Jump to content

F. mas

Membre Actif
  • Content Count

    11083
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    19

Everything posted by F. mas

  1. Merci l'ami ! Ceci dit, je ne suis pas spécialement démocrate.
  2. J'ai bien aimé le dernier W Allen, il faut à mon avis y voir plus sa passion pour les comédies musicales légères qu'une analyse historique ou sociologique sérieuse de la capitale. En prenant le film comme tel, on est pas déçu et on peut même rentrer dans l'histoire assez facilement je trouve. Ce qui est marrant, c'est qu'une semaine après avoir vu Midnight, j'ai vu "Hollywood Ending" en dvd, soit l'histoire d'un cinéaste sur le retour qui perd la vue sur le tournage de son dernier film : celui-ci fait un flop aux states (forcément, le tournage et le montage ont été fait à l'aveugle), mais triomphe en France, dont les critiques à la mode voient la création d'un auteur d'avant garde. C'est très drôle est, comme tous les films de WA, on imagine bien que c'est un peu autobiographique. Sinon, parmi les Woody Allen inconnus, quelqu'un a eu la présence d'esprit de signaler l'excellent "The Front" (de Martin Ritt), je signale à mon tour un petit film très marrant et peu connu (qui est en fait la transposition d'une pièce de théâtre produite pour Broadway en 1966) : Don't Drink the Water (1994) avec Michael J Fox dans le rôle d'un ambassadeur des Etats-Unis complètement nul dans un pays imaginaire qui ressemble beaucoup à l'URSS.
  3. Hooo, j'avais pas vu (F)rance 2, où les duettistes Duhamel et Fog alternent platitudes et affirmations gratuites sur l'innocence incontestable du gros K. C'est un beau métier, journaliste.
  4. Je viens de mettre bfm tv : c'est vraiment la revanche des chacals ! Concours d'aplaventrisme des commentateurs de l'évènement du jour, avec une mention particulière pour une endive moite (un vieux chauve qu'on voit partout à la télé depuis 20 ans) qui maintenant que DSK est en position de force, s'indigne théâtralement (sans trop prendre de risques) du traitement médiatique négatif qu'ont subi l'ex du fmi et sa rombière.
  5. [mode opportuniste/ On] Je vous l'avais bien dit [mode opportuniste/off] Le raisonnement politique, c'est du billard à cinq bandes. Il faut toujours soupçonner l'entourloupe avant de prendre pour argent comptant ce qu'on lit par voie de presse, ce qui ne fait que fortifier mon complotisme modéré.
  6. Tout cela m'attriste. Moi qui me faisait une joie de le voir à Riker Island. Y'a pas de justice, même à nouillorque.
  7. lit "la fable des abeilles" (1714) de Bernard Mandeville.

  8. F. mas

    JA Xavdr

    joyeux anniversaire !
  9. FreeJazz : merci pour l'info (et l'extrait) sur Nemo. Je pense qu'il touche juste ici, et qu'on lui fait un mauvais procès en lui prêtant des intentions partisanes derrière celle de défendre la liberté d'expression. Son oeuvre entière le prouve.
  10. Je suis allé voir London Boulevard avec Colin Farrell et Kaira Nightley. C'est pas mal. Un peu convenu, mais bon, si on aime bien Farrell, ça va, parce que tout l'intérêt du film repose sur lui dans le rôle du "gangster qui en fait est un brave type".
  11. Elle a un truc contre Gramsci (et l'eurocommunisme ?). Il faut absolument lui dire qu'il est mort.
  12. "Je vote pour le plus bête" G. Clemenceau. La compétition va être rude.
  13. C'est sûr que pour tous ceux qui réduisent la morale au consentement explicite entre deux adultes, comme dirait L. Strauss, le cannibalisme devient une affaire de goût. Ils sont quand même rares à défendre ce genre de propos rudimentaires.
  14. Effectivement, la théorie la plus simple est celle qui s'accommode le mieux de nos croyances ordinaires, ce qui signifie qu'elle nous rend la situation extraordinaire, contre-intuitive ou exceptionnelle difficile à concevoir, un peu comme pour la théorie des quantas (l'intuition y est un obstacle épistémologique, m'expliquait un mathématicien de mes amis). Tout ça pour parler du statut du rasoir d'Occam, qui me semble être plus de l'ordre de la maxime que de la loi générale. Henriparisien : nous sommes d'accord sur la question de l'adéquation avec la réalité, c'est-à-dire l'analyse proposée par la théorie explicative.
  15. Tiens, encore une de mes lectures du moment qui peut me faire jouer le rôle d'avocat du diable : je viens de faire un tour sur le site d'Andrew Sullivan, qui pose une bonne question sur le rasoir d'Occam, Pourquoi devrait-on préférer la théorie la plus simple à la plus compliquée ? C'est une bonne question : pourquoi privilégier l'hypothèse la plus simple "et la plus élégante" en toute circonstance, si ce n'est parce qu'on imagine d'emblée que le monde qui nous entoure est fait de relations simples ? En l'occurrence, le problème soulevé dans le domaine de la théorie scientifique peut souffrir une transposition dans le domaine politique..
  16. On insiste sur le statut de la domestique pour souligner la distance sociale entre les deux protagonistes à l'affaire : l'un est riche, blanc et puissant, l'autre pauvre noire et compte pour des prunes sur l'échelle sociale. Ce qui est drôle, c'est que cette inégalité en termes de réussite sociale, pour une partie de la presse américaine, désigne DSK comme forcément coupable, tandis que pour nos élites (enfin de la fraction de l'élite nationale amie de DSK), elle l'innocente ou du moins en euphémise la portée criminelle. Plaisante justice qu'une rivière (ou un océan) borne.
  17. Claude Guéant a déclaré que la France était prête à accueillir DSK en cas de condamnation. Après tout, a-t-il expliqué, "trousser un domestique", c'est quand même grav (mais pas assez pour moisir dans une prison médiévale à l'américaine). Je ne sais pas ce qu'il y a de plus dégueulasse dans tout ça : que l'oligarchie dominante tente de sauver ou d'améliorer le sort d'un des siens en faisant passer ça pour de l'équité, qu'on associe ce traitement de faveur à la France (c'est-à-dire à tous les Français qui après tout n'ont rien demandé), ou la reprise par Guéant d'un lexique qui fleure les privilèges de classes et le mépris pour le citoyen ordinaire.
  18. Tiens, je viens de m'apercevoir que l'auteur du livre que je lis en ce moment était un adepte de la théorie du complot, ou du moins de l'explication de l'histoire par l'influence des sociétés secrètes. Il s'agit de Carroll Quigley (je lis The Evolution of Civilizations, que je trouve un peu décevant), qui a fourni à des générations de complotistes une caution universitaire estampillée Princeton et Harvard.
  19. Il sait que l'autre sait, donc il anticipe et met en branle sa com pour prévenir le risque de l'explosion en plein vol, que tous les caciques du PS prévoyaient. Encore une fois, faire de la politique, c'est penser stratégiquement : on n'emmerde pas trop DSK sur ses histoires de fesses tant qu'il fait partie d'un dispositif ou d'une coalition d'intérêts qu'il ne faut pas trop dézingué sous peine de rétorsion du même acabit par une autre faction qui cherche à lui piquer la place. En d'autres termes, on ne prévoit pas ce qui va le faire tomber, mais on lui savonne la planche en prenant en compte les faiblesses que toute la classe politique lui connait (on le met dans une situation qui augmente sa probabilité de chute). Et on attend, ou on attend de révéler l'affaire au bon moment pour nuire. La difficulté à se décoller du sens commun pour analyser ce genre d'évènement, qui est compréhensible et qui est aussi le revers du complotisme, m'apparaît un peu de la même manière que la catastrophe dont parle JP Dupuy dans son essai sur le catastrophisme éclairé : il est impossible d'imaginer ou d'anticiper la catastrophe parce que par définition, c'est un évènement qui échappe à toute saisie systématique portant sur le précédent. C'est tellement nouveau et tellement énorme que c'est inimaginable. Pour ce qui est du complot, c'est tellement contraire à ce qu'on rencontre ordinairement qu'on a du mal à le croire. Il suffit là encore de se reporter aux déclarations des uns et des autres quand on a révélé que Mitterrand avait une double vie, que sa fille vivait aux frais du contribuable et dans le plus grand secret (complot d'extrême droite, folie de ce pauvre JE Hallier, etc.). On rationalise parce qu'on a pas toutes les infos, et on sous-estime l'intelligence de nos amis les élites qui nous gouvernent, ce qui soit dit en passant, est une sacrée aubaine pour ces derniers. Maintenant voilà, tout cela reste hypothétique, et ne vise à la vraisemblance, pas à l'exactitude absolue, qui dans le domaine reste impossible.
  20. On devrait faire sur contrepoints un palmarès des initiatives politiques les plus crétines et les plus inutiles genre "razzie awards", ça pourrait être marrant et rendre utile ce genre d'infos effarantes.
  21. Nous sommes globalement d'accord, à deux choses près. Tu ajoutes une notion de permanence au complot que je n'évoquais pas : un complot peut très bien être un arrangement provisoire, mais pris sur un terme relativement long (l'établissement de la république pour reprendre ce que je disais sur Cochin et Barruel, le renversement de tel ou tel rapport de force au profit d'un autre au sein de l'oligarchie dominante) parce qu'effectivement, il s'agit de la rencontre de plusieurs intérêts convergents à un moment donné. Le complotiste a sans doute tendance à faire des explications transhistoriques par les sociétés secrètes, du culte de Baal aux illuminatis en passant par la Bohemian Grove. En général, une analyse détaillée de ce genre de position suffit à la réfuter (mais pas absolument, puisque le complot est par définition caché, ce qui fait qu'elle a la vie dure malgré ses incohérences). Sur le scandale sexuel de DSK (et c'est pour ça que je disais que la frontière est parfois difficile à déterminer avec précision entre complot et complotisme) : moi, ça ne m'étonnerait pas, mais alors pas du tout que Sarko ait anticipé son histoire de fesses. L'histoire des scandales politiques et financiers nous enseigne que la rouerie de nos édiles n'a pas de limites, ce qui devrait nous inciter à ne jamais prendre pour argent comptant ce qui relève bien souvent de la communication (On pense immédiatement à l'Angolate ou aux rétrocommissions dans l'affaire des frégates de Taiwan, mais qui se souvient de Boulin, Méry, Stavisky, des irlandais de Vincennes ou des plombiers du canard ?). Tiens, encore un autre analyse à la limite du complotisme par un gars sérieux et qui va dans mon sens là.
×
×
  • Create New...