Aller au contenu

poincaré

Commissaire du Peuple
  • Compteur de contenus

    459
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    2

1 abonné

À propos de poincaré

Profile Information

  • Gender
    Female
  • Location
    Lyon

Visiteurs récents du profil

1 028 visualisations du profil
  1. Le quartier d'Ainay, c'est beaucoup plus élitiste que l'intégralité du reste de la ville
  2. C'est bien le problème de ce fait divers : existe-t-il réellement de réponse politique à apporter ? La "théorie" du grand remplacement - laquelle ne mérite même pas le qualificatif de "théorie" de par son absence de scientificité - n'est prônée que par des gens irrationnels. Si elle a contribué à motiver des actes aussi odieux que les attentats à Christchurch, les mesures adoptées par le gouvernement en réaction ne répondent qu'à du sentimentalisme, et ne peuvent donc en aucun cas être efficientes si on se place dans une perspective de lutte contre le terrorisme. Dans le fond, les restrictions du port d'arme et de la liberté d'expression n'ont qu'une fonction sociale : elles ne sont qu'une réponse à un sentiment général d'insécurité, au besoin selon lequel l'Etat veille sur la population et ne reste pas dans la passivité. Voilà comment on parvient à restreindre les libertés du plus grand nombre pour la faute d'un seul homme.
  3. Réponse à côté de la plaque. Le prosélyte recherche l'adhésion d'autrui à sa doctrine religieuse. Cela implique un comportement actif de l'agent, à savoir des actes et des propos pour convertir la personne. En clair, que de l'explicite et du direct. Autrement, on interdirait le port de signes religieux aux usagers d'un service public pour cette raison. Sauf que ce n'est pas le cas : les vêtements ne caractérisent donc pas le prosélytisme.
  4. Le prosélytisme se caractérise uniquement par des propos ou des actes. Et non par le port d'un simple vêtement. C'est une erreur d'interpréter le voile comme une sorte de misogynie implicite. Quand on se renseigne un minimum sur la religion musulmane/qu'on en parle aux principales intéressées, on se rend compte que le voile ne concerne que la croyante et son rapport intime à Dieu. Rien à voir avec une forme de régulation des rapports sociaux... L'interdire hors espace administratif serait contraire à la laïcité : si l'Etat n'a pas à intervenir dans la sphère religieuse, il ne peut ni favoriser un culte en particulier, ni limiter l'exercice d'un autre de manière arbitraire.
  5. Je pense que ça passerait très bien ! En parlant de choses malsaines: j'ai essayé de ramener mes copines de fac aux séances de shibari à la croix rousse, mais ça n'a pas très bien fonctionné... Tu dois fréquenter des gens sacrément ouverts pour ne pas passer pour le weirdo de service
  6. Promis, c'est le dernier : j'arrête de vous embêter avec mes événements-à-la-con. ... mais je vous invite quand même à cliquer sur l'onglet "Discussion", les commentaires sont priceless https://m.facebook.com/events/255024378781782 ATELIER DE LECTURE ET DE DISCUSSION EN MIXITÉ CHOISIE SANS MECS CIS à partir d'une brochure de Corinne Monnet : "A propos d'autonomie, d'amitié sexuelle et d'hétérosexualité" "Nous invitons toutes les personnes qui ne sont pas des mecs cis (femmes cis et trans, mecs trans et personnes non-binaires) à prendre ce temps pour échanger à propos de leurs lectures, réflexions et vécus sur comment vivre nos relations avec les mecs cis : relations amicales, sexuelles, romantiques, exclusives ou non, ou encore familiales et professionnelles, le spectre est large. Comment vivre nos relations, notamment nos relations affectives et sexuelles, avec des mecs cis tout en étant féministe? Comment en arrive-t-on parfois à "aimer l'ennemi" pour reprendre les mots de Pamela, héroïne du roman de Richardson qui marque un tournant dans la littérature et dans la conception moderne de l'amour, régime de domination qui se cache dans un nuage de bonheur rose et d'étoiles dans les yeux. Surtout, alors, comment vivre ces relations en accord avec nos combats, nos choix et nos voeux? Pour lancer la discussion, nous proposons de partir de la lecture de la brochure supra intéressante "A propos d'autonomie, d'amitié sexuelle et d'hétérosexualité" de l'anarcha-féministe Corinne Monnet."
  7. Ah oui, my bad. L'article de ce blog admirable m'a éclairée !
  8. Apparemment non : on peut très bien être nationaliste sans la conviction d'appartenir à une nation supérieure
  9. poincaré

    Koyano

    Bienvenue @koyano ! Rien n'est perdu : on peut encore te sauver
  10. Parce que la corruption (qui est bien le sujet de l'article) est facilitée par un système bureaucratique, et que les personnes qui en profitent relèvent de la même catégorie que celle des tricheurs : des paresseux sans honneur ni amour propre qui se reposent sur leur fortune pour soudoyer ceux qui ont du pouvoir dans une structure ou sur le travail des autres au détriment de tout mérite. Après, je ne vois pas où est le problème dans le fait d'acheter son diplôme. Ça ne change rien au fait que ladite personne sera concurrencée par les autres une fois entrée dans le marché du travail. Et qu'elle se ramassera lamentablement la gueule si dieu est bon.
  11. Puisqu'on parle de bureaucratie : ça me fait penser à un témoignage d'un prof de droit sur des M2 bas de gamme à base de 15 candidatures par an, créés par des directeurs soucieux de conserver leur habilitation ministérielle pour aménager les heures de cours comme bon leur semble (et en annuler discrètement pendant l'année sans que ça ne se se voit autant qu'en licence où ils n'ont pas envie d'enseigner par exemple - parce que plus d'heures de cours). Difficile de ne pas faire de parallèle avec notre débat sur la police : comment voulez-vous renverser un système sclérosé quand les principaux intéressés n'ont aucun intérêt à le remettre en cause ?
  12. Admettons qu'elle soit votée, une telle loi serait immédiatement censurée en cas de QPC, c'est complètement délirant... Surtout pour des questions de vie privée/proportionnalité pour le fichage. Parlons en sur le topic de la liberté d'expression plutôt.
  13. poincaré

    Suicide & Nanarcapisme

    Ce n'est pas une question de courage. Ils le font eux mêmes de facto. C'est pour cette raison qu'on parle de "suicide assisté". Les associations comme Dignitas en Suisse se chargent de se procurer la substance létale, mais c'est bien le suicidé qui se l'administre : https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://m.youtube.com/watch%3Fv%3D6RKTuDYp6M8&ved=0ahUKEwiN9Kmuiv3gAhU-AmMBHdI7AqsQo7QBCC0wBA&usg=AOvVaw35W7iXLgQKo9IY0pdPT24Q La recherche d'une forme de solennité est évidente.
  14. J'aimerais beaucoup leur rendre service dans un monde où nos actes n'ont pas de conséquences négatives et me targuer d'avoir obtenu 0.0001% des voix Mais je ne suis pas sûre que ce soit une bonne idée de prendre le risque de ruiner ma carrière avant même qu'elle ne commence... Et puis la politique, c'est sale.
×
×
  • Créer...