Jump to content

Nicolas Azor

Utilisateur
  • Posts

    1998
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Everything posted by Nicolas Azor

  1. L'un des arguments concernant la circoncision c'est que l'enfant est trop jeune pour se souvenir de la douleur ressentie et que donc c'est inoffensif et sans séquelle physiologique ou psychologique. Question: est-ce que pour la même raison on a le droit de tabasser les nouveaux nés, s'amuser à leur bruler la peau et à leur faire des trucs que normalement on ne fait pas à des enfants, du moment qu'on peut prouver qu'il n'y aura pas de séquelles à long terme et que l'enfant oubliera tout ? PS: ça marche aussi avec les comateux et les morts cérébrales ? On peut faire mumuse ?
  2. HS: c'est vraiment complètement débile ces articles du monde où ils mettrent des hyperliens pour la conjugaison des verbes. Ils prennent leurs lecteurs pour des abrutis ou quoi??
  3. Je crois que la réponse à la question posée par ce fil est dans la signature de Tremendo: "There are four ways in which you can spend money. You can spend your own money on yourself. When you do that, why then you really watch out what you’re doing, and you try to get the most for your money. Then you can spend your own money on somebody else. For example, I buy a birthday present for someone. Well, then I’m not so careful about the content of the present, but I’m very careful about the cost. Then, I can spend somebody else’s money on myself. And if I spend somebody else’s money on myself, then I’m sure going to have a good lunch! Finally, I can spend somebody else’s money on somebody else. And if I spend somebody else’s money on somebody else, I’m not concerned about how much it is, and I’m not concerned about what I get. And that’s government." (Milton Friedman).
  4. Pour Israël c'est déjà plus ou moins le cas. Le mot "diaspora" a été d'abord utilisé pour désigner les juifs, après tout. Même les français essaient de s'y mettre. Avec les élections législatives de cette année, je n'ai jamais autant entendu parler des "circonscriptions des français de l'étranger", qui ont leurs propres élus maintenant. La dé-géographilisation ethnique avance à grands pas. Bientôt les phyles de l'âge de diamant seront réalité.
  5. http://en.wikipedia.org/wiki/Assassination_market: « It has been argued that the feasibility of an assassination market precludes the development of any form of anonymous electronic money » http://packetstorm.wowhacker.com/papers/contest/Richard_Kay.txt: « It has further been proposed that such systems might enable payments to be aggregated and executed sufficiently anonymously to enable the open on-line finance of assassination services. These would in theory be paid for by multiple anonymous sponsors and provided for by anonymous contractors known on the net through the combination of a unique encryption key, associated alias and reputation. » Moi si le cout de l'assassinat est faible devant le montant d'impôt que je "dois", je n'hésiterais pas une seconde. Et même si au final je devrai quand même payer (puisque je ne peux pas commanditer l'assassinat de tous les employés du Fisc), au moins ça les fera réfléchir, et ça apaisera ma colère.
  6. Ca implique quoi exactement? La fin des impôts, l'anarchie? On y va tout droit, de toute façon. C'est même pas une préférence de ma part, c'est juste inévitable amha.
  7. Bientôt avec le marché de l'assassinat, les fonctionnaires du FISC seront comme des espions: leur profession sera gardée secrète et ils feront leurs contrôles cagoulés, entourés de policiers armés jusqu'aux dents. L'analogie entre Etat et crime organisée sera alors flagrante.
  8. En effet, ce serait préférable. Mais bon ça demande un savoir-faire que tout le monde ne peut pas avoir, donc personnellement je ne peux pas en vouloir à quelqu'un choisit la facilité en faisant sauter un ou deux bâtiments du FISC.
  9. Oui. Et vous quand on vous vole, vous trouvez normal de baisser votre froc et de vous laisser dépouiller sans rien dire. Va comprendre. Luigi il est pas toujours idiot. Parfois il met une cagoule et il se débrouille pour ne pas être pris.
  10. Ce serait mieux s'il y avait un moyen non violent, mais que proposes-tu à part ça, pour se défendre contre l'extorsion ?
  11. Moi j'ai lu deux articles et j'ai lu "anarchistes". Ni extrème gauche, ni communistes. Les cocos en général, l'impôt ils aiment ça. j'ai cru que tu t'étais trompé mais à la relecture c'est effectivement dans le bon sens, vu que les états sont loins, très loins de se limiter aux fonctions régaliennes. Bien vu.
  12. True Blood c'est vraiment parti en couilles, mais finalement ça reste fun à regarder, et y'a encore de bonnes répliques. Un peu comme supernatural.
  13. Il n'y a sûrement pas que les socialo-communistes qui ont compris ça. Juste à peu près n'importe qui qui a compris que la justice, la morale, le bien, le mal et tout le baratin, ce ne sont que des enfantillages.
  14. Non, parce que la famille B est directement concernée. Tu me traites de gros con dans la rue, je vais réagir. Ce n'est pas une loi, c'est une réaction. Par ailleurs la famille peut agir, ou non. Elle a le choix. Elle n'obéit pas à une règle impérative. La loi c'est quand un tiers intervient alors qu'il n'est a priori pas concerné, et qu'il applique des règles gravées dans le marbre. Mais quand bien même ces réactions de vengeance s'organiseraient en un système comparable à des lois, ce seraient des lois stipulées par des phyles qui seraient multiples et variées. Elles n'auraient rien d'unique et de « propres à la nature humaine ». Elles seraient les émanations diverses de systèmes culturels et sociaux, et non le résultat d'un fantasmagorique unique droit naturel.
  15. Quand un clodo crève de faim ou de froid dans la rue, un libéral peut le déplorer mais il estime qu'il n'a pas à payer des impôts pour lui sauver la vie. Alors quand un meutre est commis, pourquoi le libéral devrait-il payer des impôts pour punir l'assassin ? Parce qu'il estime qu'en faisant cela il se protège lui-même contre un éventuel meutrier ? Mais si ce n'est pas ce qu'il pense ? S'il croit, à tort ou à raison, être à l'abri de l'animosité d'autrui ? Pourquoi devrait-il payer pour la protection et la justice des autres ? Pourquoi l'égoïsme serait-il tolérable quand il concerne les estomacs, mais intolérable quand il concerne le sang ?
  16. Ou un concept tel que celui-ci, pour rester moderne; 54jn0_ugqco Je suis sûr qu'un tel jeu pourrait avoir énormément de succès de nos jours, et faire de grosses audience à la TV. Serait-ce contraire à votre "droit naturel" ?
  17. Même pas. Tout dépend de l'évaluation du risque, qui peut très bien rester acceptable. Quand on prend le volant on accepte un risque non négligeable d'avoir un accident et éventuellement de perdre la vie. Ca n'enlève rien à la préférence énorme qu'ont les gens pour ce moyen de locomotion. Et je n'ai pas parlé d'impunité. La loi c'est ce qui intervient pour résoudre les problème des tiers. A tue B, et un juge rapplique pour punir A. On peut très bien imaginer que A tue B et subisse la vengeance des amis ou de la famille de B. En gros ce que je dis c'est que tout comme la loi n'a pas à se mêler de ce qui se passe dans les chambres à coucher, elles n'a aucune raison, à priori, de se mêler de la manière avec laquelle les gens règlent leurs conflits, même lorsque c'est par la violence. Par ailleurs il faut quand même avoir de l'audace pour légifèrer avec des arguments du type "si on autorise ceci, la société s'effondrera". La vérité c'est que t'en sais rien et que ta capacité à prédire le futur n'est pas parole d'évangile. Avec ce genre d'argument comme signalé on pourrait interdire des tas de choses: l'homosexualité, la contraception, l'avortement, la drogue, les jeux-vidéos, etc… Y'a pas beaucoup de limites. Enfin, un mot concernant le caractère "non-consenti" du meurtre. D'une part, ce n'est pas l'argument dénoncé dans ce fil. C'est donc un autre sujet. D'autre part, un meutre (ou un homicide, je ne veux pas jouer sur les mots), peut très bien être consenti. Deux exemples: le duel judiciaire et les combats sportifs à mort. Dans les deux cas, les participants sont deux majeurs consentants prêts à risquer leur vie dans un affrontement. D'un point de vue purement libéral, c'est leur droit absolu et on ne devrait rien avoir à y redire.
  18. L'ennui c'est que je n'ai vraiment pas l'impression que c'est ça que vous avez en tête quand je lis, par exemple, l'introduction du Wikiberal sur le droit naturel: « Un droit naturel est un droit qui dérive de la nature même d'un être. Ainsi, les droits naturels de l'homme sont des droits qui viennent du fait qu'il est un humain, indépendamment de sa position sociale, de son ethnie ou de toute autre considération. » Il n'y a rien qui ressemble, de près ou de loin, à un droit qu'aurait un être humain indépendamment de sa position sociale, de son ethnie ou de toute autre considération. Les droits qu'il a dépendent toujours de sa position sociale, de son ethnie et de pleins d'autres considérations.
  19. Je ne sais pas trop ce que tu entends par "norme". Entre admettre que tuer quelqu'un est un acte "normal" et dire qu'il n'y a pas à l' "interdire", il y a une différence. Comme pour l'homosexualité. Être homosexuel, ce n'est pas la norme. Et pourtant aucun libéral, aucun défenseur du droit naturel ne prétend qu'il faut l'interdire.
  20. Voilà. Et pour moi c'est clairement le cas avec cette série dont je parlais.
  21. Ben non. Le meurtre existe dans les gangs. Les gangs survivent quand même. C'est comme la maladie: elle existe et elle tue des gens, mais elle n'erradique pas toute la population. Ou comme l'homosexualité. Les hommes ont le droit de coucher entre eux, ça ne veut pas dire pour autant qu'ils le font tous. En somme pour une population il peut y avoir des facteurs nuisibles qui tendent à faire réduire l'effectif (propension à tuer pour résoudre les conflits, habitudes sexuelles non procréatives, maladies etc…). Parfois ces facteurs nuisibles l'emportent et la population disparait. Les populations qui survivent utilisent des procédés pour contrecarrer ces facteurs nuisibles. Ces procédés sont essentiellement culturels (hygiène contre la maladie, religion contre les pratiques sexuelles déviantes, droit contre la violence, etc…) Ces phénomènes culturels sont "souples": ils permettent la coexistence entre la population et le facteur nuisible, comme dans un système d'équilibre proie-prédateur. Ainsi par exemple l'hygiène n'est jamais absolue et laisse une part aux virus et aux microbes qui peuvent de temps en temps tuer quelqu'un. Les éléments culturels qui empêchent les comportements culturels non-procréatifs sont eux aussi souples, parce que personne n'impose la culture, elle évolue librement et certains mêmes sont complètement hostiles à la liberté sexuelle, tandis que d'autres sont plus tolérants. Le meutre lui est un cas particulier d'un comportement animal plus général équilibré par des émotions telles que la peur, qui dissuade l'individu à engager en conflit violent. Le droit, lui, a tendance à être rigide: il interdit ce qui lui parait nocif, purement et simplement. Il n'a vraiment rien de naturel. Le droit repose sur le concept d'interdiction et il n'y a rien de tel qu'un panneau d'interdiction dans la nature.
  22. "Ordinaire" est un peu fort comme terme. Disons que le meurtre pourrait, et devrait, toujours être considéré comme une possibilité. Et non, ça n'interdirait pas toute possibilité de coopération sociale. Sauf que l'idée que la possibilité du meurtre rende impossible toute coopération sociale reste à prouver. Ca me fait penser à une vidéo TED sur un gars qui avait fait une étude sociale sur les Gangs aux US. A un moment ils discutaient de la possibilité de "nettoyer" un quartier en y faisant une descente lourdement armée et en tuant tous les petits dealers rivaux. Le gangster a expliqué qu'ils évitaient à tout prix de faire ça parce que si ils le font les clients ont peur et tout le monde est baisé. 5UGC2nLnaes Le meutre est toujours une possibilité, mais il n'est pas quelque chose d'ordinaire et n'a pas que peu chance de se généraliser. Dès lors, il n'y a, dans l'absolu, aucune raison de l' "interdire".
  23. Non non non. Moi j'ai écrit "c'est souvent ce qui arrive". Souvent ça veut pas dire toujours. C'est toi qui parle de généralité et de nature humaine. T'es même allé jusqu'à écrire: « l'espèce humaine survit en se gérant par le droit ». Donc tu émets des généralités sur l'être humain et la réfutation logique à une généralité c'est ce qu'on appelle un contre-exemple. J'ai parlé des conquistadors mais j'aurai pu parler de plein d'autres choses. Je l'ai déjà fait sur d'autres fils et je n'ai pas envie de me répéter. Vous êtes marrants vous. Vous dites que le droit naturel c'est ce qui est conforme à la nature humaine, mais quand il s'agit de définir ce que vous appelez cette nature humaine, vous ne considérez que la conception qui vous arrange, qui sort d'on ne sait où, et quand on vous mentionne des peuples différents dans l'histoire ou l'anthropologie, vous dites qu'il s'agit de cas particuliers ou d'exceptions.
×
×
  • Create New...