Jump to content

Carl Barks

Nouveau
  • Content Count

    68
  • Joined

  • Last visited

About Carl Barks

  • Rank
    Néophyte

Previous Fields

  • Tendance
    Libéral classique
  • Ma référence
    Milton Friedman

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Paris

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Tiens ça me rappelle. Il y a longtemps et, je crois, ici même, j'avais lu quelqu'un écrire qu'Hayek explique parfaitement en quoi il est conservateur dans "Pourquoi je ne suis pas conservateur". Ca ne me semble pas totalement faux.
  2. Désolé mais pas pour moi. L'histoire d'amour gnangnan vampirise tout l'album. Le héros, notamment, est un bellâtre absolument inadapté à la série. OK, dans Asterix Légionnaire, il y a Tragicomix, mais on le voit à peine, ça n'est qu'un faire valoir. Dans le Grand Fossé, Astérix et Obélix sont mis en marge du récit. La métaphore sur le mur de Berlin est marrante, mais un peu lourde, on va dire. J'abonde sur Obélix et Cie, par contre, un des meilleurs. Pas encore cité, je crois, il y a le Chaudron, excellent de bout en bout (avec ce sommet sur le théâtre contemporain, "orgies, orgies, nous voulons des orgies".
  3. Leur positionnement fait un peu penser à Droit et Justice en Pologne, en retirant tout l'aspect pro-clérical.
  4. Franchement tous ceux scénarisés par Uderzo sont médiocres (et au pire catastrophiques). Mais la tendance avait commencé sur les derniers de l'ère Goscinny. Le Cadeau de César et la Grande Traversée ne sont pas franchement géniaux. Comme ça, sans réfléchir, je dirais que les meilleurs sont la Zizanie et les Lauriers de César.
  5. Non, mais en fait, c'est un gentil.
  6. Tu saurais mieux que moi dire quelle est sa légitimité dans le monde universitaire aujourd'hui. Mon impression, c'était qu'il avait eu un intérêt dans son champ particulier d'élaboration (le Londres des années 1960 et le retour vers le centre de jeunes actifs au niveau socioculturel élevé) mais qu'il a dérivé pour être employé à toutes les sauces.
  7. Quelques autres idées qui me viennent: obsolescence programmée, gentrification, dette climatique...
  8. Ok, je prends note. Si on intègre aussi le risque de ne pas voir la concession renouvelée à terme, ce n'est effectivement pas le casse du siècle.
  9. Moui, les appels d'offre orchestrés par l'Etat...
  10. Je ne dis pas le contraire mais Vinci est identifié par l'opinion comme un méchant qui rackette les automobilistes (et je pense qu'il a plutôt fait une affaire à bon prix lors de la privatisation des autoroutes, même si on peut en discuter au regard de l'échéance limitée des concessions). Politiquement, Macron se tirerait une balle dans le pied.
  11. La conclusion de cet article. Je sais que personne ici n'attend beaucoup du Monde, mais ce niveau de café de commerce me dépasse un peu.
  12. Sur le même ton, c'est aussi tentant de remarquer que le gouvernement n'a pas l'air de gérer avec beaucoup de rationalité cette privatisation et que tout ça semble voué à aboutir à du bon vieux crony des familles (même si, visiblement, Macron a réalité que vendre à Vinci, ce serait du suicide politique). Je suis bien sûr favorable à la privatisation, mais si c'est pour faire ça n'importe comment et se retrouver quelques années après avec un gros ratage (voir Toulouse) et tous les abrutis qui beuglent "vous voyez que ça ne marche pas"...
  13. Au passage, je rappelle que l'encadrement des loyers, ça existe déjà depuis trente ans à Paris et depuis 2012 dans toutes les grandes agglos de France. La loi Duflot et maintenant, ça, c'est plus précisément du plafonnement des loyers, c'est une vraie surenchère.
  14. Pour être honnête, ça n'est pas neuf. C'était dans la loi logement et, même avant, le gouvernement a toujours dit qu'il irait "au bout de l'expérimentation". Je vois ça comme une manière de ne pas se mouiller, assez typique de cet exécutif. Si c'est populaire, ils pourront dire que c'est grâce à eux. Sinon, ils en renverront la responsabilité aux municipalités. Par contre, je me demande comment les candidats LREM à la mairie de Paris vont gérer le sujet. S'ils se prononcent pour, ils font le jeu de la municipalité Hidalgo sortante, s'ils se disent contre, ils contredisent leur propre gouvernement.
  15. Je n'y crois pas du tout, je ne suis pas sûr qu'Edouard Philippe lui-même ait une telle ambition.
×
×
  • Create New...