Jump to content

Boz

Habitué
  • Content Count

    2584
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

Everything posted by Boz

  1. Alors j'ai sûrement du très mal m'exprimer depuis décembre parce que c'est justement ce que j'avais essayé de transmettre en parlant de l'assouplissement de mon point de vue. Pour être tout à fait clair gardons en tête que je ne prétends pas avoir vraiment compris quoi que ce soit en profondeur. En fait pour être honnête j'ai même carrément l'impression d'avoir brutalement dévalé la pente depuis le sommet initial de l'effet Dunning-Krueger et de commencer tout juste à me rendre compte pour de bon à quel point c'est complexe, tout ça. Cette théorie que tu réclames à juste titre, et bien elle existe, c'est celle vulgarisée par Guyenet dans son débat face à Taubes. Pour résumer : 1) le modèle CIM (carbohydrates-insulin-model) qui dit pour simplifier glucides -> insuline -> stockage sous forme de gras est faux, ou alors au moins à relativiser très très fortement (du genre ça explique au mieux 10% de ce qu'on constate). C'est établi expérimentalement. Pour la suite, bien comprendre que quand je dis "établi expérimentalement", c'est d'après ma compréhension limitée de non spécialiste. Je peux complètement me tromper. Mais Guyenet m'a fait une très forte impression et les études qu'il cite m'ont semblées très solides (je n'ai pas tout lu il y en a des dizaines voir des centaines). 2) le modèle CICO (calories in, calories out) est en fait très proche de la réalité. C'est aussi établi expérimentalement. Je note d'ailleurs au passage que c'était un point qui m'avait toujours dérangé. Quelle logique évolutionniste y a-t-il à voir un organisme excréter de l'énergie plutôt que de la stocker ? 3) Ce qui se passe en fait (je résume à la hache, sinon autant copier/coller mon post de décembre), c'est que c'est le cerveau qui régule tout ça, l'insuline n'étant qu'un élément parmi des tas d'autres. Pour des raisons évolutionnistes très plausibles, les nourritures denses nutritionnellement déclenchent une frénésie de nourrissage. Or les nourritures raffinées modernes concentrent justement de manière jamais vue dans la nature des glucides et des lipides sous une forme agréable (textures, sel, arômes etc). Il suffit de comparer le nombre de calories pour 100 g de produit entre le morceau de viande le plus gras possible et n'importe quel machin attirant issu de l'industrie pour comprendre cela. Or à ce titre le gras crée autant d'attirance que le sucre dans le cerveau humain, et provoque grosso-modo exactement les mêmes conséquences (tu connais beaucoup de gens qui bouffent du sucre blanc pur ? Par contre, une crème glacée bien grasse...). le vrai problème, ce n'est pas les glucides ou les lipides, c'est la combinaison des deux ! Je précise que ça aussi, c'est établi expérimentalement. 4) D'un autre côté, il y a d'autres paramètres qui ceteris paribus vont eux faire diminuer la tendance à manger comme un va-nu-pied sur le chemin de la Terre Sainte en 1095 (effet de satiété, établi expérimentalement). Les protéines (peut-être car le corps a une capacité limitée à les traiter rapidement, ou alors parce que dans la nature elles étaient associées à du bon gras de quadrupède ruminant, là je ne sais pas trop), les fibres (logique on n'est pas censé les digérer), le volume ingéré de nourriture, aussi. 5) Je passe d'autres aspects que j'avais abordés pour faire remarquer que juste avec ces quelques simples paramètres, on a déjà une ébauche de modèle qui permet de rendre compte de ce qu'on observe, sans faire appel au CIM : l'immense majorité des gens qui passent en low-carb bouffaient mal avant (moi le premier). Tu passes donc d'une alimentation ultra-dense en énergie qui rend ton cerveau complètement ouf à une alimentation moins dense (vu ce que tu élimines et vu que tu te concentres sur des produits bruts non raffinés) tout en augmentant ton ratio en protéines (pour toutes les versions) et en fibres (pour les versions céto non carnivores). l'appétit se régule donc sans avoir besoin de compter les calories. Mais soyons clairs : il y a moins de calories qui entrent dans le corps, et c'est pour ça que les gens perdent du poids. C'est établi expérimentalement. C'est d'ailleurs pour cela que quelqu'un qui passe d'une alimentation standard à un régime vegan un peu travaillé rend compte de changements positifs aussi, en toute objectivité ! (Je reste d'avis que c'est la solution la moins optimisée pour la santé, mais c'est un autre débat). C'est aussi pour ça qu'un régime traditionnel à 70% de glucides peut créer les mêmes résultats (essaye de bouffer des pommes de terre cuites à l'eau sans rajouter une tonne de beurre ou de crème !) J'ai un régime extrêmement semblable au tien et je fais le même constat. Mais à moins d'avoir mal compris, ça ne contredit pas du tout ce que j'essaye d'expliquer (au contraire). Pour résumer mon résumé par une image, je dirais que la nutrition est une équation incroyablement compliquée (à l'image du corps humain) qui possède plusieurs "solutions", certaines étant sûrement plus optimisées que d'autres (mais c'est compliqué à trancher). Le low-carb est une solution parmi d'autres. Mais j'envisage désormais qu'elle ne convienne pas forcément à tout le monde, pour des tas de raisons. Ce qui compte, c'est de trouver sa solution, et pour cela il faut être capable de la maintenir indéfiniment au quotidien (c'est notre cas à tous les deux). Voilà, j'espère avoir mieux fait passer mon message. Et s'il s'avère que j'ai tort, je serai ravi de lire mes contradicteurs et d'améliorer encore mes maigres connaissances. C'est pour ça que j'aime ce forum !
  2. Ah oui c'est un sujet super intéressant, mais là je vais me concentrer sur la rédaction de ma réponse en nutrition, je garde ça pour demain ! (les gosses toussa toussa).
  3. Oui c'est ce que je voulais dire par "plafonné intellectuellement". On peut être très intelligent et très pointu dans un domaine mais complètement borné et inintéressant sur le reste. L'intellect possède une largeur et une profondeur. Le leur est très profond sur un sujet, mais très étroit.
  4. C'est bien triste d'être aussi plafonné intellectuellement.
  5. Oui largement trop ! Pourquoi des douzaines de sets, je comprends pas ? L'idée c'est de choisir des mouvements complexes et naturels qui mobilisent les grands groupes musculaires. Et une variante de mouvement suffisament difficile pour le nombre de répétitions que tu cibles. Après on ajuste tous nos moyens à nos fins, peut-être qu'on a pas les mêmes objectifs ? Par contre dans mon expérience, le bodyweight seul est un poil faiblard pour la chaîne postérieure (c'est pour ça que je suis passé aux kettlebells récemment).
  6. Je suis aussi un fan de minimalisme (d'où mon intérêt pour Pavel). Mais je dirais qu'avec pistol et vertical push-ups (c'est les pompes en poirier c'est ça ?) il te manque au moins un mouvement pull (genre tractions ou swings au kettlebell) pour vraiment être complet. Dans le genre j'avais lu cet article très intéressant : https://www.strongfirst.com/anytime-anywhere-bodyweight-strength-program/
  7. Ah ba voilà, ton régime est plein de protéines et de fibres, très peu de glucides : grosse satiété.
  8. Hypothèse non soutenue par les études (y compris celles de Nusi fondé par Gary Taubes).
  9. Après, un aspect essentiel qui n'est pas toujours mis en avant avec le low-carb, c'est le système de satiété. Pour simplifier, plus de protéines et de fibres = plus de satiété mais plus de densité énergétique = moins de satiété (parce que le cerveau passe en mode ouf, c'est l'évolution). C'est aussi pour ça que le low-carb fonctionne bien : quand on y passe, on a fortement tendance à justement augmenter les protéines et les fibres (sauf en version carnivore) et comme on supprime les glucides et les aliments raffinés (si on fait ça bien) on diminue la densité énergétique. Un autre aspect du déclenchement de la faim, c'est les indices (odeurs, visuels, habitudes) qui via la dopamine te donnent envie de bouffer même si objectivement tu pourrais ne pas le faire. Donc les gens qui "nettoient" leur environnement (pas de saloperies qui traînent sur le plan de travail et qu'on peut attraper facilement, typiquement) diminuent cet aspect là automatiquement. Peut-être qu'un de ces deux paramètres (ou les deux) a varié dans ta vie @Mister_Bretzel ?
  10. Niveau standard pour liborg.
  11. 14/73... Je crois que la conclusion est claire : Nick est un nazi. 😜
  12. Ah oui je suis d'accord, je fais justement simple et sinistre en démarrant à 16kg et c'est clair qu'il faut y aller lentement et bien maîtriser la technique. J'ai déjà du faire une pause d'une semaine une fois pour calmer une douleur naissante au milieu du dos (ça m'a surpris parce que j'avais lu que c'était en bas le plus courant, comme toi), et c'était clairement un problème de maîtrise du mouvement. Donc je suis attentif, patient et je n'hésite pas à arrêter quelques jours qu'il le faut. Mais qu'est ce que c'est bon de sentir toute se chaîne postérieure s'épaissir au fil des semaines ! (Surtout pour un geek comme moi).
  13. Ah oui ok il faut le faire bien. Ils sont aussi réputés comme étant les meilleurs (si bien fait je suis d'accord)
  14. Pourquoi paradoxalement ? C'est le mouvement idéal pour ces muscles là non ?
  15. La saison 1 est un chef d'œuvre, comparée à la suite (c'est dire).
  16. Impossible d'obtenir un son de cette pureté en superposant des pistes enregistrées individuellement chacun chez soi (même avec des micros hdg). C'est une belle mise en scène mais ce qu'on entend n'est pas ce qu'on voit.
  17. Très bonne question. Jusqu'à récemment j'aurais répondu avec le biais low-carb classique qu'effectivement si on est déjà résistant à l'insuline il faut absolument éviter les glucides...sauf que je n'en suis plus si sûr. (Je renvoie à mon post de décembre qui explique en détails l'assouplissement de mon point de vue) : Voilà ce que j'avais pioché comme infos à l'époque : 1) La résistance à l'insuline est fondamentalement le résultat d'un trop plein d'énergie dans les cellules. 2) Débordé, et puisque l'excès d'énergie est très dangereux pour des tas de raisons bio-chimiques, le corps diminue sa sensibilité à l'insuline pour faire entrer moins d'énergie dans les cellules. C'est une mesure d'urgence, parfaitement logique. 3) On peut induire la résistance à l'insuline par excès calorique et expansion du stockage adipeux à travers n'importe lequel des trois macro-nutriments (glucides, lipides ou protéines). 4) A l'inverse, on peut améliorer la sensibilité à l'insuline avec un régime restreint en calories (qui fait donc perdre du poids), et ce en agissant sur les glucides ou les lipides (les études sont faites à calories et protéines égales, pour de bonnes raisons). Les résultats sont comparables. Je peux retrouver des études si tu veux plus de détails (elles étaient dans les références de Guyenet dont je parle dans mon post de décembre). Si ce point de vue est correct, l'insuline n'est qu'une pièce dans un puzzle de 5000, et trop focaliser dessus est une erreur.
  18. Boz

    AoE et hallebardes

    Gamin ! Only Dune 2 is good enough...
  19. En calories c'est bien 36g x 4 : 400 soit 36%. C'est parce que les pourcentages affichés se rapportent aux recommandations officielles journalières.
  20. Ça m'étonne pas du bonhomme...
×
×
  • Create New...