Jump to content

Nick de Cusa

Bureau
  • Content Count

    42093
  • Joined

  • Days Won

    21

Everything posted by Nick de Cusa

  1. The Economist avait résumé comme suit la pensée de Newt: "government is sin". M'est avis que pas mal de monde par ici se reconnait dans cette phrase.
  2. Ça n'aurait pas quelquechose à voir avec le National Socialisme? De quels chants s'agissait-il? Je pensais que l'expression révolution allemande était en référence au IIIe reich. Me trompé-je?
  3. N'a-t-il pas eu comme activité professionnelle la commercialisation des chants de la révolution allemande?
  4. Non, je ne crois pas et je réalise que ce n'est pas un avis populaire par ici.
  5. Les jeunes libéraux déferlent en masse en Belgique et il n'y a toujours pas de parti libéral pour qu'ils commencent à se faire entendre dans leur pays.
  6. Ça semble guérir comme prévu. Heureux de l'apprendre.
  7. Bienvenue Phil. Heureux de te retrouver ici. Ne sois pas trop modeste. Avoir déjà trouvé une interview de Rothbard et l'avoir déjà lue avec intérêt, avoir déjà jeté un coup d'oeil du côté du free state project, quand on cherche tout seul, ce sont de bonnes avancées. Par contre, attention en jouant au basket, c'est dangereux.
  8. Il me semble que: les pingouins savent voler parcequ'ils habitent en Arctique et qu'il y a des ours blancs. Les manchots ne savent pas voler, et ils n'en ont pas besoin parcequ'ils habitent en Antarctique où ils n'ont pas de prédateurs terrestres (ç'est sous l'eau que les attend le redoutable phoque léopard).
  9. bel effort, en effet, quand on voit l'alternative qui se trouvait devant toi.
  10. posté à 12h28. Je comprends pourquoi t'es arrivé en retard à notre RV de 12:30. Mais je ne peux pas t'en vouloir.
  11. comme souvent, je paraphrase The Economist. Comme disait Larry Elison: I used to think, now I read The Economist.
  12. Mais il est très bien ce M. Klaus. Je n'avais pas du tout réalisé qu'il est comme ça. Quant à la ressucitation du TCE, quel est le mot qu'ils ne comprennent pas dans la phrase suivante: non ?
  13. c'est beau, c'est de qui? Tu devrais quand même penser à rajouter un rayon poésie.
  14. Ah, il est UDF cet âne de Lasalle? Grêve de la faim contre une fermeture d'usine, comment peut-on croire qu'un tel parti a quoi que ce soit à voir avec le libéralisme. A Kamel et aux autres qui croient ça: quels mots ne comprenez vous pas dans la liste suivante? libéralisme.
  15. Le Monde chante les louanges de Gates et Buffett: "De manière éclatante, Bill Gates et Warren Buffett montrent, eux, qu'une autre voie américaine est possible." Elle a même piqué le slogan des altermondialistes! (ça va pas leur plaire). http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-…6-790094,0.html Quand même, la semaine dernière il publiaient une diatribe haineuse de Andréani comme quoi nous libéraux ne nous soucions que de nous même et de nos familles proches, et pas du reste de l'humanité. Et aujourd'hui ils publient ça. C'est un quotidien bizarre.
  16. Vous m'enlevez les mots de la bouche.
  17. Je n'ai pas parlé de forcer quiconque de remédier à cette privation de liberté. Un individu qui perd de sa capacité d'action est moins libre, je vois pas plus simple et plus clair que ça. C'est une lapalissade, quoi. On pourrait choisir d'y remédier par humanité, ou choisir de ne pas intervenir par haine du "socialisme" et regarder crever des enfants de moins de cinq ans par centaines de milliers, tout fier de soi de n'avoir pas cédé au sentimentalisme socialiste, c'est un choix libre, je n'entendais en rien dire à Jabial qu'il devait y faire qqch. Sur cette base, vous avez eu tort de m'accuser de justifier le socialisme. On peut avoir des sentiments humains sans être socialiste. Nul ne doit être contraint à quoi que ce soit. Mon choix libre à moi, c'est de penser que si on peut sauver des centaines de milliers de vie humaines avec un effort relativement mineur, ce serait bon de le faire. Le libéralisme ne dit nulle part qu'il ne faut en aucun cas venir en aide à ceux à qui ça pourrait faire du bien.
  18. Vous avez raison. Je pense néanmoins qu'il y a une différence entre, par exemple, un cancer, parfois inévitable qq soit votre hygiène de vie, d'une part, et d'autre une maladie qui prive un enfant de vivre toute sa vie (ou qui diminue ses capacités -privation de liberté- pour le restant de ses jours), qui est parfaitement évitable et et qui coûte pas loin de rien du tout à éviter. Dans le premier cas, je vous donne raison sans réserve. Dans le deuxième si le remède coute persque rien et est à portée de main, je persiste à penser que cette maladie là constitue une privation de liberté.
  19. comparée à la bonne santé, la maladie est une privation partielle de liberté. Le décès précoce est quant à lui une privation totale de liberté.
  20. A lire avant que ça ne soit plus en ligne: http://www.nytimes.com/2006/06/28/world/af…agewanted=print Le palu est un des + grands problèmes du Monde. rien qu'en Ouganda, l'équivalent d'un jumbo jet qui s'écraserait tous les jours. Les solutions sont connues, les crédits disponibles, mais les choses n'avancent pas parce les gourvernements freinent tout (mauvaise organisation, dépenses en consulting et frais de fonctionnement, voire, bien sur, simple corruption). Une petite note au passage: je n'entends pas souvent le gouvernement français prononcer le mot paludisme. C'est pas comme s'ils avaient de choses plus importantes à faire, pourtant. Enfin, vous verrez dans l'article ce que propose de faire la Bill & Melinda Gates Foundation.
  21. Non. Ecrire ça, c'est refuser aux êtres humains le libre arbitre, c'est s'imaginer que les gens ne savent pas distinguer quand on chercher à les embrouiller. C'est faux et c'est méprisant.
  22. Lu dans le FT ce matin. La part de cet argent qui arrivera effectivement aux gens à qui il est destiné est bien plus grande que quand c'est l'Etat qui effectue la redistribution. Laissez les gens accéder à la prospérité, et leur générosité vous surprendra. Disasters boost charitable giving in US By Paul Sullivan in New York Published: June 19 2006 05:48 | Last updated: June 19 2006 05:48 The Asian tsunami and the hurricanes in the US gulf coast pushed charitable giving in the US to a near-record $260.3bn last year – a $15.4bn increase on 2004. The last time Americans gave so much to charity was in 2000, at the height of the technology boom, when the annual Giving USA survey of philanthropy put their contributions at a record $260.5bn (€210bn, £140bn). This year’s survey, to be released on Monday, puts charitable giving as a percentage of GDP at 2.1 per cent, above the 40-year average of 1.9 per cent. Disaster relief accounted for half of the surge in giving, although 59 per cent of charities had an increase in donations even before relief was factored in. As always, individuals were the biggest source of donations; their contributions last year rose by 6.4 per cent to $199.1bn, accounting for 76.5 per cent of the total. Corporate giving rose 22.5 per cent to $13.8bn, while foundations increased their giving by 5.6 per cent to $30bn. … From 1965 to 2005 inflation-adjusted giving increased 185 per cent, from $91.2bn to $260.3bn. Most of that growth has happened since 1996, when giving was $173.1bn.
  23. Je croyais que les deux étaient complémentaires, chacun dans son champ d'action. On va se chamailler comme des gauchistes, maintenant?
×
×
  • Create New...