Jump to content

ULYSSE

Utilisateur
  • Content Count

    2170
  • Joined

  • Last visited

About ULYSSE

  • Rank
    Prosateur

Previous Fields

  • Tendance
    Libéral écologiste

Contact Methods

  • Website URL
    http://

Profile Information

  • Gender
    Male
  1. Dans Le Monde, une tribune de scientifiques soutenant les recherches de Gilles-Eric Séralini sur les OGM, contre ses détracteurs à la moquerie facile : http://www.lemonde.f...90174_3232.html "Devant l'incroyable levée de boucliers suscitée par la publication de Gilles-Eric Séralini et de son équipe dans le journal Food and Chemical Toxicology, nous, membres de la communauté scientifique, tenons à affirmer les points suivants. (…) disqualifier le protocole suivi dans le cadre de cette étude revient à disqualifier du même coup les données ayant fondé les décisions d'acceptation des OGM par les experts. Il est remarquable de voir ces mêmes experts accepter (même s'ils le critiquent parfois) un protocole expérimental quand il donne des résultats qui vont dans le sens de l'acceptation d'une technique et le démolir aussi ardemment quand les résultats vont dans le sens opposé. Ceci est à notre avis totalement contraire à toute déontologie scientifique. Nous affirmons donc que, si les observations en débat méritent d'être confirmées par des expériences de plus grande ampleur, cela s'applique également aux tests qui ont servi à autoriser toutes les plantes transgéniques actuellement sur le marché. Si toute cette histoire aboutit au moins à ce résultat, elle aura été utile."
  2. Et pourquoi ne comprenez-vous pas qu'on applique le même raisonnement pour vous : arrêtez de circuler en voiture, puisque vous ne savez pas enfermer vos particules et qu'elles gênent les voisins. Tu trouves plus problématique de devoir supporter mes messages ici, que de faire supporter aux autres la pollution de l'air qu'impliquent tes choix non écolos.
  3. Ce qui vous dérange, c'est toute situation où votre liberté personnelle fait peser un risque à d'autres, qui refusent que vous les embarquiez malgré eux dans ce risque. Les libéraux ne savent pas comment faire, pour enfermer les conséquences de leurs actions personnelles, de telle sorte qu'elle ne gênent pas les voisins. Le précepte : "la liberté des uns s'arrête là où commence celle des autres" est d'une application très complexe, quand quelqu'un n'est pas capable d'éliminer sa pollution de sorte à ce qu'elle n'ait pas d'incidence en dehors de lui-même. Je suis libre de conduire une grosse voiture qui pollue tant que je ne fais peser de risque qu'à moi-même. Si je pollue au-delà de moi-même, et que mon voisin a un calcul différent des conséquences de cette pollution, la pensée libérale se trouve en difficulté.
  4. Pas facile d'accorder science et vie. Chaque fois qu'on place un homme devant l'obligation de démontrer scientifiquement les raisons de son action, on a le jeu facile. Chacun agit bien avant d'avoir la science exacte qui lui permettrait de faire le bon choix, démontré scientifiquement.
  5. Michael Bloomberg (maire de New York) soutient Obama et lui demande de s'occuper du changement climatique Michael Bloomberg : "Notre climat change. L'augmentation des phénomènes climatiques extrêmes que nous avons vécus à New York et dans le monde peut être, ou pas, le résultat de ce changement, mais le risque existe que ce soit le cas. Les dégâts de cette semaine devraient obliger les dirigeants élus à agir immédiatement". http://www.lemonde.f...657_829254.html
  6. (Si un homme a un bouclier et qu'il reçoit une flèche, il peut parer le coup. S'il reçoit mille flèches de tous les côtés, il ne peut plus parer, et des flèches le percent de part en part. Plus on multiplie les pollutions et diverses causes mobilisant les défenses de l'organisme, plus on a de risque de ne plus avoir de défense organique suffisante. Cet effet cumulatif est très important. Il ne suffit pas de dire qu'un truc n'est pas pire qu'un autre, s'il s'ajoute à cet autre, comme une nouvelle flèche s'ajoutant à une première, jusqu'à contournement du bouclier.)
  7. (En plus vous négligez complètement l'effet cumulatif. On sait bien que l'organisme subit en permanence des actions mutagènes. Mais plus elles s'accumulent, plus les défenses sont dépassées. Le mobile n'a pas besoin d'être plus méchant que d'autres causes naturelles, il peut suffire qu'il s'ajoute à des tas d'autres causes de même niveau. Le simple fait de respirer génère des radicaux libres. L'organisme gère cela plus ou moins. Mais si l'on multiplie les causes générant des radicaux libres, l'organisme ne gère plus.)
  8. Tu prends un plaisir particulier à jouer les imbéciles ? A "démontrer" que les secousses des ondes mobiles n'ont aucun effet nocif puisqu'il y a d'autres secousses d'un autre type sur terre ? Je vous propose d'envoyer un email à tous les labos de recherche du monde qui étudient ces questions, pour leur expliquer que vous, Neuneu, Kassad, et Rincevent, avez démontré l'impossibilité théorique d'un quelconque effet néfaste des ondes mobiles. Il n'y a plus besoin de chercher, vous avez trouvé tout seul qu'il n'y avait rien à chercher. Vous êtes vraiment les pieds nickelés du libéralisme !
  9. Les liaisons en biochimie ce n'est pas seulement l'ADN. L'étude citait par exemple la perturbation des liaisons lipidiques (par les ondes). On sait que les lipides complexes type oméga-3 (présents dans le corps) sont très fragiles, et peuvent facilement produire des radicaux libres. Ces derniers ayant alors un pouvoir mutagène sur l'ADN. Une piste évoquée est que les ondes mobiles, selon leurs fréquences et leurs durées d'exposition, pourraient agir particulièrement sur ces types de structures à liaisons fragiles.
  10. Quand tu agites une structure plus longtemps, tu obtiens des effets différents. Un tremblement de terre de dix secondes n'a pas les mêmes effets qu'un tremblement de terre de dix minutes. Les tremblements (les oscillations) des ondes ont un effet sur les conformations moléculaires, qui est d'autant plus important que ce tremblement est long. Un téléphone situé à quelques centimètres du corps créera des oscillations spécifiques, non comparables avec les ondes habituellement présentes dans l'atmosphère. Les radicaux libres sont produits par l'organisme en réaction à ces agitations structurelles. C'est explicitement dit dans l'étude citée plus haut. Il y a production interne de ROS suite à l'exposition aux ondes. (L'organisme génère ses propres radicaux libres ROS, c'est utile à petite dose, dangereux à haute dose. Différents facteurs influent sur la quantité de ROS produite par l'organisme.)
  11. J'aime les neuneus qui se croient plus intelligents que 5 ou 6 des plus grands laboratoires de recherche universitaire du monde qui prennent au sérieux dans leurs études ce qui fait ricaner les glands d'ici. Vous n'avez toujours pas compris le principe des radicaux libres, vous n'avez toujours pas compris qu'une onde n'a pas besoin de "casser" directement la molécule, elle a simplement pour effet d'augmenter la production de radicaux libres dans les mitochondries (et la fréquence joue un rôle pour perturber la biochimie des cellules), et ce sont ces radicaux libres qui ont ensuite la capacité de faire muter l'ADN. Dire que vous abordez des sujets de nutrition, sans avoir étudié la question du stress oxydatif et le fonctionnement des radicaux libres, ce qui est à la base de tout… C'est confondant ! Si la fréquence de l'onde n'avait aucun impact, pourquoi les plus grands labos du monde font-ils des études différenciées selon la fréquence, et trouvent-ils des effets corporels différents ? Les oscillations, et leurs fréquences, ont des effets biochimiques, qui ne se limitent pas à l'effet chaleur.
  12. Tu cherches le prix Nobel de la mauvaise foi ? Je ne vois pas la moindre ambiguïté possible dans ses propos, qui sont, on ne peut plus clairement, une reconnaissance de l'importance de l'équilibre acides-bases, avec des exemples très clairs qui montrent qu'il s'agit en plein de la notion dont je parlais ici. Elle-même avance ce sujet, ce n'est en rien une suggestion de la journaliste à laquelle elle répond poliment. Thierry Souccar en tire la même conclusion : "les points positifs : il y a encore cinq ans on me riait au nez quand je parlais de cancer agressif de la prostate lié à une forte consommation de laitages, ou encore d'équilibre acide-base. Il semble que ces idées aient fait leur chemin, tant mieux." http://www.lanutrition.fr/les-news/emission-de-france-5-sur-le-lait-quelques-perles-relevees-en-passant.html
  13. Pour moi l'un n'empêche pas l'autre. Vision grand angle. La recherche prospective force à chercher ce qui, en soi, peut être cause de maladie, et cela aide fortement à combattre les maladies existantes. La recherche expérimentale est fascinante. Elle apprend énormément et aide à repousser les limites de la biochimie connue. Quand on se demande si un mobile peut être cause de cancer, on est forcé de mieux étudier la question de la cancérogénèse. Ces recherches ne sont pas inutiles, même si à l'arrivée on ne trouve rien pour le mobile. Je ne suis pas obèse, j'ai adopté des bonnes habitudes alimentaires, je ne me sens pas concerné par de nouvelles recherches sur l'obésité, qu'on sait éviter avec un peu de volonté. Le cancer en revanche peut concerner tout le monde, et on ne sait pas d'où il viendra.
  14. Tu souhaites donc avoir une maladie, et ensuite qu'on recherche sa cause, une fois qu'elle est là ? - 10 000 C'est justement pour cela que l'épidémiologie est insuffisante, pour un objet nouveau. Je cherche des études théoriques et expérimentales, qui permettent de se faire une idée du rôle toxique de quelque chose de nouveau, avant d'avoir des données épidémiologiques certaines, avant de subir les dégâts. Science prospective (active), versus Science épidémiologique (passive). Tant qu'à faire, autant éviter la maladie, avant le stade d'épidémie, dont on pourrait faire partie.
×
×
  • Create New...