Jump to content

Aurel

Membre Actif
  • Posts

    2680
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Aurel

  1. Si le système tombe, croyez-vous vraiment que les solutions libérales seront mises en oeuvre ? Le pouvoir sera toujours exercé par ceux qui connaissent les rouages de l'action politique, les citoyens continueront à leur déléguer des pouvoirs étendus. Et ceux qui voudront se mettre en travers de la recomposition politique seront tout simplement balayés au nom de l'urgence.
  2. Le 14 mars, nous parlerons de liberté, si absente de la campagne présidentielle jusqu'ici. Nos intervenants seront Alain Madelin, Sabine Herold, Arnaud Dassier, Anne Bourdu, moi-même et d'autres personnalités. La salle se trouve dans le 7eme arrondissement à Paris. A l’inverse d’une conférence traditionnelle, le format novateur inspiré du BarCamp donne la parole à tous et fait appel aux contributions de chacun. Dans la soirée du 14 mars, nous définirons collectivement les termes du débat. La première partie de la soirée sera intégralement participative autour des thèmes qui seront dégagés par toute la salle. Chacun pourra proposer ses idées et transmettre ses remarques au cours des ateliers ou en direct grâce à Twitter, ce qui étendra le contenu des discussions aux réseaux sociaux. Une fois exposée la synthèse des échanges, nos invités pourront répondre aux préoccupations et aux propositions émises, mais sans monopoliser la parole pour laisser la salle rebondir et débattre. Au terme de la soirée, nous aurons ainsi matière à lancer un manifeste que chaque contributeur de la soirée aura à cœur de faire circuler et de promouvoir. Comme vous l’avez compris, cette soirée n'est pas celle d'un clan ou d'un parti, elle appartient à tous les participants. Nous, générations X et Y, héritiers des baby-boomers, n’acceptons plus les rentes et les privilèges d’un système qui ne parvient pas à se réformer. Nous ne voulons plus vivre dans une société de clivage, de défiance, frileuse et bloquée. Plus que jamais, nous voulons voir émerger des idées nouvelles et se mettre en place la transition vers un modèle économiquement et socialement performant. De nombreux pays européens ont déjà fait ce choix avec succès, souvent sous la houlette de jeunes dirigeants politiques. Pourquoi pas nous? Jamais, depuis 30 ans, notre pays n'a fait le pari de la liberté, c’est pourtant le fondement de la prospérité et du bonheur. Jamais il ne s’est appuyé sur la responsabilité individuelle pour élargir la société et la rendre plus forte. Notre ambition, c’est une France qui respecte les choix de vie de chacun, et offre de vraies chances de réussite à tous. Vous l’avez compris, les mots clef de la soirée sur Twitter pourraient bien être #jeunesse, #emploi, #EconomieNumérique ou #libertés. Ajoutez les vôtres sur la page Facebook de « la liberté, c’est maintenant ! » Aurélien Véron Anne Bourdu Arnaud Dassier Président Secrétaire Générale Vice-Président Note : places limitées. Pour le bon déroulement de la soirée, inscriptions préalables nécessaires
  3. Sarko s'est enfermé dans un discours répressif (exemple : la route) et anti-immigration avec, en dernier, la connerie de la directive Guéant sur les étudiants étrangers. Ca va lui coûter cher. MLP a trahi la ligne de son père. Je l'ai écoutée dimanche, elle était glaçante et autant marxiste que Lélenchon. Pas certain que le petit commerçant et l'artisan se retrouvent dans sa stratégie anticapitaliste et jacobine. Hollande est plutôt bon jusqu'ici, il va reprendre le centre gauche visé par Bayrou, qui ne parient pas à capter l'électorat de droite déçu par Sarko. Mais en effet, il reste plus de 2 mois de campagne, c'est long. Très long.
  4. Je partage pas mal l'avis de POE. Sarkozy va faire une campagne choc. Emmanuelle Mignon va lui sortir quelques idées fortes qui risquent de laisser Bayrou là où il est. Sarko a perdu beaucoup de sa crédibilité après 5 ans de mesures incompréhensibles, de frasques porsonnelles et de dérive très droitière qui passe mal tant chez les gaullistes (dire que ça existe encore) que chez les libéraux. Mais attendre que Sarko plonge est un mauvais choix stratégique de Bayrou, Sarko va bétonner le second tour. Il a un espace ouvert à prendre, mais n'a pas l'audace. Le PLD seul ne peut hélas pas (encore) l'occuper seul. Nous continuons donc à pousser quelques bonnes idées au candidat.
  5. yiggles, j'ai commencé avec le FN des années 80 aidé par Mitterrand pour planter la droite. Tu me relances sur les années 60-70, je remonte dans le temps. Si tu ne comprends pas, je te remets tout dans l'ordre, ce sera plus simple pour toi à la lecture.
  6. Il y avait un contexte historique porteur dans ces années-là : l'après-guerre, le marxisme triomphant, la décolonisation, mai 68. Les outils étaient nombreux : barre de fer, cocktails molotov, etc. Nous n'avons ni ce terreau, ni ce contexte historique, ni ces habitudes violentes qui avaient un caractère ludique quoi qu'on en pense. Et franchement, la plupart des crapules de ce milieu étaient des porcs paranos et sectaires. A titre personnel, je te laisse ce modèle. Pas pour moi.
  7. JMLP est connu de tous ces milieux, c'est son électorat le plus ancien. Mais quelques amis intimes mis à part, il est craint rt haï car il a instrumentalisé tout le monde pour son propre succès. Aucune figure du FN n'est parvenue à durer, aucun réseau structuré n'a pu s'ancrer durablement au FN. Tous ceux qui ont eu un espoir de succès politique ont été ecrasés ou exclus un jour ou l'autre. C'est un parti au service d'un seul homme, et maintenant d'une seule femme, pas d'un projet, encore moins d'une idéologie (son corpus de pensée peut varier du tout au tout). Le mouvement le plus proche de la cartographie des libéraux,ce sont les verts.
  8. Tu veux rire ? Le FN, c'est l'histoire d'un homme qui a hérité d'une belle somme d'argent et d'un talent de batteleur. Il n'a cessé de virer ses proches dans une paranoïa totale, le FN est vide de cadres et de candidats. Le MNR, le PF et tous les groupuscules identitaires sont des ennemis jurés du FN. Il n'y a pas de mouvement moins fédérateur que le FN.
  9. Il n'y a pas de communauté libérale, il faut arrêter de croire à ces balivernes. Dés qu'un gus a une idée qu'il trouve géniale, il lance son mouvement, créé son compte fessebouc et lance des fatwas contre les autres, les faux libéraux qui ne pensent pas comme lui. L'idée de rassemblement est une affabulation tant qu'aucun projet n'aura émergé et enclenché une spirale du succès naturellement fédératrice. Parce qu'au final, les libéraux sont comme les autres. Ils sont très heureux quand un Madelin perce, quand un Reagan prend le pouvoir (puis fait exploser la dépense publique) ou quand une figure passe sur le petit écran. Ils pardonnent beaucoup à ceux qui réussissent à atteindre un col sur la montagne du pouvoir.
  10. Les camps de rééducation, c'est Eva Joly. Le ministère de l'identité nationale, c'est Vichy…euh pardon l'UMP. A chacun sa mesure pourrie, à croire qu'il y a un public pour ça.
  11. On peut voir le verre à moitié vide (ministère de l'égalité, acheter françai) ou à moitié plein (réduction de la dépense publique, réduction du parlement à 400 députés, politique de l'offre). La pureté n'est pas de ce monde. Et mêmes purs, on parvient à se diviser de toute manière. Est-ce foutu pour autant ? Apprendre à positiver, tout un programme…
  12. Roger, suis un peu. Ce n'est pas le programme mais la stratégie du PLD pour 2012 qui fait débat. Concernant le financement de l'éducation, nous observons que le secteur sous contrat coûte 20 à 30 % moins cher par élève que le secteur public, et ceci inclut la participation des parents dans le privé. Aligner le public sur l'organisation décentralisée du secteur privé ferait donc gagner 15 à 20 milliards d'euros par an en frais de bureaucratie en moins. Cet avantage devrait plaire à un certain nombre de Français s'il était publiquement débattu.
  13. Pas sûr que cette communication soit bonne pour les libéraux qui la porteront. On les assimilera une fois de plus, sachant qu'il y a des exemples patents de proximité (Alain Dumait) en plus des vieilles histoires d'Occident. Si les libéraux sont si peu représentés, c'est qu'ils ne se font pas entendre auprès des Français qui se déclarent libéraux. Ou qu'ils sont pris par eux pour des marginaux trop radicaux et burlesques par ce même électorat libéral qui vote. A moins que cet électorat libéral ne le soit pas assez à notre goût, ceci expliquant cela.
  14. Ils ont beau s'entretuer, ils vont avoir un groupe au Sénat, sans doute un groupe à l'assemblée nationale, avec déjà quantité de maires et d'élus partout sur le territoire. Le seul élément qui pourrait perturber leur développement, c'est le fait qu'Eva Joly n'atteigne pas 5 % et dépense 4 millions d'euros non remboursés par l'Etat. Mais les Verts sont prudents et lui ont coupé son budget de campagne pour limiter la casse. Les Verts ont commis quelques abus qui en dérangent plus d'un (vite recadrés par les autres : http://www.atlantico.fr/pepites/conseiller-eelv-dit-avoir-ete-tabasse-membres-parti-266214.html mais ça n'intéresse pas les médias) Après les législatives (la plupart des 66 candidats co-investis par le PS verront leur campagne gracieusement offerte par le contribuable), attendons-nous à ce que les verts touchent pas mal de millions d'euros chaque année de l'Etat. Rappel : en 2010, les Verts ne touchaient "que" 1.44 millions (845.884 voix) + 0.395 millions (pour 4 élus) par an. Ils devraient doubler ou tripler à 4-5 millions par an. Détail (page 6) : http://www.cnccfp.fr/docs/partis/comptes/cnccfp_comptes_2010.pdf Les Verts reçoivent tout de même 1 millions d'euros de cotisations, 440.000 euros de dons.
  15. Oui, LO fait marrer. Les Verts font interdire les OGM et introduire le principe de précaution dans la constitution. Deux stratégies, deux résultats.
  16. J'aimerais connaître le nombre de femmes qui s'expriment dans ces termes.
  17. Ce n'est pas tant le contenu que le fait que ce soit Louis Aliot, une vraie tanche politique, qui le défende.
  18. La population n'est pas effrayée par le libéralisme, mais par les libéraux. Ce n'est pas la même chose, même si le résultat est le même pour la défense de nos idées.
  19. asthenik, j'apprécie la qualité de ton raisonnement. J'ai trois questions : - comment identifies-tu le fruit d'un travail protégé par l'extension du droit de propriété ou non ? - quand arrêtes-tu dans le temps une telle propriété virtuelle sachant qu'elle dépend du bon vouloir des politiques ? - quelle limite fixes-tu aux outils répressifs en charge de lutter contre ceux qui violent ce droit ?
  20. LO ? C'est une blague ? C'est surtout le résultat de la stratégie des verts et le PCF devenu Front de gauche, avec une exception Besancenot pendant 7 ou 8 ans. Je vous rappelle que le principe de précaution, l'interdiction des OGM, l'interdiction progressive des voitures dans les villes, les taxes dites "vertes et hygiéniques" et maintenant la remise en question progressive du nucléaire, ce sont les Verts, pas LO. En revanche, LO a un avantage : Arlette nous a bien fait marrer pendant des années, surtout grâce aux Guignols de l'Info.
  21. J'ai fait campagne en 2007 avec une bonne équipe et des moyens dans le centre de Paris qui couvre le sentier. Je t'informe que ça ne marche pas. Les électeurs sensés qui votent pour un programme sont peu nombreux, et ils préfèrent le plus souvent un candidat aux idées moyennes mais qui a une chance de percer et de peser grâce à sa notoriété ou sa marque, à un marginal aux bonnes idées. On vote pour la proximité ou pour une marque. La proximité exge de mettre les mains dans le cambouis localement, et de faire des compromis quand on parle dépenses pour l'école, sinon on se fait juste écharper. Et la marque passe par des personnalités reconnues, élues si possible, et des ressources consistantes qui durent. Les personnalités connues ont un pied dans le système, et veulent l'y garder (je pense à Madelin et aux autres figures du libéralisme qui ont eu des postes ministériels) parce qu'ils savent que leur impact y est beaucoup plus fort.
  22. Surtout que c'est le seul à avoir cité Bastiat dans la presse.
×
×
  • Create New...