Jump to content

Carl Barks

Utilisateur
  • Content Count

    185
  • Joined

  • Last visited

About Carl Barks

  • Rank
    Jeune Padawan

Previous Fields

  • Tendance
    Libéral classique
  • Ma référence
    Milton Friedman

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Paris

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Stranglers qui sont d'ailleurs, eux, l'un des meilleurs groupes du monde. Tout se tient.
  2. Je ricane doucement (en tout respect, bien sûr). Les Who, comme le dit M. Fagotto, c'est un ou deux excellents albums (le premier et à la rigueur Sells out pour les amateurs de concepts fumeux). Puis une palanquée de disques surfaits, la palme revenant à Who's Next qui a quelques bons tubes et une série d'horreurs au milieu. Les Kinks, je veux bien admettre que c'est un niveau de songwriting parfois au-dessus de tout le monde. Waterloo Sunset ou Days, ça enfonce le reste, mais ça peine à tenir la longueur sur un album.
  3. Non mais sérieusement. Je peux sortir de tête plein de superbes chansons des Stones (She Smiled Sweetly, Heaven, Fingerprint File, Beast of Burden...) qui n'ont RIEN à voir avec le blues. Je ne suis pas un fan hardcore du groupe, ils n'ont rien sorti de bien depuis 1983 (en étant gentil), mais je dis non au révisionnisme. Par contre, oui, j'aime bien mettre un peu de Led Zeppelin à l'occasion mais eux sont de vrais copieurs.
  4. L'angle racisé est d'autant plus à côté de la plaque qu'un Kanye West a samplé Mike Oldfield, King Crimson ou Can (enfin, on te dira que Can, ce n'est pas du rock progressif, ce qui est absurde, et d'ailleurs leurs chanteurs ont été un Noir puis un Japonais).
  5. Au point d'en faire un personnage de son dernier roman, Pulp. Le héros est un détective privé engagé par la Mort pour retrouver Céline (qui court toujours à 99 ans). Après, de mémoire, c'est marrant mais voilà. J'ai beaucoup lu Bukowski dans mes jeunes années, mais je n'oserais pas trop y rejeter un oeil.
  6. J'ai l'impression que les libéraux sont TROLLES par Bpifrance (la banque publique d''investissement, gros machin crony sous l'égide de la Caisse des dépôts) http://www.dereferer.org/?https%3A%2F%2Fwww.bpifrance.fr%2FA-la-une%2FActualites%2FEntrepreneurs-faites-le-plein-de-liberte-a-Big-!-50094
  7. D'ailleurs, il me semble bien que le gel des loyers, c'était au programme de la France insoumise à Paris pour doubler sur sa gauche l'équipe Hidalgo/Brossat. C'est tout à fait intéressant de savoir qu'ils n'y croient pas eux mêmes chez Brossat, ceci dit.
  8. Je vais me faire l'avocat du diable, mais l'écolo qui va diriger la métropole de Lyon (là où est le vrai pouvoir), ça m'a bien plus l'air d'un notable mollasson que d'un ayatollah: https://www.lesechos.fr/elections/municipales/municipales-bruno-bernard-le-nouvel-homme-fort-du-grand-lyon-1219406 Non pas qu'il faille s'enthousiasmer, mais je ne suis pas sûr de voir beaucoup la différence avec un Gérard Collomb.
  9. Du coup, je fais un petit wiki walk et - je vais avouer l'étendue de mon ignorance - je découvre l'évictionnisme: https://en.wikipedia.org/wiki/Evictionism C'est... intéressant mais un peu hors sol, non ?
  10. Il y a tout de même quelques nouvelles de Lovecraft où le racisme est explicite, mais elles appartiennent surtout à la période de son expérience malheureuse à New York, où il cherchait sans succès à rejoindre une vie active. Je pense en premier lieu à The Horror at Red Hook, qui comprend quand même des descriptions pas piquée des hannetons des communautés noires du quartier. Parmi les textes plus anciens, The Street est une métaphore clairement xénophobe de l'immigration aux USA. Enfin, il ne faut pas chercher loin pour trouver un peu douteux le twist d'Arthur Jermyns: le personnage principal se suicide quand il découvre qu'il descend d'un singe avec qui un aieul a copulé lors de ses voyages en Afrique... Mais je suis d'accord. Tout cela est marginal dans son oeuvre et il a généralement transcendé ses angoisses racistes dans une vision fantastique bien plus large. De ce que je connais de Raspail, on ne peut pas en dire autant...
  11. Les sondages sont bons pour Le Maire en général. On le déteste ici parce que c'est un cuistre gonflé de sa propre importance. Mais, auprès de pas mal de personnes, l'image du type qui se retrousse les manches et "agit" face à la crise, c'est payant: https://www.lesechos.fr/politique-societe/gouvernement/malgre-le-choc-economique-bruno-le-maire-tire-profit-de-son-volontarisme-dans-lopinion-1208357 Le souci pour lui, c'est que Philippe s'en sort encore mieux sur ce créneau (ouverture à droite, la supposée "compétence" économique") dans l'opinion: il est en pleine remontée dans les sondages. Donc il n'y a pas une grande logique politique à remplacer l'un par l'autre. Si Philippe se recasse la figure dans les sondages et/ou perd la mairie du Havre fin juin, ça relaissera une ouverture à Le Maire, mais là, je pense qu'il l'a mauvaise.
  12. C'est surtout une manière pour les journalistes de tirer (pour ne pas employer un verbe moins élégant) de la copie. Car niveau événements culturels et sportifs, il n'y a pas trop de quoi écrire pour les spécialistes, en ce moment.
  13. Je ne vois pas trop en quoi c'est dangereusement extrémiste de consacrer sa carrière universitaire à Gramsci. Ca reste un penseur politique important, qui va bien au-delà du marxisme de base. Quant au fils, il a ma sympathie depuis que je sais qu'il a fait sa thèse sur Graham Greene. Bon, c'est aussi un amateur de James Joyce, mais personne n'est parfait.
×
×
  • Create New...