Jump to content

JackieV

Habitué
  • Content Count

    1946
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by JackieV

  1. Non car alors j'eus eu des problèmes avec ma conscience.
  2. J'ai voté contre le blocage en espérant que le pour l'emporterait.
  3. On a réarraché mes tracts. Je pense en toucher mot avec le directeur de l'IEP. Ce dernier est bloqué demain - une première - je rentre donc chez moi dans les Yvelines demain matin. La grève a parfois des bons côtés… Youhou!
  4. On a arraché mon faux tract du NPA. Alors j'en ai recollé deux et j'ai arraché une affiche de l'UNEF. Et toc.
  5. Aujourd'hui j'ai passé deux heures de calvaire en cours d'anglais : le prof avait choisi de nous faire étudier un extrait de manuel scolaire subventionné par Nike. Le tout bien sûr en orientant la débat de façon à ce que tout le monde crache sur la capitalisme, le libéralisme et bien sur les affreuses multinationales. Puis ensuite, estimant sans doute que ce stade de la discussion ne venait pas assez vite, il s'est mis à faire l'éloge de l'Etat et de l'école "républicaine", ayant pour but de "former de bons citoyens" pour le "bien commun". A vomir.
  6. Les mecs qui les corrigent sont des purs produits de l'administration… CQFD.
  7. J'ai la flemme de rédiger mon exposé de mardi. Je suis un peu dans la merde car je n'ai pas commencé… … Pfiou ça fait du bien de se confier!…
  8. 40/42… Je serais donc libertarien, ce que je ne suis pas… Test étonnant? C'est ce que je dis…
  9. Ce à quoi je répondrai que l'Etat n'a pas le monopole en matière d'éducation, même en France où l'Etat est pourtant omniprésent. Selon moi, la solution au problème d'éducation serait une mise en concurrence des établissements qui, couplée à une autonomisation de ceux-ci. Les établissements d'enseignements seraient ainsi incités à rationnaliser le processus de production de services éducatifs (fusions d'établissements, etc.) et l'on assisterait à une forte réduction du coût supporté par l'Etat pour l'instruction publique. Celui-ci aurait alors un simple rôle de prise en charge des coûts de scolarité auprès les parents d'élèves. D'autre part, les établissement auront dès lors intérêt à recruter auprès de tous les milieux sociaux dans la mesure ou un fils d'ouvrier rapporterait autant qu'il fils de bourgeois.
  10. Ce n'est pas parce qu'une situation de parfait égalité des chances est impossible à réaliser dans l'absolu qu'il ne faut pas tendre vers celle-ci en mettant en place des dispositifs allant dans ce sens…
  11. Absolument pas, tu décris là le système actuel. L'égalité des chances, c'est mettre à disposition des individus des outils tels qu'ils aient tous, à volonté égale, la même probabilité de réussir. Au contraire, ce système a pour base l'émulation entre les individus. Et je suis républicain pur jus, j'assume.
  12. J'y penserai, à l'occasion. A vrai dire, je me suis inscrit à ce forum pour être convaincu. Je ne milite pas pour une société libertarienne idéale du tout marché, qui résonne pour moi comme une utopie. Je parlais l'autre jour de mes contradictions interne : je me demande en effet dans quel mesure suis-je libéral alors que je suis favorable à l'existence de l'Etat et à son intervention dans des domaines tels que la police, la justice mais aussi la santé et l'éducation, deux secteurs clés si l'on veut garantir un certain bien être individuel "de base" et surtout l'égalité des chances, indissociable de la démocratie. Dans le même temps, je suis un fervent adversaire de l'impôt (du vol légitimé) et de toute autre forme d'action étatique autres que celles sus-citées (si ce n'est quelques fonctions normatives dans l'attribution de permis ou dans l'aménagement du territoire). Selon lui, tout marché s'autorégule dans les plus brefs délais, notamment le marché du travail. Je l'ai lu il y a un bout de temps, mais je suis quasi-sûr de cela. Or ce ne peut se faire qu'en situation de concurrence pure et parfaite.
  13. La lecture de Ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas m'a passionné, ce n'est pas la question. Il est vrai que Bastiat manie incroyablement l'art de la démonstration. Cependant, celles-ci me paraissent parfois datées (hypthèse de concurrence pure et parfaite omniprésente, mise à l'écart de la question de l'accès à la technologie dans les démonstrations concernant le libre-échange, etc.) et j'ai du mal à voir comment ses conclusion (louables dans l'absolu) seraient applicables à notre époque.
  14. Bonjour, Je ne m'appelle pas Pierre (bah voui, c'est un pseudo…), j'ai 18 ans, suis originaire de la région parisienne et étudiant à l'IEP de Rennes. Je me considère bien sûr comme libéral, mais mon libéralisme n'est en rien dogmatique et vous apparaîtra probablement fort modéré (quoique j'apparaisse aux yeux de la plupart des gens comme un "ultralibéral" que je ne suis pas). J'aurais bien du mal à vous décrire mes références et à vous expliquer les grandes lignes de mes opinions, car celles-ci sont complexes, changeantes et parfois contradictoires entre elles… J'ai un esprit de contradiction fort développé et j'ai souvent tendance à ne voir que les défauts des modèles de pensée (ce qui explique sûrement l'instabilité de mes opinions et est la raison pour laquelle je ne suis jamais convaincu de rien). J'ai tendance à tout voir à travers le prisme de l'économie, j'ai une conception de la société farouchement libertaire (et suis donc tout le contraire d'un conservateur). J'ai peu lu d'auteurs libéraux (si ce n'est Bastiat, que ne m'a pas vraiment convaincu), ma culture reste à faire (Hayek et Rand sont au programme).
×
×
  • Create New...