Jump to content
Bastiat

Mes lectures du moment

Recommended Posts

 

Bob Vince était l'opposé de son épouse. Journaliste d'investigation international, il avait participé à plus d'un conflit, notamment la série d'attentats que la France avait connus. Profondément choqué il s'était déplacé à son compte à Paris pour investiguer. Il fut le premier à infiltrer la mouvance responsable et à écrire des articles sur le péril du néo salafisme européen. Il s'était notamment lié à un cousin de Coulibally qui avec un descendant de Merah avait juré de venger la mort de leurs oncles. Après une série d'articles parfaitement documentés Vince fut enlevé en plein centre de Paris et gardé en captivité dans une banlieue parisienne tout au long des attentats suivants. Le pays avait été frappé ainsi pendant plus d'un an.

http://www.amazon.fr/AnonymX-Alain-Kolb-ebook/dp/B013WP9D66/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1440242484&sr=8-1&keywords=anonymx

Share this post


Link to post
Share on other sites

Naguib Mahfouz, écrivain égyptien, prix nobel de littérature en 1988.

La trilogie du Caire, tableau de la société égyptienne vu à travers la vie d'une famille bourgeoise, traditionnelle.

Visionnaire, le dernier tome oppose deux personnages, l'un communiste, l'autre frère musulman, à l'image des deux forces politiques qui continuent de s'affronter aujourd'hui dans tout le monde arabe.

Share this post


Link to post
Share on other sites

@toast @freejazz

Lebon est un authentique génie et la"psychologie des foules" un chef d'oeuvre qui a marqué l'histoire.

 

Toute considération sur un "racisme" supposé de Lebon qui viserait à minorer son importance, et surtout

à ne pas le lire, est une horrible erreur gauchiste. Ne la faites pas je vous en prie.

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Lebon est un authentique génie et la"psychologie des foules" un chef d'oeuvre qui a marqué l'histoire.

 

Tout particulièrement Mussolini, qui l'a décrit comme "le Machiavel de l'ère des masses".

 

Et sa méthodologie est d'inspiration positiviste/durkheimienne: "Si Le Bon compare parfois les foules à des individus dont les facultés de réflexion seraient faibles, il ne les identifie pas comme de simples agrégats, ni comme des super-individus. Au contraire, une foule est une entité psychologique particulière, irréductible aux individus qui la composent : c'est pourquoi il faut l'analyser comme telle. [...] Elles ont en quelque sorte une « âme », avec des passions et un fonctionnement organique comparable à celui de l'esprit humain." (Wikipédia, article "Psychologie des foules (livre))

Share this post


Link to post
Share on other sites

 

Tout particulièrement Mussolini, qui l'a décrit comme "le Machiavel de l'ère des masses".

 

Et sa méthodologie est d'inspiration positiviste/durkheimienne: "Si Le Bon compare parfois les foules à des individus dont les facultés de réflexion seraient faibles, il ne les identifie pas comme de simples agrégats, ni comme des super-individus. Au contraire, une foule est une entité psychologique particulière, irréductible aux individus qui la composent : c'est pourquoi il faut l'analyser comme telle. [...] Elles ont en quelque sorte une « âme », avec des passions et un fonctionnement organique comparable à celui de l'esprit humain." (Wikipédia, article "Psychologie des foules (livre))

 

Mussolini étant un très célèbre critique littéraire, doublé d'un sociologue. lol.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mussolini étant un très célèbre critique littéraire, doublé d'un sociologue. lol.

 

Il faut être sociologue pour comprendre le contenu d'un bouquin ?

 

G. Le Bon fait passer ses thèses conservatrices de façon trop subtile ? Lorsqu'il s'arrête longuement sur la prise de la Bastille comme exemple de la bestialité de la foule, l'intention n'est pas assez claire ?

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

On me l'a recommandé aussi. C'est vraiment si bien que ça ?

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai fini une biographie d'Ayn Rand (Ann C. Heller, Ayn Rand and the world she made, Anchor Books Edition, 2009, 567 pages). Il y a un petit morceau sympa sur les relations Rand-Mises:

"[Henry Hazlitt] had introduced them at a dinner party he and Frances gave in 1941 or 1942. As he later recalled the incident, they and his other guests were gathered in the living room after dinner. He took drink orders, and when he returned from the kitchen with a tray in his hands, he heard Rand saying to Mises, "You treat me like a ignorant Jewish girl !". Without knowing exactly what had happened between them, but assuming that they were arguing about the doctrine of natural rights, he tried to make peace. "Oh, i'm sure, Ayn, that Lu didn't mean it that way" he remembered telling her. Mises, who was famously dapper, self-disciplined, and charming, jumped to his feet and shouted, "I did mean it that way !". Since the Austrian sexagenarian was already hard of hearing, Hazlitt surmised that he had not heard what Rand had said. In any case, peace was restored.
Rand and Mises probably didn't see each other again until the early 1950s. But during one of Hazlitt's trip to Los Angeles, the well-known journalist delighted her by confiding that "Lu Mises and i were talking about you the other day, and he called you 'the most courageous man in America.' " "Did he really say
man ?" she asked him. "Yes", said Hazlitt, and she beamed. Within limits, she and the old-world economist like and respected each other. But ideas trumped compliments. Years later, Nathaniel Branden discovered a set of angry margin notes she had prenned in her copy of Mises's most famous book, Human Action. "Bastard !" he recalled that she wrote on one page, irritated by Mises's rejection of a moral, as opposed to a practical, argument for capitalism. [...]
She remained friendly with Mises, however, for another decade and helped him to promote his books
." (p.248-249)

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

à-propos les incitations, la libre entreprise, la concurrence : l'histoire incroyable de la longitude et la prime, équivalant à 5 millions d'euros actuels, offerts par le parlement pour l'inventeur de la meilleure méthode qui s'avérera être un total outsider

 

http://www.amazon.fr/LONGITUDE-Lhistoire-solitaire-probl%C3%A8me-scientifique/dp/2020338580/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1441273127&sr=1-1&keywords=longitude

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après m'être détendu avec le tome V de GOT j'attaque un San Antonio, le style est assez particulier... C'est volontaire ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Yup, il paraît. J'en ai lu un y'a pas longtemps, j'ai trouvé ça très sympa.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Disons qu'avec la décadence actuelle de l'ednat cela finira par être utilisé en dictée...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Y à plus de dictée à l'école.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après m'être détendu avec le tome V de GOT j'attaque un San Antonio, le style est assez particulier... C'est volontaire ?

 

sans déc, PAB, tu n'as jamais lu un bouquin de San Antonio (Frédéric Dard) ????

C'est un immense écrivain, trrrrès prolifique, à l'écriture foisonnante et délirante, qui manie l'argot avec bonheur mais qui a aussi son propre langage.

Il est même étudié et a été le sujet de thèses. J'ai lu tous ses polars. Mais tu dois lire également ses "romans" tels que "les clés du pouvoir sont dans la boîte à gants", "y a t il un français dans la salle", "la vieille qui marchait dans la mer" "faut il tuer les petits garçons qui ont les mains sur les hanches"

Et qui plus est, je pense qu'il était libéral-compatible :)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Disons qu'avec la décadence actuelle de l'ednat cela finira par être utilisé en dictée...

bah pourquoi pas, c'est pas un mauvais écrivain, mais c'est délirant. Toujours mieux que de se taper Rouge Brésil

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est mon premier.

 

Quelle chance ! Si tu accroches à son "dialecte" et te laisse porter par ses délires, tu en as pour quelques temps de lectures ! 

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après m'être détendu avec le tome V de GOT j'attaque un San Antonio, le style est assez particulier... C'est volontaire ?

Complètement. J'en ai bouffé au moins une vingtaine quand j'étais adolescent, j'adorais ça.
  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

Après un Terry Pratchett je viens de terminer Lontano, le dernier JC Grangé. Pas mal, j'ai bien aimé. Il est meilleur que le précédent (Kaiken), mais il est loin d'égaler mon préféré: Le Serment des Limbes. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai enfin fini La Route de la Servitude.

"Enfin" est un grand mot, j'ai rarement dévoré un livre aussi vite et avec tant de passion/d'intérêt. La dernière fois c'était avec La Loi, et la fois d'avant c'était Antigone (d'Anouilh) il y a presque dix ans.

Les premiers chapitres qui expliquent la chute du libéralisme sont passionnants. J'y avais rarement pensé sous cette perspective, j'en ai appris beaucoup sur la montée du fascisme (alors que je pensais être assez calé sur le sujet).

Je comprends mieux certains principes, notamment moraux, de l'individualisme. Prochaine étape : Ayn Rand !

Le plus choquant étant non l'actualité du livre paru en 44, mais plutôt à quel point il décrit avec exactitude tout le XXeme siècle ; notamment les 56 années manquantes.

J'ai toujours été déçu du traitement de l'histoire de l'entre-guerre notamment dans les médias ou les livres d'Histoire. La vision qu'en donne Hayek est très intéressante avec ces orgueils nationaux (le caractère "anglais" "allemand") qui, aujourd'hui, passeraient pour de la folie (on se moque aisément des clichés mais jamais on ne s'en orgueillerait ni definirait une personne par sa nationalité).

J'avais quelques appréhensions parce que j'avais entendu ici que le livre était assez lourd. Au contraire, je l'ai trouvé presque trop court.

Vous en avez d'autre des comme ça :D ?

  • Yea 1

Share this post


Link to post
Share on other sites

 Quand je lis ce bouquin, j'ai l'impression de lire un livre sur notre époque. C'est assez flippant.

 

 Mais je l'ai pour ma part effectivement trouvé assez lourd... Hayek se répète souvent je trouve. 

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai enfin fini La Route de la Servitude.

"Enfin" est un grand mot, j'ai rarement dévoré un livre aussi vite et avec tant de passion/d'intérêt. La dernière fois c'était avec La Loi, et la fois d'avant c'était Antigone (d'Anouilh) il y a presque dix ans.

C'est l'un des livres libéraux que j'ai mis le plus de temps à lire. Hayek n'a pas un style extraordinaire, et n'est pas super bien traduit en plus. Il faut dire que je lisais la 5e édition chez PUF, qui est horrible visuellement (mais vraiment horrible), ça aide pas. La sixième édition doit être beaucoup plus agréable à lire, ils ont réagencés le texte proprement.

 

Prochaine étape : Ayn Rand !

La Grève ? Je l'ai lu plus rapidement que La Route de la servitude. Malgré ses défauts. Il y a beaucoup de mystères dans ce livre et on a envie de connaître le fin mot de tout ça. Toutefois il faut s'armer de patience, et je parle d'artillerie lourde. Le style n'est pas extraordinaire, mais sache que du début à la fin, tout a un sens dans ce livre. Essaye d'en savoir le moins possible sur le bouquin pour ne pas te faire spoiler. (Je pense que tu dois déjà l'être en partie.)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Quitte à lire du Hayek, autant lire directement Droit, législation et liberté.

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai découvert une chouette collection : Heureux qui comme... aux Editions Magellan
http://www.editions-magellan.com/collection/2-heureux-qui-comme
 
Ce sont des récits de voyages par des lettrés du 19 ième siècle (et 20ième commençant), extraits d'oeuvres plus large, de correspondance, d'article de presse, etc...
Je viens de lire " Californie" par Jules Huret, un journaliste du Figaro. Ce journal l'envoya faire un long voyage-reportage sur les Etats-Unis en 1902. Le petit livre en question reprend des notes et des articles consacrés à Los Angeles et San Fransisco. Il décrit les vieilles missions, les vergers, les villes modernes avec le tramway, la spéculation immobilière, les plages pour milliardaires (Malibu), etc. On le voit impressionné par les avancées du progrès comme la machine à écrire, les femmes qui conduisent, la mixité dans les écoles. L'écriture, un peu désuète, est magnifique et rajoute au dépaysement par des remarques d'un autre âge. Par exemple, quand il apperçoit Rockfeller : "Quand il me tourne le dos, je vois, derrière sa tête, complè- tement dénudée, de chaque côté de l'occiput, à l'ombre de ses oreilles très séparées du crâne, deux excroissances énormes, monstrueuses, dont je demande la signification aux phrénologues." Il y a aussi un excellent chapitre sur Chinatown, tout empreint du racisme bon enfant de l'époque. On n'oserait plus publié une seule ligne d'un texte pareil....

 

 

A titre d'exemple, un extrait sur la pratique du Boycott.
 

J'ai vu de mes yeux ce qu'est le boycottage.

Je passais un soir dans Market Street, la principale
rue de la ville. Devant un restaurant, à l'enseigne du
« Restaurant Puritain », un homme-sandwich allait et
venait en prononçant tout haut les paroles inscrites
en grosses lettres sur ses deux affiches : a Travail-
leurs, n'allez pas au restaurant Puritain, c'est
l'ennemi destinions ouvrières I... » Le restaurateur
se tenait sur le pas de sa porte, en souriant d'un air
gêné. Il paraissait très ennuyé, et il devait l'être,
en eifet, car sa clientèle semblait mince. Les deux
hommes se regardaient avec malveillance. Je m'in-
fo^'mai de la raison de ce boycottage. On me dit que
le patron employait sans doute des aides de cuisine
au-dessous du tarif fixé par les syndicats, et qu'il
faisait travailler en dehors des heures convenues.
Alors l'Union avait délégué un de ses membres les empêcher de donner leur clientèle à cet ennemi.
Or, ici, presque tous les ouvriers font partie des
unions. Une telle interdiction produit des effets
réels.

Pendant plusieurs jours, je revis l'homme-sandwich
à sa faction. En rentrant le soir, à minuit, il s'y trou-
vait encore, lui ou un suppléant. Le restaurant se
vidait. Le restaurateur ne souriait plus. Un beau jour,
riiomme-sandwich avait disparu : le patron vaincu
avait souscrit aux tarifs des syndicats.

Share this post


Link to post
Share on other sites

C'est l'un des livres libéraux que j'ai mis le plus de temps à lire. Hayek n'a pas un style extraordinaire, et n'est pas super bien traduit en plus. Il faut dire que je lisais la 5e édition chez PUF, qui est horrible visuellement (mais vraiment horrible), ça aide pas. La sixième édition doit être beaucoup plus agréable à lire, ils ont réagencés le texte proprement.

La Grève ? Je l'ai lu plus rapidement que La Route de la servitude. Malgré ses défauts. Il y a beaucoup de mystères dans ce livre et on a envie de connaître le fin mot de tout ça. Toutefois il faut s'armer de patience, et je parle d'artillerie lourde. Le style n'est pas extraordinaire, mais sache que du début à la fin, tout a un sens dans ce livre. Essaye d'en savoir le moins possible sur le bouquin pour ne pas te faire spoiler. (Je pense que tu dois déjà l'être en partie.)

Je confirme c'est la 6eme édition, les paragraphes sont agencés assez efficacement.

Après question de goûts, j'imagine que j'étais passionné

Pour Rand, j'ignore si commencer par Atlas Shrugged est le plus sage. Un spécialiste ?

Quitte à lire du Hayek, autant lire directement Droit, législation et liberté.

Je note

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour Rand, j'ignore si commencer par Atlas Shrugged est le plus sage. Un spécialiste ?

 

Je n'ai pas lu ses autres œuvres romanesques, mais Anthem est drôlement plus cours que la plupart (1/12 de La Grève): http://www.gutenberg.org/files/1250/1250-h/1250-h.htm

 

Tu peux aussi trouver certains de ses essais en français ici: http://hydra.forumactif.org/t1032-ayn-rand-oeuvres?highlight=Ayn+rand

Share this post


Link to post
Share on other sites

J'ai découvert une chouette collection : Heureux qui comme... aux Editions Magellan

http://www.editions-magellan.com/collection/2-heureux-qui-comme

 

Ce sont des récits de voyages par des lettrés du 19 ième siècle (et 20ième commençant), extraits d'oeuvres plus large, de correspondance, d'article de presse, etc...

Ça a en effet l'air bien sans être trop cher (6 à 7€) et il y a du choix dans la collection.

Share this post


Link to post
Share on other sites

 Pour Ayn Rand, une triologie est sortie au cinéma basé sur le livre "La grève". 

 

 C'est un peu le bordel comme triologie - les acteurs changent à chaque films - mais pour ceux qui ont pas envie de se farcir tout le bouquin. 

 

 Le livre d'Alain Laurent sur Ayn Rand est aussi très bien.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...