Jump to content

Jeff Van Planet

Utilisateur
  • Posts

    215
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by Jeff Van Planet

  1. Bonjour, J'ai une petite approche qui ne marche qu'à très long terme. C'est le travail de fourmi. C'est très long et il faut le faire constamment. çà consiste à expliquer à chaque instants à toutes personne ayant des oreilles le pourquoi des choses. Par exemples: -si vous entendez quelqu'un qui se plein des loyers trop hauts, expliquez lui que s'il y avait plus d'APL les loyers seraient encore plus hauts. -Si quelqu'un se plein de l'absence de poste dans un petit village, demandez-lui s'il enverrait un chèque à la poste pour financer lui même ce bureau de poste. -Si quelqu'un se plein du libéralisme principal coupable de la crise de 2008, expliquez-lui que sans Freddie MAC et Fannie MAE(entreprises para publiques) et sans la fed la crise n'aurait certainement pas eu lieux. -Si quelqu'un se plein de la qualité des soins, expliquez lui que la concurrence pousserait les compétiteurs à faire mieux en matière de santé. Bref: à chaque occasion, expliquez votre point de vu, à chaque instants, çà finira par toucher quelqu'un qui, même sans être convaincu, passera l'idée à son voisin et nos idées "contamineront"(si je puis dire) toutes les couches de la population. Bref grosso modo, c'est un peut comme l'approche d'Hayek, mais qui ne s'arrête pas aux intellectuels mais qui passe les idées à tous. Quand à la politique politicienne, là c'est compliquer. Autant çà peut paraître une bonne idée, que autant çà oblige à se mélanger, à mettre de l'eau dans son vin. Mais la question se pose: que restera-t-il d'un parti libéral après coalition avec un étatiste? Bien à vous
  2. C'est très intéressant. Merci pour ce lien. Que l'état intervienne, non. Car l'état n'est autre chose que des individus qui agiront selon leur bon vouloir. Penser que ces individus qui gèrent l'état agiront dans un pseudo bien commun relève de la croyance. Quand à l'information, il faut faire partie du marché en question pour l'avoir. Et encore partiellement pas totalement. Oui en faite un syndicat de salariés n'est autre chose qu'un groupe de gens qui s'unissent pour défendre leurs intérêts. Si un(des) syndicat(s) est(sont) mauvais il sera boudé(çà se voit en France) Le cartel n'est autre chose qu'un groupe de gens qui s'unissent pour défendre leurs intérêts. Si un cartel est mauvais, il sera boudé par ses consommateurs qui iront chez un concurrent qui ne fait pas partie du cartel. En tous cas sur le papier "it makes sense"
  3. En faite de ma part, çà relève plus du bloquage psychologique que d'autre chose. Je me demande, sans avoir la réponse, si les ententes ne pourraient provoquer de préjudices aux consommateurs(ou autre). Mais d'un autre coté je sais qu'il y à toujours la possibilité d'entrer d'un nouveau concurrent. Mais c'est vraie que si on trouve normal que les salariés se réunissent pour s'entendre sur les salaires, il est normal que les producteurs se réunissent pour s'entendre sur les prix. en plus les accords(privés) n'engagent que ceux qui les passent, pas les autres concurrents.
  4. Bonjour, Je m'excuse de ne pas avoir eu le courage de lire les 11 pages, mais j'ai trouvé si intéressant le premier poste que je n'ai pas résister à l'envie de répondre quand même. Quid des plus démunis dans un système de santé libéral ? Pareil pour l'éducation ? Alors, si on se place du point de vu anarcap, pour l'éducation il y à l'exemple des Jésuites, qui ont fait des écoles partout dans le monde, sans avoir besoin d'un état pour le faire gratuitement(ou presque). Du point de vu du minarchiste que je suis, il y à le chèque éducation Quid des inégalités de faits injustes ? Alors là pour le coup, je n'ai jamais trouvé de réponse satisfaisante. La seule chose que j'ai à proposer c'est de les justifiées par la différence psychiques et physiques entre les gens. Tous le monde n'est pas capable de courir aussi vite qu'hussain bolt, doit ont lui couper les jambes pour autant? ou alors doit-on doper les autres concurrents pour "rétablir l'équité"? je ne pense pas que ce soit souhaitable. Qu'aurait-il fallu faire avec la crise de 2008 ? des pistes pour dire que la crise de 2008 est une crise étatique et que le libéralisme l'aurait éviter: http://www.dantou.fr/crisefinanciere5_fichiers/v3_document.htm http://www.youtube.com/watch?v=qABX6ZOD1bw&feature=c4-overview&list=UUKScClsZA6y-Y9HlNWoaxbQ http://acrithene.net/2012/09/05/subprime-comment-la-politique-monetaire-a-encourage-la-speculation/ http://acrithene.net/2013/02/25/fannie-mae-et-freddie-mac-linterventionnisme-source-de-la-bulle-immobiliere/ Quel filet de sécurité pour les plus pauvres ? Version anarcap: aucun à par les initiatives privées, puis qu'il n'y à pas d'état pour les faire, seul la charité/solidarité/intérêt peut aider les plus pauvres. Un autre élément de réponse est que le plus pauvre(SDF typiquement) trouvera, s'il le veut vraiment, un job, même à 1€/h. Après une fois insérer dans le monde du travail, il pourra toujours progresser dans cette entreprise, ou avoir un bagage d'expérience pour trouver un meilleur job et ainsi se sortir de la pauvreté par le travail, l'effort. Pour le minarchiste que je suis: l'impôt négatif, qui ne sera jamais suffisant pour vivre, mais qui permettrait de ne pas se retrouver sans rien. La dette est acceptable tant qu'elle ne dépasse pas un certain niveau Un anarcap ne devrait pas se poser cette question, puisqu'il n'y à pas de public il n'y à pas de dette publique Pour moi: la dette publique n'est pas acceptable. Surtout dans un système de banques libres. Pourquoi? car les prêts sont de l'épargne, et c'est l'offre et la demande d'épargne qui créent le prix des emprunts(taux d'intérêts). Or si l'état emprunte, il détourne de facto l'épargne de l'investissement, et crée une distortion entre l'offre et la demande d'épargne et donc du prix et donc de la production. Le 19ème siècle comme exemple d'une société libérale ? Pour le coup je n'ai pas de réponse. Mais perso j'évite le XIXème car trop connoté misère et germinal. Quid des secteurs non rentables, avec des phénomènes de passagers clandestins ? Si le secteur n'est pas rentable, il faut le renflouer. la question détournée est: <<êtes vous prêt à renflouer?>>. En vécu çà donne: un de mes oncles(qui vit en ville) me disait que c'est un scandale que la poste de mon village soit fermée, que c'est un service publique et qu'elle devrait être ouverte. Je lui ai simplement répondu que cette poste n'étant pas rentable, une autre poste(la sienne) devrait faire plus de profit pour renflouer la mienne(1). Alors a ce moment là je lui ai demandé s'il était prêt à envoyer une lettre à la direction de la poste qui dirait "messieurs, je vous envoie un chèque de XX€ pour participer au financement de la réouverture de la poste du village Machin". évidemment il à dit qu'il ne le ferait pas et je lui ai dit que pourtant çà revient au même. Ils restent normalement soit sans voix, soit ils rétorquent le stéréotype "c'est la loi de la jungle". S'ils répondent la deuxième chose, il n'y à rien à faire^^ Bon je repasserai pour lire les autres pages, car il doit y avoir des choses très intéressantes. Merci de m'avoir lu. (1)bien sûr dans la réalité on utilise plutôt les impôts que les bénéfices des autres postes.
  5. C'est un élément de réponse, mais on aura toujours du mal à tout faire soit même. Ne serait-ce que par manque de temps. Mais je sais, il y à toujours moyens de se spécialiser et d'échanger avec son voisin. Le sens d'obligé est ne pas avoir le choix. Comme manger, si on ne mange pas, on meure de faim. Si on ne se loge pas, on risque de congeler en pleine hiver ou attraper une pneumonie. Là pour le coup, il s'agit du degré le plus haut "d'obligation". Chercher à jouer sur ce degré, je ne vois pas vraiment comment, car dans ce cas, c'est lui le perdant(en se privant de nourriture ou logement). Quand à la dernière question, elle est intéressante(pas que les autres ne le soient pas hein!). Et c'est bien là toute mon interrogation. Je sais que temps qu'il y à d'autres offres, rien ne nous oblige à accepter l'une ou l'autre, puisque nous avons le choix. là où je m'interroge c'est sur le cas(possible?) d'un cartel/monopole qui empêche/élimine ce choix. Les anarcaps diront, avec raison, que nous pouvons faire tous ce que nous voulons, temps que nous ne privons pas autrui d'en faire autant. Justement, ce monopole/cartel, ne risque-t-il pas de priver de choix? . Pour ne pas faire un ping pong de question, je vais donner des éléments de réponse à la dernière question: il fut un temps ou je travaillé au Danemark, un de mes boulot là bas était de couper des branches de sapin de noël(pour décoration) et j'était payé à la tâche. La ferme en question, payait mal et nous envoyait dans des champs ou un autre groupe était déjà passait.Avec cinq amis on se plaignait, et on à fait marcher le réseau(le bouches à oreilles) et on a trouvé un autre farmer qui lui payait 50% de plus par pièce et envoyait ses tâcherons dans des forêts en première main. Le résultat fut des salaires de plus du double. Bon il n'y avait du boulot que pour 4, et après discutions, seul 3(deux autres et moi même) voulaient bouger. Là où je veux en venir, c'est que temps qu'il y à le choix, on peut toujours trouver mieux ailleurs, et qu'il faut faire plus que de simplement utiliser sa liberté d'expression bêtement(râler sans rien faire c'est utiliser bêtement sa liberté d'expression) il faut encore chercher, et prendre le risque d'y aller. Par exemple, l'autre job aurait put être pire, le farmer aurait très bien put nous carotter nos salaires(çà c'est déjà vu) ou même nous filer des forêt tous les trois jours. Mais pour choisir, faut encore avoir le choix. D'accord! sauf que pour le coup ces 12 et 20€ ne contredisent pas ce que j'ai dit. En faite je me demande si un cartel/monopole ne pourrait pas être dangereux pour les nouveaux arrivant sur un marché à haut ticket d'entré. Or ces 12 et 20€ ce n'est pas l'entré dans le marché(comme concurrent) mais l'entré sur le marché en prenant des participations dans des entreprises existantes. quand je parlais de prix prohibitif pour rentrer dans le marché(comme concurrent) c'est du faite du coût des recherches(ingénieurs) testes(des modèles) d'ouvertures d'usines et de création d'un réseau commercial. Et sans parlé du temps que çà prend(des années). Grosso modo si un monopole se crée dans l'automobile ou même un oligopole avec entente, ils on largement le temps de rire doucement en abusant de leurs position. La dernière question, c'est pour dire que l'entente relève du même niveau que le syndicalisme? c'est intéressant comme point de vu.
  6. Pour coca en particulier, c'est exacte, temps qu'il reste des concurrents, l'entreprise va se tenir à carreaux. Je ne comprends pas d'où sortent les chiffres de 12€ pour se lancer dans l'industrie auto et 20€ pour l'industrie informatique(Hard Ware). Quand je parle d'abus de position dominante, je pense surtout aux consommateurs, ou bien aux fournisseurs(en particulier les fournisseurs des grandes surfaces). Je précise qu'une position de "monopole" ne me choque pas plus que çà, temps que cette position fut conquise honnêtement(meilleur produit, meilleur pub, meilleur prix). Le consommateur peut acheter par dépit, par maque de choix. toutes personne ayant vécu dans une petite ville peut se souvenir de ce café où elle allait retrouver ses amis, ce café si critiquer, mais on y allais quand même car il était le seul où alors l'autre était pire. Ou plus sérieusement, le consommateur, ne peut-il pas acheter car il est obligé? l'exemples typiques la nourriture, le logement, l'habillement. Dans ce cas, est-il gagnant à tous les coups?
  7. Portugal, UK Danemark, et Pays Bas. C'est aux Pays Bas que s'est réveillé mon coté Flamand endormi.
  8. J'ai adoré et partagé celle de la valeur subjective. Un grand merci
  9. @Tramp çà dépend de comment ils sont pris dans le réseau. Je veux dire à quel point ils sont dépendants. Je parle bien sûr dans l'absolu. AMHA on peut se poser légitimement la question. Il y à des secteurs qui ont besoin de beaucoup d'investissement et de beaucoup de connaissances pour rentrer sur le marché. Par exemple l'automobile, l'informatique(hard ware). Donc dans le cas de ces produits qui nécessitent beaucoup d'investissement et/ou de connaissances pour se lancer, pourraient très bien favoriser des abus de positions dominantes. Je précise que je réfléchis à voix haute, je ne donne pas de certitudes.
  10. Bonjour, La position dominante, n'est pas dérangeante en soit. Ce qui est dérangeant à mon sens, c'est si on commence à produire de la bouse mais qu'on utilise son réseau commerciale pour empêcher les nouveau acteurs d'arriver. Chose qui est possible, allez voir à Atlanta(ville d'origine de Coca Cola compagny) si vous trouvez du pepsi. Cordialement
  11. Par pure second degré je propose Bernanke et Krugman
  12. Merci pour cette carte Cheshire. Oui groucho marx, c'est bien de ces Flandres là que je parle. D'ailleurs Lille est appelé la capital des Flandres.
  13. Merci pour votre accueille. Par ordre: Je suis revenu en France(je suis fou? Maso? j'ai le sens de la famille?) Mon pseudo c'est mes initiales (GF= gé éf=géf=Jeff) plus un clin d’œil au Nord-Pas-de-Calais et aux Flandres.
  14. Non pas du tout ingénieur. Pourquoi? il y en à tant que çà?
  15. Bonjour, çà fait quelques temps que je vous lis et j'ai décidé de sauter le pas et de m’inscrire. Je me présente Jeff Van Planet(c'est un pseudo) je suis un forumeur compulsif de 34 ans. Certains me connaissent peut être d'autres forums. Je suis tombé dans le libéralisme totalement par hasard. A 20 ans, comme beaucoup, j'était un anarchiste un défenseur de la liberté, comme je disais à l'époque(ce que l'on peut être bête quand on est jeune^^) et de fil en aiguille je me suis questionné sur la cohérence de mon idéologie de l'époque. Vous le savez sûrement, les anarchistes du type Proudhon sont anti propriété, je l'était à l'époque, et je me suis demandé, comment peut on vouloir interdire d'interdire, et en même temps vouloir interdire la propriété? J'abrège: je suis passé par une phase d'anarcap, puis je suis passé minarchiste(l'âge surement^^) "version 2.0" comme je dis parfois. Mes références sont plutôt Mises, Hayek Bastiat(bien sûr). Je pense avoir dit le principal, si vous voulez en savoir plus, n'hésitez pas à demander. Une dernière chose: j'ai passé plus de la moitié de ma vie à l'étranger, et mon orthographe en à pris un coup, je m'excuse par avance des fautes qui pourraient choquer certains. Cordialement
×
×
  • Create New...