Jump to content

Mariage Homosexuel


Recommended Posts

Evidemment, puisqu'il était lui-même homosexuel. J'ai pour ma part lu des études qui parlaient de 2 % de la population.

Toutes les études que j'ai pu lire parle d'un pourcentage de 8 à 12 % pour les hommes et 4 à 7 % pour les femmes

Link to post
Share on other sites
Pas du tout. Qui dit norme dit norme, rien de plus, rien de moins.

En l'occurrence, vu ta phrase ("sans elle, nous n'existerions plus"), qui dit norme dit raison d'existence de la norme, dit garantie de la norme, dit intervention pour la garantir.

Et puis, si 10% est peut-être important, 2% me semble déraisonnablement bas.

Link to post
Share on other sites
En l'occurrence, vu ta phrase ("sans elle, nous n'existerions plus"), qui dit norme dit raison d'existence de la norme, dit garantie de la norme, dit intervention pour la garantir.

Et puis, si 10% est peut-être important, 2% me semble déraisonnablement bas.

La norme pour moi est une notion très imprécise,

Elle signifie que parmi toutes les occurrences existantes il en est une qui est plus fréquentes que les autres.

Mais la norme peu également avoir trait à la culture, et c'est là que çà devient sensible.

Elle peut enfin être synonyme de règle voir de loi, et là çà devient carrément indigeste.

Mais il faut savoir que s'il n'y avait as eu d'homo ou de hétéros stériles, il existe une théorie selon laquelle la terre serait tellement surpeuplée depuis tant d'années que l'espèce humaine aurait disparue faute de ressources suffisantes.

Mais bon, Tout est relatif (comme on dit quand on ne sait plus quoi dire !)

Link to post
Share on other sites
En l'occurrence, vu ta phrase ("sans elle, nous n'existerions plus"), qui dit norme dit raison d'existence de la norme, dit garantie de la norme, dit intervention pour la garantir.

Et puis, si 10% est peut-être important, 2% me semble déraisonnablement bas.

Eh, je n'ai rien d'un étatiste, moi. Je suis pour la liberté : je ne propose pas de couler jusqu'à la fin des temps le devoir-être de procréation-être dans la constitution-être de mon anarchie. Qui dit norme dit simplement norme. Pour être plus précis, je me vois mal appeler autrement que "norme" un comportement profondément majoritaire. Et je ne vois aucun appel à une législation vigoureuse et juste et positive dans l'affirmation du truisme que si ce comportement n'était pas une norme, nous aurions depuis longtemps disparu en tant qu'espèce. La liberté, c'est aussi celle de disparaître.

Faut pas avoir l'esprit mal tourné comme ça les gars, ni m'attribuer vos démons législo-régulateurs.

Link to post
Share on other sites

Comme je disais, il ressort de 4 études que le % d'homosexuels s'élève à 1 à 2 % de la population (on pourrait dénoncer un certain "sentiment d'homosexualité" généré par les médias, au fait).

cf : Morton-Hunt Study for Playboy ; Science Magazine, 18 July 1993, p. 322. ; United States Census Bureau ; University of Chicago's Nation Research Corp.

Link to post
Share on other sites

Une autre stat intéressante :

Homosexuals commit more than 33% of all reported child molestations in the United States, which, assuming homosexuals make up 2% of the population, means that 1 in 20 homosexuals is a child molestor, while 1 in 490 heterosexuals is a child molestor.

(Psychological Reports, 1986, 58, pp. 327-37.)

Link to post
Share on other sites
Ceci dit, je repose ma question qui a été violent, qui à émis de blasphèmes et qui traite tu d'allumés? (va voir au dictionnaire le définition du mot insulte)

Profanation De Notre-dame De Paris

Nous sommes d'acord pour dire qu'il sont ultra-minoritaire, mais un nombre non-négligeable de personnes les croit représentatif.

Link to post
Share on other sites
Personnellement, je ne vois pas en quoi la religion à son mot à dire en la matière et encore moins l'état.

Le mariage est un contrat que deux personnes libres et consentantes passent entre elles.

On n’est pas obligé de se marier devant dieux, pour être marié.  Cette idée selon laquelle les religions ont le monopole du mot "mariage" est vomitive, collectiviste et autoritaire.

Le mariage n'est ni un bien, ni un service en soi, il n'est donc la propriété de personne.

Personne n'as le droit d'imposer à qui que ce soit le nom qu’il désire donner à son union.

Si demain j'ai envie de m'unir avec un/une partenaire, et que nous décidons de donner à notre contrat le nom de « mariage » ou « copatatement solidaire » ou « glougloutement interhumanoïde » c'est notre problème et celui de personne d'autre.

Si justement parce que le mariage est un sacrement, l'apparition du "mariage" civil tient autant d'importance dans l'histoire de la société humaine que l'apparition de l'homme sur l'échelle de l'histoire de la planète Terre. Il y a eu appropriation du mariage par l'état et non l'inverse.

Merci.

Notez que je peux me mettre à hurler également afin de montrer mon manque d'éducation tout comme vous.

VOUS SAISISSEZ ?

Link to post
Share on other sites
Si justement parce que le mariage est un sacrement, l'apparition du "mariage" civil tient autant d'importance dans l'histoire de la société humaine que l'apparition de l'homme sur l'échelle de l'histoire de la planète Terre. Il y a eu appropriation du mariage par l'état et non l'inverse.

Merci.

Notez que je peux me mettre à hurler également afin de montrer mon manque d'éducation tout comme vous.

VOUS SAISISSEZ ?

Manque d'éducation ???

Il faut faire une différence entre hurler et écrire en grand caractères pour mettre une phrase en évidence. Il ne me semble pas avoir été agressif.

Chaque être humain est propriétaire de sa personne et des fruits de son travail, le mot mariage n'est le résultat du travail de personne. Ce mot n'est donc la propriété de personne si demain j'ai envie de donner au mot mariage une toute autre définition çà ne regarde que moi.

Pour ce qui est l'appropriation du mot mariage j'ai dit et je répète, qu'un mot n'est la propriété de personne, si tu ne comprends pas çà, c'est que tu ne comprends pas ce qu'est le Libéralisme.

Je te suggère donc, le plus humblement du monde, de rejoindre les PFs qui semblent avoir la même définition du mot libéralisme que toi, avec qui tu devrais t'entendre à merveille, et personne, je dis bien Personne ne peut leur interdire de donner le sens qu’ils souhaitent donner au mot libéralisme c'est exactement la même chose pour le mot mariage il n'y a pas de droit de propriété sur les mots commun. Nous ne serons jamais d’accord avec eux sur la définition du mot Libéralisme mais nous n’avons absolument pas le droit de leur imposer la notre ou d’exprimer leur opinion sur la question. C’est çà la Liberté et rien d’autre.

Link to post
Share on other sites
et personne, je dis bien Personne ne peut leur interdire de donner le sens qu’ils souhaitent donner au mot libéralisme c'est exactement la même chose pour le mot mariage il n'y a pas de droit de propriété sur les mots commun. Nous ne serons jamais d’accord avec eux sur la définition du mot Libéralisme mais nous n’avons absolument pas le droit de leur imposer la notre ou d’exprimer leur opinion sur la question. C’est çà la Liberté et rien d’autre.

:icon_up: Mais je me permets d'ajouter que même si personne n'est propriétaire du mot libéralisme, un des deux groupes a tort. Je ne vais pas dire lequel, mais bon…

Link to post
Share on other sites

Oui, manque d'éducation. Je ne suis qu'à moitié étonné qu'un grand garçon comme vous ne sache pas que sur le net écrire en gros caractères symbolise le hurlement. Quant à ma vision du mariage, vous m'excuserez de ne pas effacer ma foi devant le libéralisme, le nouvel englobant à ce qu'il semble à lire certains. Comment essayer de faire comprendre la notion de sacrement à des personnes pour qui rien n'est sacré.

Link to post
Share on other sites
:doigt: Mais je me permets d'ajouter que même si personne n'est propriétaire du mot libéralisme, un des deux groupes a tort. Je ne vais pas dire lequel, mais bon…

Tout à fait d'accord avec toi, c'est évident, mais on est libre d'avoir tort et çà qui est si jouissif :icon_up:

De la même manière je m'oppose radicalement à ceux qui interdisent le négationnisme ou l'émission d'opinions racistes. Ces gens là aussi ont tort mais ils sont libres de penser et de dire ce qu'ils veulent.

Link to post
Share on other sites
Oui, manque d'éducation. Je ne suis qu'à moitié étonné qu'un grand garçon comme vous ne sache pas que sur le net écrire en gros caractères symbolise le hurlement. Quant à ma vision du mariage, vous m'excuserez de ne pas effacer ma foi devant le libéralisme, le nouvel englobant à ce qu'il semble à lire certains. Comment essayer de faire comprendre la notion de sacrement à des personnes pour qui rien n'est sacré.

S'il y a bien une chose que je sacralise c'est la Liberté.

Vous êtes libre de donner le nom que vous souhaitez à votre sacrement et je suis libre de donner le nom que je souhaite à mon contrat d'union.

Je n'ai par contre pas le droit de vous dire ce qui est sacré ou non, et il en est de même pour vous.

Tout le monde est libre, c'est çà le Libéralisme.

Dites moi concrètement ce que çà change à votre vie que j'utilise tel ou tel nom pour définir mon contrat d'union ?

Link to post
Share on other sites

Imaginer que l'on puisse en tout temps, à tout moment et à propos de n'importe quel sujet appliquer une doctrine, une philosophie ou je ne sais quel système c'est une perspective que je trouve effrayante.

Si vous ne comprenez pas que le mariage est par essence religieux, qu'y puis-je ? Pourtant vous semblez en convenir puisque vous parlez de contrat d'union. Quant à ce que cela change pour moi, et bien je n'apprécie pas particulièrement que des gens qui ont pour habitude de piétiner la religion s'emparent ensuite d'un de ses sacrements. Je n'apprécie pas que l'on singe quelque chose de sacré pour se donner les apparences d'une respectabilité bourgeoise à laquelle on aspire bien qu'on la vilipende par ailleurs habituellement. (je ne parle pas pour vous mais pour les assoces homos comme Act-Up et ses clones)

Link to post
Share on other sites
Très intéressant ce fil, dommage je n'ai pas beaucoup de temps pour tout lire.

Comme beaucoup ici, je ne serais pas opposée  au mariage homo , dans la mesure où cà n'ôte rien aux autres. Seul un marige religieux poserait problème, puisque contraire aux préceptes de la plupart des religions ( je pense)

Il n'est pas question d'imposer cette mesure aux Eglises. En tant que libéraux, nous devons nous ranger aux côtés des laïcs pour empêcher les religieux d'étendre l'interdiction du mariage homo à l'ensemble de la société; et aux côtés des religieux pour empêcher les Act-Upards d'imposer la célébration de ces mariages dans les églises, temples, mosquées, synagogues contre la volonté des intéressés…

Une question qui me paraît plus intéressante que ce sempiternel débat jamais renouvelé: que pensez-vous de la polygamie? Il pose la question de la possibilité d'extension de l'union civile à plus de deux individus.

Cependant, je pense que si d'un point de vue libertarien on doit accepter la polygamie, cela suppose littéralement une reciprocité du mariage.

Ex: trois individus, A, B, C.

A et B sont mariés. A souhaite aussi s'unir à C, mais il faut pour cela que B accepte cette union, et on ne parle de polygamie que si tous les membres ont contracté une union entre eux: A/B, A/C, B/C.

A partir de ce moment, voyez-vous des problèmes juridiques qui se poseraient pour les partenaires de cette union, qui ne se poseraient pas pour les couples classiques?

Link to post
Share on other sites
Il n'est pas question d'imposer cette mesure aux Eglises. En tant que libéraux, nous devons nous ranger aux côtés des laïcs pour empêcher les religieux d'étendre l'interdiction du mariage homo à l'ensemble de la société; et aux côtés des religieux pour empêcher les Act-Upards d'imposer la célébration de ces mariages dans les églises, temples, mosquées, synagogues contre la volonté des intéressés…

Une question qui me paraît plus intéressante que ce sempiternel débat jamais renouvelé: que pensez-vous de la polygamie? Il pose la question de la possibilité d'extension de l'union civile à plus de deux individus.

Cependant, je pense que si d'un point de vue libertarien on doit accepter la polygamie, cela suppose littéralement une reciprocité du mariage.

Ex: trois individus, A, B, C.

A et B sont mariés. A souhaite aussi s'unir à C, mais il faut pour cela que B accepte cette union, et on ne parle de polygamie que si tous les membres ont contracté une union entre eux: A/B, A/C, B/C.

A partir de ce moment, voyez-vous des problèmes juridiques qui se poseraient pour les partenaires de cette union, qui ne se poseraient pas pour les couples classiques?

Ce n'est pas parce que A passe un contrat avec B et avec C, que B passe un contrat avec C!…

Link to post
Share on other sites
Ce n'est pas parce que A passe un contrat avec B et avec C, que B passe un contrat avec C!…

Justement!

2 cas

1/ B peut tout à fait décider de contracter avec C, alors le problème ne se pose pas.

2/B n'est pas chaud pour contracter avec C, alors, on peut supposer que

-le contrat AB a une clause d'annulation si A contracte avec une tierce personne sans l'accord de B.

-le contrat AC a une clause similaire en cas de précédent contrat non déclaré concernant A ou C.

OK

Le problème n'est pas là. Ma question est: y a-t-il des problèmes en cas de triple union avec consentement intégral?

Link to post
Share on other sites
Tiens quelqu'un sait de quand datent les premiers registres de mariage connus?

XIIème/XIIIème siècle (pour les plus anciens encore existants). Il s'agissait des registres paroissiaux sur lesquels les évènements majeurs de la vie (naissance, baptême, mariage, décès) étaient consignés. A compter d'août 1539, date de l'édit de Villers Cotterêts, ils seront obligatoirement rédigés en français, l'ordonnance royale de 1667 obligera à leur tenue en double exemplaire. A partir du 20 septembre 1792 ils seront placés sous la responsabilité des maires.

Link to post
Share on other sites
Tiens quelqu'un sait de quand datent les premiers registres de mariage connus?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mariage

Rome

Arrangé entre les pères des futurs époux, qui ne faisaient connaissance qu'au moment de leurs fiançailles (à l'occasion desquelles le jeune homme offrait une bague), le mariage faisait partie des devoirs du citoyen romain.

La date de la cérémonie, voire son déroulement même, étaient assujétis aux présages des augures, comme l'étaient toutes les actions de la vie d'un Romain.

La mariée était habillée de blanc, couverte du velarium flammeum, voile orangé, et coiffée d'une couronne de fleurs.

Les justae nuptiae (justes noces), toutefois, étaient réservées aux seuls citoyens romains; elles étaient le seul mariage reconnu par le droit.

Dans tous les autres cas, (un citoyen et une non citoyenne, voire une esclave) le mariage n'était pas reconnu, et les enfants nés de telles unions étaient illégitimes. Les époux dépendaient alors de la juridiction de leur pays d'origine.

Dans les cas des esclaves, leur maître pouvait leur accorder le contubernium, union sans valeur juridique, de même qu'il pouvait le rompre.

Le Moyen Age

La christianisation de l'empire romain, puis les invasions « barbares » modifièrent ces pratiques.

Le mariage devint une cérémonie privée, qui se déroulait au domicile de la future épouse, et donnait lieu à des réjouissances familiales. Une bénédiction était parfois donnée, mais sans qu'elle n'ait de valeur officielle. La mariage était un engagement mutuel, écrit et signé.

Puis, avec le déclin de l'empire romain, l'habitude de signer un écrit, disparut progressivement, laissant la place à de nombreux abus : seuls des témoins (de la cérémonie, ou de la vie conjuguale), désormais, pouvaient justifier de l'existence de l'union.

De même, les mariages « secrets », les rapts (sans l'accord des parents de la fille), les divorces et les remariages devinrent courants. On connait, par exemple, le cas du rapt de Mathilde par Guillaume le Conquérant, et les 5 épouses et la demi-douzaine de concubines de Charlemagne.

L'Eglise catholique: IVe concile du Latran

Lors du IVe concile du Latran, en 1215, Église catholique romaine réglementa le mariage une première fois:

    * il impose la publication des bans (pour éviter les mariages clandestins)

    * il instaure le mariage comme sacrement, donc indissoluble, sauf par la mort (pour eviter les divorces)

    * il exige le consentement libre et public des époux, échangés de vive voix dans un lieu ouvert (contre les rapts et unions arrangées)

    * il impose un âge minimal des époux (pour éviter le mariage d'enfants, et notamment des très jeunes filles),

    * réglementation de l'annulation du mariage, en cas de duperie sur la personne, rapt, non consommation, mariage clandestin, etc.

Ce concile fixa des règles très largement reprises ensuite dans le mariage civil et laïc, institué en France en 1791.

L'eglise catholique: concile de Trente

Le concile de Trente reforcera encore la réglementation, donnant alors le monopole de la réglementation du mariage à l'Eglise catholique:

    * il doit être précédé de la publication des bans

    * il doit être célébré devant un curé et des témoins.

  * les mariés doivent signer un registre.

Il interdit aussi la cohabitation hors mariage, faisant reculer le concubinage et les enfants illégitimes.

[modifier]

Le mariage civil en France

En 1791, le mariage devient en France un acte civil (contrat), laïc, et révocable par le divorce (loi de 1792). Le divorce fut ensuite supprimé en 1816, pour être rétabli en 1884, par la loi Naquet.

De 1804 (Code Napoléon) à 1938 (mais en réalité 1965), le mariage a placé la femme sous l'autorité de son époux. La pleine égalité des conjoints est assurée depuis 1970 par la loi qui dispose que « Les époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille ». De fait, il n'y a plus de chef de famille, contrairement à une pratique persistante, qui consiste notamment à demander la profession du « chef de famille » lors d'enquêtes statistiques ou de marketing.

Link to post
Share on other sites
Si vous ne comprenez pas que le mariage est par essence religieux, qu'y puis-je ? Pourtant vous semblez en convenir puisque vous parlez de contrat d'union

Quant à ce que cela change pour moi, et bien je n'apprécie pas particulièrement que des gens qui ont pour habitude de piétiner la religion s'emparent ensuite d'un de ses sacrements. Je n'apprécie pas que l'on singe quelque chose de sacré pour se donner les apparences d'une respectabilité bourgeoise à laquelle on aspire bien qu'on la vilipende par ailleurs habituellement. (je ne parle pas pour vous mais pour les assoces homos comme Act-Up et ses clones)

Je ne comprends pas très bien ce que vous essayez de me dire, en quoi un contrat d'union implique t’il la religion, pensez vous que la fusion entre Symantec et Veritas Software doit se faire à l'Eglise ? :doigt::icon_up: C'est pourtant bel et bien un contrat d'union.

Que, vous n'appréciez pas, je comprend, mais vous n'avez absolument pas le droit de leur empêcher de faire des choses même vides de sens.

Si pour condamner act-up vous vous opposez à la liberté de l'ensemble des homosexuels, c'est carrément du totalitarisme.:warez:

Pour ce qui est de l'apparente respectabilité bourgeoise, c'est un à priori réducteur. Quand on veut se marier c'est avant tout par amour, le fait de passer un contrat et la bourgeoisie n'ont rien à voir l'un avec l'autre. Je peux vous présentez des tas d'ouvriers mariés et vous aussi sans doute (à moins que ne vous ne fréquentiez pas les ouvriers). Les gens ne se marient pas par militantismes. :warez:

Link to post
Share on other sites
Imaginer que l'on puisse en tout temps, à tout moment et à propos de n'importe quel sujet appliquer une doctrine, une philosophie ou je ne sais quel système c'est une perspective que je trouve effrayante.

C'est pourtant ce que font les religions :doigt: , quand on voit l'islam qui prohibe la prise d'intérêt sur les prêts, on a tout compris.

Vous crachez dans votre propre soupe mon ami ! :icon_up:

Link to post
Share on other sites
T'es certain que ce n'était pas après un match de foot ?  :doigt:

:icon_up: Dans le sud-ouest, c'est Montauban qui a la réputation d'être une ville de pédés sexuels.

Soit dit en passant, les propos de Gadrel me paraissent tout-à-fait clairs et convaincants.

Link to post
Share on other sites
XIIème/XIIIème siècle (pour les plus anciens encore existants). Il s'agissait des registres paroissiaux sur lesquels les évènements majeurs de la vie (naissance, baptême, mariage, décès) étaient consignés. A compter d'août 1539, date de l'édit de Villers Cotterêts, ils seront obligatoirement rédigés en français, l'ordonnance royale de 1667 obligera à leur tenue en double exemplaire. A partir du 20 septembre 1792 ils seront placés sous la responsabilité des maires.

ok. Mais ce que je voulais savoir c'est à partir de quand on a des preuves historiques de célébrations de mariage dans les plus vieilles civilisations.

Link to post
Share on other sites

Je n'ai pas l'habitude d'abonder dans le sens de Harald, mais bon, librekom, tout de même ceci:

1. écrire en grosses lettres, surtout de couleur, symbolise le hurlement et est donc de fait grossier dans la plupart des cas.

D'ailleurs, comme à peu près tous tes posts sont intégralement en lettres immenses, si tu cherches à accentuer l'un ou l'autre truc, c'est raté, à moins bien sur que tu cherches à accentuer tes contributions au détriment de celles des autres, ce qui n'est à nouveau guère poli.

2. je ne pense pas que "le libéralisme" ait grand chose à dire en ce qui concerne la morale personnelle, sauf qu'elle ne doit pas être (activement) contraire aux lois qui régissent une société libérale.

De plus, dans ton analyse, à l'instar de nombre de libéraux il est vrai, tu privilégies la personne que tu vois au détriment de la personne que tu ne vois pas, en d'autres termes, le soi-disant "droit à un enfant" plutôt que les droits de l'enfant.

Si tu considères que tous ceux qui ne sont pas d'accord avec toi sur ce point ne sont pas libéraux, la moitié des participants à ce forum ne sont pas des libéraux, en ce compris le soussigné.

Link to post
Share on other sites
Affirmation gratuite et au demeurant parfaitement fausse.

L'athéisme est une invention récente, ne l'oublions pas.

Je pense surtout que quand les premieurs mariages ont été célébrés (probablement dans des sociétés primitives et certainement lors de l'apparition des premières grandes civilisations) distinguer le civil du religieux n'avait pas beaucoup de sens.

Link to post
Share on other sites
Si tu considères que tous ceux qui ne sont pas d'accord avec toi sur ce point ne sont pas libéraux, la moitié des participants à ce forum ne sont pas des libéraux, en ce compris le soussigné.

Je ne voulais pas en parler, mais puisque tu mets le sujet sur la table, j'ai toujours eu des doutes te concernant… :icon_up:

Link to post
Share on other sites

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...