Aller au contenu

poincaré

Nouveau
  • Compteur de contenus

    99
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

9 Neutre

À propos de poincaré

  • Rang
    Hippie de droite

Profile Information

  • Gender
    Not Telling
  • Location
    Lyon

Visiteurs récents du profil

517 visualisations du profil
  1. Mais surtout, je me demande ce qu'ils préconisent à la place de la sélection parce que la loi ORE ne l'instaure que lorsque la demande est supérieure à l'offre (ce qui existe déjà dans certaines filières niveau master, en droit notamment). On connaît les ravages du tirage au sort.
  2. C'est déjà arrivé. Conséquence : un autre vote a été organisé une semaine plus tard, le résultat allait dans leur sens, et ils ont décidé que celui-ci primerait sur le précédent.
  3. Evidemment. C'est la tyrannie de la minorité, malheureusement ce sont eux qui font le plus de bruit dans les médias. Les dissidents ne parviennent pas à se faire entendre: ni dans les AG (on leur arrache le micro), ni dans les médias (leur action est interne, auprès de la présidence; ils ne cherchent pas la visibilité). Normal, la plupart se fout de la politique. Ce qu'ils veulent, c'est passer leurs examens. Et vous seriez également étonné si je vous disais à quel point les opposants à la loi ORE sont moqués et ridiculisés sur internet. La majorité a bien compris qu'ils n'étaient pas face à des démocrates, mais à des révolutionnaires en plein délire égalitariste qui ne représentent qu'eux-mêmes.
  4. poincaré

    Jolies personnes, sans phasmes ni baleines

    La beauté rassurante de Claire Danes.
  5. poincaré

    Nécrologie...

    Il le dit lui-même: les gens sont fascinés par le fossé qui existe entre son handicap physique qui le paralyse et l'immensité de son domaine d'étude.
  6. poincaré

    Le féminisme

    Ma théorie, c'est qu'il y a déjà quelque chose qui leur fait défaut dans le cerveau. Leurs convictions sont intégralement fondées sur l'affect; le pathos prédomine sur la raison. Quand tu analyses chacune de ces phrases, pas une seule n'obéit à une quelconque rigueur intellectuelle, aucun raisonnement logique, les prémisses sont fausses, les conclusions le sont aussi, bref, c'est de la bouillie intellectuelle. Tu pars d'un sentiment haineux, tu l'appliques aux rapports homme-femme, tu construis toute une théorie politique qui prend racine dans le marxisme et là, tu as le féminisme radical : pénalisation à outrance (pénétration, prostitution), encadrement de la sexualité, contrôle des mentalités (décolonisation mentale). On peut au moins leur reconnaître une qualité : elles ont beaucoup d'humour.
  7. poincaré

    Mes lectures du moment

    Oui, j'avais vu que tu l'avais publié ici Ça m'a beaucoup aidée au sujet de l'athéisme. Voilà, nous y sommes. Pour lui, il n'y a qu'une condition humaine. Et c'est au moins là qu'il est un peu cohérent avec sa pensée : pas de nature humaine, donc pas de droit naturel, à savoir de droits inhérents à l'espèce humaine qui trouvent leur propre justification en eux-mêmes, DONC pas de critères objectifs à la disposition de l'Homme pour juger la valeur de telle action.
  8. poincaré

    Mes lectures du moment

    Rousseau, le mec qui se contredit à chaque paragraphe ? Rien que sa conception de l'état de nature est incohérente : "l'homme est bon, charitable et altruiste dans l'état de nature" OUI MAIS "les seules guerres qui existent dans l'état de nature sont des guerres de subsistance". Faut savoir. Platon ? On va mettre des glandus de philosophes au gouvernement (gage de compétence), leur interdire de s'enrichir et d'avoir une vie privée pour ménager l'intérêt de la population ? Bon. Il est maintenant temps de relire L'homme révolté avant d'attaquer l'existentialisme chrétien de Kiki.
  9. poincaré

    Mes lectures du moment

    Oui c'est ça. On peut le prendre en sens inverse : si je ne peux qualifier telle action d'exploit, par exemple une avancée scientifique en cosmologie, suis-je également mal placée pour juger tel régime politique ? "Il faudrait être un animal pour ça" ou "l'homme n'a pas la légitimité pour juger ses pairs" revient à dire que ses critères pour juger de la bonté d'une action sont vains... c'est absurde. Que faire de la raison ou du droit naturel dans ce cas?
  10. poincaré

    Mes lectures du moment

    Ils me bouleversent par leur incohérence oui, et par le relativisme qu'ils laissent sous-entendre.
  11. poincaré

    Mes lectures du moment

    Certains passages de "L'existentialisme est un humanisme" me bouleversent depuis hier. Sartre rejette ouvertement l'humanisme classique selon lequel l'homme est conçu comme une valeur supérieure, une fin en soi. Il prétend qu'un tel humanisme conduirait au fascisme (wtf). D'après lui, l'homme ne peut juger la grandeur d'une action humaine, encore moins en tirer une quelconque fierté. Il n'a pas la légitimité pour juger ses pairs : "Seul le chien ou le cheval pourraient porter un jugement d'ensemble sur l'homme et déclarer que l'homme est épatant (...) On ne peut admettre qu'un homme puisse porter un jugement sur l'homme." (p.75) Comme si l'homme était incapable de juger en fonction de critères objectifs; qu'il était impossible de donner à l'homme une quelconque valeur objective. Considérer que les jugements des hommes sur eux-mêmes ne valent rien, qu'il n'y a pas de jugement supérieur à un autre, n'est-ce pas une forme de relativisme ? Idem pour la morale de l'existentialisme athée. D'un côté, Sartre affirme que l'existence de Dieu n'a pas d'importance en ce qu'elle ne changerait rien. De l'autre, il affirme que l'absence de Dieu est gênante pour l'existentialiste puisqu'elle conduit a priori à l'absence de tout bien ou mal (p.38). De fait, l'athéisme est indissociable de la morale existentialiste. Sans Dieu, pas de bien ni de mal. Une fois de plus, une telle conclusion ne parvient-elle pas à du relativisme ?
  12. poincaré

    Mes lectures du moment

    Oui. Du capitalisme de connivence, en somme.
  13. poincaré

    Mes lectures du moment

    Le "néolibéralisme" n'est qu'une vaste supercherie. J'ai cru comprendre que, pour ceux qui utilisent ce terme, il y eut une rupture (?) depuis les années 80 avec des gouvernements comme Thatcher. Ce qui, en soi, n'a aucun sens puisque : 1/Thatcher était avant tout une conservatrice, et libérale seulement sur le plan économique. 2/Le libéralisme ne peut pas être radical en ce qu'il limite l'exercice de la liberté par les droits d'autrui. En soi, le néolibéralisme n'est rien d'autre qu'un ennemi imaginaire qui désigne, sans le savoir, les méfaits de l'Etat providence. Joyeux constat. Et effectivement, on s'en tape des inégalités. La seule égalité qui vaille, c'est l'isonomie. Le reste n'est qu'une lubie socialiste qui n'a jamais eu d'autres effets que de dégrader le niveau de vie global de la population par des moyens coercitifs.
  14. poincaré

    Aujourd'hui, en France

    Le fondement juridique de la condamnation me semble plus que douteux. J'aimerais qu'on m'explique où se trouve l'infraction à la législation des médicaments. A mon avis la justification réelle est évidemment politique. J'ai remarqué une chose cependant : le peu de Juges, Procureurs que j'ai pu rencontrer ont toujours été très marqués politiquement sur certaines questions. Tu sais, pour beaucoup, le commerce de la drogue est un jeu à somme nulle, cela revient à s'enrichir "sur le dos" des consommateurs. Pas étonnant qu'on se retrouve après face à de tels jugements.
  15. poincaré

    Liberté d'expression

    Quand l'État se pose en censeur de la Vérité : http://lemonde.fr/idees/article/2018/01/04/fake-news-les-risques-d-une-loi_5237529_3232.html La liberté d'expression et la liberté de la presse auraient donc pour effet de "pourrir la vie démocratique". Bien.
×