Jump to content

Lowlife

Utilisateur
  • Content Count

    181
  • Joined

  • Last visited

About Lowlife

  • Rank
    Jeune Padawan

Profile Information

  • Gender
    Male

Recent Profile Visitors

332 profile views
  1. Vous avez raison Cependant il existe une autre réalité, c'est que les populations "non-blanches" (whatever that means) votent pour encore moins de libéralisme que les blancs (les noirs aux USA votent à 90% à gauche les asiatiques à 70%, les juifs à 80%) C'est un réflexe parfaitement normal par ailleurs. Quand les immigrés votent pour des partis progressistes, il arrive que ce choix soit purement défensif, sans aucun lien avec les idées de fond : les turcs d'Allemagne se sont notamment illustrés pour un vote très fort en faveur du SPD/Verts et des scores dithyrambique en faveur du référendum d'Erdogan (personnalité hautement libérale, comme nous le savons tous...)
  2. Je pense que les français/américains ne sont pas particulièrement racistes ou condamnés au fascisme Ce qui a couillé fondamentalement dans le processus migratoire contemporain, c'est qu'il était trop massif pour être correctement assimilé par le groupe majoritaire. On se trompe systématiquement en disant des USA qu'ils ont toujours été communautaristes, ils avaient au contraire une assimilation républicaine très exigeante avec salut romain envers le drapeau dans les classes de bambins (ça a été récupéré par les fascistes) et qui prévalait jusqu'aux années 60. Une partie des immigrés (en particulier allemands, italiens et irlandais) devait se dépouiller de son identité originelle pour ne pas générer des frictions intra ou et extra-identitaire Vous n'avez qu'à regarder ce documentaire sur l'immigration de 2ème/3ème génération. Malheureusement, ces jeunes gens ne se sentent pas "français" (contrairement à leurs parents qui en ont chié pour arriver dans ce pays), trouvent que les caricaturistes de Charlie Hebdo l'a un peu cherché. Ils se sentent mal en France, espère retourner au bled etc... Mon grand-père communiste et résistant, qui n'a cessé de voter à gauche toute sa vie, serait horrifié devant un tel spectacle (une partie de la population se sentant comme "de trop") .
  3. Je suis entièrement d'accord avec vous, le débat est impossible. Ce mouvement dextrogyre de la population occidentale ne soyons pas hypocrites il s'agit de "blancs" qui votent essentiellement pour + de libéralisme économique et - d'Etat, échappe complètement à la théorie politique ou aux petits arrangements de bistrot Ce n'est pas un problème dans l'absolu, de même que le Zeitgeist des années 50 jusqu'à 1989 a complètement échappé à la droite conservatrice/libérale, sans empêcher une progression de la division internationale du travail (les droits de douane en moyenne pondérée mondiale seraient aujourd'hui de 5%, ils étaient de 40% il y a 60 à 70 ans.) Raymond Aron disait du communisme qu'il était l'horizon indépassable de son époque, je pense qu'il avait à peine entrevu le génie subtil de la théorie marxiste quand elle quitte le champ purement économique pour se déployer dans tous les interstices de la vie humaine (ce que nous appelons par commodité les "SJW"). Il ne faut pas pour autant s'imaginer que le libéralisme va mourir, mais que certains bouleversements mentaux promettent d'être durable (je pense à la xénophobie d'une partie grandissante de l'électorat).
  4. Je n'ai pas dit ça. Ces phénomènes échappent largement aux libéraux qui n'ont aucune marge de manoeuvre et subissent les évènements. Faut-il être 100% catholique de la tête jusqu'au pied pour être un catholique sincère ? Si je trompe ma femme avec une cagole de 20 ans, est-ce que je cesse d'être catholique ? Je refuse votre réductionnisme idéologique
  5. NoName : Le problème n'est pas d'être assez de droite ou assez de gauche mais de pouvoir adresser un discours audible à la population Toute la société occidentale est en train de basculer dans le fascisme à cause d'un seule phénomène : l'immigration Les politologues les plus affutés sur la montée du FN (Nonna Mayer par exemple) ne se racontent plus de bobard à ce sujet (contrairement à des Emmanuel Todd ou à des Guilluy), ils voient bien que chaque enquête d'opinion démontre que le premier déterminant/plus petit dénominateur commun du vote frontiste est le rejet de l'immigration (les délocalisations, la mondialisation économique, l'UE, ou le mariage gay sont parfaitement secondaire) Ce n'est pas non plus un vote d'ignorantce ou de crétins qui se monteraient tout seuls le bourrichon. Lors du 21 avril 2002, je m'en souviens encore, tous les journalistes ricanaient du "sentiment d'insécurité" qui aurait été alimenté par quelques faits-divers montés en épingle par TF1/France 2. Des villageois qui n'avaient jamais vu un arabe de leur vie, comme c'était comique de les voir voter Le Pen.... Or, la plupart de ces gens avaient des enfants, des petits-enfants qui travaillent dans les grandes métropoles, qui leur rapportent ce qui s'y passe (l'insécurité, le gestion complexe des conflits inter-culturels etc...) . Quand on vote FN, toute les enquêtes disent la même chose, c'est par rejet de ces phénomènes associés à l'immigration
  6. On pourrait inverser le propos de ce fil et se demander si ce n'est pas la gauche qui a progressivement infiltré le libéralisme (mouvement sinistrogyre), au point qu'on a pu lire sur ce forum des personnes capables de contester la pureté du libéralisme de gens comme Bastiat, Jefferson ou Wilson parce qu'ils avaient le malheur d'avoir des esclaves, d'être favorable aux travaux publics ou pour la fermeture des frontières. Au risque de faire une proclamation hérétique, le cosmopolitisme des libéraux classiques n'avait qu'un rapport très éloignée avec l'immigration de masse actuelle, c'était un sans-frontiérisme prôné par et pour les élites, ils auraient été sincèrement horrifiés par le multiculturalisme contemporain qui est hélas devenu un outil des minorités agissantes pour extorquer et culpabiliser la majorité solvable et apathique, y compris dans des pays sans passé colonial comme la Suède. On trouve paradoxalement chez des fascistes comme Rebatet et Cousteau une réhabilitation de cette universalité aristocratique qui a été détruite par la fureur sanguinolente du patriotisme cocardier. Sans connaître l'origine de cette citation, beaucoup de libéraux tomberaient d'accord avec cette critique du jacobinisme/nationalisme maurrassien qui exalte l'entrégorgement entre les peuples pour des peccadilles frontalières : La réflexion a déjà été faite sur ce fil : sont-ce les droitards qui infiltrent le libéralisme ou certains liborgiens qui ont décidé que la préservation du libéralisme passerait par zéro compromis/réactualisation de la réflexion ? Roosevelt a mis en place un super-Etat providentiel pour sauver le capitalisme, selon beaucoup d'historiens. Un économiste contemporain (Christian Saint-Étienne) expliquait qu'avec une concurrence fiscale entre les Etats fédéraux, il aurait été littéralement impossible de remporter la seconde guerre mondiale (sa critique s'appliquait à l'harmonisation fiscale de l'UE) Or nous voyons en ce moment le monde occidental atteint d'une poussée de fièvre réactionnaire et raciste sans précédent, le premier déterminant du vote Trump/Brexit ayant été la xénophobie. Quel est l'objectif des partisans de l'ouverture illimitée des frontières ? Le retour de Hitler ? Une guerre civile bien crade ? En tant que libéral, ce n'est le pragmatisme qui inciterait à contrôler plus sévèrement les flux migratoires, mais la prudence de voir tout le modèle libéral s'effondrer pour avoir poussé sa pureté dogmatique jusqu'à son extrême limite (et dans un contexte d'économie hybride qui déresponsabilise tout le monde). Je pense que la tactique de Roosevelt est plus que jamais d'actualité en ce qui concerne les problèmes liés à l'immigration : https://www.hoover.org/research/how-fdr-saved-capitalism The economic crisis of the 1930s was more severe in the United States than in any other large society except Germany. It presented American radicals with their greatest opportunity to build a third party since World War I, but the constitutional system and the brilliant way in which Franklin Delano Roosevelt co-opted the left prevented this. The Socialist and Communist Parties saw their support drop precipitously in the 1940 elections. America emerged from the Great Depression as the most antistatist country in the world. http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2008/08/05/les-deux-roosevelt_1080387_3222.html Dans les affaires intérieures, il se dresse contre les trusts, non parce qu'il est mû par quelque conviction idéologique, mais parce qu'il pense que le capitalisme court à sa perte s'il ne prend pas en compte les besoins des salariés. En 1902, gouverneur de New York, il pousse les compagnies minières à trouver un compromis salarial avec leurs ouvriers.
  7. Jancovici, lobbyiste pro-nucléaire efficace, réchauffiste mais pas dupe des LENR -L'obésité et l'électricité font plus de morts par an que le nucléaire mais les gens ont peur des déchets nucléaires... -On a fait de Tchernobyl un parc naturel, les radiations sont dérisoires mais absence de l'homme produit un effet extraordinaire sur la nature (retour des castors, loup, éperviers) -Rapport de l'UNSCAR (organisme de l'ONU) sur les conséquences sanitaires de la catastrophe de Fukushima : elles sont nulles -350 milliards sur 60 ans pour renouveler le parc nucléaire français, 3500 à 7000 milliards pour faire 100% éolien et stockage (soir 4 années du PIB de la France). Promettre la sortie du nucléaire, c'est de la démagogie qui se heurte à la physique, on aura perdu notre temps et notre argent -Le solaire est encore pire que l'éolien, on passerait de 10 à 20 x le coût du nucléaire à 20 à 40x
  8. Lutte des classes = Luttes des races En 1976, Michel Foucault analyse l’élaboration en France du concept de « lutte des races » et sa diffusion au XIXe siècle, quand Marx, par exemple, écrivait en substance à Engels, traduit Foucault :« Mais, notre lutte des classes, tu sais bien où nous l’avons trouvée : nous l’avons trouvée chez les historiens français quand ils racontaient la lutte des races »). Si Karl Marx réinterpréta cette lutte des races sous l’angle du matérialisme dialectique, Friedrich Nietzsche, lui, en proposa la lecture droitière. Foucault a trouvé ce point d'inflexion chez l'aristocrate Henri de Boulainvilliers (1658 - 1722) qui interprète la Révolution française comme la lutte inconsciente entre l'élément gallo-romain (sensé structurer le populace et le Tiers-Etat) et l'élément nordico-germanique (sensé s'incarner dans la Noblesse d'épée franque puis la Noblesse de robe) https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_de_Boulainvilliers La postérité de cet auteur est immense, c'est quasiment lui l'inventeur (ou le découvreur) du racisme biologisant moderne.
  9. J'ai posté le sondage le plus fiable possible qui existe sur le sujet, celui effectué à la sortie des bureaux de vote le 8 novembre dernier, et qui prouve exactement l'inverse de ce que vous dîtes. Personne ne peut être dans la tête de 60 millions d'électeurs mais les rares outils à notre disposition "tendent" à démontre la nette supériorité des thématiques migratoires et sécuritaires chez l'électorat Rep. On a déjà vécu ça le 21 avril 2002, les journalistes avaient glosé sur le sentiment d'insécurité nourri par les médias, les médias étant sommé de mieux cibler l'information pour ne pas donner raison aux diagnostics posés par le FN. Si vous écoutez la vidéo que j'ai posté de RooshV, vous verrez qu'il y a d'autres motifs à la xénophobie que purement économique. Le sentiment de voir sa ville d'origine changer de population, ne plus se reconnaître dans celle-ci, c'est un sentiment quasi esthétique qui revient en boucle chez les nationalistes civiques qui ont voté Trump d'où le projet de loi voulant inclure la langue anglaise dans la Constitution : English-only movement https://en.wikipedia.org/wiki/English-only_movement Comment en vient-on à vouloir voter une loi en apparence aussi inepte et restrictive des libertés individuelle ? Je pense que ça a directement à voir avec le nombre de magasins/restaurants mexicains et asiatiques qui n'affichent plus leurs plats en anglais. Ce sentiment de "dépossession" et de manque d'intégration des minorités, c'est un thème qui revient en boucle depuis quasiment 20 ans dans le débat public français et les USA ne font pas exception à la règle car il existe un patriotisme non-racialiste mais exigeant une société monoculturelle pour préserver l'unité du pays et la concorde (à leurs yeux). Ce volontarisme passe notamment par l'adoption du american lifestyle et des prénoms anglo-saxons (un marronnier typique de journaux français comme Marianne) Et puis il y a le respect dévolu au drapeau Yankee...autre motif de crispation récurrent des sociétés multiculturelle (on aussi les drapeaux algériens en France qui embarrassent un certain nombre de personnes pourtant pas vraiment "racistes")
  10. Il ne peut pas dire que la présence d'immigrés latinos et africains le révulse (alors que toute sa vidéo suinte le racisme primaire), alors il accuse le gouvernement fédéral d'ouvrir les frontières et le robinets à pognon. On est au coeur d'un effet à retardement de la Southern Strategy : satisfaire les pulsions xénophobes des Dixiecrats en leur offrant moins d'Etat et moins de taxes...finira par mettre les pulsions xénophobes au centre du débat politique à l'insu de tous (personne au GOP ne misait un kopeck sur les discours outranciers de Trump)
  11. Beaucoup de libertariens texans gagnant plus de 100 000 dollars par an (soit le coeur de cible de Ted Cruz) n'ont pas hésité une seule seconde à voter Trump alors qu'ils n'ont aucune raison objective de craindre le déclassement ou la discrimination positive. Ils ont voté pour le candidat le moins libéral possible de l'histoire du parti Républicain et je pense que la motivation était principalement xénophobe et sécuritaire. Si on veut comprendre ce qui fait le lit du populisme trumpien, il faut lire dans le texte les commentaires Youtube des vidéos pro-Trump, écouter les conservateurs les plus borderline comme Ann Coulter et tout ce qui gravite autour de l'Alt-Right. Je pense que le rejet de l'immigration de masse et sentiment d'insécurité étaient l'une des raisons majeures de la nouvelle mobilisation de l'électorat blanc, qui a d'avantage voté pour en 2016 qu'en 2012 pour Mitt Romney. Le dragueur professionnel RooshV est un cas intéressant : fils d'immigrés iraniens en bisbille avec des féministes à cause de ses pratiques douteuses, il est devenu fervent soutien de Trump (quelle ironie quand on sait que ce dernier vient de supprimer les Visas à destination de ce pays). Dans la vidéo ci-dessous, il se plaint que la ville d'origine de ses parents (dans le Comté de Montgomery au Maryland) soit désormais "méconnaissable" selon ses critères : il n'aime pas voir que le centre-ville soit peuplé de latinos et de réfugiés éthiopiens. Des vidéos comme ça et les commentaires associés, vous en trouverez des dizaines de milliers sur Youtube. C'est un phénomène important, beaucoup plus sensible que le traditionnel clivage économique et bipartisan. J'irais plus loin que vous, l'hostilité au gouvernement fédéral et le libéralisme économique sont devenus pour une partie de xénophobes WASP une sorte de contre-pouvoir. Vous leur installez un régime totalitaire, raciste avec une économie planifiée, ils abandonneraient aussitôt tout esprit critique envers le gouvernement fédéral. Je pense vraiment que le racisme prime chez eux sur tout autre sujet, la preuve : . RooshV : "More multiculturalism means your neighborhood declines your standard of living declines you safety declines and your school declines. You will be force to move away because the US governement has active programs to cause your displacement. Your biggest enemy is not the immigrants themselves but politicians and bureaucrats who are enabling them to come and take over your neighborhood if this is not what you want for America. "
  12. Vous avez dû mal lire le graphique, l'économie vient en 3ème position des préoccupations majeures de l'échantillon de 12 000 électeurs pro-Trump interrogés à la sortie des urnes le 8 novembre 2016 La lutte contre l'immigration occupe le haut du podium Trump n'est pas un conservateur de coeur ou de tradition, comme l'extrême droite nord-européenne de Pim Fortuyn et Geert Wilders, il représente le courant libéral-sécurtaire en vigueur à NYC avec Giuliani (tolérant sur la chose sociétale et très dure sur le plan régalien)
  13. C'est une analyse courante mais incomplète. Les Exit Polls de CNN donnent une cartographie bien différente des raisons du vote Trump La Xénophobie est au coeur du succès de Donald C'est un véritable changement de paradigme qui s'est opéré au sein du parti Républicain. Comme l'expliquait un analyste de gauche : la base du parti Républicain a toujours été profondément raciste et xénophobe. La Southern Strategy (conquérir l'électorat blanc du Sud des US) opéré d'abord par Nixon puis achevé par Reagan, s'est construit sur la justification économique des réflexes ségrégationnistes : l'Etat-Providence et l'extension des prérogatives du gouvernement fédéral étant perçu (à tort ou à raison) comme un transfert de puissance et d'argent des WASP vers les minorités ethniques (affirmative action, busing, programmes de lutte contre la pauvreté) Être contre les impôts et pour le libéralisme économique, pour beaucoup de racistes américains, est devenu une manière polie d'affirmer leur hostilité envers non-blancs (selon l'analyste de gauche que je cite de mémoire) Il est assez terrifiant que les pontes du GOP se rendent compte 40 ans après que leur électorat est profondément raciste et nationaliste, si l'élection de Trump a pris de cours tout le monde lors de la Primaire (soyons honnêtes, il a ridiculisé ses adversaires) c'est qu'il est le premier candidat à soulever ces thématiques sulfureuse qui fédéraient encore secrètement une partie énorme de l'électorat conservateur (40% ont choisi Trump) -Les Moms Angels (mère d'enfants tués par des immigrés illégaux) invitées à ses meeting -Le mur à la frontière mexicaine est quasi devenu un slogan "BUILD THE WALL" -La vague d'attentats islamistes en Europe qui a servi de jurisprudence négative -Le massacre homophobe dans une boîte de nuit de Floride par un fils de réfugié afghan C'est moins les questions socio-économiques et l'instinct protectionniste qui ont déjoué les prédictions des Instituts de sondage que le rejet de plus en plus puissant de l'immigration non-blanche et la hantise de la criminalité que l'électrorat républicain lui associent. Un des premiers soutiens de Trump, Ann Coulter, avait flairé le bon filon contrairement à bon nombre d'élites myopes du GOP http://www.anncoulter.com/columns/2016-11-09.html Well, that was the easy part. All Trump had to do was vanquish people too stupid to pick up the thousand-dollar bill lying on the sidewalk -- smug, smirking, out-of-touch establishment drones.
  14. On parle quand même d'un foutu terroriste. Pourquoi vous étonnez-vous des réactions tribales ? Vous en avez quelque chose à faire de la vie d'un assassin qui aurait pu égorger l'un de vos enfants conscrit pendant une patrouille de routine ? Mettez-vous à la place de l'israëlien moyen. La plupart du temps, les agresseurs se font abattre en bonne et due forme par une foule de citoyens armés. • Depuis le 13 Septembre 2015, 40 personnes innocentes ont été tuées dans des attaques terroristes , et presque 500 blessées. • Il y a eu : 157 attaques au couteau ; 100 tirs à l'arme à feu ; 46 attaques de véhicules ; et une attaque à la bombe (bus)
  15. Pourquoi le populisme ne prend pas au Japon ? Entre autre parce qu'il n'y a pas d'immigration de masse et donc pas de raisons objectives d'engraisser l'extrême droite. http://www.hebdo.ch/les-blogs/roth-antoine-autour-du-japon/pourquoi-le-populisme-ne-prend-pas-au-japon Seuls 14,4% des japonais souhaitent que les étrangers vivent dans leur pays. http://adala-news.fr/2012/03/48-des-japonais-opposes-a-limmigration/ Prudence et voeux de préservation du mode de vie nippon sont à la base du refus de l'immigration. http://www.europe-israel.org/2016/01/pourquoi-le-japon-refuse-t-il-toute-immigration/
×
×
  • Create New...