Jump to content
Bastiat

Mes lectures du moment

Recommended Posts

il y a 3 minutes, NoName a dit :

parce que le processus de désintermédiation et home-made est déjà en place depuis un moment.

 

Je pense à ça. Ça a explosé au cours des derniers mois avec possibilité de rémunération, professionnalisation des amateurs qui montrent leur tête etc. Ça en dit d’ailleurs long sur l’oppression des femmes par le porno. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce débat sur érotisme et pornographie me fait penser à ce passage de Jean Louis Bory au Masque et la Plume: 

 

"Quand on fait des fellations sur des cantates de Bach, c'est de l'érotique, mais la paire de fesses reste la même"

Par contre, je n'ai pas de bonne phrase sur jésuites et jansénistes, désolé.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je suis dans Mythologies de Roland Bartes.

 

Le premier texte sur le catch est très bien. Mais la suite, bof. En gros, c'est un recueil de propos de pilier de bar version gaucho :

Roro le bolcho va voir un film : il en déconstruit la mythologie petit bourgeoise

Roro le bolcho lit un article de Paris Match dans la salle d'attente de son dentiste : il en déconstruit la mythologie petit bourgeoise

Roro le bolcho mange un steak-frite : il en déconstruit la mythologie petit bourgeoise

Roro le bolcho voit une pub pour de la lessive : il en déconstruit la mythologie petit bourgeoise

etc.

 

Pourquoi ce délire d'interprétation, qui donne surtout envie de déconstruire la mythologie du mythologue, a une telle réputation ? Question rhétorique, bien sûr. Exposer le produit de l'idéologie de classe dans tous les fragments de la vie quotidienne des français, nos intellectuels ont dû adorer.

 

Je vais arrêter de m'infliger ça et plutôt me dénicher un Umberto Eco pour de la  bonne sémiologie.

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu m'étonnes. 

 

Cela dit je me rappelle avoir vu Luchini lire un petit texte de Barthes que j'avais trouvé très bien

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 4 minutes, NoName a dit :

Tu m'étonnes. 

 

Cela dit je me rappelle avoir vu Luchini lire un petit texte de Barthes que j'avais trouvé très bien

 

Il y a quelques pépites. J'ai vraiment aimé le texte sur le catch. Celui sur l'affaire Dominici aussi. Mais plus j'avance, plus le ratio pépite/gauchiasserie diminue, et là j'ai atteint ma limite.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me souviens avoir lu "Fragments d'un discours amoureux". Assez interpellant, pour jargonner.

C'est peut-être de ça que tu causes @NoName

 

 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Non je parlais de celui qu'il avait écrit pour la sortir du film perceval le gallois. 

 

C'est dans "le point sur Robert" de Luchini 

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 30 minutes, Cortalus a dit :

Je suis dans Mythologies de Roland Bartes.

 

Pour le meilleur et pour le pire, le Barthes de cette époque est hégéliano-marxiste.

 

Il y a quelques remarques intéressantes, mais à l'échelle des 272 pages je ne trouve pas que ça en vaille la peine.

 

Les facs de gauche que j'ai faite ne m'ont pas trop embêtés avec Barthes, mais il faut dire que je n'étais pas en littérature. On nous le cite par contre fatalement dans un cours sur l'histoire du structuralisme (vécu en philo et maintenant en histoire contemporaine).

 

Alors que si on veut vraiment se taper du structuralisme marxiste appliqué à la littérature, autant aller lire directement la référence de Barthes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 13 minutes, NoName a dit :

C'est dans "le point sur Robert" de Luchini 

ah oui, excellent, et connu, celui-là.

j'avais bien aimé "Fragment d'un discours..."

Share this post


Link to post
Share on other sites

"[Le messager]: Ceux qui ne connaissent ni mesure ni raison [...] les dieux les poussent, et ils choient lourdement dans l'infortune, lorsque par eux la nature humaine prétend s'élever au-dessus de l'humaine condition."
-Sophocle, Ajax, in Théâtre complet, trad. R. Pignarre, Paris, Garnier Frères, 1964, 371 pages, p.50.

 

ça ferait une bonne signature.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai fini de lire La Tragédie d'Hamlet, prince de Danemark.

 

J'ai adoré les trois premiers actes.

En revanche je suis un peu déçu des actes 4 et 5 : ça part un peu dans tous les sens, le dénouement est brutal et pas très clair je trouve.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 35 minutes, Fagotto a dit :

C'est inspiré par la pièce de Shakespeare?

 

C'est le titre complet de ladite pièce. Dans la traduction d'Yves Bonnefoy.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je me lance dans le beta reading. Ça ne rapporte rien mais ça entraîne une lecture plus active et c'est sympathique de parler avec les auteurs. A terme j'aimerais lire des auteurs de premier plan.

  • Yea 2

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je m'accroche désespérément pour lire La Servante Écarlate et seigneur faites qu'il se passe quelque chose nom de dieu, j'ai lu quasiment 20% du bouquin et il ne s'est toujours rien passé.

Et d'ailleurs, sans aucun sexisme, la seule autre grande auteur de SF que j'ai essayé de lire c'est Olivia Butler et je vois exactement les même soucis:

- ça traîne du cul

- il se passe rien

- l'écriture est en vue subjective genre "pensées pour moi même"

- c'est flou et vague en permanence

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 17 minutes, NoName a dit :

- l'écriture est en vue subjective genre "pensées pour moi même"

 

Narration à la première personne ? C'est peut-être plus courant chez les femmes (attention statistique au doigt mouillé basée sur un échantillon de 4 romancières).

 

Auquel cas ce n'est pas forcément un défaut, ça dépend la manière dont on l'utilises et si le personne est plaisant ou non.

Share this post


Link to post
Share on other sites

La narration première personne ne me dérange pas au contraire mais dans ce cas j'aimerais que le narrateur ait pas l'air defoncé au prozac et que ce qu'il raconte ait un peu plus de substance que vice et versa des inconnus 

  • Haha 3

Share this post


Link to post
Share on other sites

En même temps la vie du narrateur est pas hyper fun.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, NoName a dit :

Je m'accroche désespérément pour lire La Servante Écarlate et seigneur faites qu'il se passe quelque chose nom de dieu, j'ai lu quasiment 20% du bouquin et il ne s'est toujours rien passé.

Et d'ailleurs, sans aucun sexisme, la seule autre grande auteur de SF que j'ai essayé de lire c'est Olivia Butler et je vois exactement les même soucis:

- ça traîne du cul

- il se passe rien

- l'écriture est en vue subjective genre "pensées pour moi même"

- c'est flou et vague en permanence


On m'a vendu la serie comme THE serie. Je me suis endormi a chaque fois que j'ai tente de la regarder. Pourtant, c'est a la base typiquement ma came.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 29/06/2019 à 04:52, Johnnieboy a dit :

On m'a vendu la serie comme THE serie. Je me suis endormi a chaque fois que j'ai tente de la regarder. Pourtant, c'est a la base typiquement ma came.

 

Je trouve que ça se regarde sans être la série du siècle. Les intrigues internes à Gilead et les back-stories des haut placés sont au final plus intéressants que la vie des Handmaids à proprement parler. J'ai le livre dans ma pile à lire pour voir ce que ça donne.

 

Sinon ces dernières semaines un peu en vrac :

 

The Man versus The State de Herbert Spencer. J'avais vu le nom sur le forum et je suis bien content d'avoir télécharger ça chez le LvMI. Il y a des passages sur l'Angleterre de la fin du 19e qui sont un peu datés, mais aussi plein de réflexions intéressantes sur l'individualisme. Beaucoup aimé le dernier chapitre sur les droits naturels en réponse à Hobbes. Et à voir la biographie de l'auteur, c'est incompréhensible qu'il ne soit pas plus connu.

 

The fountainhead de tatie Rand. Démarrage un peu lent avec le perso de Roark qui m'agaçait. La vision de l'amour chez Rand est toujours aussi WTF pour moi. Mieux aimé la suite avec Ellsworth qui est un super antagoniste et Gail Wynand comme héros tragique. Le message sur l'individualisme est pas mal et complémentaire à celui plus politique de Atlas Shrugged (j'aurais tendance à préférer ce dernier, mais j'étais peut-être meilleur public à l'époque).

 

We de Zamyatin. Très intéressant comme précurseur de dystopie avec un État autoritaire. Les passages sur le taylorisme à la sauce bureaucratique sont géniaux. Un peu dur à suivre au niveau du style d'écriture vers la fin. Souvent référencé comme influence de 1984, mais j'y vois aussi une grosse ressemblance avec Anthem de Rand sur plein d'aspects.

 

Liberty de F.A. Harper. Rien de fondamentalement nouveau par rapport à plein d'autres livres sur la philosophie libertarienne. Mais c'est bien écrit et son passage de stratégie à la fin mérite d'être lu.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 56 minutes, Cthulhu a dit :

The Man versus The State de Herbert Spencer. J'avais vu le nom sur le forum et je suis bien content d'avoir télécharger ça chez le LvMI. Il y a des passages sur l'Angleterre de la fin du 19e qui sont un peu datés, mais aussi plein de réflexions intéressantes sur l'individualisme. Beaucoup aimé le dernier chapitre sur les droits naturels en réponse à Hobbes. Et à voir la biographie de l'auteur, c'est incompréhensible qu'il ne soit pas plus connu.

My 2c : le social-darwinisme + le proto-libertarianisme l'ont blacklisté. Schumpeter n'est pas étouffé par la sympathie quand il l'expédie en note de bas de page de son History of economic analysis (Routledge, 1981, pp. 741-742).

Citation

Spencer was a man of representative eminence who, to an amazing degree, was at the same time profound, clever, and silly. The man who rediscovered Buffon’s idea of the evolution of higher (complex) organisms from lower (simpler) before Darwin’s paper had thrilled the scientific world may justly be called profound. And the man who invented the velocimeter (for locomotives) and a dozen of other gadgets was all that the phrase ‘clever’ conveys. But no other word but ‘silly’ will fit the man who failed to see that, by carrying laissez-faire liberalism to the extent of disapproving of sanitary regulations, public education, public postal service, and the like, he made his ideal ridiculous and that in fact he wrote what would have served very well as a satire on the policy he advocated. Neither his economics nor his ethics (normative as well as analytic) are worth our while. What is worth our while to note is the argument that any policy aiming at social betterment stands condemned on theground that it interferes with natural selection and therefore with the progress of humanity. The reader should observe, however, that the almost pathetic nonsense could have been avoided and that the sound element in his argument could have been partly salvaged by adding ‘unless methods more humane and more scientific than natural selection can be found in order to achieve what survival of the fittest is supposed to achieve.’

 

C'en est presque drôle. On le présente aussi souvent comme quelqu'un qui n'a rien compris à Darwin, une sorte de gros bourrin de la biologie (cf. Patrick Tort, André Pichot). Du côté des "vrais" biologistes, Ernst Mayr résume bien la façon dont il est considéré dans son magnus opus, The Growth of Biological Thought :

Citation

For instance, in recent accounts of evolution by various evolutionists, H. Spencer has hardly received any attention. There are good reasons for this neglect. Not only was Spencer vague and confused, but the ideas he championed were those of others and already obsolete when taken up by Spencer. That Spencer's borrowed ideas were quite popular and influential, as far as the general public was concerned, is without question true, but it is not the task of the scientist-historian to trespass in the domain of the sociologist. (p. 13)

Plus loin, il lui consacre une page, pas très charitable :

Citation

The vacuousness of Spencer's theory is evident from his definition: "Evolution is an integration of matter and concomitant dissipation of motion; during which the matter passes from an indefinite, incoherent homogeneity to a definite, coherent heterogeneity; and during which the retained motion undergoes a parallel transformation" (1870: 396). The stress on matter, movement, and forces in this and other discussions of evolution is a typical example of an inappropriate eighteenth-century-type physicalist interpretation of ultimate causations in biological systems, and has nothing to do with real biology. What little Spencer knew of biology in 1852 when he published his first essay on evolution was based on Chambers' Vestiges and on Lyell's refutation of Lamarck. Like Chambers, Spencer derived his concept of evolution from an analogy with ontogenetic development, the growth of the individual organism. It was transferred by him from these teleonomic phenomena to a teleological principle affecting the principles of progress adopted by Condorcet and other philosophers of the Enlightenment. Spencer's ideas contributed nothing positive to Darwin's thinking; on the contrary, they became a source of considerable subsequent confusion. It was Spencer who suggested substituting for natural selection the term "survival of the fittest," which is so easily considered tautological; it was likewise he who became the chief proponent in England of the importance of the inheritance of acquired characters (in his famous controversy with Weismann).14 Worst of all, it was he who became the principal spokesman for a social theory based on a brutal struggle for existence, misleadingly termed social Darwinism (Hofstadter, 1955). It would be quite justifiable to ignore Spencer totally in a history of biological ideas because his positive contributions were nil. However, since Spencer's ideas were much closer than Darwin's to various popular misconceptions, they had a decisive impact on anthropology, psychology, and the social sciences. For most authors in these areas, for more than a century after Darwin, the word "evolution" meant a necessary progression toward a higher level and greater complexity, which is what it had meant to Spencer rather than to Darwin. This must be stated emphatically in order to dispel a long-standing myth. Unfortunately, there are still a few social scientists who ascribe this Spencerian type of thinking to Darwin.

 

Je note qu'en effet, dans Hayek par exemple, "évolution" est l'équivalent de "complexification", par exemple.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le 06/07/2019 à 00:25, Vilfredo Pareto a dit :

My 2c : le social-darwinisme + le proto-libertarianisme l'ont blacklisté. Schumpeter n'est pas étouffé par la sympathie quand il l'expédie en note de bas de page de son History of economic analysis (Routledge, 1981, pp. 741-742).

Coté philo, il y a aussi le fait que l'utilitarisme est un peu passé date chez les anglo-saxons, suite à Moore, et surtout à Rawls et Nozick en politique. Sigdwick, un autre gros utilitariste classique du même moment est à peu près aussi oublié, et pourtant, il est l'un des premiers à vouloir atténuer le libéralisme en le rendant plus étatiste.

(Spencer est un utilitariste fanatique qui cherche à radicaliser Mill, en faisant de cette doctrine une vérité connaissable a priori)

 

De Spencer, il faut aussi absolument lire ce texte : https://fr.wikisource.org/wiki/Le_Droit_d’ignorer_l’État

 

A propos de ceux qui ne l'ont pas oublié : Borgès se revendiquait de sa pensée (toujours fun à sortir face à un lettré amateur d'Amérique latine, presque par définition gauchiste). Wordsworth Donisthorpe, véritable inventeur du cinéma et fondateur de la fédération britannique d'échec, était un anarchiste spencerien.

Share this post


Link to post
Share on other sites
il y a 1 minute, Mégille a dit :

Spencer est un utilitariste fanatique qui cherche à radicaliser Mill

Je ne connais pas bien l'oeuvre de Spencer mais pour un utilitariste sa critique de Bentham me paraît assez violente (dans Man vs State justement). Et il est très attaché au DN pour un utilitariste. Mais j'ai peut-être une vision un peu caricaturale de l'utilitarisme. Sinon oui, je pense que tu as raison sur la disparition progressive de l'utilitarisme en philo (à part Peter Singer).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je lis The Falklands War du The Sunday Times Insight.

 

J'avais 2 hispanophones devant moi dans le bus tout à l'heure, ils m'ont regardé en chien de faïence pendant tout le trajet :lol:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ironie de l'histoire:

 

"[Pétain] devra pourtant à Léon Blum de se voir épargner un gros ennui. Les services de contrôle du ministère des Finances chargés de surveiller les fuites de capitaux et les transferts de fonds à l'étranger ont découvert qu'en date du 27 janvier 1937, un mandataire de Pétain a signé pour lui, à Londres, avec la Confederation Life of Toronto, un contrat de rente viagère à capital aliéné, moyennant une prime unique de 3177 livres (soit environ 350 000 francs d'alors). L'opération tombe sous le coup de la loi ; mais Blum conseillera "étant donné la personnalité de l'intéressé", de ne pas importuner le contrevenant. On ferme les yeux."

-Henri Guillemin, Nationalistes et "nationaux" (1870-1940), Gallimard, coll. Idées, 1974, 476 pages, p.371.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dédicace à @Rübezahl

 

"L'histoire n'est qu'un défilé de faux Absolus, une succession de temples élevés à des prétextes, un avilissement de l'esprit devant l'Improbable. Lors même qu'il s'éloigne de la religion, l'homme y demeure assujetti ; s'épuisant à forger des simulacres de dieux, il les adopte ensuite fiévreusement: son besoin de fiction, de mythologie triomphe de l'évidence et du ridicule." 

-Emil Cioran, Précis de décomposition, 1949. In Œuvres, Gallimard, coll. Quarto, 1995, 1818 pages, p.581.
 

Sinon Isaiah Berlin est battu, niveau éloge du scepticisme: 


"Lorsqu'on se refuse à admettre le caractère interchangeable des idées, le sang coule… Sous les résolutions fermes se dresse un poignard ; les yeux enflammés présagent le meurtre. Jamais esprit hésitant, atteint d'hamlétisme, ne fut pernicieux: le principe du mal réside dans la tension de la volonté, dans l'inaptitude au quiétisme, dans la mégalomanie prométhéenne d'une race qui crève d'idéal, qui éclate sous ses convictions et qui, pour s'être complue à bafouer le doute et la paresse, -vices plus nobles que toutes les vertus- s'est engagée dans une voie de perdition, dans l'histoire, dans ce mélange indécent de banalité et d'apocalypse… Les certitudes y abondent: supprimez-les, supprimez surtout leurs conséquences: vous reconstituez le paradis." (p.582)

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 9 heures, Johnathan R. Razorback a dit :

Dédicace à @Rübezahl

"L'histoire n'est qu'un défilé de faux Absolus, une succession de temples élevés à des prétextes, un avilissement de l'esprit devant l'Improbable. Lors même qu'il s'éloigne de la religion, l'homme y demeure assujetti ; s'épuisant à forger des simulacres de dieux, il les adopte ensuite fiévreusement: son besoin de fiction, de mythologie triomphe de l'évidence et du ridicule." 

-Emil Cioran, Précis de décomposition, 1949. In Œuvres, Gallimard, coll. Quarto, 1995, 1818 pages, p.581.

Merci.

Les 2 sont bien vus.

Mais, c'est tellement flagrant que c'est probablement 100% consubstantiel  de la recherche du progrès (qui commence bel et bien par l'imagination).

On ne peut avoir l'un sans l'autre.

Pendant que certains anticipent/explorent/préparent notre futur, d'autres explorent sans répit les confins du nawak.

Et les 2 partagent beaucoup d'ADN.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne connais pas grand chose en philosophie et j'ignorai jusqu'à l'existence d'Emil Cioran, mais ne décrit-il pas notre comportement, lequel n'exprime que les mécanismes inconscients aboutissant inlassablement à la recherche de la domination entre individus, familles, groupes sociaux, classes, états, blocs d'états. Et puis, effectivement, parmi d'autres, ils y a ceux qui fournissent de nouveaux concepts (les explorateurs de @Rübezahl). Sans avoir une vision absolument dichotomique, les gènes de la curiosité ne s'expriment-ils pas moins chez ceux-là que chez ceux-ci?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mon post précédent ne traitait que des producteurs d'imagination.
 

Je crois qu'il y a d'un coté les producteurs d'imagination, que celle-ci soit fertile ou complètement infertile.

Et de l'autre, les consommateurs d'imagination, fertile ou infertile.

Il est clair que les consommateurs d'imagination infertile (aka nawak) sont la pire des 4 combinaisons.

Qualitativement et quantitativement ... car en plus ils sont plutôt nombreux.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Il y a 4 heures, Rübezahl a dit :

Mon post précédent ne traitait que des producteurs d'imagination.
 

Je crois qu'il y a d'un coté les producteurs d'imagination, que celle-ci soit fertile ou complètement infertile.

Et de l'autre, les consommateurs d'imagination, fertile ou infertile.

Il est clair que les consommateurs d'imagination infertile (aka nawak) sont la pire des 4 combinaisons.

Qualitativement et quantitativement ... car en plus ils sont plutôt nombreux.

 

Avec la publicité (à la télé, la radio, sur les murs dans le métro…), tu es contraint de consommer du contenu inutile au moins quelques temps chaque semaine. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...