Jump to content

Nicolas Azor

Utilisateur
  • Posts

    1998
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Everything posted by Nicolas Azor

  1. Je ne suis pas sûr qu'il soit important que le traitement se fasse à bord. Avec une bonne connexion réseau, les traitements doivent pouvoir être effectués par une machine distante sans trop de délais, amha. Du moins pour les opérations ne nécessitant pas un temps de réponse très court, comme la navigation, par exemple. Pour ce qui est de l'équilibre de la machine et la détection d'objets, c'est autre chose. Mais bon j'imagine qu'étudier tout ça fait partie du boulot de ces chercheurs, justement.
  2. À la réflexion oui, ça suffit. Surtout qu'encore une fois, les machines peuvent se relayer. Et ce même si le temps de charge est d'une heure, par exemple. Dans ce cas il suffit d'avoir 6 machines dont une seule est en vol pendant que les cinq autres rechargent. PS. d'ailleurs la surveillance est clairement l'une des applications visées: En regardant cette vidéo, à certains moments on se croirait vraiment dans Terminator.
  3. Plus généralement, ça fait un bail qu'on (enfin, les japonais du moins) rèvent d'un robot humanoïde qui pourrait accomplir des tas de tâches de la vie quotidienne. L'utilisation de mini robots volants pourrer s'avérer plus efficace que des robots humanoïdes.
  4. Ah par contre pour ce genre d'applications là la limitation liée aux batteries entre clairement en ligne de compte.
  5. C'est vrai. Mais dix minutes, c'est pas mal déjà. Surtout qu'en ville des points de rechargement peuvent être placés. Et ces machines peuvent se relayer pour me livrer ma pizza.
  6. Moi quelque chose me dit que ce genre de techno aura beaucoup d'applications. Bientôt dans les grandes villes on pourra se faire livrer ses pizzas avec ce genre de machines. Elles ne passeront pas par la porte, mais par la fenêtre !!
  7. La mer non, mais amuse toi à saler un lac d'eau douce, tu verras ce que les riverains vont en penser. C'est comme le pétrole. Quand il est sous terre dans sa strate géologique, c'est pas une pollution. Mais si tu l'étales sur une plage, c'est une pollution.
  8. Haha, très drole. Non sérieusement arrétez de croire que le caractère polluant d'une substance est une propriété intrinsèque. Des tas d'éléments ou composés pourtant assez communs sont des polluants quand ils sont présents en quantités trop importante: c'est le cas des métaux lourds par exemple, plomb, mercure, arsenic etc… Prenez un truc aussi con que le chlorure de sodium. Autrement dit le sel de table. C'est une substance des plus anodines, mais en grande quantité elle peut rendre un réservoir d'eau douce impropre à la consommation. Une augmentation de la salinité d'un lac peut complètement fiche en l'air l'équilibre biologique d'une région. Le sel est donc un "polluant".
  9. Je ne sais pas d'où vient cette définition, mais elle me parait douteuse. J'ose espérer que tu es d'accord pour considérer qu'une marée noire est une pollution. Donc le pétrole est un polluant. Pourtant s'il n'y avait plus de pétrole sur terre, le monde aurait de sérieux problèmes (du moins les êtres humains).
  10. Une nouvelle vidéo explicative: Il y a quelques points qui sont des simplifications assez discutables, mais dans l'ensemble personnellement je trouve que c'est une très bonne vidéo.
  11. Je crois que si tu bloques c'est parce que tu as l'idée que le caractère "polluant" ne dépend que de la nature de la substance considérée, et pas de la quantité ou du contexte. Le contre-exemple typique le plus fameux est l'ozone qui est une pollution incontestable à basse altitude, mais qui à haute altitude est indispensable aux écosystèmes.
  12. C'est la dose qui fait le poison. Si les hommes avaient un bilan positif en vapeur d'eau, et si cela avait un impact significatif sur la quantité d'eau dans l'atmosphère, alors la vapeur d'eau serait considérée comme un polluant. Le caractère nuisible d'un probuit n'est pas une qualité nécessairement spécifique (dans le sens, "non lié à la quantité"). Ainsi par exemple il y a des tas de substances qui sont bénéfiques pour l'organisme à petites doses, mais dangereuses au delà d'un certain seuil.
  13. Ben le CO2 n'est pas toxique, c'est sûr. Si le CO2 doit être considéré comme un polluant, c'est qu'il entre plutôt dans la catégorie "nocif" ou "dangereux", mais pas pour l'organisme directement, plutôt pour les écosystèmes, et donc in fine pour notre environnement. La vidéo plus haut sur le CO2 qui aide les plantes à croître est intéressante. J'ai cru moi-même jusqu'à récemment, que le CO2 n'est pas un problème puisque pour l'absorber, il suffit de planter des végétaux. Un tel point de vue est simpliste, je m'en rend compte maintenant. Un rapide coup d'oeil sur le site de Jancovici me le confirme. Bref, le CO2 est considéré comme un polluant en tant que gaz à effet de serre. Maintenant, tu peux nier le fait que le CO2 provoque un effet de serre (et il y a de bonnes raisons de remettre ça en question), ou bien tu peux mettre en doute la dangerosité du réchauffement climatique, mais ce n'est pas exactement le même débat que celui soulévé par ta question initiale.
  14. C'est vrai que ça a l'air bien ça. J'ai cru comprendre que le firmware serait open-source, en plus? Si oui j'aurai du mal à me retenir de l'acheter.
  15. Mon exemple des panneaux photovoltaïques est mauvais en effet, car c'est vrai que ces panneaux en l'état actuel sont loins d'être parfaits. Il n'empêche que c'est drôlement exagéré et de mauvaise foi de dire que parce que quelqu'un est contre le nucléaire, il est contre le progrès dans un ordre général. C'est juste insultant. Pourquoi n'y aurait-il que l'atome qui représenterait le progrès ? Je rappelle d'ailleurs qu'à la base qu'une centrale nucléaire c'est jamais qu'une grosse boulloire reliée à une turbine. Il y a plein de projets notamment dans le solaire thermique, qui sont à mons sens tout autant représentatifs du progrès que ne l'est une centrale nucléaire. Il y a par exemple le fameux desertec, mais aussi celui-ci, moins connu, mais que personnellement je suis attentivement:
  16. Il me semble utile de rappeler qu'il est délicat d'évaluer une probabilité faible, ne serait-ce que parce que par définition on dispose de peu de données sur la réalisation de l'évènement en question (puisqu'il est rare). Ainsi, pour un statisticien, la probabilité d'un évènement qui ne s'est jamais produit est toujours strictement nulle. On pourrait appeler ça le syndrome de la première fois. Il y a aussi le cygne noir de Taleb, et autres considérations qui personnellement m'incitent depuis longtemps à penser qu'on surestime énormément le pouvoir prédictif des statistiques.
  17. Tu fais allusion aux générateurs thermiques à radio-isotope? PS. à la réflexion je doute que tu parles de ceux-là, mais j'avais envie d'en parler parce que je trouve ces engins fascinants par la simplicité de leur fonctionnement. A noter que d'après l'article, ce type de moteur continue à faire l'objet de recherches afin d'améliorer les rendements. J'aime bien notamment le concept du générateur Stirling à radio-isotopes.
  18. Avoir une confiance aveugle dans tout ce que les scientifiques peuvent imaginer, c'est pas beaucoup plus rationnel non plus… Parfois le progrès prend une certaine direction, puis après un gros accident la technique est complètement abandonnée. Ca arrive! L'exemple que j'ai en tête là c'est le Hindenbourg, mais je suis sûr qu'on peut en trouver plein d'autres. Les écologistes non rien contre le progrès en soi. Un panneau photovoltaïque par exemple, ça n'a rien d'ancestral comme technologie. Alors arrêtez la caricature svp.
  19. Je vais me faire l'avocat du diable là, mais peut-être que l'une des raisons c'est que le passé n'est pas un bon indicateur pour évaluer le futur. Songe au fameux exemple du dindon dans la ferme. Selon son expérience personnelle, pour le dindon le fermier est un esclave à son service: il lui apporte du grain tous les jours, en quantité plus que suffisante, et le loge gratuitement en le protégeant des loups par exemple. N'empêche qu'un jour le fermier lui tranchera le cou. Ben une centrale nucléaire c'est un peu pareil: le nombre d'accidents est très limité, et on ne sait pas si les pires accidents ne surviendront pas à l'avenir. D'ailleurs, si les statistiques suffisaient à prendre en compte la dangerosité d'un secteur industriel, alors on diminuerait la sécurité sur les secteurs actuellement les plus sûrs, jusqu'à ce qu'un équilibre s'installe et que tous les secteurs soient tous aussi dangereux.
  20. j'ai honte mais j'ai rigolé en lisant ces lignes. En tout cas moi, personnellement, depuis ce jour je suis un peu rassuré, parce que bien que la piscine soit vide parait-il, le corium n'est pas descendu à travers le sous-sol. Donc c'est bon signe, quelque part: on aura pas de syndrome chinois.
  21. Voilà le point le plus important. Sans parler du fait que les papiers peuvent être honteusement manipulés par les banques d'affaires, qui trouveront toujours des combines pour s'en sortir avec un bénef quoi qu'il arrive. Il n'y a que le physique qu'ils ne peuvent pas contrôler. N'as-tu pas entendu parler de la campagne "Crash JP Morgan - buy silver!" ? Concernant les applications industrielles de l'argent, je n'ai pas de chiffres à citer, mais je doute qu'elles soient significatives par rapport à la demande monétaire.
  22. Ça à mon avis, et au risque de paraître naïf, je dirais que c'est le cadet de leurs soucis depuis un bon moment maintenant.
  23. Je l'ai alumée pendant quelques minutes tout à l'heure après une journée de silence, et ça a suffit pour entendre un déluge de mauvaises nouvelles et de déclarations alarmantes. Je l'ai éteinte aussitôt, mais je ne peux pas faire complètement l'autruche non plus… PS. J'en lis plusieurs sur cette file qui sous-entendent qu'on exagère le danger en comparant l'incident à Tchernobyl, ou même qur Tchernobyl n'a pas provoqué de dommages qui seraient si terribles à l'échelle du Japon. J'ai relu récemment l'historique des évènements à Tchernobyl. Certes, Tchernobyl est un incident survenu à la suite de l'explosion d'un réacteur en pleine puissance de fonctionnement, alors que Fukushima est survenu à la suite d'un Tsunami ayant frappé une centrale à l'arrêt. Mais: 1. Fukushima est une centrale plus puissante que Tchernobyl il me semble, et ce n'est pas qu'un seul réacteur qui est touché 2. Les problèmes survenus à Tchernobyl ne sont pas seulement liés à l'explosion du réacteur. Il y a eu ensuite la fonte du réacteur, due au défaut de refroidissement du combustible, tout comme à Fukushima. 3. Tchernobyl aurait pu être une catastrophe bien pire si il n'y avait pas eu les mesures drastiques et tragiques qu'on connait (sacrifice des ouvriers) pour construire une enceinte de confinement, creuser un tunnel horizontal sous la dalle de béton pour la renforcer. Les japonais sont-ils prêts à faire un tel sacrifice humain? On peut en douter.
  24. Ce que j'entends à la radio est très alarmant. La situation serait "hors de controle" et les tentatives pour maintenir le niveau d'eau dans le bassin du réacteur 4 ont toutes échouées.
×
×
  • Create New...