Jump to content

free jazz

Utilisateur
  • Content Count

    11323
  • Joined

  • Last visited

Everything posted by free jazz

  1. Je suis d'accord avec Filthy, on lit beaucoup de conneries sur le Japon dans la presse occidentale, et surtout française - pays en plein marasme, replié sur lui même, raciste, etc.
  2. De fait il y a un paquet de libertariens dans la sphère conspiration : réchauffement, banques, medias qui nous cachent tout, corporations, monnaie, complot écologiste mondial...il suffit de lire les fils d'actu. Mais c'est loin d'être les pires par rapports à la sphère des extrémistes de tous bords. Ce qui rend la situation compliquée, c'est qu'il y a maintenant des professionnels de l'anti-complotisme, charlatans qui virent eux aussi dans la théorie du complot, comme la Fourest et Conspiracywatch. De toute façon le seul complotiste qui vaille le détour c'est Pierre Hilard, à côté tous les autres sont des enfants de chœur.
  3. Bah pour beaucoup il fait figure d'épouvantail parce qu'il a trahi son programme libéral de 2007 (travailler plus) pour un exercice bonapartiste et étatiste. De même que Hollande fait figure de social traître à gauche, parce qu'il s'est fait élire sur un programme de redistribution, lutte des classes et fin des cadeaux aux riches pour pratiquer un exercice de social-démocratie molle. Les deux ont habilement prétexté la contrainte européenne pour charger la barque des impôts et de la dette. D'après ce que j'ai vu, le seul qui ait un programme vraiment libéral c'est Fillon qui s'est découvert enfant de Thatcher, mais ça sent un peu le brûlé pour lui.
  4. Si on lit les théoriciens de l'économie politique depuis Ricardo et J-B Say, ils n'ont jamais considéré que l'Etat ne devait pas intervenir dans l'économie. Ils disaient que l'Etat doit intervenir le moins possible pour augmenter la richesse nationale, mais intervenir quand même pour créer les conditions réglementaires d'une ouverture du marché, assurer l'ordre public pour augmenter la circulation des marchandises: c'est la théorie de l'Etat stationnaire. Mais dans le monde actuel de l'économie globale intégrée, il faut remarquer que les puissances émergentes renouent avec une conception mercantiliste assez agressive d'un Etat stratège allié avec de grandes corporations de marchands, les banques et les industries. A commencer par la Chine, la Malaisie, l'Inde...Cela vaut aussi pour les pays producteurs de pétrole.
  5. La révolution industrielle du Japon sous l'ère Meiji, accompagnée d'une ouverture sociale et politique au mode de vie occidental, et d'une ouverture au commerce international, fut conduite par une stratégie entièrement gouvernementale et étatique, pour redonner un statut de puissance au Japon après la période d'instabilité à la fin du Shogunat. http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%88re_Meiji
  6. HORS DÉPENSES PUBLIQUES, LE PIB FRANÇAIS EST REVENU À SON NIVEAU DE 2007 https://ecointerview.wordpress.com/2014/09/14/hors-depenses-publiques-le-pib-francais-est-revenu-a-son-niveau-de-2007/ Ce qui me fait tiquer aussi, ce sont les rumeurs selon lesquelles plusieurs pays européens ont entamé une procédure de rapatriement de leurs réserves d'or: Allemagne, Pays-Bas et votation suisse en ce sens dans quelques jours.
  7. Sowell sur le problème des frontières et les politiques d'immigration. http://www.creators.com/conservative/thomas-sowell/abstract-immigrants.html http://townhall.com/columnists/thomassowell/2014/07/22/bordering-on-madness-n1864336/page/full http://www.nationalreview.com/article/350684/who-needs-immigrant-labor-thomas-sowell http://www.nationalreview.com/article/370234/republicans-comprehensive-immigration-folly-thomas-sowell
  8. Les connes volent en escadrille. Je sens venir une commission et une nouvelle loi bien démago. http://www.liberation.fr/societe/2014/11/21/osez-le-feminisme-veut-inscrire-le-feminicide-dans-le-code-penal_1147831
  9. Merci, je vais regarder ça. Thomas Sowell: Culture Matters Thomas Sowell: Multiculturalism
  10. Curieusement, je n'ai pas trouvé de fil ouvert sur notre voisin grand breton qui essaye actuellement de secouer le cocotier bureaucratique de l'UE. Un excellent article sur la poussée du vote UKIP, et l'inévitable tribun Farage. Question subsidiaire, au moment où UKIP semble obtenir l'organisation d'un référendum sur l'appartenance à l'UE, où Angela Merkel a menacé pour la première fois de sortir les anglais, êtes-vous favorable ou non au maintien du Royaume-Uni dans l'Union? Je remarque que beaucoup de libéraux-démocrates continentaux voient plutôt d'un bon oeil une éventuelle sortie des anglais (et c'est assez nouveau), car ils sont considérés soit comme trop souverainistes, soit comme trop libéraux et non coopératifs pour l'harmonisation fiscale. Ces adversaires acharnés du projet supranational depuis Thatcher seraient devenus un boulet pour la construction européenne, dont il vaudrait mieux se passer pour franchir le saut fédéraliste.
  11. C'est parce qu'on a la réincarnation du père Queuille en notaire de province, devenu président par accident, mais ça confirme ma théorie que les hommes et leurs pratiques comptent davantage que les institutions. Les institutions sont ce que les hommes en font. nb: en revanche tu m'as convaincu pour l'histoire du coup d'Etat du conseil constitutionnel. f.mas, qui a l'esprit de finesse, a compris.
  12. Toutes les civilisations non plus. Comme dit Kant, à la suite du texte que j'ai déjà cité, la tolérance ne doit pas outrepasser les lois de l'hospitalité et la nécessité de lier commerce : "L'inhospitalité des habitants des côtes (des côtes barbaresques, par exemple), qui s'emparent des vaisseaux naviguant dans les mers voisines ou réduisent les naufragés à l'esclavage, ou celle des habitants du désert (des Bédouins de l'Arabie), qui s'arrogent le droit de piller tous ceux qui approchent de leurs tribus nomades, est donc contraire au droit naturel; mais le droit d'hospitalité, c'est-à-dire la faculté d'être reçu sur une terre étrangère ne s'étend pas au delà des conditions qui permettent d'essayer de lier commerce avec les indigènes. C'est de cette manière que des régions éloignées les unes des autres peuvent contracter des relations amicales, qui finissent par recevoir la sanction des lois publiques, et le genre humain se rapprocher sensiblement d'une constitution cosmopolitique." Kant, Vers la paix perpétuelle (1796) Voilà un point de départ raisonnable pour ne pas promouvoir le multiculturalisme, mais il ne faut pas tomber non plus dans l'excès inverse, qui serait une forme d'arrogance occidentaliste - les deux formes d'arrogances et d'excès ne sont d'ailleurs pas incompatibles. La solution se trouve dans une forme de non-ingérence, de reconnaissance mutuelle des différences spécifiques et de respect réciproque des sphères d'influence, si l'on veut éviter le choc des civilisations. Comme dit Sowell dans le texte contre l'éducation multiculturaliste cité plus haut, cela suppose de savoir qui sommes-nous : "Because that is where we live. If we want to understand the cultural and institutional world in which we carry on our daily lives, we need to understand the underlying rationale and the historical evolution of the way of life we have been born into."
  13. Lisez Thomas Sowell, sa critique de l'idéologie multiculturaliste et des politiques comme l'affirmative action. The Dogma of Multiculturalism , The fallacy of “equally valid” cultures polarizes society. By Thomas Sowell http://www.nationalreview.com/articles/343011/dogma-multiculturalism-thomas-sowell "MULTICULTURAL" EDUCATION by Thomas Sowell http://www.tsowell.com/spmultic.html
  14. Du point de vue des incitations, je renvoie à cet excellent article qui montre la supériorité du code civil napoléonien sur la common law pour faire contrepoids aux tendances bureaucratiques. http://www.contrepoints.org/2014/11/10/187632-gordon-tullock-liberal-inclassable Sinon prenons un exemple concret, dans le domaine de la réforme de l'Etat, allant dans le sens du rétablissement de l'intérêt général. Une des réformes les plus urgentes pour diminuer le poids de l'Etat serait de réduire le nombre d'élus d'au moins un tiers, de moitié à terme. Est-ce qu'un régime d'assemblée ou un régime de partis pourrait voter ce genre de réforme en sciant la branche sur laquelle les élus sont assis? En revanche, il n'y a aucun obstacle essentiel à faire passer ce genre de réforme dans la Vè, au besoin en utilisant les nombreux ressorts dont dispose l'exécutif pour contourner les partis, comme les ordonnances, le 49.3, la menace de dissolution, etc.
  15. Quelle déception, et sous un gouvernement libéral. Comme quoi l'argument de l'impossible retour en arrière est bidon. http://www.francetvinfo.fr/societe/mariage/mariage-et-homoparentalite/l-australie-interdit-le-mariage-homosexuel-et-annule-ceux-deja-celebres_481222.html
  16. Soit, mais j'observe un fait qui me fait dire le contraire: la dernière fois que la France fut réformée en profondeur pour s'adapter aux réalités du monde moderne, c'était dans la période De Gaulle-Pompidou, et même Giscard dans une certaine mesure, bien que le bilan du dernier soit contestable, et le dernier budget à l'équilibre est celui du gouvernement Raymond Barre. Ensuite le grand n'importe quoi et la gabegie commencent avec Mitterrand. En ce qui concerne la mainmise de la caste énarchique et technocratique, elle n'est pas un produit de la Vè, mais lui est bien antérieure. La technocratie était déjà redoutable sous la IIIè, si l'on relit Marc Bloch. Quant au clientélisme du marché politique et à la crise de la représentation, ça ne semble pas un travers spécifiquement français. Même si la gauche Terra Nova l'a porté au plus haut degré de démagogie. La crise de la représentation et la défiance envers les partis s'exercent partout en Europe. Je veux dire qu'on sait très bien ce qu'il faut faire pour réformer le pays, tout le monde le sait, mais le problème est qu'il faudrait un minimum de courage et de vertu politique pour attaquer les corporations et les privilèges. C'est une question d'hommes et non d'institutions, même si on peut les améliorer à la marge, mais en usant de la plus grande prudence. Et ce n'est certainement pas en revenant au régime des Partis, qui sont aujourd'hui des syndicats de professionnels des élections, que l'on rendra ces réformes plus faciles.
  17. Si l'on s'en remet à Tocqueville, Le Bon, Pareto, Aron et quelques autres excellents auteurs, la Révolution bourgeoise n'a fait que parachever l'oeuvre centralisatrice de l'ancien régime, et augmentât même ses tendances les plus légicentristes avec l'héritage institutionnel napoléonien. Au fond elle était nécessaire parce que l'ancienne élite aristocratique était tombée en décadence, et que la nouvelle élite bourgeoise était prête à prendre sa place par les armes, mais les anciens privilèges féodaux et abus fiscaux n'ont disparu que pour faire place à de nouveaux, qui n'en diffèrent que par le nom. Le despotisme monarchique n'a disparu que pour être remplacé par un despotisme doux, légitimé par le goût de l'égalité et les foules démocratiques, acceptant que chaque jour, sous des prétextes variés, on rogne quelques libertés des citoyens. « Si elle n’avait pas eu lieu, le vieil édifice social n’en serait pas moins tombé partout, ici plus tôt, là plus tard ; seulement il aurait continué à tomber pièce à pièce au lieu de s’effondrer tout à coup. » Pour revenir au sujet, le quinquennat couplé à l'élection législative (plus d'autres dérives oligarchiques et féodales : conseil constitutionnel, décentralisation ratée, principe de précaution etc) ont aggravé les mauvais côtés de la Vè, qui n'est pas taillée pour la classe politique médiocre que nous avons aujourd'hui. Il suffit de voir comment le falot Hollande s'abrite derrière le bouclier des institutions, comme il s'accroche au bouclier financier de l'Allemagne pour reporter les réformes nécessaires en achetant du sursit à crédit. Ce n'est d'ailleurs pas un service que nous rendent les allemands de financer le laxisme des socialistes français, qui sont assez ingrats pour crier à une austérité fantasmée. Cependant, comme tous ceux qui invoquent la VIè République comme un mantra n'ont de cesse que de vouloir revenir à la IIIè ou à la IVè, c'est à dire au régime des partis, alors que les Partis sont responsables de la ruine du pays, je pense que ce serait une très mauvaise idée. Nous avons assez d'instabilité législative comme ça pour en plus y ajouter une instabilité des institutions. Découpler l'élection législative et présidentielle, pourquoi pas. Pour ma part je pense que ces sujets institutionnels sont un nouvel écran de fumée, la France serait beaucoup plus irréformable et ingouvernable en revenant à un système parlementaire. Le problème français n'est pas institutionnel, c'est d'abord la mainmise d'une caste et des corporations clientélistes sur notre système politique.
  18. Thomas Sowell, un économiste noir contre le multiculturalisme http://www.quebecoislibre.org/14/141115-9.html
  19. Inspirons-nous des expériences qui marchent. Une sociologue, fille de soixante-huitards, explore l’impact des événements sur le devenir de sa génération. http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2014/11/14/la-revolution-tranquille-des-enfants-de-hippies_4523783_4497916.html Par Julie Pagis Membre du groupe « socialisation-éducation » de l’Enquête Longitudinale depuis l’Enfance (ELFE – Unité mixte Ined-Inserm-EFS). Domaines de spécialisation: Socialisation politique enfantine Incidences biographiques du militantisme et trajectoires militantes Sociologie des générations (politiques et familiales) Sociologie de la socialisation (politique, familiale et scolaire) Sociologie des crises politiques et de l’événement
  20. Merci de me signaler, du coup j'ai regardé l'entretien à ce sujet dans catallaxia. En effet il se réfère d'une part au consentement et d'autre part au principe de non-nuisance à autrui, mais critique la propriété de soi dans la mesure où elle ne permet pas d'éliminer le paternalisme moral et la discrimination privée. Il prend pour maxime "ne pas nuire aux autres, rien de plus". Il ajoute que selon ce principe, "les torts qu'on se cause à soi-même, qu'on cause aux choses abstraites ou à des adultes consentants n'ont pas d'importance morale". Au fond la propriété de soi lui semble encore d'essence trop morale et limitant les choix individuels. http://www.catallaxia.org/wiki/Ruwen_Ogien:Interview_in%C3%A9dite
  21. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/11/18/01016-20141118ARTFIG00002-education-najat-vallaud-belkacem-prefere-les-couleurs-aux-notes.php
  22. Ne pas tout mélanger. La propriété de soi c'est un concept philosophique utilisé par certains courants bien identifiés, le droit de propriété c'est autre chose, c'est une institution légale. Si vous avez des arguments contre Ogien ça m'intéresse.
  23. J'ai consulté wikiberal, qui classe Ogien en "libéral de gauche", mais ce n'est pas pertinent au sens où c'est un disciple de Mill dont toute l'argumentation est centrée sur le consentement, le principe de non-agression et la propriété de soi, donc plus proche de la vision du monde libérale-libertaire.
  24. Le point de vue libéral-libertaire, une certaine idée de la propriété de soi et du principe de non-agression. Au moins est-il cohérent. http://liberationdephilo.blogs.liberation.fr/mon-blog/2014/11/faires-des-enfants-est-immoral-et-dangereux.html
  25. Tant qu'il y aura du pognon public à pomper, ils vont ronger leur os. Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, Dominique Sopo, président de SOS racisme et 43 autres personnes ont signé une tribune ce vendredi dans le Huffington Post pour dénoncer les réactions après la conférence de presse de Willy Sagnol. Pour eux, l'affaire ne doit pas en rester là. "Non, l'affaire Sagnol n'est pas close", le titre a le mérite d'être clair. http://www.huffingtonpost.fr/dominique-sopo/affaire-sagnol-racisme_b_6156442.html
×
×
  • Create New...