Aller au contenu

Archivé

Ce sujet est désormais archivé et ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

Copeau

Jean-françois Revel, La Grande Parade

Messages recommandés

Les nombreux articles consacrés au livre de Jean-François Revel (La grande parade, Plon, 2000) ont insisté, à juste titre, sur la dénonciation faite par l'auteur de toute la panoplie d'arguments mis en branle par la gauche - en particulier, la gauche non-communiste - pour minimiser la faillite du communisme et ses tragiques conséquences et pour tenter de récupérer l'idéologie marxiste, étrangère aux dizaines de millions de victimes du totalitarisme communiste. On a aussi parlé un autre thème développé par Revel dans son essai, celui de l'inégalité de traitement entre les crimes communistes et les crimes nazis. En d'autres mots, pourquoi pardonne-t-on plus facilement aux bourreaux et aux sympathisants du communisme qu'à ceux du nazisme ?

Ces thèmes ont été largement développés dans la presse avec des commentaires prévisibles : laudatifs dans " Le Figaro ", " Valeurs actuelles ", et " Le Point " ; plus critiques, voire d'une ironie malicieuse, dans " Libération ", " l'Express " et " Le Monde " . Néanmoins, la plupart de ces articles occultent (volontairement ?) un des aspects essentiels du livre de Revel, la défense du libéralisme.

Le vrai coupable c'est le libéralisme

En effet, des dizaines de pages superbes sont consacrées au libéralisme, le lecteur étant mis en garde dès le premier chapitre qui sert aussi d'introduction : le fait de constater que la solution libérale devenait la seule viable (étant adoptée de plus en plus par les gouvernements) après le désastre socialiste, a encouragé de nombreux gauchistes dans leur travail de réhabilitation du socialisme. Ils se sont d'autant plus mobilisés que des réformes libérales ont été faites dans beaucoup de pays dirigés par la gauche (en Italie, un ancien communiste repenti, devenu président du Conseil, prône à tout va les mérites des privatisations et de la flexibilité). La défaite du communisme n'a pas découragé les anciens compagnons de route, au contraire, elle les a conforté dans leur croyance que les ennemis les plus terribles de cette fin de siècle sont le nazisme et le libéralisme (le lendemain de l'élection de Haider en Autriche, le quotidien " l'Humanité " titrait à la une : " Un libéral nazi arrive au pouvoir ") . Le même diagnostique est donné dans le cas de certains pays postcommunistes, qui n'arrivent pas à sortir de la crise économique. C'est à cause du libéralisme que la Russie est rongée par la mafia et la misère, que la Roumanie et la Bulgarie n'en finissent plus avec la période de transition. Même la Mongolie serait victime des " pétards mouillés du libéralisme " (sic) . Il ne faut pas oublier que dans ces pays une partie de la population et des intellectuels tiennent les changements de 1990 pour responsables de la situation actuelle . Mais, de là, jusqu'à souhaiter un retour du communisme, il y a un abyme (les résultats des dernières élections russes ont dû " décevoir " de nombreux nostalgiques). En France, des intellectuels ont vu dans l'après-communisme ni plus ni moins…la faillite du libéralisme. Un directeur de recherche à l'Ecole des hautes études en sciences sociales publie en 1999 un livre intitulé L'après-Libéralisme dans lequel il affirme que l'année 1989 a marqué la fin du libéralisme !

Une tradition libérale française

Ainsi, le vrai coupable est le libéralisme et non pas le communisme. Sur de nombreuses pages, Revel multiplie les exemples de ce genre de billevesées qu'elles émanent des intellectuels ou bien des politiques. Il leur répond par une argumentation précise, basée sur des faits et des chiffres, ainsi que sur des références bibliographiques qui devraient figurer dans tous les manuels d'histoire expurgés de l'idéologie marxiste. Il rappelle que ce sont les libéraux qui, au dix-neuvième siècle, ont posé, les premiers, la " question sociale ". Guizot a fait voter la première loi limitant le travail des enfants dans les usines, Bastiat, économiste de génie et ô combien visionnaire, énonce et demande la reconnaissance du droit de grève, Emile Ollivier a ouvert la voie au syndicalisme futur. N'en déplaise aux adeptes de la pensée unique, il existe une vraie tradition libérale dans la culture française : " C"est Turgot , insiste Revel, qui a influencé l"auteur de la Richesse des nations et non l"inverse, de même qu"il a inspiré l"Américain Thomas Jefferson . Ce sont les physiocrates qui, dans un célèbre article de l"Encyclopédie, ont plaidé les premiers pour la liberté du commerce". De même que l"argument de la tradition colbertienne, antilibérale, qui serait spécifique à la France ne tient pas debout. Voilà ce que dit Colbert : " Une entreprise qui est soutenue par l"Etat, si elle ne fait pas de bénéfices au bout de cinq ans, doit être abandonnée ". Si l"on avait appliqué cette recette, il ne resterait plus beaucoup d"entreprises publiques à l"heure actuelle ! La Révolution française fut, dans ses principes, libérale. Elle se prononça pour la liberté d"entreprendre, la liberté du travail, le liberté de circulation des marchandises et la liberté bancaire .

Le libéralisme n'est pas une idéologie

Un autre malentendu concernant le libéralisme repose sur la croyance que celui-ci serait, comme le socialisme, une idéologie (c'est un piège dans lequel tombent aussi de nombreux défenseurs du libéralisme). Rien de plus faux, soutient Revel, car le libéralisme n'a jamais eu l'ambition d' édifier la société parfaite (Hayek disait que l'une des qualités d'un libéral est celle de reconnaître le premier lorsqu'il se trompe). Il (le libéralisme) repose, depuis ses origines, sur l'idée de " benchmarking ", en comparant les sociétés et en essayant de savoir pourquoi certaines marchent mieux que d'autres. Ses éléments de comparaison sont les chiffres et les statistiques et non pas les discours et les promesses, ses repères ne sont pas tirés de la fiction mais de la réalité, sa réussite dépend de l'individu et non pas pas d'une quelconque entité bureaucratique. Comme le capitalisme et contrairement au socialisme et au communisme, le libéralisme a la capacité de se réformer et de corriger ses défauts. Ce n'est pas un égarement, ni une utopie, et il n'a pas la prétention de fournir des recettes miracle. Il ne s'appuie que sur l'expérience. C'est peut-être la raison pour laquelle ses adversaires écartent tout dialogue (le plus souvent, il s'agit d'un monologue) sur le terrain des faits et des résultats et préfèrent le situer dans les hautes sphères de l'idéologie. Car on n'évalue jamais une idéologie. Accuser le libéralisme de tous les maux revient aussi à dire que le communisme n'était pas si mauvais que ça, que les gens se portaient plutôt bien sous ce régime et qu'ils avaient l'assurance d'un travail et d'un revenu. Combien de fois les médias occidentaux n'ont pris du plaisir en nous montrant des gens de l'ancien bloc communiste regretter la période d'avant 1989. Vous voyez, ont renchéri les intellectuels de service, le marxisme n'était pas trop mauvais et vous l'avez enterrez trop vite ! Regardez les inégalités créées par le libéralisme dans ces pays ! Ils oublient que ces inégalités étaient encore plus fortes entre une nomenklatura qui bénéficiaient des grâces du régimes et le peuple qui essayait de s'en sortir. Mais en France, remarque Revel, " ce que les Français détestent, ce ne sont pas les inégalités, ce sont les inégalités autres que celles octroyées par l"Etat ". D'ailleurs , les antilibéraux les plus acharnés font partie d'une caste de privilégiés, bénéficiaires de nombreuses subventions en échange de fort peu de travail et auxquels le travail, l 'évaluation, et la responsabilité font peur. Ironique, polémique, provocateur, le style de Revel marie avec élégance la digression philosophique à l'analyse politique et économique truffée de chiffres et statistiques. A cela s'ajoutent une précision infaillible dans le rappel des faits et une parfaite maîtrise du sujet. Si vous devez défendre le libéralisme, piochez dans le livre de Revel ; vous y trouverez votre bonheur.

Visitez ce site, entièrement consacré à J-F Revel : http://jfrevel.free.fr

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

×