Jump to content

Yves Guyot : La Tyrannie Collectiviste


DiabloSwing

Recommended Posts

Vu à la FNAC.

(Je hante souvent les rayons des FNAC)

Il s'agit d'un auteur libéral du début du XXè siècle, comparé à Bastiat. Leur prose semble avoir quelques points commun, de même, Guyot semble s'être inspiré de la méthode du "Landais".

Vous remarquerez qu'il s'agit des mêmes éditions que pour l'abrégé de l'Action Humaine.

Je peux difficilement t'en dire plus, je n'ai lu que quelques passages. Mais ce Guyot ne ressemble pas à un libéral-tiède.

Link to comment

Voila quelques renseignements sur Yves Guyot. Je les tire d'ici:

Il n'est évoqué qu'en notes de bas de pages, mais j'y ai appris que:

-Yves Guyot a été le successeur de… Molinari comme rédacteur en chef du Journal des Economistes. Belle référence.

-Rist (qui fut parmi les premiers sociétaires du Mont-Pélerin) compare sa plume à celle de Bastiat.

-Cité comme référence notamment pour sa critique du solidarisme.

Bref, il a connu une renommée certaine à l'époque (fin 18-- début 19--), où les auteurs libéraux sont cependant considérés comme en deça de leurs aînés de la génération dorée du mid-XIXè.

Link to comment

Je l'ai acheté dès sa sortie voici quelques semaines (en Belgique, du moins).

Y. Guyot (1843-1928), disciple de Bastiat et ami de Molinari, fut ministre des Travaux publics et créa, d'après sa biographie en fin de volume, l'AGEFI. C'était un minarchiste proche des milieux radicaux (il fut ami de Gambetta).

Ce recueil se divise en deux parties: la première contient des extraits de La Tyrannie socialiste, dans laquelle il rappelle quelques vérités élémentaires en économie (notamment, l'intérêt du libre-échange et l'inaltérabilité de la loi de l'offre et la demande). Son style s'y approche assez de Bastiat (en plus politicien, ceci dit): il n'hésite pas à user de la regressio ad absurdum et à recourir au dialogue humoristique. Rien de très novateur, mais des principes toujours bons à rappeler. Il s'inspire aussi d'Herbert Spencer, lorsqu'il rappelle qu'à côté du protectionnisme, la cause de l'essor du socialisme tient à l'idéologie militariste. A plusieurs reprises, il insiste aussi sur la responsabilité des industriels frileux et assoiffés de rentes dans la montée de l'influence socialiste.

La deuxième partie porte sur l'héritage de la Révolution française: Les Principes du socialisme et 89. Guyot conteste l'interprétation socialiste de la Révolution française et rappelle les progrès en termes de liberté qu'elle a apportés à ses débuts.

Link to comment
Ce recueil se divise en deux parties: la première contient des extraits de La Tyrannie socialiste, dans laquelle il rappelle quelques vérités élémentaires en économie (notamment, l'intérêt du libre-échange et l'inaltérabilité de la loi de l'offre et la demande). Son style s'y approche assez de Bastiat (en plus politicien, ceci dit): il n'hésite pas à user de la regressio ad absurdum et au dialogue humoristique. Rien de très novateur, mais des principes toujours bons à rappeler. Il s'inspire aussi d'Herbert Spencer, lorsqu'il rappelle qu'à côté du protectionnisme, la cause de l'essor du socialisme tient à l'idéologie militariste. A plusieurs reprises, il insiste aussi sur la responsabilité des industriels frileux et assoiffés de rentes dans la montée de l'influence socialiste.

Alors, ces ouvrages ont dû être publiés pour la première fois vers 1893 - 1895.

Link to comment
  • 1 month later...

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

×
×
  • Create New...