Aller au contenu
Hayek's plosive

Police, dérive, excès de zèle & toute-puissance étatique

Messages recommandés

5 hours ago, Mathieu_D said:

Enfin, soyons honnêtes, compte tenu de la circulation des armes là bas on peut comprendre que les forces de l'ordre s'équipent en conséquence même à bas niveau.

 

Pas tant que ça, voire pas du tout en fonction des missions de police.

Le nombre total d'armes détenues aux USA et dus à une minorités de collectionneurs qui ont plusieurs dizaines d'armes.

Même si ce nombre total est beaucoup plus élevé aux USA qu'en France, la probabilité de tomber sur un citoyen armé et dangereux doit être plus importante, mais pas dix fois supérieure à celle qui existe en France.

Je ne suis pas sûr qu'il soit beaucoup plus dangereux pour un flic de répondre à un appel du type "j'entends mon voisin hurler qu'il va tuer sa femme" aux USA qu'en France.

Quand aux interventions sur la base de "ça sent la marijuana chez mon voisin", le degré de force déployé n'est pas justifié au regard du risque encouru par les policiers. On s'équipe militairement parce qu'on fait la "War on Drugs", les politiciens et les chefs qui pourrissent l'esprit des recrues avec des expressions comme 'War on Crime'/'War on Drug' sont de grands malades.

 

Par contre, si on va intervenir chez un suspect qui peut faire partie d'un gang, la probabilité grimpe tout de suite. Ce que je veux juste dire, c'est qu'elle n'est pas homogène donc on ne peut pas accepter que la police soit militarisée en général.

  • Upvote 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 22 heures, kaleidoskop a dit :

une soirée privée, exclusivement réservée au blacks

non, pas de discrimination, le titre de la fiesta "blackmachin" c'était en référence à autre chose

le souci c'est que la salle privatisée a une capacité de 200 places et que le bouffon qui a organisé et annoncé ça sur snapchat et avec des flyers a annoncé 800 personnes ; gros gros problème très vite à l'entrée où les vigiles en sous effectifs ont dû filtrer ; ensuite les inévitables racailleux chercheurs de baston sont venus foutre leur merde 

sans oublier que l'entrée à 15euros pour les mecs et 5euros pour les filles (mais où sont passées les couineuses combattantes de la féminitude, là ?) forcément ça attire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 1 heure, Lameador a dit :

 

C'est normal que les SWAT team tirent sur les suspects dangereux, c'est leur job. Ce sont des paramilitaires au sein des forces de sécurité intérieure.

Une solution simple : supprimer des SWAT teams. Parce que quand tu as un marteau dans la main, tous les problèmes ressemble à des clous.

 

La France (66 millions d'habitants) a deux SWAT team, et s'en sort très bien. Vu la population, il devrait donc y avoir au total 10 SWAT teams aux US, et pas une de plus.

 

Le rôle d'une SWAT team, c'est d'abattre un commando terroriste, de traiter une prise d'otage, de soumettre un forcené armé et retranché ou de mater une mutinerie dans une prison. Pas de répondre aux appels nocturnes d'un dépressif ou d'un imposteur malveillant.

 

S'il y avait moins de SWAT teams, il y aurait moins de swattings, d'intervention dangereuses ou létales, et de façon générale d'utilisation de SWAT team là ou des agents entrainés et dotés d'un mégaphone obtiendraient d'aussi bons résultats.

Le problème c'est que les Américains n'ont rien d'intermédiaire entre le flic de base et les SWAT (qui sont l'équivalent du GIGN et du RAID). En France, on a une force intermédiaire, beaucoup plus adaptés aux cas tendus mais pas inextricables : les CRS.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

absolument d'acc avec les 4 derniers posts

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 2 heures, Lameador a dit :

La France (66 millions d'habitants) a deux SWAT team, et s'en sort très bien. Vu la population, il devrait donc y avoir au total 10 SWAT teams aux US, et pas une de plus.

Aux EUA, il ne faut pas oublier que nous sommes dans un état fédéral dont les pouvoirs de police sont limités par état, district et contés auquel il faut rajouter des agences fédérales. 

La conséquence est la différence de compétence technique qui peut être lacantique d’une juridiction à l’autre. 

La France connaît un autre système. Elle a une force de police nationale et une force militaire qui a des missions de police, la gendarmerie. Chacune a une unité à compétence nationale implantée sur l’Ile de France, le RAID et le GIGN (400 hommes). Ces unités sont relayées sur le territoire par des « antennes ». Elles ont chacune de 16 à 32 hommes sur certaines villes. 

A cela, il faut rajouter des unités moindres, capables d'être engagées sur un périple meurtrier (les BRI-BAC et les PSIG-Sabres).

On peut rajouter la Marine nationale qui peut intervenir sur les bateaux ou les gendarmes des centrales nucléaires qui peuvent maintenant intervenir à proximité sur une tuerie. 

 

Ce point pour dire qu’il n’y a pas de différence de maillage, de volume entre les deux pays. 

 

Il y a 2 heures, Lameador a dit :

 

S'il y avait moins de SWAT teams, il y aurait moins de swattings, d'intervention dangereuses ou létales, et de façon générale d'utilisation de SWAT team là ou des agents entrainés et dotés d'un mégaphone obtiendraient d'aussi bons résultats.

Le swatting est indépendant de l’existence d’unite. C’est à la base un canular malveillant.

 

Le problème américain du trop plein de violence me semble venir de la bienveillance du pouvoir judiciaire qui accepte les dégâts collatéraux en se disant « c’est comme ça ».

Les tribunaux devraient demander des comptes, ce qu’il ne font pas. Ils disculpent trop ces policiers qui ne se maîtrisent pas.

Je ne pense pas à ceux sur la voie publiques mais ceux des SWAT/ERT. Ils tirent trop vite à mon goût. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

La BRI et le GIPN ne comptent pas dans la catégorie SWAT team?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
7 minutes ago, Neuron said:

Aux EUA, il ne faut pas oublier que nous sommes dans un état fédéral dont les pouvoirs de police sont limités par état, district et contés auquel il faut rajouter des agences fédérales. 

La conséquence est la différence de compétence technique qui peut être lacantique d’une juridiction à l’autre. 

La France connaît un autre système. Elle a une force de police nationale et une force militaire qui a des missions de police, la gendarmerie. Chacune a une unité à compétence nationale implantée sur l’Ile de France, le RAID et le GIGN (400 hommes). Ces unités sont relayées sur le territoire par des « antennes ». Elles ont chacune de 16 à 32 hommes sur certaines villes. 

A cela, il faut rajouter des unités moindres, capables d'être engagées sur un périple meurtrier (les BRI-BAC et les PSIG-Sabres).

On peut rajouter la Marine nationale qui peut intervenir sur les bateaux ou les gendarmes des centrales nucléaires qui peuvent maintenant intervenir à proximité sur une tuerie. 

 

Ce point pour dire qu’il n’y a pas de différence de maillage, de volume entre les deux pays. 

 

Le swatting est indépendant de l’existence d’unite. C’est à la base un canular malveillant.

 

Le problème américain du trop plein de violence me semble venir de la bienveillance du pouvoir judiciaire qui accepte les dégâts collatéraux en se disant « c’est comme ça ».

Les tribunaux devraient demander des comptes, ce qu’il ne font pas. Ils disculpent trop ces policiers qui ne se maîtrisent pas.

Je ne pense pas à ceux sur la voie publiques mais ceux des SWAT/ERT. Ils tirent trop vite à mon goût. 

 

ahh tiens on dirait qu'on a quelqu'un qui sait de quoi il parle ici :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le syndicalisme est aussi un probleme de par ses conséquences politiques. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

dans la police US ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les GIPN, qui dépendaient de l’autorité départementale de la police et créés avant le RAID, ont été absorbés par ce dernier. On les appelle maintenant Antenne RAID. 

Leurs hommes sont maintenant issus de la sélection centrale du RAID et il y a un système de mutation, ce qui est mieux. 

 

La BRI de la préfecture de police de Paris est un cas particulier. La « PP » est historiquement la première police nationale de France. 

Le RAID voulait absorber la BRI mais ce fut rejeté. La raison : la BRI est une unité de police judiciaire. Elle mène des enquêtes sur le grand banditisme. Elle ne fait pas que du « storming » en tenue noir.

Le RAID a perdu ses compétences de PJ. Ils ne font que de l’intervention. 

Pour faire simple, la BRI compte 140 hommes. Ils vivent sur Paris avec leur kit à domicile. En cas d’alerte, ils vont directement de chez eux vers le lieu de l’événement (en plus des éléments d’alerte).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

sont-ils tenus d'avoir leur kit dans un coffre ? la question c'est peuvent-ils se faire piquer tout leur kit, armes automatiques incluses si ils se font cambrioler? pardonnez mon concret

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 11 minutes, Brock a dit :

dans la police US ?

 

De maniere generale.

 

Le syndicalisme aux US est très ressemblant au syndicalisme français : les membres du syndicat n'ont jamais tort, manque de moyens et tout le monde est contre nous. Sauf qu'en plus, ils n'ont pas de limite au financement des campagnes électorales. Ce qui leur permet d'avoir des avantages hallucinants (par exemple, les dossiers disciplinaires effacés tous les 6 mois-1 an). Au niveau federal, l'impact est moins important mais au niveau local, l'essentiel des forces de police, ils ont un pouvoir financier non-négligeable. 

  • Upvote 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

clairement, mais ca c'est l'etat et c'est notre gros probleme en tant que liberaux.  Il y a eu des flics US condamnes recemment pour diverses choses tout de meme.Mais je suis d'acc

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

De maniere generale, un fort taux de syndicalisation dans un pays de syndicalisme à l'anglo-francais (vs à la germanique) est un bon indicateur de pourrissement de l'institution. Cf l'automobile à Detroit. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 6 minutes, Tramp a dit :

Le syndicalisme est aussi un probleme de par ses conséquences politiques. 

Oui. Le syndicalisme a un impact qui tire vers le bas. 

Mais il y a aussi autre chose qui tient à la culture police. Celle-ci est une juxtaposition d’individus.

 

Il n’y a pas d’organisation pyramidale comme dans les Armées ou la Gendarmerie. L’impact est énorme car la formation au combat y est beaucoup plus dure pour obtenir le même résultat. La discipline est plus lâche. La conséquence qui nous intéresse ici est la difficulté de la « maîtrise des feux ».

Pour donner un exemple, en cas d’interpellation, il est normal que l’interpelé se prenne de grosses gifles. C’est pas bisous. En revanche, une fois menotté et conduit vers l’arrière, il est pas rare que des patates partent par ceux qui n’ont pas passés les menottes. 

Chez les gendarmes, ça n’arrive pas. 

A mon sens, les problèmes de tir indus viennent de là pour ces unités. 

 

Il y a un adage qui dit « un militaire peut faire des taches de police, un policier ne peut pas combattre. »

Mais on ne leur dit pas pour ne pas déclencher de scandales internes. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 12 minutes, Brock a dit :

sont-ils tenus d'avoir leur kit dans un coffre ? la question c'est peuvent-ils se faire piquer tout leur kit, armes automatiques incluses si ils se font cambrioler? pardonnez mon concret

Je ne connais pas ce genre de point. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 32 minutes, Neuron a dit :

 

Il n’y a pas d’organisation pyramidale comme dans les Armées ou la Gendarmerie.

 

Et avec la superposition des missions entre BRI, BAC, antigang c'est pour ça que ça se tire constamment dans les pattes ? 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fait, il me semble que ce qui nuit sur ce point, c’est la réalité suivante : le premier qui appelle le procureur (et le politique) gagne la promotion. 

C'est en cela qu’il y a guerre des services. Chaque service a une compétence mais chaque affaire peut requérir plusieurs services. 

 

Chez les gendarmes, c’est simple :  dans chaque département, il n’y a qu’un chef. Il suit toutes les affaires. Quand il est dépassé car il n’a pas assez d’enquêteurs ou parce qu’il n’a pas un moyen, il demande un renfort qu’il se fait attribuer par le niveau régional ou national. Mais dans tous les cas, il garde la main donc l’autorité. 

Ca marche mieux en cela que le dossier ne peut pas passer de service en service. Il reste sous l’autorité du même chef. 

 

Pour la police, une bonne part des promotions vient de la résolution d’affaires qui propulsent les carrières. Le faire savoir prime et cela pourri beaucoup de chose. 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A Philadelphia police officer has shot and killed an unarmed man who was sitting on a sidewalk. Police say the man had been driving a vehicle "sought in connection with a homicide investigation," but they now say he was not a suspect in the homicide, NBC 10 reports.

 

Ruch shot Plowden once, claiming the man was reaching into his pocket. No gun was found on Plowden, in his car, or on the scene.

Police claim that Plowden drove off after being stopped by cops. According to a police statement, Plowden "accelerated the Hyundai, striking the passenger door of the police vehicle, and contacting the officer [who was exiting his patrol car]."

Given that police officers generally pull up behind a subject they're pulling over, it's unclear how or why the officer in question placed himself in harm's way.

 

http://reason.com/blog/2018/01/03/philly-cop-fatally-shoots-unarmed-man-si

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
10 hours ago, Neuron said:

Le problème américain du trop plein de violence me semble venir de la bienveillance du pouvoir judiciaire qui accepte les dégâts collatéraux en se disant « c’est comme ça ».

Les tribunaux devraient demander des comptes, ce qu’il ne font pas. Ils disculpent trop ces policiers qui ne se maîtrisent pas.

Je ne pense pas à ceux sur la voie publiques mais ceux des SWAT/ERT. Ils tirent trop vite à mon goût. 

Au niveau de la formation il y a tout de même un truc qui m'échappe. Dans chacun de ces drames, on se demande à chaque fois qui a fait et comment a été faite l'évaluation de la situation.

Qu'il s'agisse de simples policiers ou d'équipe de SWAT, on se demande à chaque fois pourquoi ils interviennent si vite si près de l'action si personne n'a entendu le moindre coup de feu.

Le gamin qui jouait avec un flingue factice s'est fait fumer par les flics qui se sont mis eux-même à portée de tir.

 

Et le truc qui m'hallucine le plus dans toutes ces vidéos où des unités de SWAT merdent, c'est qu'aucune des équipes de SWAT ne portent un casque. Et il n'y a pas un seul bouclier non plus. Si les mecs sont engagés dans des situations très dangereuse ça paraitrait logique de leur protéger la tête. A la fois pour leur permettre de ne pas se faire tuer bêtement, mais aussi pour leur permettre d'analyser une situation sans se chier dessus au moindre pet de moineau plutôt que de tirer de façon préventive.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 52 minutes, Noob a dit :

aucune des équipes de SWAT ne portent un casque

 

Quelles videos? Je viens de taper Swat team sur YT et toutes les videos ont des mecs avec casques.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
6 minutes ago, Hayek's plosive said:

 

Quelles videos? Je viens de taper Swat team sur YT et toutes les videos ont des mecs avec casques.

Ben le gars qui s'est fait buter en sortant de sa chambre d'hôtel notamment, pour le coup ça m'avait vraiment paru étrange.

Dans la plupart des vidéos de swatting que j'ai pu voir personne ne porte de casque. Ceci dit pas sûr que dans chaque cas de swatting, il s'agissent bien d'unité SWAT et non pas simplement de policiers.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les swats SONT des policiers standards .Ils ont l'equipement minimum, un ar15 et une veste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 18 heures, Neuron a dit :

Chez les gendarmes, c’est simple :  dans chaque département, il n’y a qu’un chef. Il suit toutes les affaires. Quand il est dépassé car il n’a pas assez d’enquêteurs ou parce qu’il n’a pas un moyen, il demande un renfort qu’il se fait attribuer par le niveau régional ou national. Mais dans tous les cas, il garde la main donc l’autorité. 

Ca marche mieux en cela que le dossier ne peut pas passer de service en service. Il reste sous l’autorité du même chef. 

Hormis l'immobilisme, quelles sont les raisons qui font que la police ne modifie pas son organisation ? Cette organisation là a-t-elle des avantages quelconques (résolution des enquêtes par exemple) ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cet immobilisme est lié aux mécanismes de défense des directions centrales et multiples services. A cela, tu rajoutes les syndicats et la politisation de corps préfectoral et tu as gagné.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

C'était pas exactement ma question mais on va dire que j'ai eu ma réponse, merci :) 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet, je n’avais pas vu ton point sur l’efficacité. 

Et bien sur ce point, je n’en sais rien. Je n’ai ni l’expérience, ni d’indicateurs pour prendre position dessus. 

 

Seul petit détail, statistiquement la police et la gendarmerie ne traitent pas les mêmes types de délinquance et criminalité. 

Il ne se passe pas la même chose au milieu des villes (zone police) qu’au milieu des champs (zone gendarmerie).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Monde - Information judiciaire contre cinq policiers après une interpellation à Mantes-la-Jolie

Le plaignant affirmait avoir été gravement brûlé et insulté lors de son interpellation à Mantes-la-Jolie, le 7 novembre.

http://www.lemonde.fr/violences-policieres/article/2018/01/09/information-judiciaire-contre-cinq-policiers-apres-une-interpellation-a-mantes-la-jolie_5239499_5078781.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le Monde - A Argenteuil, questions sur un contrôle de police

Violence policière ou policiers violentés ? Les versions divergent. Le tribunal a fait droit à la demande de renvoi des avocats et une information judiciaire a été ouverte.

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2018/01/09/a-argenteuil-questions-sur-un-controle-de-police_5239225_1653578.html

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Contenu similaire

×