Jump to content

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

flavien

Question Sur L'obsession De Justice Sociale

Recommended Posts

Excellent.

Il est possible que les Inuits n'aient pas de vocable pour la propriété (peut-être parce que l'agression et la violation de la propriété n'existent pas chez eux?) mais effectivement, ce concept ne leur est pas inconnu. Ou alors, ils sont vraiment aussi poilus que les phoques qu'ils chassent. :icon_up:

Et bien, un regard rapide sur quelques grammaires du langage le plus connu des Inuits, l'Inuktitut (car les Inuits sont répartis sur une si grande zones qu'ils ont plusieurs langues, non intelligible entre elle), nous informe que cette langue dispose de processus morphologique propre à exprimer la possession, et plutôt deux fois qu'une, puisque la langue connait le cas du génétif (pour marque le nom possédant) mais aussi celui du possessif (pour marque le nom possédé).

Le langage a de plus suffisement été modernisé pour que l'on puisse y traduire la Déclaration des Droits de l'Homme, qui contient, pour rappel, quelques références explicites à la propriété.

Donc en clair, SCM, votre intuition était fondée : notre ami sur l'autre thread a raconté n'importe quoi, prenant l'exemple des Inuits sans rien connaître sur eux en espérant exploiter notre ignorance du sujet. Malheureusement, un apprenti linguiste rodait dans le coin…

Share this post


Link to post
Share on other sites
Vous utilisez le concept de propriété comme base de votre "raisonnement". La propriété est issu d"un comportement anthropologique

Non.

Et ce n'est pas parce que anthropologie sonne solide qu'il est juste dans ce contexte.

Mon chat (animal stupide au demeurant - et mort depuis un moment) faisait pipi régulièrement à différents endroits du jardin, toujours les mêmes, pour marquer son territoire. Il ne m'a jamais exprimé que c'était son territoire mais il le faisait clairement comprendre aux autres félins qui s'aventuraient par là.

Il avait donc un sens de la propriété.

Les Inuits seraient-ils plus bêtes que mon chat - pourtant pas spécialement brillant - ?

Il y a malheureusement encore des imbéciles pour croire au réductionnisme qui est à la base d'une grande partie de la philosophie libérale dans son versan économique, alors que nous informaticiens, avons prouvé l'innanité de cette thèse (Lire justement la thèse d'un mathématicien de Normal'Sup, David Chavalarias : http://chavalarias.free.fr/ ) avec la théorie des systèmes multi agents (SMA).

Il y a malheureusement encore des imbéciles d'informaticiens pour croire qu'une modélisation informatique à base de systèmes multi-agents puisse correspondre même de loin avec la réalité sans prendre moultes pincettes et précautions. En outre, l'utilisation malheureuse d'un argument d'autorité ruine généralement une démonstration qu'on voudrait solide. Enfin, partir du principe que ses interlocuteurs ne sont pas scientifiques est aussi un peu dangereux, et pêche par un manque flagrant d'humilité. Sur le forum, outre quelques penseurs du XIXeme et un ou deux vieux capitalistes en haut de forme se baladent parfois plusieurs informaticiens pas du tout impressionnés par des rigolos de Normale Sup et leur thèses.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a malheureusement encore des imbéciles d'informaticiens pour croire qu'une modélisation informatique à base de systèmes multi-agents puisse correspondre même de loin avec la réalité sans prendre moultes pincettes et précautions. En outre, l'utilisation malheureuse d'un argument d'autorité ruine généralement une démonstration qu'on voudrait solide. Enfin, partir du principe que ses interlocuteurs ne sont pas scientifiques est aussi un peu dangereux, et pêche par un manque flagrant d'humilité. Sur le forum, outre quelques penseurs du XIXeme et un ou deux vieux capitalistes en haut de forme se baladent parfois plusieurs informaticiens pas du tout impressionnés par des rigolos de Normale Sup et leur thèses.

Bien dit. Et quand quelqu'un écrit "innanité", j'ai tendance à ne pas trop le prendre au sérieux.

Signé : un informaticien en haut de forme (20 ans derrière lui et plusieurs logiciels à son actif).

Share this post


Link to post
Share on other sites

En tout cas, le bougre Chavalarias porte bien son nom… Il est aussi échevelé que BHL. J'ai téléchargé sa thèse, qui a l'air bien passionnante. En résumé, il dit que les structures apparaissent dans les SMA suite à l'évolution parallèle de plusieurs critères plutôt que comme l'optimisation d'un seul critère. Intuitivement, cela ne me paraît nullement contredire un quelconque réductionnisme libéral. Je ne comprends pas à quoi Ontologiae faisait allusion avec cela.

Je vais parcourir la thèse et je vous dirai ce que j'y vois.

(accessoirement, même si je ne suis pas aussi trapu que Chavalarias, je suis nanti de deux diplômes d'informe à tics et de "matez ma tique" et si réductionnisme il y a, c'est plutôt chez les étatistes qu'il faut le chercher)

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est quoi les Systèmes Multi-Agents (question d'un futur informaticien) ?

Sinon, en informatique, la propriété est présente vraiment partout (avec une gestion de droits…), et le "nous informaticiens" m'a fait bien rire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est quoi les Systèmes Multi-Agents (question d'un futur informaticien) ?

Sinon, en informatique, la propriété est présente vraiment partout (avec une gestion de droits…), et le "nous informaticiens" m'a fait bien rire.

Intuitivement (peut-être que Ontologiae se fendra d'une définition plus rigoureuse): un agent est un programme informatique indépendant, simple et capable de communiquer avec ses semblables ou d'autres programmes. Un système multi-agents est un système informatique constitué de multiples agents. J'imagine que l'on doit pouvoir s'en servir pour modéliser une société animale voire humaine.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Intuitivement (peut-être que Ontologiae se fendra d'une définition plus rigoureuse): un agent est un programme informatique indépendant, simple et capable de communiquer avec ses semblables ou d'autres programmes. Un système multi-agents est un système informatique constitué de multiples agents. J'imagine que l'on doit pouvoir s'en servir pour modéliser une société animale voire humaine.

Bonne définition intuitive. La modélisation d'une société ou d'un biotope relève de la vie artificielle, qui se développe pas mal (notamment outre-atlantique) actuellement.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest truthman
J'ai besoin de votre aide : quelles sont les origines, les causes de cette obsession française de "justice sociale" ?

J'ai bien une idée sur ses conséquences, mais j'avoue ma perpelexité face à ce slogan repris par tous les leaders d'opinion comme étant le but ultime à atteindre pour notre société.

Que la gauche Marxisante fonde son populisme dessus, celà ne me surprend guère, mais que la droite fasse un complexe d'infériorité sur ce sujet est beaucoup plus surprenant.

Les hommes politiques (de gauche surtout) se donneraient-ils bonne conscience en se présentant comme les ZOROS ( ou les ZEROS c'est selon) du social ?

Est ce vraiment une "obscession francaise" ? Je ne connais pas beaucoup d'intellectuel qui n'aient réfléchi à la question. Même les libéraux s'y interessent, simplement d'apres eux, le bon sentiment qui est à la base de ce concept entraine encore plus d'injustice. En croyant bien faire, on obtiendrait l'effet inverse.

Pour répondre, à la queston, on pourrait simplement constaté que la pitié est un sentiment naturel. A moins d'être un monstre, si vous voyez un bébé mourrant de faim, vous allez vous porter à son secours, en tous cas pas le cogner… La question est plutot de savoir ce qu'il faut faire pour l'aider. Un Etat redistributif ? des structures privées (libéraux ?) Je pense que vous vous perdez dans votre provocation, car cela m'étonnerait que vous soyez vous-mêmes une personne pronant le meurtre et l'injustice. Entendons nous bien : personnne ne souhaite l'injustice, car sinon comment se plaindre lorsqu'elle nous touche ? Ce dont vous voulez parlé, c'est de la démagogie politique qui serait de faire croire aux gens qu'on va amliorér leur sort pour se faire élire. Mais si c'est cela que vous craignez, deux choses : 1) les gens affirment dans les sondages ne plus vraiment croire aux politiques leur promettant des jours meilleurs, donc rassurez-vous ! 2) Pour naviguer dans différentes mouvances, je peux vous dire qu'il existe des gens qui y croient vraiment. Je ne dis pas qu'ils ne sont pas naïfs. Mais en aucun cas ils ne méritent le mépris.

PS pour ontologiae : c'est dommage que vous soyez enfermé dans une opposition littéraire/scientifique digne du … XIX° siècle !!! Car ce que vous dites est à plusieurs reprises interessants, mais soyez plus critiques avec vous-mêmes, et n'oubliez pas ce que signifie votre pseudo !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a malheureusement encore des imbéciles d'informaticiens pour croire qu'une modélisation informatique à base de systèmes multi-agents puisse correspondre même de loin avec la réalité sans prendre moultes pincettes et précautions.

Confondre le modèle et la réalité, c'est une illusion scientiste dans laquelle le vrai scientifique prend bien garde de ne pas tomber.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Salut,

Sur les références d'Ontologiae.

J'en ai lu une toute petite partie, notamment l'interview.

Je ne vois pas en quoi a priori les recherches basées sur le mimétisme contredisent le raisonnement économique car l'objet de leur étude est différent:

- le mimétisme cherche à expliquer pourquoi les agents préférent certaines choses ou font certains et non pas d'autres.

- l'économie cherche à tirer les conclusions logiques du fait que les gens font des choix, sans tenir aucun compte et sans avoir d'a priori relatifs aux contenus de ces choix.

Il n'y a donc pas de réductionnisme consistant à dire que les agents agiraient systématiquement en fonction de leurs intérêts égoïstes, ils agissent en fonction de leurs préférences. En quoi consistent ces préférences? Comment sont-elles déterminées? C'est une autre question à laquelle la thèse que vous citez apportera peut-être une réponse.

Mais il est possible que les bouleversements engendrés par le principe de mimétisme à la première question modifiera la manière de répondre à la seconde.

Share this post


Link to post
Share on other sites
A moins d'être un monstre, si vous voyez un bébé mourrant de faim, vous allez vous porter à son secours, en tous cas pas le cogner… La question est plutot de savoir ce qu'il faut faire pour l'aider.

VOUS voyez un bébé. VOUS allez vous porter à son secours. Voilà. C'est tout.

Un Etat redistributif ?

Mais saperlotte, pourquoi pas un turboencabulateur spatiotemporel à girouette intégrée ? La solution à un problème individuel est une réponse individuelle. Pas une usine à gaz.

Ce dont vous voulez parlé, c'est de la démagogie politique qui serait de faire croire aux gens qu'on va amliorér leur sort pour se faire élire.

Sans compter les petits comiques qui prétendent qu'on peut filer les bases de l'éducation, de l'orthographe et de la grammaire à tous.

PS pour ontologiae : c'est dommage que vous soyez enfermé dans une opposition littéraire/scientifique digne du … XIX° siècle !!! Car ce que vous dites est à plusieurs reprises interessants, mais soyez plus critiques avec vous-mêmes, et n'oubliez pas ce que signifie votre pseudo !

Nous entrons ici dans une autre dimension.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il parait que c'est de la "provocation" alors bon…

Share this post


Link to post
Share on other sites
les recherches basées sur le mimétisme

Théme de recherche priviligié d'A.Smith, F.A.Hayek et J.M.Keynes.

On a fait bien pire comme économistes ; pour deux d'entre eux, on a fait pire comme libéraux.

Share this post


Link to post
Share on other sites

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...