Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation le 18/11/2018 dans toutes les zones

  1. 1 point
    Je prends les points Godwin pour vous alors. "Les peuples d'Europe représente une seule famille dans le monde. Il n'est pas très intelligent d'imaginer que dans un espace aussi étroit que celui de l'Europe, une communauté de peuples puisse longtemps maintenir des systèmes de lois reposant sur des conceptions différentes." -Adolf Hitler, Discours au Parlement, 7 mars 1936. "Une fédération européenne, basée sur les mêmes principes que ceux de l'Allemagne fédérale, mènerai à une Europe désarmée, formant un bloc solide dans lequel chaque pays conserverait sa propre administration, ses propres coutumes et religions. L'abolition des barrières douanières créerai une grande Autarcie européenne, avec la prévalence du libre-échange sur le Continent." -Otto Strasser, Hitler and I (1940), p.82. "L'Europe est à présent trop petite pour des souverainetés querelleuses et indépendantes. Une Europe fragmentée est à présent trop petite pour préserver sa nature individuelle et rester en paix tout en se maintenant comme une puissance dans le monde." -Cécile von Renthe-Fink, Note sur l'établissement d'une confédération européenne, août 1943. Plus le point bonus couple franco-allemand: "Sans l'écrasement du bolchévisme, pas d'Europe." -Jacques Doriot. "On parle souvent d’Europe, c’est un mot auquel, en France, on n’est pas encore très habitué. On aime son pays parce qu’on aime son village. Pour moi, Français, je voudrais que demain nous puissions aimer une Europe dans laquelle la France aura une place qui sera digne d’elle. Pour construire cette Europe, l’Allemagne est en train de livrer des combats gigantesques. Elle doit, avec d’autres, consentir d’immenses sacrifices. Et elle ne ménage pas le sang de sa jeunesse. Pour la jeter dans la bataille, elle va la chercher dans les usines et aux champs. Je souhaite la victoire de l’Allemagne, parce que, sans elle, le bolchevisme, demain, s’installerait partout. Ainsi donc, comme je vous le disais le 20 avril dernier, nous voilà placés devant cette alternative : ou bien nous intégrer, notre honneur et nos intérêts vitaux étant respectés, dans une Europe nouvelle et pacifiée, ou bien nous résigner à voir disparaître notre civilisation." -Pierre Laval, « Allocution radiodiffusée du 22 juin 1942 », Les Nouveaux Temps, 24 juin 1942.
  2. 1 point
    Déjà à ce stade, je me demande pourquoi est-ce que tu penses que caractériser le phénomène SJW par des notion aussi générales et vagues que "progressisme" et "individualisme" va te permette d'y voir plus clair. En fait tu as choisi d'appeler individualisme quelque chose qui n'est pas l'individualisme au sens où les libéraux l'entendent, en tant que notions explicites suscitant des revendications politiques, elles n'ont simplement pas le même contenu. L'individualisme libéral, en somme, c'est l'égalité devant la justice en vertu de la reconnaissance universelle de droits personnels. Tout le courant de politiques identitaires dont les SJW sont une manifestation s'est construit en remettant en cause cet individualisme libéral. J'imagine que tu fais tout de même ce choix de caractérisation parce que tu penses qu'à un niveau psychologique et dans l'histoire des conceptions (par opposition à un niveau conceptuel et logique), ce qu'on pourrait appeler l'égoïsme ou l'égocentrisme SJW descend, provient, ou est l'émanation de la même conception que celle qui a produit l'individualisme libéral. Cette affirmation généalogique est en elle même très ambitieuse et me semble nécessiter beaucoup plus d'ingénierie théorique que ce dont tu te satisfais là. Mais quand bien même elle serait vraie, il faudrait motiver ce transport à niveau d'analyse psychologique. Penses-tu par exemple qu'il soit utile de vérifier cette observation afin d’établir si agir sur cette tendance psychologique "individualiste", dont l'individualisme libéral et l'individualisme SJW seraient deux éménations, pourrait permettre de préserver les libertés individuelles? Si c'est cela, je trouve le détour fantaisiste. Il faudrait déjà se donner une analyse du phénomène qui n'oblige pas à identifier les deux, puisqu'ils ont clairement des conséquences contraires. Qu'ils procèdent de la même tendance psychologique générale, c'est une possibilité, mais c'est un jugement de fait qui nécessite d'être établi. Qu'ils ont des conséquences contraires, c'est un fait que l'on connaît déjà. Une possibilité serait donc de promouvoir une attitude morale qui reste, dans sa formulation explicite, condition suffisante d'une doctrine des droits individuels, mais qui exclue ou du moins détourne (on parle psychologie et non logique ici...) des tendances que tu déplores. Le problème de ce genre d'interrogation est qu'elle est posée en termes d'interaction entre des tendances psychologiques, dont les mécanismes sont mystérieux, et la formation de doctrines, que nous connaissons par leur développement logique. La manière dont il faut penser cette intéraction et obtenir, par une action décrite depuis l'un des points de vue, des effets observés par l'autre point de vue, est un défi de taille. TL;DR : pourquoi envisager quoi que soit qui remette en cause l'individualisme libéral afin de s'opposer à l'individualisme SJW, puisqu'on sait déjà ce qu'on aime dans le premier, et ce qu'on n'aime pas dans le second?
  3. 0 point
  4. 0 point
    J'ai transformé ma 106 en camping car , quand je la montre aux potes ils disent qu'on dirait la voiture d'un type qui transporte une planche. J'ai viré les sièges passagers et j'ai posé une plateforme en bois. Je tiens assis sur la plateforme et j'ai mis un matelas gonflable ( très confortable ) de 60×200. À côté du matelas il y a assez de place pour mon bardas . Je vais insouciant , toujours assuré d'un bon lit et d'un plat chaud, musique , internet, chauffage, je le sens bien . Je vais faire le tour de la famille et des amis , régler des affaires délaissées, et visiter tous les clubs à partouze de France, bordel !
  5. 0 point
    "Services gratuits du gouvernement" "Impôts"
  6. 0 point
  7. 0 point
    Si on s'interdit de prendre son gamin dans les bras pour le déplacer sans son affirmative consent on ne va pas aller bien loin pour le cadrer. Ou pour quoi que ce soit d'autre. Par ailleurs dans cette discussion il faut bien voir que dans la plupart des cas c'est le contraire qui se passe : on s'interdit de parler à un enfant comme on parlerait à un adulte parce que ça serait incompréhensible et traumatisant pour lui.
  8. 0 point
    Vivement qu'il revienne celui-ci. Avec "grands enfants", tu pointes d'une certaine manière ce que je dis. J'ai bien exprimer l'importance ici de poser le cadre, donc je vois pas bien l'argument du "si tu laisses faire, ils vont X ou Y". J'exprimer l'idée qu'il est tout à fait possible (et pour moi souhaitable donc) de considérer l'enfant en tant qu'individu avec un ressenti, sans s'autoriser certains gestes avec lui "parce qu'il est petit". (voir plus haut les exemples). J'imagine que c'est le mot "ressenti" qui fait lever une armée de bouclier, alors que je doute que vous en fassiez abstraction avec vos proches. Oui, on est bien d'accord que c'est ça qu'il faut cadrer. Et je suis pas en train de tenir le discours d'une éventuelle bobo-hippie. J'en ai suffisamment croisé au taff et en formation pour savoir qu'elles se font chier dessus par des gosses qui comprennent pas la frustration, et on sait ce que ça donne après, pas besoin de le rappeler. Qu'elles considèrent que le monde de l'enfance est tout mignon et qu'il faut les laisser faire leurs expériences sans les brutaliser hihihihi gouzi gouzi de la même manière que l'imagine les premiers parents, alors qu'elles sont éducatrices, ça me fait doucement sourire quand je suis de bonne humeur. Ce cadre il peut tout à fait être posé sans législation, mais aussi sans des manières qu'on ne s'autorise pas avec adultes mais que l'on fait avec des enfants, "parce que c'est des enfants".
  9. 0 point
  10. 0 point
  11. 0 point
    Alors que tout le monde sais que notre rôle est de les construire (et les vendre)
  12. 0 point
    Tiens, entendu ce matin que le gouvernement va subventionner le changement des chaudières au fioul vers autre chose, à hauteur d'un tiers du montant d'achat. Soit... l'exact contraire de ce qui existait encore il y a quelque mois, avec un crédit d’impôts à hauteur de 15% pour passer à une chaudière au fioul. Magnifique.
  13. 0 point
    D’après Darmanin, on ne paie pas d’impôts en France vu que l’Etat dépense plus qu’il ne gagne. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/11/16/le-calcul-discutable-de-gerald-darmanin-sur-les-taxes-sur-les-carburants_5384413_4355770.html
  14. 0 point
    En tant qu'individu respectable, j'ai tendance à le penser oui. Je vois un grand nombre d'attitudes effectuées auprès des enfants et ce, uniquement parce qu'ils sont enfants, et jamais la même personne ne ferait la même chose à un adulte, et encore moins que ça soit fait à elle-même. Ou alors si elle le fait, ce sera considéré comme impoli, rude, irrespectueux. Je prends les premiers exemples qui me viennent en tête : couper la parole, attraper par le bras voire porter pour mettre à un endroit, parler de lui à la 3ème personne alors qu'il est là, ne pas considérer son ressenti (non sans dire qu'il faut pas non plus verser dans le gouzi gouzi..), fin bref, ne pas le considérer en tant que tel, juste parce que c'est un gosse, et que de toute façon "faut que jeunesse se passe". @poincaré Ok, merci pour ce retour! C'était plus par rapport aux conséquences du laissez-faire dans la pédagogie où au niveau de la scolarité, j'avais entendu que ça se passait bien, car un certain de gré de liberté, bien accompagné mais une fois dans le monde du travail, une catastrophe parce que tout ce qui est hiérarchie leur tombait sur le coin de la figure.
  15. 0 point
    C’est pas qu’on aurait peur ou pas. C’est qu’on ne saurait pas l’être. La plupart des libéraux sont issus d’un monde social et d’un moule intellectuel qui leur rend très difficile l’exercice du populisme ; ça demande un vrai travail sur soit pour qu’un jeune homme propret aille full populisme (et les seuls exemples qui me viennent sont des Oxbridge tories). Celle là je me demande d'où ils l’ont sortie (et quel a été le premier mass média a le faire).
  16. 0 point
  17. 0 point
  18. 0 point
    Procrasturbation : vous avez vraiment besoin d'une définition ?
  19. 0 point
    C'est fait! Tiens j'ai reçu une enquête de Contrepoints pour les donateurs du journal. Tirage au sort pour gagner un déjeuner privé avec un membre de la rédaction... Trop d'honneur
  20. 0 point
  21. 0 point
    Tu étais très proche, c'est Benito Mussolini. Comme quoi le fascisme se concevait comme un universalisme. Plus j'en apprends sur ce dernier plus je me dit qu'il est un des pères des sociaux-démocrates modernes. Quand on sait qu'il a aussi sorti ça: "Notre système n'est ni le capitalisme d'État ni le collectivisme, mais une création intermédiaire. Je pense que l'ordre social prime l'ordre économique."
  22. 0 point
    La France à 36% seulement ? Je n'y crois pas une seule seconde
  23. 0 point
    Réacaille : petite frappe des cités ne supportant pas les homos, le mariage pour tous, le libertinage, etc...
  24. 0 point
  25. 0 point
Ce classement est défini par rapport à Paris/GMT+01:00
×