Jump to content

Cristaline

Nouveau
  • Content Count

    14
  • Joined

  • Last visited

About Cristaline

  • Rank
    Néophyte

Previous Fields

  • Tendance
    Minarchiste
  • Ma référence
    Kant, Nietzsche

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Clermont-Ferrand

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. "Le seul bien provient de la connaissance", je ne pense pas que ce soit si simple que cela. Il faut s'interroger sur la valeur de la connaissance morale : Soit on adopte une perspective cognitiviste pour viser les connaissances empiristes ou rationalistes ; alors les énoncés moraux posséderaient une valeur de vérité (un énoncé moral pourrait donc être traité comme toute proposition comportant un contenu factuel). Le réalisme moral peut donc impliquer qu'il y ait des faits moraux. L'existence de ces faits serait alors indépendante de la croyance ou donc de l'attitude morale. Soit on adopte la perspective de l'émotivisme moral par exemple. (Partie de l'Expressivisme : un énoncé moral n'a pas de valeur de vérité). Si on se positionne sur cette sphère non-descriptiviste de la morale, alors, la connaissance morale n'aurait pas de valeur de vérité. Il n'y aurait pas grand sens à le rapprocher donc du "bien" de manière générale. Et je suis pas certain que les choses soient même binaire sur ce terrain là tellement il est boueux . Mais on assimile souvent le cognitivisme moral au réalisme moral, tu as raison. Question passionnante et terriblement complexe... Je pense pas que tu auras une réponse définitive d'ailleurs ! (J'argumente ma réponse avec un dictionnaire de philosophie morale à portée de main, je scannerais quelques pages si tu veux, mp)
  2. https://www.france24.com/fr/20141116-turquie-erdogan-musulmans-decouvert-amerique-christophe-colomb-histoire Il arrange déjà l'histoire à sa sauce... C'est effrayant cette manipulation, vraiment.
  3. Le Crépuscule d'une idole me semblait, de loin (donc à confirmer), qu'un vrai travail d'analyse avait été fait sur Freud. La critique paraissait construite et fondée (quelqu'un l'ayant lu pourra attester). Je pense qu'il sait travailler, qu'il sait faire une analyse sur le fond de l'oeuvre (il parle souvent de la méthodologie qu'il emploie - connaître l'entièreté de l'oeuvre, de l'auteur) mais qu'il est souvent tenté par la facilité malheureusement, donc ça se solde souvent par de la masturbation intellectuelle et des poncifs à la Lenoir.
  4. Joli ! Apprécier le bon vin pour lui à autant de sens que d'apprécier une toile ou une oeuvre musicale (du moins dans la hiérarchie de l'esthétique)... Qui l'eut crû qu'Onfray avait un goût prononcé pour l'alcool ?
  5. Hop, je pose ça là. Je sais que vous ne lui portez pas un grand amour, mais je pense qu'il envisage (du moins, il récupère des thèses) l'idée d'esthétisme d'une manière assez intéressante. Il n'admet pas une hiérarchie entre les sens (La Critique de la faculté de juger de Kant qui serait injustement portée sur les sens "nobles", pour lui, l'olfaction devrait être à hauteur de la vue ou de l'ouïe). Et chaque création artistique/artisanale procède d'un rapprochement de la réalité historique et culturelle qui la sous-tend. Ainsi, les plats typiques du moyen-âge sont évidemment à rapprocher de l'époque dans laquelle ils sont issus. Qu'est ce qu'a à dire notre nourriture sur notre époque ? Tout était bon pour apporter sa thèse passéiste. Donc, la nourriture, comme l'art moderne de manière générale est soumis au Zeitgeist (l'esprit du temps) et que notre bouffe est synonyme de raréfaction, notre culture procède par raréfaction = du vide, en gros. L'artiste est celui qui capte le Zeitgeist. (Je cite "Aujourd'hui, la cuisine ne nécessite pas de muscle, de la puissance, la texture c'est du mou. Notre époque a une texture de mou"). Belle critique de Freud et de l'esthétique du marxisme à 13'20 assez drôle.
  6. Salut, Dans Droit, Législation et Liberté de Hayek, un passage me trouble. Celui sur "l'égoïsme du groupe" ; celui du groupe fermé qui nuirait plus à la société ouverte que l'égoïsme individuel. J'ai bien compris la portée derrière ça, l'intérêt égoïste sert à la société dans un sens à la Adam Smith, tandis que l'intérêt d'un petit groupe de pression est un problème. Entendu, mais à partir de là, que fait-on ? C'est un droit que de se rassembler, de s'associer. Le souci ne relèverait-il pas moins de contrôler ces groupes que de réduire l'impact des législateurs qui satisferaient à leurs demandes, éviter le "socialisme de connivence" ? J'arrive pas à bien saisir la critique des corps collectifs, comment vraiment la justifier d'un angle libéral ? Donc, en gros, oui c'est mal (encore que, je reste sceptique) mais que peut-on y faire ?
  7. Par curiosité, il donne plus de détails sur ce coup d'État ? Le Reichstag était victime encore et encore de dissolutions post-1919. Fonder une ligne directrice politique cohérente à partir de ça... Bon courage. La critique du système par les populistes devait être inévitable.
  8. Pour un cadeau, c'est un cadeau ! Un peu de jusnaturalisme ne peut pas faire de mal ...
  9. Je ne connaissais pas cet auteur... Merci du conseil camarade ! Cela fait quelques mois déjà que je me force à lire Grotius, il faut du courage !
  10. Le style "analytique" peut faire tiquer je comprends bien. Mais pour moi, Gould c'est un tout, c'est le visuel : sa façon d'être face à un clavier, ses mouvements de bras, de mains, il fredonne l'air. Y'a un côté mystique encore une fois à le voir jouer. Personnellement il m'arrive de ressentir ce qu'il ressent quand il joue. Le rythme est parfait, décortiqué. Il a son univers et ça me fascine. Certains parlerons de Sviatoslav Richter comme interprète de Bach ; je le trouve fade personnellement...
  11. "Le Kantisme a les mains pures mais il n'a pas de mains" Péguy. Tout le problème du noumène je pense (c'est là que notre Platon intervient).
  12. C'est par Nietzsche que m'est venu mon amour pour la philosophie (adossé à Camus) au lycée, comme beaucoup de monde d'ailleurs. Et c'est vers Nietzsche que je me tourne assez régulièrement pour trouver conseil. Éternel retour, éternelle lecture. Nietzsche comble avant tout mon plaisir d'esthète, c'est par La naissance de la tragédie que tout a commencé ; l'énonciation du royaume Dionysiaque m'a tout de suite enchanté. Je me suis sans doute lassé des aphorismes, il faut l'avouer. Il y a une forme de mystique dans la vie de Nietzsche qui alimente mes fantasmes sur lui également (l'événement à Turin évidemment, mais tout l'impact qu'a eu sa philosophie sur lui, sur son corps). C'est le perspectivisme Nietzschéen comme philosophie pratique qui m'a changé la vie dans un sens ! Je comprends tout à fait ses détracteurs hélas, son oeuvre a bien des défauts. Non, je caricature ! Mais des ouvrages marxistes, en veux-tu, en voilà... Très peu de bouquins m'intéressent réellement à la BU. Je jubile devant la tête de la documentaliste me voyant faire des allers retours chaque semaine avec des bouquins prônant le capitalisme et la liberté dans les mains ! Je dois correspondre au cliché du bourgeois, libéral et méprisant en fac de droit. Merci beaucoup pour vos messages de bienvenue, ça me fait énormément plaisir. Pour les conseils de lecture : il faut que je fignole mes connaissances d'Hayek avant tout. Bastiat était dans un coin de ma tête depuis un petit moment... J'ai toujours la peur d'être dans un décalage (historique, philosophique) en le lisant, a contrario des auteurs plus contemporains. M'enfin, il faut bien s'attacher aux fondements de la pensée, donc, je lirai tout cela. Et pour Ayn Rand, elle me fait un peu peur de prime abord... Beaucoup de critiques ont été formulées à son encontre, va falloir que je me fasse mon avis sur elle. Son oeuvre n'est pas ma priorité pour l'instant, un jour peut être.
  13. Je n'en ai pas la certitude absolue, peut être m'a t-on menti depuis le début. Passer le barreau (un avocat de plus... Cela ne se verra pas, promis). Je suis attiré par le droit des affaires essentiellement, j'essaye de ratisser large pour ne pas trop me fermer de voies cela dit. Je ne me suis jamais trop intéressé à ce test. J'ai pas bien pris connaissance des tenants d'un tel résultat : Inspirateur (ENFP). Libre à toi de te faire une idée donc. Merci pour le conseil de lecture... J'ai déjà eu affaire à Bastiat dans sa correspondance avec Proudhon. Sa plume et son sens de la répartie me font qu'aller dans sa direction. Il me faut trouver ses ouvrages maintenant : pas une mince histoire que voilà. C'est Glenn Gould, le meilleur interprète de Bach au piano selon moi !
  14. Bonjour à tous, j'ai découvert liborg depuis quelques mois déjà et après avoir erré quelques temps entre différents topics, je pense qu'il est temps de me présenter. Je suis Cristaline, étudiant en Droit, en 2ème année et j'avance vers mes 20 ans. Des détours ont été réalisés dans mon cheminement politique personnel, j'ai été touché de plein fouet par la propagande mélanchoniste en 2017 dans un premier temps (l'hologramme m'a fait tourner la tête je pense). On fait tous des erreurs dans la vie. Seulement, après réflexion, quelque chose me paraissait trop simple dans les homélies du petit père des peuples. Il m'a alors fallu combattre l'idée tenace que Friedman n'était pas le grand méchant loup que mon prof' de SES en terminale m'eut fait croire, que Keynes ne détenait pas la sacro-sainte vérité et qu'il fallait découvrir par soi-même les auteurs pour s'en faire une opinion (au risque de passer pour un "macroniste", "facho" et autre appellation générique usitée pour écarter tout argumentaire adverse). J'ai du arpenter les pans de livres de la bibliothèque de ma fac pour trouver le Graal... Il était caché là, entre le "Capital au XXIème siècle" et la pléiade de Alain de Benoist : Capitalisme et liberté. (Il faut remarquer que ma BU est très peu friande des ouvrages libéraux). De fil en aiguille me voilà à lire Friedman, Pascal Salin, Mises (l'Action humaine qui est pour moi l'ouvrage de révélation), Rothbard (beaucoup plus hermétique à sa pensée...) et Hayek actuellement (Droit, Législation et liberté : un long chemin qui en vaut amplement la peine, je l'ai bientôt fini et il est brillant...). Voilà tout ce que je peux dire de moi pour l'instant...! Au plaisir d'échanger avec vous
×
×
  • Create New...