Jump to content

Alain Lipietz : L’autocritique Clandestine Des Non De Gauche


Recommended Posts

Sur un troisième forum de mon blog apparaît une information nouvelle : les communistes européens ont utilisé le texte de cet article 122 comme justificatif de leur défense des services publics et contre leur inclusion dans la directive Services ! Voir le débat très intéressant suscité sur le site de Libération par cette information.

Ce ralliement aussi tardif que clandestin, recoupant les votes inespérés de Francis Wurtz dans la bataille sur la Bolkestein (qui contredisent son discours public “la Bolkestein n’est pas amendable”) me fait sourire amèrement. D’abord, le centre droit, qui avait accepté cet article comme une concession à la gauche européenne, trop content de le voir refusé par une partie de la gauche française, n’est plus prêt à le revoter. Un compromis refusé est un compromis perdu. Ce sera dur de faire remettre l’article 122 tel quel le jour où se rouvrira le débat sur la Constitution !

Plus grave encore : le fait même que cette autocritique reste clandestine. Tout se passe comme si les dirigeants de la gauche du Non, sachant très bien qu’ils ont entraîné dans une impasse leur propre base en l’appelant à voter Non, et découvrant jour après jour les conséquences désastreuses de ce choix (la confirmation d’une constitution ultra-libérale, celle de Maastricht et de Nice), ne savent plus comment s’en tirer. Du coup, l’affaire du Non devient un véritable cadavre dans le placard de la gauche, cadavre qui, tant qu’on n’osera pas en reparler, bloque toute nouvelle avancée collective.

C’est une tragédie européenne, et pour moi une tragédie personnelle, l’échec de ma vie politique et l’échec de ma vie de chercheur, que d’avoir vu ces dirigeants de la gauche appeler leur base à choisir, des deux textes en compétition le 29 mai 2005, celui qui était le plus libéral. Je dis “le plus” car, bien sûr dans un referendum le choix est limité :-( et donc relatif. On peut imaginer pour l’Europe une constitution encore plus libérale que Maastricht-Nice (quoique on se rapproche là de l’idéal-type de l’Angleterre de Disraeli), on peut se battre pour une constitution nettement plus fédéraliste et sociale que le TCE (et justement le TCE ouvrait la voie à un mode de révision beaucoup plus souple que le traité de Nice). Mais après 20 ans de combats contre la dérive libérale de l’UE, des bouquins, des dizaines d’articles, voir une partie substantielle des dirigeants et intellectuels de la gauche française choisir l’ultra-libéralisme, ça fait mal au coeur.

C'est pourtant grâce à lui que je suis devenu libéral : il m'a convaincu de la bêtise de la gauche sociale. Et pourtant, même libéral, je suis toujours pour le TCE, qui je persiste n'est ni socialiste, ni libéral, mais est ce qu'on voudra qu'il soit. A une échelle supérieure et avec plus d'échelon, avec quelques chamboulement dans un sens ou dans l'autre, mais assez provisoire à l'échelle de l'histoire… Il faut dire que pour la France, ça ne peut être que positif…

Link to comment

Le TCE était socialiste jusqu'à la moelle. Mais est-il nécessaire d'y revenir ?

Sinon Lipietz à en gros été écarté des médias (et donc des élections) après une malencontreuse phrase sur les Corses. Et pour le coup il me fait presque de la peine tant il du se forcer par la suite à réintégrer les rangs.

Link to comment
Le TCE était socialiste jusqu'à la moelle. Mais est-il nécessaire d'y revenir ?

Peut-être faudrait-il préciser que par "socialiste" les libéraux entendent "étatiste". Le TCE génère une couche de pouvoir de plus, inutile, coûteuse et nuisible. La "libre circulation des personnes et des biens" était une formidable avancée que le TCE cherchait à juguler. Le "plombier polonais" en fut la triste preuve.

Link to comment

hm en quoi le traité de nice est il ultra libéral ? je croyais qu'il définissait/précisait juste le mode de fonctionnements des diverses institutions européennes (commission, parlement, etc…)

et il m'a bien semblé entendre dire que le TCE devait effectivement prendre le pas sur le traité de Nice, mais a t il jamais été question de remettre en cause les critères de Maastricht ?

Link to comment
hm en quoi le traité de nice est il ultra libéral ?

Il est surtout ultra compliqué et impraticable à 25.

je croyais qu'il définissait/précisait juste le mode de fonctionnements des diverses institutions européennes (commission, parlement, etc…)

Effectivement.

et il m'a bien semblé entendre dire que le TCE devait effectivement prendre le pas sur le traité de Nice, mais a t il jamais été question de remettre en cause les critères de Maastricht ?

Non.

Link to comment
Dois je dès lors en conclure que monsieur Lipietz raconte n'importe quoi ? :icon_up:

En France quand on n'aime pas quelque chose, on le qualifie d'ultra-libéral (avant on disait fasciste). Sans bien sûr s'occuper du rapport pouvant exister entre la chose et sa désignation.

Link to comment

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

×
×
  • Create New...