Jump to content

Blèh

Utilisateur
  • Content Count

    184
  • Joined

  • Last visited

About Blèh

  • Rank
    Jeune Padawan
  • Birthday 11/22/1987

Previous Fields

  • Tendance
    Minarchiste
  • Ma référence
    Ecole autrichienne

Contact Methods

  • Website URL
    http://bleh.parano.be

Profile Information

  • Gender
    Male
  • Location
    Pessac
  • Interests
    Philo, Eco, dégrader ma santé en toutes connaissance de causes, musique (en faire), Jeux de rôle, etc.
  1. En lisant cette phrase, ma voix intérieure a subitement changé, et je me suis retrouvé propulsé à l'Acte I
  2. Blèh

    Blagues

    Bon voici une petite histoire que j'ai mise au point avant de m'endormir hier soir, dites-moi ce que vous en pensez.
  3. District 9 est excellent dans la peinture d'un totalitarisme mou, lent, mais redoutable. Passivement, les gens laissent massacrer des êtres vivants simplement parce qu'ils ne les comprennent pas, ne leur ressemblent pas. Bonus plus : C'est une entreprise privée à monopole de droit (sous contrat de l'Etat) qui est chargée du "déplacement" de la population alien. Le personnage central est très ambigu, un peu mal contrôlé mais très intéressant. En fait, l'essentiel du film se situe dans la réflexion que l'on peut mener dessus, sans que les ficelles nous soient très explicitement fournies. Le spectateur lambda Français n'y verra probablement qu'un pamphlet contre le racisme, mais le film a une véritable subtilité, et est mené tout en profondeur en restant spectaculaire (c'est du cinéma tout de même, on veut en prendre plein les mirettes !). C'est définitivement LE film à voir en attendant L'imaginarium du Dr Parnassus, le prochain Guilliam (keur keur Terry). En tous cas, ça vaut bien mieux qu'Inglorious Basterds qui est plaisant mais un peu fade, plombé par des acteurs Français mention tête à claques.
  4. Blèh

    Blagues

    Assez d'hommes de paille. Personne n'a jamais dit que tout le monde était gentil et beau, où que les "ethnies se valaient", c'est faux. Personnellement, je soutiens juste que votre analyse est bancale. Le problème est que vous continuez d'analyser la situation en agitant des amalgames absurdes qui nient la diversité des individus qui les composent, tout simplement. "Les immigrés" ne sont pas une entité, pas plus que peut l'être une "ethnie".
  5. Blèh

    Blagues

    C'est une chose de dire que les immigrés vendent de la beuh (en plus d'être faux dans le sens où il ne sont pas les seuls et où tous les immigrés ne le font pas, si on va au fond du cliché ici "immigrés" se réfère aux "zarrrrabes", pas aux immigrés des pays baltes dont la spécialité est la pute comme chacun sait !), c'est autre chose de les accuser de "terroriser la population" d'autant plus qu'ils en font partie et qu'ils ne se terrorisent pas eux-mêmes. Bref c'est juste complètement idiot, et ma réaction n'a rien à voir avec de la pudeur morale.
  6. Oki je te propose un plan Q chez ma maman à Pessac, tu verras l'ambiance est chaude et poilue. Par contre c'est réservé aux rousses j'espère que tu réponds aux critères ou que tu as de la teinture chez toi. Sexuellement du zizi, Blèh.

  7. Salut tu es très sexy, tu as l'air libéral mais c'est pas grave, j'aimerais bien faire du sexe avec toi lol.

  8. Bon, je vais faire ici ce que j'aurais dû faire il y a trois ans. Salut, moi c'est Mathieu, je vous lis depuis ma terminale (2005), et j'ai 20 ans. J'ai connu le site par enchevêtrement de liens, notamment depuis que j'ai cherché si un type de mon lycée ne tenait pas un blog, par hasard (à l'époque où c'était encore rare), et que je suis tombé sur celui de Pankakke, à l'époque Bugmaster. A force de lire blogs, wikiberal, et bouquins, j'ai commencé à développer les symptômes ordinaires (marginalité, enflammation des débats, extinction du poste de télévision sous peine de mauvaise humeur, faculté extraordinaire à lire des pavés horriblement mal écrits), et petit à petit, j'ai dû me rendre à l'évidence : j'étais un libéral. Quant à savoir quelle tendance, je me pose sans cesse la question. Après Libéralisme de Salin j'ai su que j'étais libéral, après L'abrégé de l'Action Humaine de Mises j'ai su que j'étais libertarien, après Vers une société sans Etat j'ai su que je ne serai pas anarcap. Je pense me rapprocher du minarchisme, même si je bloque encore sur quelques sujets (notamment la privatisation des routes, éternellement tourné en dérision outre-atlantique). Mais bref, on s'en fout. J'habite Bordeaux depuis trois ans (Pessac depuis un an) mais m'apprète à retourner sur Toulouse pour préparer un BTS Assistant de Gestion PME/PMI en alternance (d'ailleurs, si un chef de PME sur Toulouse passe par là, je suis votre homme). J'ai passé trois ans en fac d'Histoire à rien foutre, et je suis dégoûté de la fac pour un moment sinon à jamais. Je suis chanteur, guitariste, bassiste, ex-saxophoniste, et je compte bientôt me mettre au piano. J'ai un groupe de métal idiot et autres trucs inclassables avec qui je devrais reprendre répètes et concerts en 2008-2009. Enfin, j'ai adhéré à AL début 2007, ai été refroidi par le ralliement à l'énergumène à oreilles. Ne sachant que faire lors des dernières élections, j'ai finalement voté pour Sabine (*se prépare à recevoir des cailloux*) puis ai cessé depuis toute activité avec ce parti en attendant de voir ce que propose le PLD. Je pense que l'action politique est une composante nécessaire à la diffusion des idées libérales, comme l'est l'action associative. Cependant j'avoue que AL a donné un sérieux coup à la nuque de mon estime pour la politique… parait-il qu'il faut ce genre d'expérience désagréable pour vraiment comprendre de quoi il retourne. J'ai eu mes hésitations, mes peurs à m'engager (puisque personne dans mon entourage n'était là pour m'accompagner ou m'encourager), et ai certainement manqué de franchir des portes ouvertes (notamment à LC). J'estime avoir encore beaucoup de choses à apprendre et suis toujours ouvert aux critiques. Je suis avant tout libéral parce qu'aucun socialiste ou conservateur n'a réussi à me convaincre avec des arguments aussi logiques, simples, justes, et humanistes que ceux que n'importe quel ouvrage libéral avance. Ceci fait, bonjour à tous
  9. Le nazisme repose essentiellement sur l'industrie de la guerre : pas de guerre, pas de "bonne santé" économique. Quand on fabrique des obus et des chars pour envahir la Terre entière, il y a du travail pour tout le monde. Surtout quand on "fait de la place" en envoyant certains dans des camps. Et puis, pour un Allemand qui témoigne sa satisfaction, combien de morts qui ne peuvent plus témoigner de rien ? Là-dessus je conseille un très bon roman écrit par un Allemand en 1947, qui cherchait à rendre ses impressions à travers un récit. C'est "Seul dans Berlin" de Hans Fallada. Ce livre permet en particulier de comprendre quelque chose qui n'est pas évident de prime abord : qu'il n'y avait pas un groupe qui tapait sur l'autre, mais que tout le monde était menacé et craignait pour sa vie. Du juif caché dans le grenier au responsable SS. Certes, je ne parle pas des chiffres, de combien ont effectivement vu leurs craintes se réaliser pour un groupe ou l'autre, mais bien du ressenti. Avoir de quoi subvenir à ses besoin mais pouvoir à tout moment être envoyé au fond d'un trou et tabassé par les matons pour n'importe quelle raison, je ne pense pas que ça soit une réussite.
×
×
  • Create New...