Jump to content

poincaré

Commissaire du Peuple
  • Posts

    1971
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Location
    Everywhere

Ideas

  • Tendance
    Libéral classique

Recent Profile Visitors

3381 profile views
  1. Le fait est que la plupart des pays occidentaux ont emprunté le virage autoritaire, malgré des bases juridiques et politiques solides : rule of law, institutions fonctionnelles, mécanismes de contre-pouvoirs etc. Des particularités existent, mais l'approche est similaire. Maintenant, si on transpose la situation - disons, 70 ans en arrière -, le niveau de vie n'est pas le même; la fenêtre d'overton sur l'acceptabilité de la mort n'est pas le même non plus (fait économique). La base de comparaison sur la nature du totalitarisme et la violence politique n'est pas la même non plus (fait historique). Pour autant, je ne crois pas que cela ait quelque chose à voir avec le fait d'avoir la mémoire courte. On va me rétorquer : "tiens, c'est étrange; nos ancêtres ne se sont-ils pas précisément battus pour éviter de prendre un tel virage ?". En réalité, c'est une question à laquelle je suis incapable de répondre de manière tranchée sans pondre un wall of text. Si je prends un exemple extrême, je dirais que nos ancêtres se sont avant tout battus pour que plus personne n'ait de droit de vie ou de mort sur un groupe communautaire (le sentiment que ni toi, ni moi n'avons connu; celui de vivre la boule au ventre en permanence parce qu'au bout de ta porte, on peut faire de toi ce que l'on veut). De manière plus tempérée, nos ancêtres ont permis l'avènement de l'ordre libéral, c'est-à-dire ce que j'ai décrit plus haut : habeas corpus/DDHC, respect de la propriété privée, gouvernement limité. Ça n'a pas empêché le XXème siècle, comme quoi la liberté est bien un combat permanent. Bref, la réponse sociétale au covid n'a, à mon sens, aucun rapport avec la sénilité ou la bêtise, mais une conséquence directe du luxe que l'ordre libéral permet : le rejet de la mort visible et l'aversion au risque, au point d'oublier les institutions traditionnelles auxquelles on a hérité pour déboucher sur une nouvelle forme de totalitarisme, mais à l'envers. C'est-à-dire : le totalitarisme mou, bienveillant, à base de "bisous masqués" et de "bonjour-du-coude". C'est bien cela, la "contradiction interne à l'ordre libéral" dont je parle, et qui conduit à "la négation des principes sur lesquels il repose". C'est une intuition personnelle, et la meilleure théorie trouvée jusqu'alors (paraît-il que cela a été théorisé par un certain J. Gray, mais je ne l'ai pas lu).
  2. Que l'ordre libéral revêt une contradiction interne qui aboutit à la négation des principes sur lesquels il repose Que les inclinaisons personnelles sont malheureusement plus fortes que les idées Que ceux qui nous gouvernent sont des fous furieux et qu'il n'existe pas de presse réellement libre en France (je le savais déjà, mais le cas pratique étendu pendant des mois littéralement sous mes yeux n'a fait que le confirmer) Edit : le concept de centrisme autoritaire
  3. La quatrième de couverture m'avait mis à la puce à l'oreille. C'est plutôt un ouvrage dans une thématique sanitaire qui m'intéresserait.
  4. Quelqu'un a lu "Risk Society" d'Ulrich Bech ? Je cherche un ouvrage pertinent sur la société du risque.
  5. On a des données fiables à ce sujet, ou de simples témoignages de part et d'autre ?
  6. Ils ont raison ! Les suédois sont des nazis qui ne se font pas la bise
  7. Peu importe que certains le perçoivent comme une humiliation : c'est un signe de reconnaissance de la part du gouvernement (j'ai parfaitement compris ta remarque ; et je ne suis pas d'accord).
  8. Promu "Chevalier de l'ordre national du Mérite"
  9. J'allais dire : ça a plutôt l'air de marcher justement, puisqu'il l'a reçue.
  10. C'est ce qu'il se passe lorsqu'on est prêt à se mettre à quatre pattes pour un poste alléchant au sein de l'exécutif.
  11. Meuh non, ne t'inquiète pas; on fera des apéros liborgiens plus souvent
  12. Waw, bravo pour ton parcours @-Libertatis-. Pour comprendre les bases de l'économie, en ce moment je lis "Comment l'économie croît... Pourquoi elle s'effondre" d'Irwin Schiff. La BD est difficile à trouver (par chance, on me l'avait donnée), mais je te la recommande. On est vraiment sur la base de la base : rôle de l’épargne, histoire de la banque, risque et entrepreneuriat, impact de l'interventionnisme, etc. http://economic-education.org/commande_HEG_Schiff
  13. poincaré

    Pandememe

    Fixed - au vu des dernières données disponibles...
  14. Ça m'a l'air tout à fait passionnant, merci également à Lancelot. En quoi est-ce radicalement faux ? (Je précise mais je m'attends surtout à une explication d'ordre anthropologique, s'il en existe)
×
×
  • Create New...