fRance on ose tout, rien ni personnes ne fait peur à nos polipathétiques. Les patrons même pas peur. Le chômage, on s'en occupe, double ration pour tous. La crise européenne, on a placé "croissance" dans le traité, le reste suivra. Augmenter les impôts des riches personnes n'y avait pensé avant nous. Enseignement, éducation, finance prenez garde à vous, on va tous remettre à plat à grand coup de cure-dents… Y a ceux qui changent tout ce qu'ils touchent en or et y a les autres……. les socialistes!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Prions pour qu'ils mettent vraiment en place cette taxe.

Oui, comme ça Google supprime le référencement vers la presse et c'est la mort assuré des médias français, ça nous fera des neurones en plus.

Google amène quand même 4 milliards de click par an vers les journaux français en ligne qui vivent de la publicité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Grêve des ex-NMPP… déjà trois jours sans presse, ni revues ni rien.

Mais il y aura des subventions pour compenser la perte de c.a.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'était les journaux belges qui avaient déjà tenté le coup, et Google les avait déréférencés. La disparition brutale de presque la totalité du lectorat les avait fait revenir la queue entre les jambes…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, comme ça Google supprime le référencement vers la presse et c'est la mort assuré des médias français, ça nous fera des neurones en plus.

Google amène quand même 4 milliards de click par an vers les journaux français en ligne qui vivent de la publicité.

4 milliards par mois.

Les patrons de journeaux sont des abrutis. Google leur rend un service gratuitement, en réaction ils décident de le raquetter, puis se plaignent quand Google refuse de se laisser faire…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Google ne laissera pas faire, parce que ça sera la porte ouverte pour que tous les autres viennent mendier des sous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le dernier édito de Joffrin résume à lui seul ce qui est dit dans ce fil :

http://tempsreel.nouvelobs.com/laurent-joffrin/20121018.OBS6291/le-chantage-de-google.html

Google jette le masque. La multinationale américaine, qui se targue de remplir une tâche d’intérêt général grâce à son moteur de recherche, vient de démontrer qu’elle se soucie comme d’une guigne du droit à l’information.

Mécontente d’un projet qui pourrait amputer (un peu) ses bénéfices, elle menace tout bonnement de "déréférencer" - c’est-à-dire de censurer - l’ensemble de la presse française en ligne si le gouvernement persiste dans son intention de créer un droit voisin au profit des producteurs de contenus informatifs.

Sur dix ans, Google a vu son chiffre d’affaires publicitaire augmenter d’un milliard d’euro environ tandis que les producteurs de contenu voyaient le leur diminuer d’autant. Pour remédier à ce déséquilibre né de la position dominante de Google, les éditeurs de presse ont proposé que la multinationale soit conviée par la loi à accepter un partage – raisonnable – de la manne publicitaire amassée, de manière à aider au financement des organes d’information présents sur le Net.

Une féodalité multinationale

L’indexation des contenus d’information permet à Google de rafraîchir sans cesse ses référencements, d’améliorer en permanence la pertinence de ses algorithmes et surtout de capter à son bénéfice une grande partie de la valeur née de la diffusion de l’information.

Cette captation est d’autant plus spectaculaire que Google a monté un système de déclaration de son chiffre d’affaires qui lui permet d’échapper totalement à l’impôt français sur les bénéfices. Le cynisme de la multinationale en matière fiscale se double maintenant d’arrogance politique.

Assise sur sa puissance et sur ses certitudes, Google se lance dans un chantage pur et simple sur le gouvernement élu et sur la représentation nationale si celle-ci persiste dans son intention de porter un tant soit peu atteinte à ses intérêts financiers. La morale (provisoire) de l’affaire est que Google veut bien profiter de son activité en France mais refuse catégoriquement d’apporter la moindre contribution à la vie collective française. Il appartient maintenant au gouvernement et aux élus français de dire si la confection des lois reste l’apanage de la République ou bien si elle est abandonnée au pouvoir de fait d’une féodalité multinationale.

Une entreprise privée décide de ne plus se soumettre aux diktats du gouvernement, c'est évidemment inadmissible pour un éditorialiste subsidié.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tiens, ça faisait longtemps que je m'étais pas bouffé un petit joffrin. C'est gras, mais ça ne se refuse pas : le billet du dimanche sera consacré à cet abruti.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il appartient maintenant au gouvernement et aux élus français de dire si la confection des lois reste l’apanage de la République ou bien si elle est abandonnée au pouvoir de fait d’une féodalité multinationale.

Il manque pas d'aplomb ce Joffrin : la "proposition" de loi qui a provoqué l'ire de Google a été rédigée par le syndicat de la presse!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'article du crétin Joffrin est admirable.

Vite une loi pour obliger tout moteur de recherche à sortir en priorité un lien vers le Nouvel Obs ( sinon, c'est de la censure ) et à reverser ses bénéfices à la même gazette.

Les sujets français sont déjà punis quand ils n'achétent pas les journaux en devant s'acquitter d'impôts pour les subventionner , mais on doit pouvoir faire mieux : ils devront maintenant payer des flics pour s'assurer que tous les sites internet font de la pub' pour le Nouvel Obs…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il va m'être difficile de trouver les mots justes pour cet abruti de Joffrin.

la presse française subventionnée mérite de crever la bouche ouverte, qu'on en finisse avec ce repaire de trous du cul fumants.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il va m'être difficile de trouver les mots justes pour cet abruti de Joffrin.

la presse française subventionnée mérite de crever la bouche ouverte, qu'on en finisse avec ce repaire de trous du cul fumants.

Tu peux rappeler que le même Joffrin appelait il y a peu à la création d'un comité de censure d'internet pour contrôler les "rumeurs" et les diffamations.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Evidemment.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On pourrait m'expliquer un truc : la presse française réclame des ronds à Google parce que cette boîte se ferait des couilles en or grâce à la pub que verraient les gens attirés par les news référencées par le moteur. Moi, je vais sur Google Actualités et je ne vois pas de pub. Nulle part. Alors quoi ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

http://www.lefigaro....e-recherche.php

LE FIGARO. - Les éditeurs de presse présentent un projet de loi visant à faire payer les moteurs de recherche pour l'utilisation de leurs contenus. Pourquoi?

Nathalie COLLIN. - Nous travaillons sur ce projet depuis le printemps, après avoir constaté l'échec des discussions entamées depuis trois ans avec Google. Aujourd'hui, tous les éditeurs de presse quotidienne, magazine ou purement Internet sont rassemblés derrière ce projet qui a été soumis à la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, la ministre déléguée au Numérique, Fleur Pellerin, et au premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

Alors déjà on parle d'un lobby qui amène directement un projet de loi.

Ce projet de loi est simple à mettre en œuvre et il est équilibré. D'un côté, les éditeurs s'engagent à renoncer à leur droit d'interdire l'indexation de leurs contenus par les moteurs de recherche. La presse ne veut pas entraver l'accès des internautes à l'information. Au contraire, elle a besoin de promouvoir ses contenus. En contrepartie, nous demandons la création d'un droit voisin qui permettrait de faire payer par les moteurs de recherche une juste rémunération, chaque fois qu'un de nos contenus est indexé. Pour fixer le ­niveau de cette rémunération équitable, il suffit de créer, comme cela existe déjà pour la musique et les paris sportifs, une commission paritaire réunissant la presse et les moteurs de recherche et qui sera dirigée par un président nommé par le gouvernement. Une société de gestion collective répartira les sommes perçues entre les journaux.

1 - Google est un kiosque à journaux. Les kiosques à journaux physiques eux aussi bénéficient et profitent de l'extraordinaire qualité des journaux français. En effet, plus un journal est populaire, meilleur il est, et plus il draine des clients dans un kiosque. Ainsi, de même que Google, les kiosquiers devraient rémunérer les éditeurs de presse pour avoir le droit de mettre leurs journaux sur ses étals. Dans la réalité, c'est le contraire qui se passe : les kiosquiers sont rémunérés par les éditeurs de presse.

2 - Invention d'un ahurissant "droit d'interdire l'indexation de leurs contenus par les moteurs de recherche". Hé bien qu'ils l'exercent ce droit. Ce serait l'équivalent numérique d'une grève de la faim, les conséquences physiques terribles en moins quand même. Mais c'est le même genre de chantage. Il serait compréhensible si Google piquait les contenus des éditeurs et les prive de revenus, sauf que ce n'est pas le cas, Google donne un lien qui pointe vers les contenus et donc contribue à la rémunération des éditeurs!

Autres infos sur le cas allemand : http://www.lefigaro....e-allemands.php

On remarque qu'en Allemagne, les verts et sociaux démocrates sont contre ce projet. Qu'en pense la majorité française de gauche?

On pourrait m'expliquer un truc : la presse française réclame des ronds à Google parce que cette boîte se ferait des couilles en or grâce à la pub que verraient les gens attirés par les news référencées par le moteur. Moi, je vais sur Google Actualités et je ne vois pas de pub. Nulle part. Alors quoi ?

Ceci est tout à fait juste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui tout est juste, c'est simplement le coproratisme à la française dans toute sa splendeur.

Les belges l'ont exercé ce droit, ils ont eu des problèmes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca touche au génie, quand-meme, cette manipulation.

Avant, quand quelqu'un faisait le rabatteur pour toi, tu le rémunerais. Maintenant, sous le pretexte fallacieux de "donner du contenu", il faudrait obliger Google a payer pour fournir le service de redirection.

En toute logique, Google devrait faire payer pour pouvoir référencer sur ses serveurs. C'est que ca en fait, du stockage inutile de données de qualité excessivement médiocres.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On pourrait m'expliquer un truc : la presse française réclame des ronds à Google parce que cette boîte se ferait des couilles en or grâce à la pub que verraient les gens attirés par les news référencées par le moteur. Moi, je vais sur Google Actualités et je ne vois pas de pub. Nulle part. Alors quoi ?

En fait, c'est la même revendication qu'avec les journaux belges à l'époque. Sur la page "news" (Google Actu), n'apparaissent que le titre, le chapeau, et parfois une ou deux ligne du début d'article, et lorsqu'on clique dessus, on arrive sur la page du journal. Cette page là, en fait, les journaux s'en foutent. C'est lorsqu'ils apparaissent dans les recherches génériques, à côté des pubs sur la droite de la page Google, qu'ils considèrent avoir un droit à taper dans la caisse.

A l'époque, avec le problème de lalibre.be , Google avait viré lalibre de la page news, mais aussi des recherches générales. Et c'est à ce moment là que CopiePresse a couiné. ("Ben oui, virez nous de la page news, masi pas des pages génériques, on veut des sous de vos pubs !"). Google ne s'était pas emmerdé, et avait suivi à la lettre l'injonction de justice. Sur l'intégralité de la racine google.be, les canards de CopiePresse avaient disparus.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oui, comme ça Google supprime le référencement vers la presse et c'est la mort assuré des médias français, ça nous fera des neurones en plus.

Voilà.

Ne resterait alors plus qu'à convaincre Google de continuer à référencer Contrepoints (qui n'est pas subventionné et ne souhaite pas faire ses poches).

Ce serait un énoooooorme moyen de pression qu'aurait Google. Le seul site d'info français référencé dans Google actu serait libéral !

Imaginez la panique parmi tous ces clowns !!! :icon_diablotin:

Mon dieu, qu'est-ce que ce serait rigolo ! :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

2 - Invention d'un ahurissant "droit d'interdire l'indexation de leurs contenus par les moteurs de recherche".

Ce « droit » est déjà une coutume d'internet, incarnée par robots.txt. https://en.wikipedia.org/wiki/Robots.txt

Il a toujours été possible d'interdire à un robot d'indexer son site, ce truc pré-date Google, et avoir un robot qui ne respecte pas le robots.txt, c'est très mal vu.

Son utilisation est à la base pensée pour interdire certaines parties, par exemple pour éviter à un robot d'indexer à l'infini un site dynamique, ou une partie qui ne sert à rien, mais il est tout à fait possible d'interdire complètement un site.

Bref, c'est complètement hypocrite cette histoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Joffrin devrait militer pour que chaque français soit obliger de s'abonner à deux "grands" quotidiens français. Tout ça pour que les citoyens soient mieux informés et que la démocratie fonctionne mieux. Deux et pas un pour la pluralité de l'information et puis, sinon des gens ne seraient abonnés qu'au Figolu et ça, ça risquerait de nous faire replonger dans les heures les plus sombres de l'histoire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Niche fiscale des journalistes : les faits derrière les clichés

Les justifications sont belles.

"c'est pas nous, ca date d'il y a 80 ans"

puis "on est pas les seuls"

puis "de toute facon ca coute pas cher"

pour finir sur "en plus c'est pas juste le metier est tres precaire".

Si c'est pas magnifique, ca…

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mon dieu, qu'est-ce que ce serait rigolo ! :lol:

Faudrait envoyer un courrier à Google pour les informer que Contrepoints ne s'associe pas à cette mesure et qu'il ne faudra pas le supprimer quand tous les autres disparaîtront… :icon_bave:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi, je vais sur Google Actualités et je ne vois pas de pub. Nulle part. Alors quoi ?

Personne au gouvernement et à la tête des grands journeaux ne comprend le fonctionnement d'internet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon, voyons si les journaux sont au courant :

http://www.lemonde.fr/robots.txt

Oui, ils ont un robots.txt, plutôt bien configuré, donc ils savent qu'ils peuvent empêcher Google de les indexer.

http://www.liberation.fr/robots.txt

:o :o Ils ont une entrée Sitemap, qui aide Google et autres à les indexer plus rapidement et plus facilement.

http://www.lefigaro.fr/robots.txt

Oui, ils ont un robots.txt, donc ils savent qu'ils peuvent empêcher Google de les indexer.

http://www.lhumanite.fr/robots.txt

Pareil, donc ils savent qu'ils peuvent empêcher Google de les indexer.

http://www.leparisien.fr/robots.txt

Pareil, donc ils savent qu'ils peuvent empêcher Google de les indexer.

http://www.lepoint.fr/robots.txt

Certains articles sont interdits, dont un « droit de réponse ». Ha ha ha.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Contenu similaire

    • Par Nigel
      Bon, je continue de réfléchir à un moyen de "gagner". 
       
      Intuitivement, on a tendance à penser que le succès populaire précède l'apparition médiatique. Or j'entends de plus en plus de gens affirmant le contraire. L'apparition médiatique permet le succès populaire. 
       
       On l'a vu avec l'alt-right, ils n'étaient rien avant que Clinton et tout les grands médias parlent d'eux pour discréditer Trump. Non seulement la mise en avant de leurs idées permet une plus grande diffusion, mais la polarisation habituelle des débats politiques a fait que beaucoup de gens ont commencé à les défendre juste par passion anti-Clinton et en défense de Trump. 
       
       Partant de là, faudrait-il donc chercher à passer à la télé ? Est-ce que CP a déjà eu des propositions dans ce sens ? Par exemple, ça doit pas être bien dur de passer sur BFM Business non ? Ca marche pas trop mal pour Koenig non ? On le voit partout. Alors que bon, c'est pas ouf conceptuellement. 
       
       Vos avis ? 
    • Par Cugieran
      Vous pourrez prochainement voir apparaître de temps à autres des fils étiquetés [Wikibéral]. Ils visent à discuter du contenu d'un article Wikibéral qu'il faudrait étoffer, mettre à jour ou créer.
      L'objectif de ces fils, dont les premiers seront expérimentaux, est de favoriser l'implication des membres dans Wikibéral. Chacun peut apporter sa pierre, dans son domaine, en fonction de ses connaissances et des sujets.
      Il ne s'agit pas de discuter de la même manière que sur les fils classiques mais de se cantonner aux débats concernant le contenu de l'article.
      Dans ce cadre, il est indispensable que ces fils soient sérieux et utiles. Pas de trolling, pas de vannes et une très grosse préférence (pour ne pas dire obligation) de contributions constructives, étayées ou sourcées.
      Comme je suis convaincu que vous saurez suivre ces quelques consignes, je vous remercie par avance.
       
      A propos des subventions, question centrale de l'économie social-démocrate, voici le lien vers l'article Wikibéral : 
      https://www.wikiberal.org/wiki/Subvention
      Quelques discussions ont déjà eu lieu sur le forum à ce sujet.
      Que verriez-vous à ajouter ou modifier ? Sourcer ? Mettre à jour ? Exemples, liens ?
    • Par Bisounours
      Existe t il des pays sans ministère de la culture ?
      Qu'en pensez vous, autrement ?
×