Jump to content

Lexington

Bureau
  • Content Count

    13353
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    6

Everything posted by Lexington

  1. Je ne suis pas sur, il faudrait confirmer, c'est probablement lié aux lois Informatique et Liberté et leurs équivalents ailleurs qu'en France. Il y a un effet aussi de la sensibilité plus grande des utilisateurs au sujet, pour qui savoir ce qui est suivi et pouvoir effacer l'historique devient un argument de plus en plus fort. En partie, cf. point au dessus. Mais quand tu regardes, même après avoir demandé à tout effacer, le volume de données conservées est juste colossal. Je suis quand même assez étonné que ça soit la seule réaction sur un forum libéral, dans le sens où la réaction naturelle de quelqu'un attaché à la vie privée et gêné par principe par la surveillance, ce serait déjà d'être assez choqué par l'ampleur (si si) et d'insister aussi sur ce qu'il est possible de faire pour échapper à tout ça à titre individuel : utilisations de moteurs de recherche avec focus vie privée (DuckDuckGo, Qwant, etc.) navigation privée systématique sur tout ce qui est sensible. navigateurs plus respectueux de la vie privée (donc pas Chrome) mails sécurisés et conçus aussi dans une logique protection de la vie privée (protonmail, etc.) Et le sujet bonus, polémique mais clef, sur le consentement éclairé ou non à l'utilisation de toutes ces informations. Sinon sur le même sujet, les sites de rencontre sont un puits sans fond d'exemples : https://www.washingtonpost.com/news/to-your-health/wp/2018/04/03/grindr-says-it-will-stop-sharing-users-hiv-data-with-third-party-firms-amid-backlash/
  2. Ah oui clairement, d'autant plus que c'est sur des projets inscrits clairement dans le temps et où le côté mercenaire est limite très utile
  3. Sur l'ampleur de la data trackée https://mobile.twitter.com/iamdylancurran/status/977559925680467968?s=12
  4. Forcément, les chasseurs sont rémunérés au placement. C'est côté entreprise que ça coince
  5. Moui. C'est vrai sur des secteurs en tension, pas du tout partout. Tu y arrives peut-être toi (sur quel type de poste ?) mais c'est clairement pénalisant en moyenne. Les exemples ne manquent pas. Un ancien collègue abonné aux passages éclair à cause de son caractère de merde n'a pas eu d'autre choix que de se mettre à son compte, alors que ce n'était pas son envie. Et ce alors que c'est sur un secteur demandé. La question pour le recruteur devient "est-ce que le mec sera en mesure de délivrer tout son potentiel à très court terme" et au moindre doute il ne prendra pas le risque, je le vois bien au quotidien. Va défendre auprès de la direction que tel mec qui n'a jamais tenu un poste durablement sera la personne idéale pour ton poste.
  6. En effet, même si ça tient plus à l'équilibre des participants qu'à l'asso en elle-même. Sinon sur le débat du fil, à titre personnel, je donne à : Liborg Autres assos libérales Religieux Recherche scientifique Et ça serait super si tout le monde ici soutenait, même symboliquement, Liborg, qui ne vit que grâce à vous. Merci @Arturus @Sekonda @h16 @G7H+ @L'affreux @fryer @Rincevent @Rübezahl @PABerryer @Tramp @Calvinqui le font (et désolé si j'ai oublié un nom, je vois passer des noms, pas des pseudos). Le lien : http://contrepoints.org/aider-contrepoints
  7. Challenge accepted. Et comment on en vient à ça ? Je m'ennuyais, ça arrive Oui, je suis mauvais^^ Mais quel bien fou ça fait quand tu sais ce que tout le monde va devoir affronter comme merde dans les transports demain à cause de gens comme eux...
  8. Pendant ce temps là je trolle un gréviste SNCF sur Tinder. En mode bien trash. Ca occupe
  9. Voir à ce sujet l'article de The Economist il y a deux semaines qui souligne pourquoi ça coûte paradoxalement cher de vivre dans un pays pauvre https://www.economist.com/news/middle-east-and-africa/21738911-africas-economic-paradox-why-africas-poor-pay-high-prices
  10. .ce qui confirme les points précédents
  11. Pour rester sur le même sujet, je serais assez intéressé de savoir ce que les uns et les autres utilisent pour suivre leurs finances personnelles justement, piloter leurs budgets, etc. Excel perso Logiciel dédié Outils en ligne Autres ? Quand tu commences à avoir du capital, des revenus non négligeables et des placements diversifiés, suivre tout ça prend de plus en plus de temps. Comment faites-vous pour le faire de façon plus efficace possible ?
  12. Et un peu de lecture intéressante https://basic-capital.com/financially-independent-retire-earlyfire/
  13. Je ne le sors pas d'une réponse, je cite l'auteur, "approximative", depuis 1928 mais d'une étude AMF sur les 25 dernières années. I.e. pertinente aujourd'hui et pour les lecteurs européens. Sur le reste de la critique des hypothèses pour le moins simplistes, voire les critiques récurrentes de la Trinity Study https://en.wikipedia.org/wiki/Trinity_study. Les études citées dans l'article disent que tu ne peux retirer que 3% de ton capital chaque année en mode rente et non pas 4%. Ca veut dire qu'il te faut un tiers de capital en plus. Il suffit de voir aussi les taux des rentes que les assureurs sont prêts à servir à 60 ans (à peine de plus de 4%, alors que le capital est pour eux au décès !) pour voir que l'hypothèse de 4% de retrait à 30 ou 40 ans ne tient pas la route. Elles l'ont fait mais à quel âge ? La réponse ? 1% des Américains arrêtent de travailler avant 50 ans. 1%... Et ça m'étonnerait que leur salaire moyen soit proche du tien ou du mien... Je dis depuis le début que c'est illusoire de vivre sa vie, en particulier quand tu es jeune, dans l'unique objectif d'arrêter de bosser à 35 ans. Que ça masque des problèmes (pourquoi détester autant son travail ? ne faut-il pas surtout en changer ?) et que l'incertitude de la vie fait que c'est bien trop risqué voire impossible avant un âge au final classique (50 ans et +). Ça ne veut pas dire qu'il est impossible ou non souhaitable de planifier sa vie un minimum et de se fixer des objectifs financiers. En particulier financièrement. Et je le fais d'ailleurs, de manière probablement la plus précise de vous tous. C'est possible. Cela n'empêche que dépendre uniquement de ton capital et avoir laissé ton employabilité passer à zéro après 10 ans de rente, c'est, pour les niveaux de capital dont vous parlez, un risque colossal. Bien sur pris en compte nul part dans un modèle excel à une inconnue... Pourquoi vous dites tous que ça ne fait que décaler la date de FI ? Ca peut arriver après, signifiant que, alors que tu as arrêté de bosser depuis 10 ans, tu te retrouves sans le sou et n'a d'autre choix que de recommencer à travailler. C'est le risque essentiel. Surtout si ça arrive quand tu as 75 ans. Et personne ne dit que faire des plans/modéliser est inutile. En faire l'alpha et l'omega de sa vie quand tu as 25 ans, par contre ça oui, je critique. Fortement.
  14. Oui. Mais s'imaginer que ces mêmes actifs sont ceux qui veulent tout faire pour arrêter de bosser le plus tôt, ça semble quand même légèrement contradictoire.
  15. On dit la même chose je pense Ceux qui font plein de choses qu'ils aiment faire une fois à la retraite, ils faisaient déjà plein de choses extra-professionnelles quand ils bossaient, au moins si je me base sur mon entourage. Ils ne sont pas passés miraculeusement d'inactifs à actifs sur leur temps libre à partir du moment où ils ont arrêté de bosser.
  16. Sur le papier c'est facile. Et pourtant personne n'arrive à le faire. Ce n'est pas ici, terre autrichienne, qu'on devrait avoir à expliquer les méfaits de la modélisation économique à outrance... Hint, comme je le dis depuis le début, ces simulations sont beaucoup trop simplistes : Prolonger bêtement ton coût de la vie actuel ne fait aucun sens : Tes attentes augmentent avec le temps. C'était sympa de dormir sous la tente en camping à 15 ans. A 40, les courbatures tu vas les sentir passer. Etc. Être vieux et malade, en maison de retraite, ça coûte. Beaucoup. 3k€ par mois. Hypothèses totalement folklo prises dans le modèle : 5% de rentabilité, nette de fisca et d'inflation. Sur 20 ans, les actions, meilleur placement, rapportent 5.8% avant fiscalité, avant inflation, avant frais, soit à la louche un petit 3% net net...). Ce n'est pas anecdotique, 3% au lieu de 5% ça veut dire 28% de capital en moins au bout de 30 ans. "You’ll live off of the “4% safe withdrawal rate” after retirement, with some flexibility in your spending during recessions." Donc l'hypothèse, c'est que quand les marchés baissent, tu manges moins pour t'ajuster à la baisse de ton revenu... Beau comme du Keynes. La rentabilité nette est au finale variable selon les années. Tu as un risque non négligeable d'être totalement ruiné au bout de 20 ans de rente. Ou d'être à l'inverse deux fois plus riche que tu ne l'étais au début de ta rente. Tu prends le risque d'arrêter de bosser à 40 ans et de devoir rebosser à 70 ans ? Pas moi. La fiscalité du capital est généralement plus pénalisante que celle du travail, ce n'est nul part pris en compte On vit dans un monde massivement endetté. Gros risque que les rentiers se fassent dépouiller de leur capital d'une manière ou d'une autre (inflation, taxes, etc.) Et oui, la vraie vie est plus complexe qu'une formule Excel... Je n'achète pas un instant l'argument du "une fois l'indépendance financière atteinte, je me consacrerai aux projets que j'ai toujours voulu mener mais que je n'ai jamais eu le temps de faire". Si tu ne trouves pas le temps de faire maintenant ce qui t'enthousiasme, tu ne le trouveras pas plus une fois rentier/retraité/chômeur. C'est rarement une pure question de temps libre, par contre la motivation insuffisante, c'est toujours un problème.
  17. Complètement différent : tu n'es pas seul, même si tu es célibataire. Tes amis sont aussi retraités, ils ont aussi du temps, des intérêts proches et les mêmes moyens (à la louche) pour les accomplir. Vs un mec, célibataire, ne bossant pas, alors que tous ses potes bossent. Isolement, oisiveté, tout ça. Sans compter le jugement social auqeul je faisais référence plus tôt.
  18. Ca résume assez bien les choses il me semble. Quand on sort de la théorie, quasiment pas de cas de réels rentiers + succès... discutable de leur vie perso. CQFD. Et, sans les connaître évidemment, le fait de se retrouver "oisif" aux yeux de la société alors que tout le monde bosse à côté n'a pas/ne doit pas aider.
  19. Je n'ai pas souvenir que le sujet s'appelle les bienfaits de l'épargne et de la privation. Car ce sujet est complètement différent. Depuis le début du fil ça parle d'économiser justement à cette fin d'indépendance financière en partant du principe que c'est possible de s'arrêter de travailler sans risque une fois un certain capital obtenu, en étant 100% indépendant avec ça. Tu ne trouveras pas grand monde sur un forum libéral pour critiquer l'épargne. En faire l'alpha et l'omega de sa vie cmme un Harpagon par contre... Pour résumer les objections des messages précédents, on a donc droit à : Mes parents m'aident donc je mets de l'argent de côté donc c'est possible. Comment dire... Concept d'indépendance financière ? J'aime vivre chichement, c'est pas un effort pour moi. Si il n'y a aucun effort justement, on est plus dans le sujet, c'est juste vivre comme on a toujours vécu Je compte bien être en pleine forme à 50 ans et en profiter alors. Il dit qu'il voit pas le rapport. Et l'âge auquel on deviendrait réellement indépendant est impossible à prévoir... Salauds de parisiens qui pensez que c'est la fin du monde de vivre sans resto... => Désolé mais ça ne change rien au fait qu'avec ces stratégies, il y a un coût (renoncement à certaines choses, si si), que c'est ultra risqué (et oui on risque tous de mourir demain ou d'avoir un accident, et le capital qu'on a mis de côté peut disparaître dans un krach ou dans l'inflation), que socialement c'est mal vu et, qu'on soit d'accord ou non avec ce jugement social, on en paie le prix. Sans mentionner que croire qu'un individu qui a épargné toute sa vie 80% de ses revenus arrivera d'un coup à passer en mode dépense de 100% de ses revenus semble psychologiquement plus qu'incertain.
  20. Il y a de ça, mais pas que. Choisir entre tout griller de ton vivant et laisser à tes enfants, c'est assez subjectif oui. Refuser les plaisirs de la vie pour mettre de côté comme un Picsou tant que tu es jeune pour in fine pouvoir profiter de ta vieillesse alors que tu ne sais même pas si tu seras encore vivant et que tu sais que tu ne seras plus en état physiquement, c'est beaucoup plus objectif comme question.
  21. Personnellement je ne suis pas très dépensier et je trouve que la frugalité c'est très bien oui, même si ça n'est pas vraiment le sujet ici. Vivre en accord avec ses valeurs, etc. c'est très bien aussi. Mais on ne parle pas ici du fait de savoir combien il faut pour vivre, mais de savoir si il est possible et souhaitable de vivre sa vie dans l'objectif de pouvoir arrêter de travailler à 35 ans (40, 45). Puisque c'est de ça qu'il s'agit in fine, à combien de personnes ça s'applique ? en ne travaillant plus donc en ayant aucun espoir de retravailler sérieusement en cas de problème vu l'attitude des employeurs en ayant aucun amortisseur su quelque chose ne va pas ? capable de mettre de côté a minima un demi million € hors logement ? Le postulat de base de toutes ces théories c'est que tu sais définir 1. ce dont tu as besoin pour vivre 2. combien de capital il te faut pour ça. Les deux sont très complexes : un accident de la vie est vite arrivé / tes envies peuvent évoluer tu ne sais pas combien de temps tu vas vivre, dans quel état, combien ton capital te rapportera Comme je disais initialement :
  22. My point again. C'est tout le sujet ici. C'est tout le projet même. Qui voudrait vivre toute sa vie comme un étudiant sans le sou juste pour avoir la "satisfaction" de ne pas travailler ? Mettre en unique objectif de sa vie (ou objectif premier) le fait de ne pas travailler, au prix de combien de sacrifices et de renoncements ailleurs ? En renonçant à toute amélioration, dans un remake capitaliste de la décroissance. Pourquoi payer son alimentation quand il y a les restos du cœur ou le secours catholique ? Pourquoi ne pas vivre dans la rue tant qu'on y est puisque ça fait le loyer en moins ? Peu importe le montant de tes revenus, tu survivras toujours. Mais quand est-ce que tu vis et que tu t'accomplis en vivotant seul dans ton coin paumé parce que c'est là que c'est pas cher et que voir des gens ça coûte ?
  23. "Tu vis correctement" ? : simulation ultra-agressive avec laquelle je suis déjà à 517€ par mois : 5€ de bouffe Lidl par jour : 150€ 1 resto à 20€ par semaine : 100€ 1 verre à 10€ par semaine : 50€ abonnement de métro Paris : 67€ Internet, téléphonie : 30€ Ordinateur/téléphone : 1000€ tous les 3ans => 30€ par mois 1 activité loisir à 10€ par semaine (ciné, théatre, concert, etc.) : 50€ Vêtements : 20€ Cadeaux : 20€ Il reste zéro pour le dentiste, les lunettes, la presse, les livres, les vacances, les conneries administratives (courrier, banque), les dons, les accidents de la vie, aider ta famille, etc. Parce que faire 100% de son temps des choses qui t'intéressent / des projets, etc. coûtera moins cher que bosser ? Ça coûte bien plus cher d'être rentier que de bosser...
  24. My point. Vivre avec 15€ par jour (détail ci-dessous) quand on gagne 3k€ net par mois, ça n'est pas ma définition de "contrôler ses dépenses" mais plutôt de refuser de vivre. Et si je suis content pour toi que ne jamais bouger ou prendre de vacances te satisfasse, mon Dieu que c'est déprimant pour moi comme scénario, 100% défini par la négative et non par un projet.
×
×
  • Create New...