Jump to content

Anton_K

Membre Actif
  • Posts

    6052
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    21

Everything posted by Anton_K

  1. Bon, je suis membre du machin... Enfin on dirait parce que je ne peux rien faire et bien que j'apparaisse connecté le site me demande aussi de m'identifier... Codé par des bons à rien visiblement. Admettons que je dois d'accord avec ça, voilà ce qui se passe : Pour l'instant tout ce à quoi j'accède c'est de la publicité pour les vues perspicaces de quelques pantouflards dilettantes type Bruno Lemaire ou Mar-Mar Lepen.... Technologie frônçaise. Navrant.
  2. Oui, l'humanisme de Sartre qu'il défend contre Levi-Strauss notamment et qui le distingue de Heidegger est complètement bizarre, et pas du tout justifié par sa propre métaphysique. Mais Sartre est comme ça, il ne se sent pas obligé à la rigueur quand il a les moyens de se faire bien voir. De manière générale il est intéressant de voir que l'existentialisme, qui à mon avis est le stade final de l'idée d'un sujet et d'une liberté abstraits, dont, quoi qu'on en dise, le libéralisme est une étape historique, l'existentialisme donc, a tendance à faire renoncer à tout impératif substantiel, toute maxime avec un contenu (renoncer à la tradition, à son intérêt, et aux instincts naturels surtout), pour ensuite justifier telle ou telle autre idéologie comme "la plus proche" de cette abstraction... Donc en fait en réhabilitant un contenu insidieusement. La preuve c'est que l'humanisme de gauche ne voit aucun problème à redéfinir l'Homme après l'avoir abstrait, Sartre en est le meilleur exemple, et si on lit la deuxième partie d'Être et Temps de Heidegger, celui là parvient par un retournement assez louche à proposer le Volk comme entité de libération. Cela a tendance à me confirmer dans l'idée de Edmund Burke selon laquelle les idées des Lumières qui font intervenir la raison dans la détermination des impératif, contre la tradition et contre l'intérêt, sont un bon outil de manipulation des individus. Après avoir déconstruit les certitudes qui les aidaient à se débrouiller tant bien que mal, de façon diverses et variées, on arrive paradoxalement à les convaincre de nouveaux principes qui ont l'air plus assurés parce qu'ils sont universels, mais au non de quoi peut-on dire qu'ils sont meilleurs? Remarquez que cette nouvelle conviction est aussi contraire aux principes de la déconstruction par la raison, qui ne peut amener qu'à l'abstraction, mais que paradoxalement dans bien des cas ça se passe ainsi... Il suffit de lire Foucault ou la philosophie de déconstruction des identités qui se pratique aujourd'hui à Berkeley pour s'en convaincre, derrière la déconstruction il y a souvent une idéologie révolutionnaire à l'oeuvre. L'abstractionnisme dont vient le libéralisme ne devrait pas mener à l'humanisme, pourtant historiquement il a été suivi par l'installation des humanismes les plus radicaux comme le socialisme ou le fascisme (humanisme au sens de recherche de l'accomplissement de l'Homme), notamment par le biais de l'idée de progrès, et surtout de l'universalisme qui remplace une variété de tradition et de moeurs par un seul principe soit disant démontré. Ma religion n'est pas faite à se sujet (d'autant qu'un argument historique n'est pas un argument logique), mais ça serait un problème pour le libéralisme (ou en tout cas pour les libéralismes trop tempérés, ou les libéralismes moraux), ou en tout cas ça obligerait à la parcimonie, surtout quand on a tendance à invoquer le bonheur, la prospérité, l'effacement des frontières... Le droit naturel conçu de manière subjective, avec un contenu, et sans universalisme, est éventuellement une solution.
  3. Non. Ou seulement improprement, parce que l'existentialisme ne peut logiquement pas penser une pluralité d'individus, et ne peux pas considérer l'intérêt bien compris comme un principe authentique de l'action. La détermination de l'action est essentiellement tautologique dans l'existentialisme : une subjectivité abstraite et sans essence (le Dasein) décide d'assumer sa propre condition, qui est celle d'un être pouvant s'échapper dans le possible, mais aucune situation concrète pour cette libération ne peut être conçue, puisque l'individu ne peut pas assumer sa condition de manière déterminée (puisqu'il ne peut se comprendre que comme pure possibilité, etc, etc). Les existentialistes espèrent que de cette tautologie sorte quelque chose de miraculeux. En fait c'est peut être ce que les libertaires croient poursuivre en jouant la libération radicale et la révolution permanente, mais c'est une illusion de création de la "situation" authentique. Cela dit si on lit bien Sartre, il en est conscient, et la seule chose qu'il démontre vraiment dans le texte c'est que toute action collective de libération est impossible, puisque toute organisation tend à l'inertie etc. Mais cette pensée tourne dans le vide, étant donné sa tautologie elle pourrait tout aussi bien affirmer que la libération ne passe par aucun acte, même pas un acte de pensée, puisque rien ne nous dit que le Dasein a une propriété telle que la pensée.
  4. Là il y a une grosse différence entre Heidegger et Sartre. Heidegger dirait qu'étant donné que le Dasein est le sujet en tant qu'il se comprend comme ouverture sur les objets, il doit toujours comprendre que sa véritable essence n'est pas celle d'un objet déterminé, sinon il s'aliène. En gros il dirait que si tu te considères comme un étant, donc comme une chose du monde déterminée, tu omets ta caractéristique fondamentale d'être ce qui est toujours la possibilité de quelque chose d'autre. En gros, il rejette tout objectivisme quant à la personne (il dit même que c'est trop spécifié pour le Dasein de se considérer comme être humain). En gros tout cela repose sur une possibilité pour le sujet de penser se penser d'une façon différente dont il pense les objets. C'est un argument mystique à mon avis, mais on voit d'où il vient, en gros de Kant et de l'idée que l'être a eux face, une face subjective par laquelle on conçoit l'action, et une face objective par laquelle on conçoit l'essence. Heidegger ne fait que radicaliser et dire qu'en tant que sujet, l'on n'est qu'une subjectivité radicale, donc pas un objet dont on pourrait dire ce qu'il est. Chez Sartre c'est encore plus foireux, sa métaphysique n'est même pas à proprement parler matérialiste ni continuiste, il pense que la réalité est fondamentalement l'opposition entre l'action, libre par essence, et la matière, qui limite l'action par essence. L'Homme même ne serait qu'une instance de cette opposition entre liberté et inertie. Cette fable est un emprunt direct à Marx bien sûr, puisque l'obsession qui guida la vie de Jean-Paul était d'être appelé "marxiste".
  5. Les vidéos navrantes de ces deux trous de balle m'ont découragé.
  6. Je ne connais bien que Heidegger dans la clique, mais à mon avis le problème fondamental de sa philosophie, c'est l'échec à déterminer le principe de l'action si on refuse la facticité (en gros si on refuse de se fier à ce qu'on est comme étant pour définir le sens de l'existence), et donc l'essentialisme (forme de la facticité) comme déterminant de la décision authentique. C'est une variante du problème de Hume sur la détermination de ce qui doit être à partir de ce qui est, mais dans une version individuelle et morale où on a affaire au possible et à l'effectif. La version Humienne primitive, vous en trouvez une version logique chez Popper dans l'argument contre le marxisme et chez Hayek dans l'argument contre le constructivisme : une thèse scientifique sur la nature humaine ne peut pas permettre d'imposer à des humains leurs fins, parce que ce qui doit être ne dépend pas de ce qui est. L'existentialisme interdit la détermination du contenu du principe autant envers l'autre que pour soi, mais il est au minimum compatible avec l'anti-constructivisme, qui concerne l'action politique, puisqu'il interdit de choisir les fins des autres à leur place (ce qu'Heidegger appelle le Mitsein inauthentique). On pourrait raffiner parce qu'à mon avis il y a deux façons d'éviter le constructivisme pour les libéraux, et une version du problème hummien reprise par une certaine lecture de Kant pose un problème de "mauvaise compagnie" tout à fait clair chez les existentialistes : il devient difficile voire impossible au sujet lui même de définir ses propres préférences et ses propres fins. D'ailleurs un libéral non-conservateur est bien en peine de défendre positivement des pratiques ou des moeurs particulière, il lui est difficile d'aller au delà du principe selon lequel on ne doit pas forcer, en tout cas pas avec le logiciel libéral dont la négativité et l'abstraction ne conviennent qu'au politique. Vous allez me dire, tout va bien, ce n'est pas le but du libéralisme de dire à quiconque quoi faire. Mais est-il certain que ce problème apparant dans l'existentialisme ne contamine pas aussi insidieusement les libéraux? Reste quand même un problème moral pour le choix des principes de l'action individuelle, et de ce point de vue les tares de l'existentialisme devraient faire réfléchir un libéral politique aux possibilités que ce cadre lui offrent en tant qu'individu qui se demande pour lui même ce qu'il doit faire.
  7. Je pense pas qu'on soit arrivé à ça dans des architectures complexes, mais on trouve beaucoup de travaux sur des modèles bayésiens de l'acquisition de connaissance utilisant ce principe : chaque nouvelle perception pondère des probabilités de perception, qu'il suffit d'interpréter comme des prédictions, soit des connaissances sur le monde. Mais fonder tout un système perceptif, voire cognitif sur ce principe, j'ai pas lu de choses à ce sujet en terme de recherche. Par contre c'est le dogme de beaucoup de chercheurs et de philosophes qui sont en controverse depuis 30 ans (l'article classique est de Fodor et Pylyshyn sur cette question, il date de 1988, ça se trouve, eux étaient opposés au connexionnisme). De manière générale les approches connexionistes/probabilistes ne sont utilisées pour l'instant que pour des fonctions simples (T9, reconnaissance visuelle), ou pour des mécanismes particuliers d'architecture (acquisition de règle linguistique notamment, avec moult controverses sur le réalisme, des questions du type : les gamins font-ils des probabilités?). Si on prend ACT-R, l'un des projets les plus avancés en la matière, pas de dogme général sur la nature des mécanismes, on intègre au mieux les modèles qui font les meilleures prédictions. http://act-r.psy.cmu.edu/ Ce truc est open source, tout le monde peut contribuer, l'idée c'est d'y intégrer des modèles d'expériences de psychologie, et de faire reproduire à la simulation les résultats des sujets en terme de temps de réponse, et même d'autres performances comportementales plus élaborées (je crois qu'on peut même avoir des résultats de eye tracking avec). Je crois que la majorité est fait en python. Edit : rectification, voici la version python de ACT-R : https://sites.google.com/site/pythonactr/ D'ailleurs ce petit site est très bien fait et vous allez voir les différents modules à gauche et le détail des approches théoriques associées. Par contre ce que tu dis Ray est intéressant parce que ça montre que le pre-wired dans les architectures cognitives n'a pas nécessairement à être conçu comme top-down, ça peut simplement être une distribution de probabilités à l'état initial. Mais c'est plus compliqué à faire. Mais l'idée que Connexionisme = bottom-up et architecture probabiliste, alors que fonctionnalisme = top-down et architecture symbolique, c'est surtout vrai pour les philosophes.
  8. Surtout que dans le BM tu ne trouves ni groove ni gammes de blues, presque rien de rock n' roll. Enfin ça c'est la théorie, parce qu'il est possible que la première vague de BM ait cette apparence linéaire parce que c'était mal torché. Remarque, l'un n'exclut pas l'autre. Sinon à propos de Burzum je parlais pas de l'ensemble de sa discographie, quand je disais l'oeuvre je ne parlais que de Umskiptar, trop long à mon avis. Style médiéval dépouillé et minimaliste... Oui si l'on veut mais est-ce que c'est plus dépouillé et minimal que Jesus' Tod? Par ailleurs tu sais qu'il a été critiqué pour sa mauvaise lecture du norrois, ce qui est malheureux pour quelqu'un qui voulait revenir à ses racines. Et quand l'évocation médiévale se fait par une transition vers quelque chose de plus metal j'ai tendance à y voir du kitsch. J'aime pas trop Belus, et j'ai pensé qu'il avait un certain mieux avec Fallen, mis à part dans la voix, mais généralement je t'avoue que j'écoute pas trop le groupe mis à part Filosophem et Hvis Lyset Tar Oss. Voilà une ronde, un farandole païenne et inquiétante. Edit : Voilà d'ailleurs un groupe Québécois qui suit cette voie avec réussite :
  9. Le problème du dernier Burzum c'est qu'il est trop long : les morceaux se suivent sans vraiment apporter quoi que ce soit, et la qualité générale décroit au fil de l'oeuvre à mon avis. Jusqu'ici les meilleurs groupes de BM que j'aie écouté sont les suivants : Taake, peut-être ce qui se fait de mieux dans le rapport trueïté / production, et assez écoutable pour tout amateur de métal. Mgla, un groupe polonais qui en a gros sur la patate, je le conseille aux amateurs de Burzum. https://www.youtube.com/watch?v=hrysift2bRg Ceux-ci devraient aussi aller voir du côté de la scène de "Metal Noir" Quebecoise, notamment Gris et Forteresse.
  10. Un gris, un brun, la paix ne sera pas facile. Ma première lecture. J'étais abonné à l'école des loisirs, je sais pas si ça existe encore. Plus classique, là c'était ma mère qui lisait. De manière générale les contes sont une bonne idée, même quand ils sont compliqués. Je les retenais avant d'y comprendre quelque chose, maintenant je m'en souviens encore. D'où l'intérêt de distinguer les lecture un peu débiles que ton enfant fait lui même, et celles que tu lui fais, là c'est déjà de l'éducation. On trouve souvent de bons livre de contes régionaux aussi (alsaciens et bretons en ce qui me concerne), et là c'est pas cheap. Et bien sûr : (Haha 18F c'était de l'arnaque)
  11. Ben Jerusalem/Dopesmoker ça s'apprécie qu'en entier, c'est pour ça que je parle de prendre sa soirée. Sinon j'ai jamais été convaincu par Sleep's Holy Mountain ça me rappelait du mauvais stoner genre Obsessed. Maintenant je réalise qu'il y a plus de chance que leur répertoire vienne de là que de Jerusalem au concert malheureusement. Ou peut-être une version écourtée de Jere/Dopesmkr, j'ai vu que ça se faisait. Si vous aimez Sleep, il faut bien sûr que vous écoutiez le premier album de High on Fire qui s'appelle The Art of Self Defense. Le reste n'est pas mal mais celui là est une bonne introduction depuis le doom. C'est le groupe de Matt Pike, le guitariste et parfois chanteur de Sleep. J'adore cette pochette elle est hideuse.
  12. Jusqu'à avant hier j'hésitais à aller au Hellfest, trouvant le programme assez chiant. Mais voilà : Black Cobra, Danzig, Dr. Living Dead, Sleep, The Great Old Ones, Voivod viennent de s'ajouter. Du coup je ne dis pas non à Immortal, At the Gates, Kreator, Down, Accept, Kampfar, Carpathian Forest et Testament. Si tout ça ne vous dit rien : (pour Sleep je peux pas vraiment vous le mettre là, les morceaux sont longs (le morceau en fait), il faut prendre sa soirée).
  13. Ce qui est intéressant c'est que Filippetti, actuelle ministre de la culture et créatrice de ce programme socio-culturel en fait pas très malin, a déclaré à la radio qu'elle pensait que le vigiles avaient juste fait leur travail, que ce n'était pas moralement condamnable, et surtout que c'était offrir l'occasion à ces pauvres diables de revenir visiter le musée dans des conditions plus dignes. Pas un mot sur l'administration du musée. http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2013/01/30/le-gout-des-autres-visiteur-exclu-dun-musee-pour-mauvaises-odeurs-pas-de-faute-morale-selon-filippetti Bref y'a plus de morale, etc... Il faudrait tous y aller bien puants pour voir. (Mais attention, pas puants comme des pauvres, puants comme des Bourbons).
  14. Tu as raison, je me rends compte qu'en disant que le fait que les criminels sont des récidiviste justifie la prison j'ai dit partiellement une grosse ânerie. En fait je suis d'accord avec toi pour tous les problèmes que tu pointes. Dans ce cas si on poursuivait sur la voie pragmatique il faudrait connaître la part de récidive induite par la prison, donc de récidive dans les cas de retours multiples en prison, et on pourrait trouver une corrélation suggérant une récidive induite. Ce serait intéressant maintenant pour savoir qui on n'a pas besoin de mettre en prison, en revanche ça ne résout pas tout le problème. En fait j'avoue que je ne pensais pas spécialement à l'anarcapie. Par contre personne ne parle de justifier pour imposer, c'est juste que comme tu le dis, les prisons ne disparaîtront pas, il y aura toujours des prisonniers et des gestionnaires de prison. Donc quand bien même on serait dans un "régime libertarien", s'il y reste une forme de justice quelle que soit le niveau où elle s'exerce et par qui, la question de savoir pourquoi "on" (qui que ce soit) a des prisons et qui on y met subsistera. Si non, explique moi pourquoi. Excellente question, donc que ce soit pour la peine de prison ou pour d'autres peines, on les pratique mais on a du mal à les justifier. C'est pour ça que je voulais montrer qu'il y a une justice pragmatique et une justice dumbfounded : le remboursement est assez compréhensible, mais la sanction par équivalence genre talion me semble aussi mal fondée (et assez triso) il doit pourtant y avoir une raison. Le bannissement me semble aussi être la solution la plus appropriée et donne aussi une piste sur la raison de la sanction. Quand un homme commet un crime il se peut tout simplement qu'il soit rejeté de sa communauté. Si on a une approche contractualiste de la vie en communauté ça parait très raisonnable. L'avantage du bannissement c'est qu'il est à la fois efficace, parcimonieux et qu'il évite la violence exutoire/réparatrice non? Remarquez que le bannissement historiquement ne consiste pas qu'à envoyer au bagne, là l'Etat fait déjà un usage intéressé des prisonniers. Le bannissement fondamental dans l'antiquité pour un criminel c'est le raccompagnement à la frontière avec peine de mort s'il revient, par contre je ne sais pas si ça a déjà été une peine universelle. En revanche faire de la prison une forme de bannissement temporaire ne me semble pas pertinent en ce qui concerne nos prisons.
  15. Si on t'indemnise, veux-tu aussi que le coupable soit mis en prison? Oui si tu risque d'être victime d'une récidive, sinon pas sûr. Evidemment si comme le dit Snow la majorité des prisonniers sont des récidivistes, alors ça justifie en partie la prison pour la prévention du danger, et si le système est viable en ne gardant que les récidivistes et en légalisant certaines pratiques passibles aujourd'hui de prison, on est sur la voie d'une solution.
  16. Les dangereux irresponsables récidivistes à 100% OK, peine de mort ou cachot, mais s'il n'y avait qu'eux en prison on n'aurait pas de problème de surpopulation. edit : quand tu dis qu'on en a besoin, si ça se trouve avec une bonne assurance tu es prêt à faire le pari que tu ne seras pas victime d'une récidive si on te rend l'argent de tes impôts, donc ça se discute et même sans supprimer les prisons ça pourrait valoir le coût de mettre moins de gens dedans. Encore une fois là on peut pas faire le calcul, et peut-être que la solution est juste qu'on prend cette précaution étant donné qu'on ne peut pas faire le calcul.
  17. En gros c'est la question. En tant que libéral on a tendance à justifier le financement d'une institution par un critère pragmatique. Là c'est difficile, donc c'est un problème.
  18. Je me doute bien (j'utilisais l'approche pragmatique pour montrer qu'on n'avait pas de réponse de ce côté là), donc il doit y avoir un critère non pragmatique. Quel serait-il, voilà la question que je posais.
  19. Donc si les prisons existent c'est parce que quand on les a inventées elles étaient absolument utiles et qu'on s'en est rendu compte? Possible. Mais maintenant, comment savoir? En attendant de couper toutes les dépenses inutiles, comment en juger? @JIM16 : Par exemple en Anarcapie, oui, ou dans une autre société dans laquelle on tient à savoir pourquoi et à quelle hauteur on finance une institution.
  20. Si jamais la prison ne permettait pas d'éviter le manque à gagner issu des crimes et délits, comment la justifierait-on?
  21. Je ressuscite de topic pour aborder la question de la prison, à vous de voir si ça mérite un topic en soi, je n'en ai pas vu par ailleurs. Quel est le critère pour juger du bien fondé de la prison? Si on aborde le problème sous l'angle pragmatique : Les prisons sont des établissements qui ne créent pas de richesse directement et qui fournissent un service à des pensionnaires qui ne paient pas pour en bénéficier. Une façon apparemment évidente de justifier la prison serait qu'elle est financée par une communauté d'individus unanimement prêts à payer pour se défendre des criminels. La partie cachée du raisonnement est que ceux qui commettent un crime ont tendance à récidiver. On suppose donc que le bénéfice de la privation de liberté est supérieur au bénéfice du remboursement contraint des biens volés/détruits plus l'effet "vitre brisée". Il est vrai que certains criminels psychotique récidivent systématiquement, mais pour la majorité il s'agit plus d'une garantie. D'autant que puisque la perpétuité n'existe quasiment pas, on peut considérer qu'on choisit la durée de la peine davantage en fonction de la gravité et non pas du risque de récidive. Enfin, à peu près 10% des criminel jugés à l'heure actuelle sont des récidivistes, ce que je veux dire par là c'est que non seulement on ne peut pas être certain qu'un criminel aurait récidivé (donc pourquoi le mettre en prison la première fois si on peut le forcer à rembourser ?), et qu'une peine non perpétuelle n'empêche en fait pas non plus la récidive, donc il est possible que la prison abrite des facteurs de récidive. La question est donc la suivante : Si jamais la garantie de non récidive et les possibilités de remboursement s'avéraient être inférieures au coût payé par la collectivité pour l'entretien des prisons et l'économie réalisée par la non récidive, comment pourrait on continuer à justifier a prison ? Peut-on trouver un impératif non pragmatique, d'ordre moral par exemple, pour la privation de liberté et l'entretien des prisons ? Evidemment il est possible que je me trompe et que la prison soit en fait source d'économie par rapport à ce qui serait détruit si les criminels n'étaient pas arrêtés. Mais comme je doute qu'on le sache, je pense que ce raisonnement contre-factuel est nécessaire pour justifier la prison en l'absence de connaissance sur les effets réels.
  22. Ce n'est pas condamnable, mais il y a peu de raisons de penser que ça contribue à une libération du marché et des agents économiques en général, étant donné que peu d'états t'accorderont un abaissement des charges s'ils ne parient pas sur des gains par une autre taxation, à la consommation ou sur les revenus. Il ne serait pas honnête de convaincre un entrepreneur en lui disant qu'il nuit à d'autres ou qu'il ne favorise pas une libéralisation générale, en revanche peut-être qu'il y a des effets néfastes mesurables sur sa propre activité à plus long terme, puisqu'on voit mal comment le socialisme peut mener, par une logique de perte dans les transferts, à la prospérité de chacun.
  23. De quel genre est ton état? Est-il une démocratie directe? Ses membres ont-ils des intérêts distincts de ceux du corps électoral, par exemple parce qu'ils ne sont pas eux même sur un pied d'égalité fiscal (au sens large des ponctions et transferts d'argent) avec ceux dont ils utilisent l'argent? En gros, est-ce que ce problème ne survient pas quand on a déjà un état socialiste? Si le libéralisme suppose soit une anarchie soit une démocratie directe avec un état qui ne peut jamais utiliser plus d'argent publique qu'on ne l'a autorisé à le faire à l'unanimité, solliciter les aides financières suppose que ton entrepreneur fait du pied aux gens qui votent les lois fiscales, s'il a la priorité sur des marchés c'est que ton état comprend des entreprises de service publique. Ensuite si le lobbyisme consiste à convaincre les membres de l'état de te donner de l'argent public, son vice est proportionnel au caractère indirect de la démocratie, soit l'écart entre les intérêts des membres de l'état et des sujets. Dans une démocratie absolument directe, où tous les sujets sont membre de l'état, il n'y aurait pas de différence entre un marché libre avec un contrat liant tout le monde, et un marché public. Supposant qu'une démocratie directe parfaite n'existe pas, l'entrepreneur qui utilise un Etat trop puissant participe au socialisme, voire est un socialiste lui même, puisqu'il ne fait qu'utiliser des ressources extorquées pour réaliser des projets convenus avec des voleurs. Tout lobbyisme dans un pays réel avec un état minimalement socialiste est vicieux.
  24. Assez d'accord avec ça. En fait ça me fait me demander si l'espoir des traditionalistes et plus généralement de ceux qui veulent revenir au principe de communauté de normes et de nation n'est pas dans la constitution de "nations privées", un peu au sens où on entendait la nation avant le nationalisme révolutionnaire. Et ça ne serait pas trahir le principe de nation, ça aurait le mérite de le concentrer sur un contenu, les pratiques réelles (par opposition aux entités formelles postulées par la loi républicaine, qui doit nécessairement aboutir à un mariage pour tous). Par ailleurs dans la vie de quelqu'un qui se réclame d'une tradition chrétienne, la mariage à la mairie n'est pas supposé être un instant crucial. Bien sûr, et une fois de plus c'est favorable à cette logique, ces institutions ne pourraient être reconnues que par des autorités qu'ils se donneraient eux même et ils n'auraient pas à avoir recours à l'état. Mais attendez, l'Eglise c'est déjà ça. Donc il faut juste s'en rendre compte. Reste à savoir si ça ne consiste pas qu'à effacer le problème.
×
×
  • Create New...