Aller au contenu

Classement


Contenu populaire

Affichage du contenu avec la meilleure réputation depuis le 25/08/2018 dans toutes les zones

  1. 3 points
    C'est le contre coup du syndrome de l'horloge cassée et de la pensée complotiste, Servan Schreiber avait compris qu'il y avait un lien entre sucre et cancer (ce qu'on sait depuis Warburg...), mais s'est limité à sucre blanc rafiné, donc il a fini par mourir de son cancer du cerveau parce qu'il se gavait de fruits et de céréales. C'est con. Alors il est vu comme un pionnier. Et comme Servan à joué la carte du chevalier blanc de la science contre les interêts économique du complexe militaro industriel des lobbys pharma', ça plait, et notamment à Ulrich qui pense pareil. combo pionnier + chevalier blanc. Triple combo même : il est mort du même cancer que celui de la mère d'Ulrich, décès qui a la base de son travail. Ulrich et d'autres se plaignent que beaucoup de scientifiques regardent d'un oeil distrait ou suspect toutes les alternatives, mais c'est oublier que : - 95% des alternatives sont des pseudos sciences et donc il est légitime que les gens rationnels haussent les épaules, et il ne faut pas s'étonner quand on fait la promotion des charlatans, de s'y faire assimiler. - il y a beaucoup de recherche, en grande majorité, financée par le secteur public, alors l'argument des lobbys, je veux bien voir par quel stratagèmes ils s'en sortent... ("heu oui mais l'état est à la botte des lobbys" ou un truc du genre). - c'est oublier tous les chercheurs qui ne bossent pas sur ce sujet là et font, de manière parfaitement normale, confiance au consensus scientifique - c'est oublier que ce consensus est plus le fruit de la bureaucratisation de la science, sclérosée par le joug des ministères, que de son cours normal - c'est supposer que 95% des scientifiques sont à la botte des lobbys, ce qui reste à démontrer - c'est complètement oublier comment fonctionnent les paradigmes scientifiques (Kuhn, toussa), c'est ne pas savoir qu'il ne suffit pas d'une étude pour valider une idée ou un fait scientifique, c'est ne pas savoir faire la différence dans la hiérarchie des études (et les réplications, etc etc), ... j'en passe (d'ailleurs, Servan Schreiber basait son truc sur quelques études et c'est justement le manque de meta analyses, plusieurs, qui ne lui a sans doute pas permis de voir que l'indice glycémique on s'en fou, ça reste des glucides...). Bref, ça demande de savoir de quoi on parle. Ulrich est très bien pour synthétiser ce qu'il se dit et se fait dans le LCHF, à mon avis c'est le meilleur pour ça. Il a des contacts partout et est assez précis sur ce sujet là. Pour le reste, c'est n'importe quoi. Mais ce n'est pas très grave. C'est assez agaçant parce qu'il y a énormément à dire sur le monde académique, ses dérives, ses problèmes, à commencer par le vrai problème de fond qui est celui des égo : c'est parce que le monde académique est un système féodal basé sur des logiques d'honneur et de prestige que les gens ne se remettent plus en question après 20 ans de carrière (voir dès le début) c'est pour les même raisons qu'on répète les éventuelles âneries des gens prestigieux (pourquoi un médecin généraliste irait remettre en cause un professeur d'université ??). C'est ça le problème. On se rend pas compte de l'égo de l'universitaire moyen, surtout en science médiale ("je sauve le monde moi", "je fais de la vraie science moi"). Mais tant qu'on l'aborde par l'angle du complot, on se prend l'arbre dans la gueule et on rate la forêt. D'ailleurs, je suis prêt à parier que les universitaires avec qui discute Ulrich et les autres, puisqu'ils sont en marge et n'accumulent pas du capital prestigieux et les postes qui vont avec, rajoutent des tonnes sur leurs collègues. Ils ragent. Ce sont des haters. C'est bien quelque chose que j'ai tous les jours sous les yeux. Ca ne dit rien des qualités intrinsèques de la recherche et des gens, les gros nuls à Harvard et les gens très compétents sans poste et sans contrat, ça existe très largement, mais ça ne donne pas une image très fidèle des enjeux. Surtout que si demain, les hiérarchies se renversent, il y a fort à parier qu'ils feront pareil. Mais expliquer ça a des gens qui te répètent en boucle "c'est l'industrie du sucre qui a financé l'étude (au singulier) qui a prouvé que les gras provoquent les maladies cardiaques", c'est impossible, il faudrait d'abord leur faire comprendre que si c'était si simple, l'industrie du gras et ces trilliards de CA annuels pouvaient en sortir 15, des études, en 5 ans pour "prouver" que c'était le sucre, il faudrait leur faire comprendre le principe de réplication, leur faire comprendre qu'aucun scientifique ne croira sérieusement qu'on assoit un consensus sur une étude. Bref, faudrait faire réfléchir des gens qui pensent par axiome et phrases simples (ce que dénonce Ulrich par ailleurs, mais bon, chacun ses contradictions). Moi j'ai autre chose à faire, je lis ces messages là en haussant les yeux au ciel, je me dis que c'est exactement pour ça qu'ils ne sont pas pris au sérieux, malgré l'intérêt du LCHF qui a mon avis, pour le coup, est assez bien documenté par la science. Il n'empêche que si je critique cet aspect d'Ulrich, pour le reste, je ne finirai pas de saluer son travail de vulgarisation, au sens noble du terme, des travaux lchf. Ce qu'il fait est totalement unique en zone francophone et ça doit être absolument souligné. Et puis il est libéral, alors merde. edit : tiens, j'avais pas prévu de faire un wot
  2. 1 point
    Au moment où je cherche a me casser de ce paniers de crabes, faudrait pas lire ça comme un plaidoyer... Ce que je dis c'est que la bureaucratisation de la science est partout, même la ou les lobbys n'existent, pour ainsi dire, pas (sciences humaines par exemple). La bureaucratie c'est un arbre parmi d'autres, je ne fais qu'en rajouter un, je ne dis pas que c'est le seul. L'excuse des lobbys est l'argument des faibles. Si demain on apprend que l'industrie du gras a financé des études, ce dont je suis persuadé a 100%, on fait quoi ? Balle au centre ? Si seulement... Le fait qu'en médecine, beaucoup se pensent sortis de la cuisse a Jupiter n'est pas neuf et ouais c'est un problème. Mais dans ce débat on oublie que 95% des médecins sont des pratiquants, des techniciens, ils n'ont aucune idée de ce qu'est et ce que fait la recherche une fois qu'ils sont sortis de leurs études et leur internat. Pendant 40 ans, a moins de se tenir a jour, ils peuvent répéter la même chose. Comme n'importe qui et n'importe quel métier. Ce ne sont pas des surhommes hein. D'autant plus que la plupart des doc ont des journées doubles vu la pénurie. S'imaginer qu'ils vont se passionner pour 3 études non répliquées sur le lchf alors qu'il sort 100 études médicales par jour, c'est se tromper de combat. Les revolutions scientifiques c'est très souvent œuvre de petits groupes qui sont marginalisés pendant 10 20 40 ans. C'est normal, c'est la différence entre rationalisme et accumulation des preuves ; et charlatanisme, pseudo science et religion. Dire que le mileu scientifique est pourri parce qu'il n'effectue pas une révolution majeure avec quelques études sur des petites cohortes, pas toujours en double aveugle, pas toujours avec des groupes de contrôles, avec peu de réplications, avec souvent au mieux une corrélations et des doutes sur les causes, peu de meta études (une seule a ma connaissance, et très récente, PURE 2017),... S'imaginer que ça suffit c'est ne rien comprendre sur comment la science fonctionne. Et forcément c'est devenir un Don Quichotte qui charge des moulins a vent. Je déteste mon milieu pro... Ça c'est pour le corporatisme. Par contre.je pense mieux le connaître après 6 ans d'expérience depuis l'intérieur que ceux qui n'ont jamais mis un pied a l'université, pas même comme étudiant.
  3. 1 point
    Tout plat salé est amélioré avec des lardons (ou leur cousin le bacon). Omelette ? Lardons. Curry de légumes ? Lardons. Pizza (low-carb) ? Lardons. Les lardons, les lardons, les lardons vous dis-je !
  4. 1 point
    https://www.reuters.com/article/us-venezuela-economy/venezuela-cuts-five-zeros-from-currency-as-economic-plan-sows-confusion-idUSKCN1L51H7 "Venezuela cuts 5 zeros from currency" Je ne sais pas si il y a une idée de la situation: Une version latino américaine de la république de Weimar.
  5. 1 point
    Exactement de la même manière, si une entreprise baisse son prix, on l'accuse de tuer ses concurrents par dumping ; si elle le monte, de profiter de son pouvoir monopolistique ; et si elle le maintient, on l'accuse d'avoir monté une entente.
  6. 1 point
    Exactement. La fermeture des frontières ne crée que des effets collatéraux dommageables qui vont a l'inverse des politiques voulues (ce qui rappelle inévitablement a peu près toutes les politiques, mais passons). Quelques exemples qui me viennent en tête : - Les familles capverdiennes qui veulent migrer aux USA, à cause de la fermeture des frontières, se construisent patiemment au travers des générations, un véritable "capital migratoire", qui s'entretient et se transmet comme n'importe quel capital (marier une fille dont l'oncle est aux USA, ce genre de choses) :https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/iacchos/laap/actualites/nouvelle-publication-amours-pragmatiques.html (ce bouquin est fascinant). C'est une pratique qui n'existerait pas avec des frontières ouvertes, évidemment, ça oblige les gens à se projeter dans un voyage unique, la perspective des aller/retours disparait. Une fois accroché au rocher USA, y rester, "tenter sa chance" et éventuellement revenir devient "y aller coute que coute, et advienne que pourra". - Cela crée immanquablement des crimes qui ne sont pas des vices, toussa, cela va du stress des policiers à des gens innocents en prison (ou des petites filles qui meurent, comme Mawda en Belgique il y a 3 semaines) - Cela crée de véritables crimes (passeurs, trafics d'enfants, résurgences de l'esclavage en Libye, ...) - Le retour étant impossible, l'aveu d''échec l'est tout autant, le silence qui entoure les échecs des migrants en Afrique et la visibilité des réussites seules poussent à croire que l'El Dorado existe vraiment en Europe - Le retour étant impossible, ceux sur place doivent entrer dans une vie parallèle qui ne participe ni à leur intégration, ni à la paix sociale, ni à rien du tout
  7. 1 point
    Les anarcaps sous-estiment les besoins en communauté politique qui font partie la nature humaine. Les minarchistes à mon avis sous-estiment certains besoins au-delà des fonctions régaliennes. Les libéraux classiques sous-estiment la dangerosité de la démocratie et de mettre autant de pouvoirs dans les mains d’individus. Les anarcaps connaissent la nature humaine qui consistent en ne jamais donner le monopole à certains individus pour quoi que ce soit Les minarchistes connaissent la nature humaine en ce que les fonctions régaliennes sont effectivement ce que les individus attendent le plus comme service rendu à la collectivité. Les libéraux classiques connaissent la nature humaine en ce qu’ils se situent dans le domaine du réel et apportent des réponses concrètes et défendables dans les diners en ville.
  8. 1 point
    c'est vrai. non mais le fond de ma pensee c'etait tout simplement que ca fait 4 ans que j'essaye de forcer des trucs de mecs sur ma fille, et elle n'en a rigoureusement rien a battre.Elle ne s'interesse pas non plus aux camions, aux petites voitures et aux legos mais adore les diamants, les coffres a bijoux, le maquillage et les robes de princesses; d'ailleurs un de ses premiers mots/expressions etait la 'belrob' qu'elle a commence a reclamer vers un an. Ce qui me herisse au plus haut point dans ce contexte c'est l'espece de sous-entendu que les choses de filles sont sales et sont des maledictions a terme.tout comme les super-heros pour les petits garcons seraient une sorte de danger.Dans cela les blaireaux conscientises ne font rien d'autre que critiquer l'achat de produits derives et la consommation de masse sans aucune analyse d'ensemble ( l'industrie, le marche etc) Le plus genial dans tout ca c'est que si j'avais eu le temps de leur dire tout ca, mes interlocuteurs n'auraient pas revu leur position; ils auraient juste pense "oh mon dieu jim16 n'est pas feministe, il est avec l'ennemi".
  9. 1 point
    okay, mais bon disons que je poste ca plutot comme un signe des temps: la cle c'est que je vois ce comportement arriver de maniere epidemique, et chez des couples dont la madame a generalement grandi dans des conditions privilegiees, mais pas que: une amie de classe populaire, qui a eu dans son (ex) couple un mec qui ne faisait presque rien, a aussi cette tendance a tout ramener aux taches menageres, ou plus exactement a une selection precise de taches menageres, excluant systematiquement le travail salarie du mari, la maintenance de la maison et l'entretien de la voiture ( moins frequent il est vrai) Mon probleme c'est qu'il s'agit toujours d'hommes que je connais et dont je sais qu'ils font leur part, je suis temoin.Les demandes ne tarissent pas avec les efforts du mari, et plus il en fait et plus elles sont ridicules.Il y a aussi cette constante de peter des cables pour rien et de micro-manager l'homme, et le fait d'ignorer totalement que les petites filles jouent des le plus jeune age a s'occuper des bebes, alors que les hommes recherchent autre chose, qui se transforme en ignorance du fait que le mec devient depressif et malheureux quand il doit s'occuper des enfants pendant 100% de son temps hors travail, simplement parce que sa psyche n'est pas adaptee: cette remarque passe pour du sexisme fasciste horrible pur et simple, alors que personne ne demande jamais aux femmes de systematiquement savoir refaire un joint d'evier et percer le bon trou pour la bonne vis: celles qui le font aiment ca et les autres rient a l'idee de s'y mettre. Il y a aussi cette detestable tendance a vouloir se separer des que la situation est difficile.
  10. 1 point
    tu parles.Je suis entoure de feministes pas nazies, certaines avec un vrai parcours, et la logique sous jacente est rigoureusement la meme que chez les feminazis.C'est un clan, une banniere pour des etres qui ne s'interessent pas au nationalisme ni aux equipes de foot. On ne fait rien de special, et puis d'un coup paf! on se souvient qu'on est feministe.On soutient des declarations idiotes et des artistes a chier sur FB parce qu'ils sont femmes ou feministes.On se paye des revues de nanas qui font des trucs de mecs entre nanas.L'idee sous-jacente que les femmes sont "mieux" que les hommes est recurrente et ne me choque meme plus. Le gauchisme est une constante dans les idees, le marxisme est a tous les tournants et l'economie est un truc de facho. Que sont les "luttes" dont parle Marlenus? du lobbying? ou du travail de fonctionnaire paye par l'etat pour faire des docs et des comptes rendu, de l'aide sociale 90% du temps ?
  11. 0 point
    Totalement HS mais je suis convaincu depuis quelques années que c'est l'histoire qui fait les grands hommes, et c'est en lisant les différentes mémoires, lettres, biographie, ... de Churchill que j'ai arrêté mon avis. J'ai une forme d'admiration pour le type, mais principalement parce qu'il a posé les couilles sur la table au bon moment. Comme De Gaulle par ailleurs. Je n'en ai pas pour le reste de leur carrière politique. Charles ou Winston, sans la WW2, c'était les Dardanelles, l'alcoolisme et l'impérialisme d'un côté, et, on ne saurait jamais trop quoi de l'autre côté, peut-être un cabinet ministériel au mieux. Mais de toute façon, politiquement de la merde. oui, dans un sens c'est une preuve d'une certaine intelligence, mais ça ne m'empêche pas de penser que c'est globalement un con. Je n'accorde qu'une importance toute relative au QI, d'ailleurs, je suis sur que Trump est normalement intelligent à ce niveau, je n'en doute pas. Je suis d'accord, il est probablement cablé normalement mais pour le reste...
  12. 0 point
    SAD ! J'ai lu attentivement l'op-ed en question. Très intéressant. Evidemment un brin énervant, rien que pour l'utilisation du mot "résistance". Mais l'impression qui s'en dégage c'est que l'auteur - comme beaucoup - n'était pas du tout anti-Trump à la base, et comme beaucoup de hauts fonctionnaires doit avoir le respect de la fonction chevillé au corps. Mais un moment donné quand les humeurs lunatiques d'un homme seul impliquent des décisions qui peuvent entraîner des guerres et de nombreux morts, il faut faire un choix entre l'obéissance aveugle à l'homme et la protection de l'intérêt de la nation. Et si pour un grand nombre de problèmes je suis effectivement très sceptique sur la pertinence d'un intérêt national, quand il s'agit d'éviter des déstabilisations majeures et même des guerres je trouve que ce n'est pas infondé. Je sais bien que personne parmi nous n'est à la MB pour voir ce qui s'y passe, mais au-delà des pitreries constantes de Trump, je trouve que cette façon de tweeter compulsivement est toujours aussi choquante quand on est le personnage le plus puissant du monde. Ah oui, et bien sûr son rapport très distant avec les faits, qui m'alarme depuis le début (il n'est pas le seul, mais il semble mentir plus que ses adversaires et surtout il est en poste...). Au total je vois mal comment il pourra éviter l'impeachment s'il ne se calme pas, or je le vois mal se calmer si ça lui donne l'impression de perdre la face. <blockquote class="twitter-tweet" data-lang="fr"><p lang="en" dir="ltr">TREASON?</p>&mdash; Donald J. Trump (@realDonaldTrump) <a href="https://twitter.com/realDonaldTrump/status/1037464177269514240?ref_src=twsrc%5Etfw">5 septembre 2018</a></blockquote> <script async src="https://platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script> Le business demande plus d'habileté et de relationnel que d'intelligence profonde, moi-même j'ai connu un chef d'entreprise tout à fait honorable qui était un âne en économie, de A à Z. Intégralement keynésien, défendait le programme économique du ministre de l'économie d'Hitler, etc. (diplômé en mai 68, ça peut expliquer le truc). Et si on regarde attentivement ses résultats il s'est quand même planté plusieurs fois jusqu'à la banqueroute, et semble s'en être sorti plutôt en vendant son personnage (TV, livres, jeu de société, etc.) qu'en faisant fructifier sainement une entreprise. Et pour l'élection il a été très habile, c'est un exceptionnel débatteur et il a su capter l'air du temps, un ras-le-bol parfaitement compréhensible, et s'imposer par son charisme comme celui qui apportait des solutions rapides et concrètes qui avaient l'immense avantage d'être simples à comprendre. WE WILL WIN. Il voit tout en termes de rapports de force : économie, politique, tout est un concours de zizi. Même sa manière de se ridiculiser en poussant tout le monde pour être devant la photo, ou de broyer la main des autres chefs d'états, non mais sérieusement ?! Il incarne le populisme, dans une variante assez pro-business, mais qui n'en reste pas moins du populisme avec toutes ses caractéristiques : bouc-émissaires, outrances permanentes dans le langage et les actes, vision binaire du monde, complotisme, culte du chef, placement de la volonté populaire au-dessus de l'Etat de droit et de l'esprit démocratique des institutions, tout y est. Et oui, ceux d'en face étant malhonnêtes, aussi cons (d'une autre manière) et moins doués politiquement, ça l'a bien aidé.
  13. 0 point
    Cet interlude vous a été présenté par l'association des asthmatiques de France.
  14. 0 point
    C’est tous les cours de l’année en une semaine ?
  15. 0 point
  16. 0 point
    Le monde est contrôlé par les autistes qui font des vaccins pour que tout le monde soient comme eux.
  17. 0 point
  18. 0 point
    @Zagor sauf que tout ça c'est pas nouveau. Et les attaques au couteau et les conducteurs qui reglent leurs litige à coup de crique au lieu de faire un constat semble pourtant augmenter.
  19. 0 point
    Vu son second tweet, je pense que c'est une femme qui se sent homme.
  20. 0 point
    Voilà. Le dernier Easyjet que j'ai pris, on est arrivé au stade débile où ils mettent des bagages main en soute parce qu'il n'y a plus de place en cabine. Et le mode de sélection était premier arrivé premier servi ; autant faire payer.
  21. 0 point
    Dix jours que je fréquente assidûment ma rousse pirate britannique, une mention spéciale pour ce bain de mer où nous avons dérivé longtemps , main dans la main, en faisant la planche, l'apesanteur, le silence, l'errance et cette complicité du bout des doigts , marvelous. C'est moi qui en préambule à notre rencontre a posé les grands principes, amour libre, non demande en mariage, camaraderie amoureuse et c'est elle qui m'a fait un rappel au contrat hier, me faisant remarquer que j'utilisais le "nous" et que j'avais tendance à me projeter , incidemment, dans l'avenir. J'avoue avoir ravalé ma salive .
  22. 0 point
    Pour le Monde, l'absence de preuve est la preuve de l'absence. Va falloir qu'ils revoient leurs papiers sur le glyphosate, les OGM, etc.
  23. 0 point
    Aller au golf en métro, j'ai jamais rien vu de plus pourri :p
  24. 0 point
    Bush fils n'a, à ma connaissance, jamais été à gauche (à part si l'on pense qu'être un alcoolique avec un mode de vie dégénéré, c'est être de gauche, ce que je ne pense pas). Il n'était pas non plus néoconservateur, il avait des conseillers néoconservateurs (qu'il n'écoutait guère avant le 11 Septembre). ... à garder le pouvoir, comme tous les politiciens. Et je ne crois pas que sa philosophie politique soit très profonde (ni qu'il n'ait aucune idée, d'ailleurs). Tout le reste n'est que supputation pure et glose masturbatoire.
  25. 0 point
    La Guerre des Boutons ? Tu mens sur ton âge ?
Ce classement est défini par rapport à Paris/GMT+02:00
×