Jump to content

Mes lectures du moment


Recommended Posts

il y a 38 minutes, Johnathan R. Razorback a dit :

Quelqu'un peut m'expliquer d'où vient cette expression étrange ? ^^

Ca veut dire que Leo Strauss fait ça (ce côté "lol... you weak feeble bitch" du mec en chemise bleue)

PartialUnfoldedAmericanalligator-size_restricted.gif

Link to post
Share on other sites
il y a 9 minutes, Vilfredo Pareto a dit :

Un trésor.

Si, c'est le reproche que lui font les traducteurs après lui (selon mon prof de philo, l'ineffable Hadi Rizk). Notamment ceux qui veulent souligner les parentés Aristote/philosophie islamique je suppose. Mais je ne sais pas ça de façon certaine.

 

Pour le coup, je ne suis pas en train de dire que telle ou telle interprétation est à favoriser, plutôt que Tricot nous "prive" d'un tel choix.

Link to post
Share on other sites

Henry James, "Le Tour d'écrou".

 

Bon, mais aussi je pense qui les livres/films/discussions/etc sur ce livre sont meilleurs qui ce livre.

Link to post
Share on other sites

Je viens de finir Against the grain de James Scott. Ouvrage qui a le mérite de casser la vision assez linéaire - ou plutôt    typiquement “progressiste” - que l’on a du processus d’évolution de l’histoire humaine. Très, très instructif pour cette raison.

 

Sur la formation des premières formes d’États: la partie la plus croustillante à mon goût. Cela recoupe mes précédentes recherches en anthropologie sur les sociétés primitives. Tout ce paradigme rend toute position normative et aussi simpliste que l’anarchisme complètement dépassée, ou du moins assez présomptueuse si on prend en compte les éléments qui vont à l’encontre de nos biais de confirmation. Il y a anguille sous roche, autant sur les raisons de leur formation que leur effondrement mystérieux de part et d’autre, ou encore leur rôle dans l’élaboration de structures sociales plus complexes.

  • Yea 2
Link to post
Share on other sites

Bon ben je lis Neanderthal mon frère de Condemi et Savatier pour essayer de répondre à la question de sa disparition.

C'est pas gagné, ils proposent des hypothèses pour les réfuter rapidement : infections sur une population naïve mais transmission épidémique peu probable car petits groupes d'individus, éparses, génocide mais peu probable car pas de charniers, pour les deux hypothèses le fait que la disparition se soit passé sur une période de temps relativement longue est aussi un argument négatif.

Un truc intéressant ce sont des modifications du champ magnétique terrestre qui aurait pu mettre à rude épreuve le climat et l'adaptation de Neanderthal.

L'hypothèse de la compétition pour les ressources est aussi évoqué.

Sinon, hybridation avec Sapiens s'est faite essentiellement dans le sens femme Neanderthal + homme Sapiens.

Link to post
Share on other sites

Mes notes sur l'almanach de Naval que je recommande.

 

L'almanach de Naval (aussi surnommé "Navalmanach") est un assemblage d'écrits de l'entrepreneur et investisseur Naval Ravikant réalisé par Eric Jorgensen. Naval Ravikant (souvent appelé simplement Naval) est passé en quelques années d'entrepreneur reconnu à "sage de la Silicon Valley". Jorgensen a réalisé cet ouvrage à partir de tweets (@naval est suivi par 1,1 million de lecteurs), d'articles, d'entretiens écrits ou en podcast ou encore de son propre podcast. Le livre est donc une suite de citations rigoureusement sourcée.
La préface est écrite par son ami Tim Ferriss qui indique faire une exception à son principe de refuser d'écrire des préfaces. Le livre commence par des éléments biographiques raconté par Naval notamment son enfance dans une famille modeste, à New Delhi puis à New York dans le Queens. Sa carrière y est aussi évoquée avec par exemple son investissent dans Uber en 2010 à l'âge de 34 ans. 

Parmi les éléments importants de la première partie, consacrée à la création de richesse, on peut noter 
- Le long terme, la responsabilité et les intérêts composés qui en découlent (pas uniquement sous forme financière) 
- L'importance du levier (leverage)  : Selon Naval, les trois types de leviers sont faire travailler d'autres personnes, investir du capital financiers et la création de produit réplicables sans coût marginal. Ce dernier, le plus récent, est celui qu'il recommande. Il prend comme exemple l'animateur de podcast Joe Rogan. L'important pour y réussir est de trouver des activités dans lesquelles l'ampleur du résultat  peut être indépendant des entrés (un employé de support téléphonique ne peux traiter que les appels reçus alors qu'un animateur de podcast ou un auteur de logiciel n'a pas cette limite). Cette partie est dérivée d'une suite de tweets nommée "How to Get Rich (without getting lucky)" qui avait été très appréciée en 2018.

 

 

- Comment rester indépendant en évitant de s'accrocher à une identité.

- L'importance de la lecture : ne pas avoir de peur de juste parcourir un livre pour en tire l'essentiel, de lire les classiques en commençant par les bases (en économie par exemple, il recommande Adam Smith, Mises et Hayek).

- Les modèles mentaux : Le titre de l'ouvrage peut d'ailleurs être vu comme une référence au Poor Charlie's Almanach écrit sur le même principe à propos de Charlie Munger, le partenaire de Warren Buffet, grand promoteur des modèles mentaux, des heuristiques pour penser et décider plus efficacement (à ce sujet, Naval recommande le site Farnam Street).

Dans la seconde partie,  Naval présente le bonheur comme un choix et une compétence qui peut être développée. Il est inspiré par le Bouddhisme sous une forme qu'il nomme "Bouddhisme rationnel" en sélectionnant les enseignements qui marchent pour l'aider et qu'il peut rationaliser grâce à la science et l’évolution. La compétence "bonheur"  ne sera pas développé par tous de la même façon mais prendre des bonnes habitudes est nécessaire. Il est important de s'engager dans des jeux à somme positive plutôt que des jeux à somme nulle comme le statut, le monde politique ou universitaire.  Il donne aussi des conseils plus pratiques en matière de nutrition (régime cétogène et jeûne) , d'exercice physique (il s’entraîne avec Jerzy Gregorek, auteur de The Happy Body) et de méditation.

Le livre se termine par une longue et éclectique liste de recommandation de lecture tant en fiction qu'en non-fiction.

L'ouvrage existe en format papier mais des versions PDF, web et ebook sont disponibles gratuitement sur le site https://www.navalmanack.com/. Il est écrit en anglais et il est peu probable qu'une traduction française soit faite. Néanmoins, du fait du style de Naval et de l'origine des ces écrits (tweets, entretien), il est très facile à lire même sans grandes compétences en anglais. 

Le livre est illustré par des petits schémas minimalistes dus à Jack Butcher. 

Earn_Mind@1x.jpg

( @F. mas, @Séverine B, est-ce qu'une mise au propre pour une revue CP vous intéresse ? )

  • Yea 3
Link to post
Share on other sites

Naval est super intéressant, j'avais énormément aimé son passage chez Rogan. Il me fait un peu penser à Paul Graham un peu dans le même genre. 

  • Yea 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 14 heures, Sekonda a dit :

Mes notes sur l'almanach de Naval que je recommande.

 

L'almanach de Naval (aussi surnommé "Navalmanach") est un assemblage d'écrits de l'entrepreneur et investisseur Naval Ravikant réalisé par Eric Jorgensen. Naval Ravikant (souvent appelé simplement Naval) est passé en quelques années d'entrepreneur reconnu à "sage de la Silicon Valley". Jorgensen a réalisé cet ouvrage à partir de tweets (@naval est suivi par 1,1 million de lecteurs), d'articles, d'entretiens écrits ou en podcast ou encore de son propre podcast. Le livre est donc une suite de citations rigoureusement sourcée.
La préface est écrite par son ami Tim Ferriss qui indique faire une exception à son principe de refuser d'écrire des préfaces. Le livre commence par des éléments biographiques raconté par Naval notamment son enfance dans une famille modeste, à New Delhi puis à New York dans le Queens. Sa carrière y est aussi évoquée avec par exemple son investissent dans Uber en 2010 à l'âge de 34 ans. 

Parmi les éléments importants de la première partie, consacrée à la création de richesse, on peut noter 
- Le long terme, la responsabilité et les intérêts composés qui en découlent (pas uniquement sous forme financière) 
- L'importance du levier (leverage)  : Selon Naval, les trois types de leviers sont faire travailler d'autres personnes, investir du capital financiers et la création de produit réplicables sans coût marginal. Ce dernier, le plus récent, est celui qu'il recommande. Il prend comme exemple l'animateur de podcast Joe Rogan. L'important pour y réussir est de trouver des activités dans lesquelles l'ampleur du résultat  peut être indépendant des entrés (un employé de support téléphonique ne peux traiter que les appels reçus alors qu'un animateur de podcast ou un auteur de logiciel n'a pas cette limite). Cette partie est dérivée d'une suite de tweets nommée "How to Get Rich (without getting lucky)" qui avait été très appréciée en 2018.

 

 

- Comment rester indépendant en évitant de s'accrocher à une identité.

- L'importance de la lecture : ne pas avoir de peur de juste parcourir un livre pour en tire l'essentiel, de lire les classiques en commençant par les bases (en économie par exemple, il recommande Adam Smith, Mises et Hayek).

- Les modèles mentaux : Le titre de l'ouvrage peut d'ailleurs être vu comme une référence au Poor Charlie's Almanach écrit sur le même principe à propos de Charlie Munger, le partenaire de Warren Buffet, grand promoteur des modèles mentaux, des heuristiques pour penser et décider plus efficacement (à ce sujet, Naval recommande le site Farnam Street).

Dans la seconde partie,  Naval présente le bonheur comme un choix et une compétence qui peut être développée. Il est inspiré par le Bouddhisme sous une forme qu'il nomme "Bouddhisme rationnel" en sélectionnant les enseignements qui marchent pour l'aider et qu'il peut rationaliser grâce à la science et l’évolution. La compétence "bonheur"  ne sera pas développé par tous de la même façon mais prendre des bonnes habitudes est nécessaire. Il est important de s'engager dans des jeux à somme positive plutôt que des jeux à somme nulle comme le statut, le monde politique ou universitaire.  Il donne aussi des conseils plus pratiques en matière de nutrition (régime cétogène et jeûne) , d'exercice physique (il s’entraîne avec Jerzy Gregorek, auteur de The Happy Body) et de méditation.

Le livre se termine par une longue et éclectique liste de recommandation de lecture tant en fiction qu'en non-fiction.

L'ouvrage existe en format papier mais des versions PDF, web et ebook sont disponibles gratuitement sur le site https://www.navalmanack.com/. Il est écrit en anglais et il est peu probable qu'une traduction française soit faite. Néanmoins, du fait du style de Naval et de l'origine des ces écrits (tweets, entretien), il est très facile à lire même sans grandes compétences en anglais. 

Le livre est illustré par des petits schémas minimalistes dus à Jack Butcher. 

Earn_Mind@1x.jpg

( @F. mas, @Séverine B, est-ce qu'une mise au propre pour une revue CP vous intéresse ? )

 

Je te remercie pour cette découverte.

 

Cependant pourrais tu préciser ce que tu entends par ce point : 

 

"- Comment rester indépendant en évitant de s'accrocher à une identité."

Link to post
Share on other sites
Il y a 15 heures, Sekonda a dit :


- L'importance du levier (leverage)  : Selon Naval, les trois types de leviers sont faire travailler d'autres personnes, investir du capital financiers et la création de produit réplicables sans coût marginal. Ce dernier, le plus récent, est celui qu'il recommande. Il prend comme exemple l'animateur de podcast Joe Rogan. L'important pour y réussir est de trouver des activités dans lesquelles l'ampleur du résultat  peut être indépendant des entrés (un employé de support téléphonique ne peux traiter que les appels reçus alors qu'un animateur de podcast ou un auteur de logiciel n'a pas cette limite). Cette partie est dérivée d'une suite de tweets nommée "How to Get Rich (without getting lucky)" qui avait été très appréciée en 2018.

 

Crédo d'argent facile, facilement foule sur le même créneau

Link to post
Share on other sites
7 hours ago, Loi said:

 

Je te remercie pour cette découverte.

 

Cependant pourrais tu préciser ce que tu entends par ce point : 

 

"- Comment rester indépendant en évitant de s'accrocher à une identité."

Je pensais à cette partie https://www.navalmanack.com/almanack-of-naval-ravikant/shed-your-identity-to-see-reality  

En particulier:

Quote

 

It’s really important to be able to uncondition yourself, to be able to take your habits apart and say, “Okay, this is a habit I probably picked up when I was a toddler trying to get my parent’s attention. Now I’ve reinforced it and reinforced it, and I call it a part of my identity. Does it still serve me? Does it make me happier? Does it make me healthier? Does it make me accomplish whatever I set out to accomplish?”

 I’m less habitual than most people. I don’t like to structure my day. To the extent I have habits, I try to make them more deliberate rather than accidents of history. [4]

Any belief you took in a package (ex. Democrat, Catholic, American) is suspect and should be re-evaluated from base principles. 
I try not to have too much I’ve pre-decided. I think creating identities and labels locks you in and keeps you from seeing the truth. 

To be honest, speak without identity. 
I used to identify as libertarian, but then I would find myself defending positions I hadn’t really thought through because they’re a part of the libertarian canon. If all your beliefs line up into neat little bundles, you should be highly suspicious. 

 

 

C'est une idée que je connaissais déjà par Paul Graham (http://www.paulgraham.com/identity.html) et qui m'avait marquée. Il y a beaucoup d'idées communes entre PG et Naval d'ailleurs.

  • Yea 1
Link to post
Share on other sites

@F. mas, c'était avec toi que j'avais mentionné How China Became Capitalist de Coase ?

 

Side-note: j'espère être au même niveau mental que Coase si je parviens à 100 ans.

 

C'est très complet et intéressant sur les réformes économiques qui ont été mis en place depuis la mort de Mao jusqu'à ~2010. Et comment un mélange de chance (Mao qui, pour tous ses défauts, n'a jamais cherché à imiter le modèle centralisé soviétique) et de pragmatisme ont poussé le PCC à réviser sa définition de marxisme et socialisme jusqu'à son quasi-opposé.

 

J'ai probablement un biais plus récent avec la disparition de Jack Ma, mais je ne partage pas vraiment l'optimisme de sa conclusion sur le futur de la China par contre.

Link to post
Share on other sites
Il y a 1 heure, Cthulhu a dit :

J'ai probablement un biais plus récent avec la disparition de Jack Ma, mais je ne partage pas vraiment l'optimisme de sa conclusion sur le futur de la China par contre.

 

Quelle est sa conclusion?

Link to post
Share on other sites
il y a une heure, Loi a dit :

Quelle est sa conclusion?

 

Que la Chine est une dictature éclairée où le PCC va finir par laisser éclore un marché des idées qui réveillera le potentiel innovateur du pays et placera son économie largement devant les autres (y a un chiffre de 40% du PIB mondial d'ici 2040).

Link to post
Share on other sites
11 hours ago, Cthulhu said:

 

Que la Chine est une dictature éclairée où le PCC va finir par laisser éclore un marché des idées qui réveillera le potentiel innovateur du pays et placera son économie largement devant les autres (y a un chiffre de 40% du PIB mondial d'ici 2040).

 

Sans avoir lu l'ouvrage, j'ai envie de dire : quelle naiveté ! (même si c'est de Coase, que j'admire of course) En même temps, je note que le livre a été publié au moment où la propagande de Pékin sur le mode 'le modèle de développement chinois est un capitalisme adapté à la mentalité locale' battait son plein, y compris au sein des élites occidentales (2013, il n'y a pas si longtemps!). Depuis quelques temps (et surtout les mises au point de XI Jinping), cette légende s'est un peu calmée. La libéralisation type 'économie socialiste de marché' devrait être comparée à la période de la NEP en URSS. C'est une parenthèse visant à moderniser l'appareil de production et en aucun cas une adoption du modèle capitaliste (sur lequel le régime politique chinois vit en parasite). Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'aujourd'hui, la nomenklatura chinoise a dans le viseur la chute de l'URSS et Tien an Men qui lui donne des sueurs froides. Tout est fait pour que ce genre d'évolution n'arrive pas dans le pays, y compris le gros retour en arrière politique de Xi Jinping. On s'oriente plutôt vers un Etat de surveillance dans lequel la compétition pour la suprématie technologique vise aussi à la suprématie politique et idéologique (marxiste léniniste!). Les initiatives à plusieurs centaines de milliards de dollars comme la route de la soie ou la conquête de l'Afrique sont surtout là pour étendre la puissance du pays et asseoir une domination impérialiste qui s'alimente du ressentiment anti-occidental.

  • Yea 3
  • Sad 1
Link to post
Share on other sites
Il y a 7 heures, F. mas a dit :

En même temps, je note que le livre a été publié au moment où la propagande de Pékin sur le mode 'le modèle de développement chinois est un capitalisme adapté à la mentalité locale' battait son plein, y compris au sein des élites occidentales (2013, il n'y a pas si longtemps!).

 

Je ne suivais pas ça de près à l'époque, mais c'est ce dont je me souviens en effet. D'où ma remarque sur mon biais récent (hindsight is 20/20 toussa toussa).

 

Il y a 7 heures, F. mas a dit :

la suprématie politique et idéologique (marxiste léniniste!).

 

Il y a une discussion intéressante dans ce livre sur le fait que Mao était plus imprégnée de confucianisme et moins de marxisme-léninisme que les apparences montrent. Coase minimise le désastre maoïste (les millions de morts du Grand Bond en avant sont à peine évoqués), mais son analyse du pragmatisme de ses successeurs est plus convaincante. Et que du coup, la suprématie politique est plus importante que l'idéologie. Il suffit de voir l'évolution du terme de "socialisme" pour voir que le PCC n'est pas marié au marxisme-léninisme et cherche juste à maintenir une cohérence de façade.

 

Bref, je ne veux pas trop donner une opinion négative du livre pour autant. Le chapitre sur Mao fait ~20 pages, la conclusion pareil, et le reste est la partie intéressante.

  • Yea 1
Link to post
Share on other sites

J'aime aussi beaucoup les propos de Ray Dalio sur les empires, la poussée de la Chine semble inévitable (les deux derniers siècles constituant une horrible anomalie). On voit que le gap techno entre eux et nous se réduit à peau de chagrin (par nous je pense surtout aux USA comme représentative du pinacle de la civilisation occidentale moderne en termes d'innovation). Avant ils copiaient, aujourd'hui ils créent.

 

Et c'est vrai que la question qui découle de cet état de fait est passionnante, quelles seront les conséquences de l'évolution technologique sur le régime? Je suis mi-pessimiste mi-plein d'espoir (ça dépend de l'actualité). Soit un outil d'émancipation des masses informées* (ce qui s'inscrirait en opposition avec l'idée de "pas de vague") ou alors une dictature 2.0.

 

*j'insiste sur "informées" et non "éduquées/formées"... par le régime

 

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...