Jump to content

Demandred

Nouveau
  • Content Count

    63
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Demandred

  1. Je suis désolé mais la plupart des gens ici mélangent absolument tout, en particulier Rincevent (qui à l'air aussi fort en public choice qu'en episthémologie ). J'ai autre chose à faire de mon temps que de passer des heures à répondre a du troll à base de "c'est que de la théorie" ou "on a bien vu l'URSS". Vous raisonnez de façon complétement aléatoire c'est assez dommage à voir et ça ne m'intéresse pas.
  2. Merci d'éviter de confondre modèle et réalité et d'arreter de me faire défendre un système que je ne défend pas. Je commence à me demander si vous ne faites pas exprès... Le petit couplet de "la concurence fait baisser les prix" c'est juste mdr, faut vraiment arrêter de croire au père noel. Faudra vraiment que vous étudiez un jour comment fonctionne un marché. Tu crois vraiment que ton marché de la sécurité privé il te couter moins cher et qu'il va bouger le petit doigt pour retrouver ta télé ? Lol. Sorry mais les études sur la pose de cameras publiques ne montrent aucun impact signi
  3. Oups pardon Xara je voulais parler de démarche deductive pour l'école autrichienne et non de démarche hypothético-déductive. Je me suis complétement embrouillé les pinceaux entre les deux, malheureusement je ne peux pas éditer mon texte. Je réponds à ton point 4 : Je ne vois pas en quoi la démarche de falsification suppose que les humains soient inanimés. Elle est clairement plus compliquée à mettre en place que pour l'étude de la physique mais il n'y a rien d'insurmontable. Il suffit juste de postuler une certaine stabilité et indépendance dans les caractéristiques qu'on veut observer
  4. La police ne peut pas y faire grand chose mais il est plus facile pour elle de maintenir un taux minimal d'élucidation qui permet de maintenir une incitation plus fable à la criminalité (la perception de la proba de se faire arrêter n'est plus perçue comme nulle car trop faible). Chose qu'un systéme privé ne serait pas incité à faire. L’asymétrie d'information dans le systéme public est gratuite même si il existe des frictions comme tu l'évoques. Je pense néanmoins que c'est largement plus efficace que si on devait compter sur une concurence privée qui ferait bien plus de rétention d'informat
  5. Dixit celui qui namedrop le théorème d'incompétude c'est assez rigolo. Je te fais la version courte : Le raisonnement "hypothético deductif" en science à été abandonné pour changer de définition au 20éme siécle. Depuis l'antiquité on a cherché à faire reposer les maths sur une base solide, qui interdirait les contradictions et paradoxes. Par ce qu'on trouvais toujours de failles dans les beaux raisonnements hypothético deductif, comme le paradoxe de Russel. On a donc cherché une façon certaine de faire des maths sans se tromper. C'est Gödel qui à trouvé le premier la solution mais en montra
  6. C'est pourtant déjà enici une bonne explication du problème. En France demander des informations de tests génétiques est interdit, contrairement aux US où les assurances n'hésitent pas à le faire pour certains cancer. Si ça reste encore limité aujourd'hui, il est probable que ça change fortement à l'avenir avec la baisse des coûts des tests et l'amélioration de leur fiabilité. Les tests ne portent pas seulement sur l’occurrence de la maladie mais aussi sur la probabilité qu'elle adopte une forme agressive ce qui introduit un double niveau de discrimination et d'exclusion de l'assurance.
  7. C'est vraiment pas bien de sécher les cours épistémologie sur quand on a le grade de philosophe sur le forum. Désolé mais je ne donne pas de cours de rattrapage aux gens mal polis et mal embouchés. Sinon si t'as de vrais arguments je prends aussi. Possible mais rien ne prouve que ça ne sera le cas. Il n'y a aucune procédure qui te garantie de trouver des erreurs ou de t'assurer que tu n'en fais pas. Tu peux partir d'un truc vrai, faire un raisonnement qui à l'air valide et arriver à dire n'importe quoi. Ou l'inverse. Fin y a rien qui te garantie quoi que ce soit. Un théorèm
  8. Mince ça à posté alors que je voulais répondre aux messages d'avant. Bon double post alors. Cela ne marche pas et je l'ai expliqué avant. Je vais quand même redévelopper après tout tout le monde n'a pas suivit des cours d'économie de l'assurance. Une assurance repose sur le principe de la mutualisation du risque : chacun paye une prime d'assurance qui lui permet d'être couvert contre un dommage aléatoire. Sur l'ensemble des assurés et si les risque sont indépendants les uns des autres l'assureur pour ainsi transférer l'argent des cotisants vers les sinistrés en prenant une marge au pa
  9. Tu n'est pas le seul pour qui la remarque est valable mais vous confondez un raisonnement avec la réalité. Je n'ai jamais parlé de la France. Ni du systéme de santé Français. C'est incroyable quand on débat de façon théorique sur une notion vous arrivez toujours a venir dire "mais en vrai y a eu des phares privés au 16éme siècle" ou "le gouvernement français est très vilain alors on aime pas le gouvernement". Faites un petit effort d'abstraction svp... Oui donc on peut aussi dire qu'on n'a pas besoin d’assurance santé et qu'il suffit de rappeler au médecin son serment d'Hippocrate non
  10. C'est compliqué car c'est l'information est la mort de l'assurance. Imagine que dans l'absolu avec les tests génétiques on sache qui va avoir tel cancer ou non. Tu crois que ton assureur va t'assurer si il sait que tu as 99% de chance d'avoir un cancer qui coute des millions ? Bha non. Et l'assurance va disparaitre et adieux la mutualisation des risques. L'information tue l'assurance. C'est d'ailleurs pour ça que les assurances n'ont pas le droit de demander certaines informations qui casseraient complétement la mutualisation. Et ça c'est un gros problème d'avenir avec les nouvelles technos.
  11. Je me demande si soit tu vis dans le monde des bisounours ou si tu es inhumain. On sait que les individus vont faire des mauvais choix en terme d'assurance car ils sont soumis à des biais : Biais de choix de menu : l'assurance sachant cela elle va te proposer le choix de menu qui maximise ses revenus et ton ta couverture.. Par ce que l'assurance il est rationnel et il connait tes biais mieux que toi. Incohérence inter temporelle : Tu te dis que t'aura pas de cancer ou que c'est dans longtemps. Et quand ça arrive tant pis pour toi. Biais d'encrage : Le prix que est prêt à accepter dépend de
  12. PS : il est impossible d'éditer ses messages ici ? C'est vraiment embêtant, d'autant plus que le système de multi citation et de notification des nouveaux messages est super cool (première fois que je vois ça d'ailleurs !).
  13. Je ne vais pas citer les 3 derniers pages par ce que j'ai un peu la flemme (dsl ) mais je vais essayer de répondre aux principales remarques (dsl si j'oublie de citer les noms des auteurs) ! Pour revenir sur ce que dit Xara, je pense que la distinction entre normatif et positif est plus subtile. Une description positive se base sur certaines hypothèses nécessaires qui peuvent avoir trait à un certain normatif. Par exemple les libéraux (de tout bord) reconnaissent fondamentalement la liberté de l'individu et le fait qu'une personne sait mieux qu'une autre ce qui est bon pour elle. Mais d'au
  14. Voilà je n'aurai pas dit mieux La question est de faire "comme si", exactement comme tu as te repères avec une carte tu ne râles pas qu'elle n'est vraiment pas réaliste car elle a oubliée ce magnifique Patrick buisson qui te semble indispensable à la topographie du lieu. Il suffit juste de prendre une carte adaptée à ce que tu veux faire. Si tu prend la mauvaise carte à une échelle trop petite ou trop grande, c'est de ta faute, pas celle la carte... Pour la dérivabilité à l'infini des fonctions d'utilités oui, même si en pratique on a souvent rarement besoin d’interpréter au delà de la d
  15. Noob a parfaitement compris le point que je voulais soulever, ça fait plaisir. Tout dépend de ce qu'on appel "théorie libéral" mais pour qu'un test puis la remettre en cause il faut commencer par s'entendre sur une proposition et une façon de la remettre en cause (on parle de falsification). Par exemple en théorie néo-classique un axiome de base est que les individus se comportent de façon rationnelle. On peut tester cette hypothèse d différentes façons, par exemple avec le jeu du dictateur : L'expérience consiste à prendre deux participants A et B et à donner à A 100€. Il peut ensui
  16. Un marché c'est possible (surtout si on l'envisage en dynamique), un monopole non. Un monopole qui ne s'équilibre pas est un monopole qui n'existe pas. C'est d'ailleurs pareil pour le monopsone (pour les autre formes de concurrences imparfaites à voir). Et Mises le sais bien vu qu'il postule lui même certaines conditions sur la demande. Sinon ça reviendrait à parler soit de monopoles imaginaires (ce qui n'est pas trop le but recherché) soit de considérer que l'équilibre peut être un point unique. Mais dans ce cas là impossible dire quoi que ce soit sur le marché vu que soit il va vers ce point
  17. Oui c'est vrai car pour les gens mainstream on une certaine porosité assez forte entre les deux. La science économique à des liens très fort avec le libéralisme et leur deux histoires sont très proches depuis le début de l'économie comme discipline autonome. La césure ne sera véritablement qu'avec l'école néo-classique au moment de la révolution marginaliste qui se considérera toujours comme libéral bien que en un sens différent du votre. Un doctorat et de la recherche/enseignement, soit en France soit à l'étranger.
  18. Oui mais l'inverse n'est pas vrai. Et c'est là le problème. Quand tu modélises tu t'assure a minima une base cohérente et logique qui peut être manipulée par tout le monde sans problème de langue et de traduction. Quand tu utilise uniquement un langage naturel, tu peux passer à coter de nombreuses subtilités qui feront que ton raisonnement échouera. Si ton raisonnement est valide, il ne devrais y avoir aucun problème à le transformer en modèle et à tester ce modèle. Même si le modèle est réducteur il permet de capturer formellement une partie du raisonnement. Et si le cœur du raisonnement trad
  19. C'est exactement ce que je dis et ce n'est pas un problème, c'est un fait. Les mathématiques sont un langage formel, construites pour qu'en suivant un certain nombre de règles a partir des axiomes on en déduise des théorèmes toujours justes (cf les travaux de Godel sur le sujet). Quand tu emploi le Français tu n'as pas cette garantie de ne pas dire de bêtises. Tu peux par exemple dire "je suis un menteur" qui est un paradoxe. La logique formelle à été inventée pour éviter les paradoxes justement et en protéger les mathématiques. Cela veut dire que quand tu penses raisonner de façon logique
  20. Je le parle bien ne t'en fais pas, j'ai juste parfois il est vrai un peu de mal à l'écrire. Ce n'est pas par ce que tu ne sais ce qu'est un langage formel que tu es obligé de masquer ta méconnaissance par une attaque personnelle tu sais.
  21. Heu je ne sais pas très bien, j'avais connu le site il y a quelques années mais je n'avais pas vraiment participé. Là je me suis inscrit à des cours de l'école de la liberté pour voir ce que ça donnait (et c'est assez moyen) et il y avait le site dans les partenaires du coup je suis venu voir ce qui se disait... J'avoue que je pensais que ça serait plus mainstream que ça ici alors qu'a priori c'est surtout un libéralisme "classique" et autrichien, ce qui m'a surpris un peu.
  22. Désolé j'ai un peu tardé avant de voir le sujet et je préférais répondre à l'autre sujet avant. Je n'ai pas énormément de choses à dire sur moi mais allons y : J'ai 24 ans, et je suis étudiant en master finance à la Sorbonne après être passé par la PSE (Paris School of Economics) et par les classes préparatoires (j'en ai même fait 3 ans vu que j'aimai bien ça ). Mon intêret pour l'économie remonte environ au début du lycée et un point important à été pour moi la lecture de jurassic parc. J'y ai découvert la théorie du Chaos et les fractales et je me suis dis que ça serait une théorie parf
  23. Tu ne veux pas me faire un petit résumé, j'ai un peu la flemme (et le manque de temps) de lire 93 pages sur le sujet... Je commence quand même à lire et voici mon sentiment personnel sur e sujet : Sans confrontation avec la réalité la théorie ne sert à rien. Tu peux spéculer sur n'importe quoi et rien ne viens te dire si tu t'es trompé ou pas. Et comme souvent, en économie chaque mesure peut avoir des effets ambiguë (ce n'est pas à des fans de Bastiat que je vais apprendre ça). Un exemple simple et l'effet revenu et l'effet substitution quand un prix augmente. Sans modélisation ni tests im
  24. Ça tombe bien, je ne voudrais pas que qui que ce soit puisse être sanctionné à cause de moi. Si quelqu'un veut être agressif, libre à lui. Comme le dit Friedman chacun doit avoir la liberté de parole et chacun doit avoir la liberté d'écouter ceux qu'il souhaite. Chacun a le droit d'être agressif verbalement avec moi si il le veut et j'ai de même le droit d'ignorer totalement ce genre de propos. Par contre ne pas pouvoir me présenter m'embête un peu plus...
  25. Quand un auteur formule une théorie, il pense voir juste et décrire là une partie de la réalité. Mais comment être sur qu'il ne se trompe et qu'il n'oublie pas quelque chose d'important ? On quand on met en évidence deux effets contraire (comme l'effet revenu et l'effet de substitution) comment savoir lequel domine ? Pour cela il me semble important de regarder si notre théorie se conforte avec l'observation qu'on peut faire de la réalité. Et c'est le but de l'économétrie de fournir les outils nécessaire a la confrontation de la théorie avec la réalité, pour peu que l'idée soit formulable d'u
×
×
  • Create New...