Jump to content

[dévié]L'athéologie En Pleine Forme (éditoriale)


Recommended Posts

Un filon est né, semble-t'il:

Discover magazine recently called Richard Dawkins "Darwin"s Rottweiler" for his fierce and effective defense of evolution. Prospect magazine voted him among the top three public intellectuals in the world (along with Umberto Eco and Noam Chomsky). Now Dawkins turns his considerable intellect on religion, denouncing its faulty logic and the suffering it causes.

He critiques God in all his forms, from the sex-obsessed tyrant of the Old Testament to the more benign (but still illogical) Celestial Watchmaker favored by some Enlightenment thinkers. He eviscerates the major arguments for religion and demonstrates the supreme improbability of a supreme being. He shows how religion fuels war, foments bigotry, and abuses children, buttressing his points with historical and contemporary evidence. In so doing, he makes a compelling case that belief in God is not just irrational, but potentially deadly.

Dawkins has fashioned an impassioned, rigorous rebuttal to religion, to be embraced by anyone who sputters at the inconsistencies and cruelties that riddle the Bible, bristles at the inanity of "intelligent design," or agonizes over fundamentalism in the Middle East—or Middle America.

Notons que l'article original de Discovery Magazine est beaucoup moins laudateur que ne le laisse entendre ce prière d'insérer…

Link to comment
De toutes façons Dawkins est un con.

Oxford University en a fait son porte parole de la science auprès du grand public. Tout à fait le genre d'institution conne, comme le démontre son faible nombre de prix Nobel, qui choisirait un con pour un tel rôle clé.

Link to comment

Désolé pour mon commentaire un peu brutal, j'aurais pu développer. Mais on a déjà parlé de ce sieur il y a quelques temps. Et la lecture de la 4e de couverture que nous a mis Taranne suffit à exaspérer devant le nombre de violations sémantiques, généralisations, etc., assénées en si peu de lignes. Et ça prétend défendre la science ! :icon_up:

Pour ma part une telle densité me donne d'abord la flemme devant une telle entreprise…

Link to comment
Un filon est né, semble-t'il:

Juste une remarque :

En cas d'inversion verbe-sujet, on met un trait d'union entre le verbe, le pronom et l'éventuel "t". Il n'y a aucune exception à cette règle. Le seul moment où l'on met une apostrophe, c'est lorsqu'on utilise le pronom adverbial "en", comme dans "tape-m'en cinq" (remarque d'ailleurs qu'il y a un trait d'union entre le verbe et le pronom personnel "me", ici élidé en " m' ").

a-t-il vu ?

joue-t-elle à ce jeu ?

semble-t-il…

plaît-il ?

vivons-nous en Europe ?

Link to comment
Juste une remarque :

En cas d'inversion verbe-sujet, on met un tiret entre le verbe, le pronom et l'éventuel "t". Il n'y a aucune exception à cette règle. Le seul moment où l'on met une apostrophe, c'est lorsqu'on utilise le pronom adverbial "en", comme dans "tape-m'en cinq" (remarque d'ailleurs qu'il y a un tiret entre le verbe et le pronom personnel "me", ici élidé en " m' ").

a-t-il vu ?

joue-t-elle à ce jeu ?

semble-t-il…

plaît-il ?

vivons-nous en Europe ?

Il va falloir faire un petit lexique à coller en début de forum. Avec cette erreur et les autres.

Link to comment

Ouais, en plus, parler de filon c'est gros: jusqu'à preuve du contraire, les religieux publient plus de livres (ratio de un à mille? de un à dix mille?) que les athées (a-fée carabosse, a-licorne, a-père Noël, etc.)

Bref, un lancement de fil d'une qualité inhabituelle pour Lib.org.

Dommage.

Link to comment
Mais l'expliquer de façon compréhensible (à savoir les raisons de l'existence d'une telle règle), ce serait bien aussi :icon_up:

:doigt:

L'apostrophe s'utilise en cas d'élision. Le trait d'union est, comme le mot l'exprime, un signe qui marque une suite de mots en unité lexicale ou grammaticale. Unité lexicale : un pot-de-vin, par exemple. Unité grammaticale : dit-il, moi-même, celui-ci, vingt-deux.

Link to comment
Désolé pour mon commentaire un peu brutal, j'aurais pu développer. Mais on a déjà parlé de ce sieur il y a quelques temps. Et la lecture de la 4e de couverture que nous a mis Taranne suffit à exaspérer devant le nombre de violations sémantiques, généralisations, etc., assénées en si peu de lignes. Et ça prétend défendre la science ! :icon_up:

Pour ma part une telle densité me donne d'abord la flemme devant une telle entreprise…

N'oublie pas que c'est sans doute l'éditeur qui a écrit la quatrième de couverture, pas Dawkins lui-même…c'est un peu léger pour juger de ses arguments qui sont sans doute un peu mieux développés (qu'on soit d'accord ou pas)… :doigt:

Link to comment

Tous ces livres sur l'athéisme sont ridicules. Ils croient redécouvrir quelque chose qui existe en fait depuis des milliers d'années (au moins 2500 ans, apparition du bouddhisme). Il est vrai que les diverses impostures monothéistes ont durablement influencé une bonne partie du monde.

Link to comment
Tous ces livres sur l'athéisme sont ridicules. Ils croient redécouvrir quelque chose qui existe en fait depuis des milliers d'années (au moins 2500 ans, apparition du bouddhisme). Il est vrai que les diverses impostures monothéistes ont durablement influencé une bonne partie du monde.

:icon_up:

Athéisme=bouddhisme du pauvre ?

Link to comment
:icon_up:

Athéisme=bouddhisme du pauvre ?

L'athéisme à la Onfray (par exemple) est seulement une posture d'opposition émotionnelle qui révèle comment ces "athées" restent en fait dépendants du théisme. Un peu comme les histoires de profanation qu'écrivait Barbey d'Aurevilly (mais pourquoi un athée, un vrai, profanerait quoi que ce soit ?). On devrait dire dans ce cas précis "anti-théisme" plutôt qu'athéisme.

Link to comment

C'est très possible, mais aucune ne prétend que le bouddhisme serait athée, hors l'école dilbertienne.

Je tiens par ailleurs à répéter qu'à mon sens, seul le monothéisme est compatible avec l'individualisme, puisqu'il met Créateur et créature face à face, et implique liberté et donc responsabilité de la créature.

Link to comment
C'est très possible, mais aucune ne prétend que le bouddhisme serait athée, hors l'école dilbertienne.

Je tiens par ailleurs à répéter qu'à mon sens, seul le monothéisme est compatible avec l'individualisme, puisqu'il met Créateur et créature face à face, et implique liberté et donc responsabilité de la créature.

Dans le cas du bouddhisme de Bouddha, le bouddhisme original donc, il n'y a pas de créateur ou de créature. Bouddha disait simplement que l'homme devait apprivoiser ses douleurs sans se préoccuper de l'existence (ou non) de l'âme et, donc, sans se soucier d'un principe invisible, peut-être guidé par les dieux. En fait Bouddha était agnostique, il présentait la question de Dieu comme une réponse impossible et non comme une affirmation ou négation. Tout ceci se trouve dans la doctrine du Theravâda, doctrine du Petit Véhicule qui est la plus fidèle au message de Bouddha car la plus ancienne. Ce n'est que plus tard, dans le Grand Véhicule et le Véhicule de Diamant (lamaïsme) que les dieux apparurent, sûrement pour des raisons démagogiques.

Par ailleurs, le bouddhisme zen est totalement athée. Et l'athéisme est compatible avec l'individualisme (de nombreux chantres de l'individu furent athées).

Link to comment

Archived

This topic is now archived and is closed to further replies.

Guest
This topic is now closed to further replies.
×
×
  • Create New...