Jump to content

Vae_Victis

Utilisateur
  • Posts

    139
  • Joined

  • Last visited

Contact Methods

  • Website URL
    http://www.peres-fondateurs.com/forum/index.php

Recent Profile Visitors

428 profile views
  1. Remarquez qu'en deux lignes cette observation n'avait évidemment pas vocation à décrire toute la complexité des rapports entre employeurs et employés, et cela de manière exhaustive, mais simplement à évoquer une vérité générale, et à rappeler que le chomage de masse sous réserve du secteur d'activité et de des qualifications, met le chercheur d'emploi en position de faiblesse dans la négociation face à un employeur qui lui aura plus facilement la possibilité de refuser ce qui lui est présenté, de part le rapport déséquilibré entre l'offre de travail et l'offre d'emploi. En terme globaux la majorité des individus gagnerait à une baisse substantielle du chômage, peut-être en conviendrez-vous.
  2. Pour commencer la négociation s'appuye sur un rapport de force, entre l'offre de travail et la demande de travail, la première étant déterminée par le nombre de demandeurs d'emploi, la seconde par les besoins de main-d'oeuvre du patronat. Il est évident que dans un pays touché par un chômage de masse c'est le patron qui est en position de force et qu'il est en mesure d'imposer ses conditions, parce que comme vous le dites il y a beaucoup de candidatures pour peu de postes à pourvoir. Si nous nous interrogeons maintenant sur la cause de ce chomage de masse, nous pourrions pointer du doigt le rôle néfaste de l'Etat, de ses charges sociales et acquis sociaux qui paralyse le marché du travail, empêchant par là les entreprises d'embaucher autant et aussi librement qu'elles le voudraient. La solution passe donc par une libéralisation de l'économie, une diminution du rôle de l'Etat, ce qui entrainera une baisse du chômage, et un rééquilibrage du rapport de force entre salariés et patrons.
  3. Tu n'as pas vraiment le choix, admettre une certaine bêtise de la population serait reconnaître son incapacité à savoir ce qui est bon pour elle, ce qui induirait la nécessité d'un Etat et de dirigeants pour la guider, ce serait flinguer le libertarianisme à bout portant. Pour être libertarien on a besoin de croire en la présence d'esprit et le bon sens des individus en général. Parce que les peuples sont influençables, parce que les peuples ne se posent pas toujours les bonnes questions au bon moment, parce que les peuples ne sont pas toujours capables de se remettre en question, parce qu'ils aiment à s'accrocher à des choses rassurantes même si elles sont fausses.
  4. Je tiens tout de même à dire qu'il est vrai que certains individus dans ces territoires ont subis quelques préjudices de la part de l'Etat français, il faut le reconnaitre, et il donc normal que celui-ci les indemnisent eux individuellement. Il ne serait être bien sûr question de "dédommagement" collectiviste où tous les français devrait indemniser uniformément tous les habitants de ces pays, sous le simple prétexte que certains ont subi un préjudice. Chaque peine si le préjudice est prouvé doit s'appliquer à une plainte précise, c'est le principe de la justice. Pourquoi l'inverse ne devrait-il pas être vrai ? Pourquoi tout cela ne va-t-il toujours que dans un seul sens ?
  5. La traite des noirs a toujours été une activité commerciale privée, je ne vois pas en quoi l'Etat serait responsable, de plus la faute revient aux vendeurs pas aux acheteurs. Si le vendeur prétend que l'esclave est sa propriété légitime, l'acheteur n'a aucun moyen de prouver le contraire, et je ne vois pas pourquoi la société devrait refusée à un homme qui s'engage à être esclave le droit de l'être. Tout cela est mû par un fort protectionnisme, privée l'Afrique de ses débouchés alors qu'elle était exportatrice d'esclaves n'a fait que ruiner son développement, c'est la même chose aujourd'hui pour les produits agricoles. Quand à la colonisation il faudrait effectivement penser à indemniser les occidentaux qui ont investis de fortes sommes d'argent dans ces territoires, et qui se sont vus déposséder de leurs biens.
  6. Vous avez raison c'est délégué à des assocs subventionnées. Il faut avoir des papiers pour profiter de tout l'assortiment des services sociaux, mais avec les régularisations régulières, et les massives içi ou là ce n'est chose si difficile.
  7. La dépense en TVA dépend de notre consommation, plus tu consommes plus tu payes (en quantité, le taux reste bien sûr le même), il est évident qu'un immigré clandestin sans le sou faisant quelques dépenses de subsistances contribue bien moins qu'un français avec un revenu régulier consommant selon ses moyens. Un immigré clandestin travaillant le fait de manière non-déclarée donc il ne cotise pas, tout en profitant de la CMU (couverture médicale universelle). Amusant de finir régulièrement ses posts par ce type d'allégations. Je vais essayer pour voir : Pas du tout, j'ai plus raison que toi ! Un rien enfantin, mais au cas où les arguments ne porteraient pas, ça permet de remporter fictivement le débat.
  8. Qu'elles question ? Celles-ci : "Comme on dit chez les PF, qu'est-ce que c'est un arabe à la mer ? et tous les arabes à la mer ?" ou celle-là : "Finale?" ? Quand au fondement de mes raisonnements "l'homme sans mémoire 2", il suffit pour cela de se référer en particulier au texte sur l'immigration en Nlle-Zélande et à la discussion qui lui a fait suite. Comme par exemple où j'explique que l'immigration dont être ajustée par rapport aux besoins en particulier de main-d'oeuvre du pays.
  9. Graves accusations, mais comment se défendre de celles-ci quand elles émanent de personnes de si mauvaise foi ? Mais bien sûr en utilisant le mod "j'suis pas raciste". [mode j'suis pas raciste on] Mais non, j'ai pleins d'amis noirs et arabes ! [mode j'suis pas raciste off]
  10. Cela voudrait-il dire que tous les immigrés ne sont pas aussi bien intégrés, et aussi aptes à s'en sortir par eux-mêmes que les immigrés chinois ?
×
×
  • Create New...