Jump to content

Recommended Posts

Au dela du liberalisme de Tatcher c'est le cote "dame de fer" qui est mis en avant. L'esprit de la couverture est donc: Il faut du liberalisme en France mais du liberalisme courageux, qui tienne tete a des manifestations gigantesques, aux syndicats etc.

Bien évidemment, et il est là ce libéralisme courageux? J'aimerais bien que The Economist m'aide à le trouver, puisqu'il se réclame d'être une source d'information.

Link to post
Share on other sites

Dans l'article du Monde qui parle de ce numéro de The Economist, il y a un commentaire intéressant :

freethink

29.10.06 | 13h08

les français sont mal organisés, c'est pourquoi la France a toujours fini par perdre ses guerres contre l'Angleterre… s'exiler c'est reconnaître que le libéralisme a perdu en France or il ne faut pas s'y résoudre il faut combattre: par exemple lancer une désobéissance civique où 35% des français libéraux et où les entreprises refuseraient de payer l'IR/charges sociales afin de pousser les politiciens pro à faire les grandes réformes structurelles rationnalisant la dépense publique…

Qu'est-ce que vous en pensez ? Plus difficile à faire qu'une manif, et difficile aussi de résister à une contre-attaque étatique, mais bon, au moins, l'idée a le mérite d'être évoquée.

Link to post
Share on other sites
Qu'est-ce que vous en pensez ?

Aisé, ludique, pas dangereux, et facilement médiatisable. Bravo. C'est la solution. :icon_up:

Une autres solution, moins dangereuse pour l'épithélium : fonder une association étrangère sur fonds privés dont l'objet est de venir en aide au contribuable français en lui fournissant aide d'urgence, assistance juridique contre les supôts de l'Etat, de l'EN, de la SS, etc…

Link to post
Share on other sites
Aisé, ludique, pas dangereux, et facilement médiatisable. Bravo. C'est la solution. :icon_up:

Une fois qu'il y a des gens prêts à le faire, ce serait excellent, effectivement. Encore faut-il trouver suffisamment de gens "libertarianism ready". :warez:

Une autres solution, moins dangereuse pour l'épithélium : fonder une association étrangère sur fonds privés dont l'objet est de venir en aide au contribuable français en lui fournissant aide d'urgence, assistance juridique contre les supôts de l'Etat, de l'EN, de la SS, etc…

Et assistance à l'expatriation. :doigt:

Link to post
Share on other sites
Et assistance à l'expatriation. :icon_up:

Oui, plus une radio / télé qui diffuse des messages libéraux depuis les frontières, etc… Organiser la résistance comme depuis l'Angleterre en 1940.

Prenons le maquis tant qu'on le peut !

:doigt:

Link to post
Share on other sites

Je ne l'ai pas encore lu, mais je soupçonne qu'il n'y est fait mention ni de l'IFRAP, ni de LC, ni des CA ni de AL, et même pas de libéraux.org.

Si The Economist, magazine engagé, veut que ça change, ils doivent mentioner qu'il y a en France un frémissement qui ne demande qu'à devenir un grondement audible.

Et s'il le faisaient, ça ferait du bruit. Leur influence va bien au delà du monde Anglophone, cf comment ils ont claqué la teuté à Berlusconi et à Pinault.

Quelqu'un connaît-il leur correspondant pour la France? Sinon, quelqu'un connait-il quelqu'un qui connaît leur correspondant pour la France? Sinon, qu'est-ce qu'on fout tous là si on n'a même pas un contact de 2nde main avec The Economist?

Link to post
Share on other sites

Chut, vous allez le faire apparaître. N****** L**** c'est comme Candyman, à force de répéter son nom il l'entend et alors l'enfer se déchaîne sur les pauvres mortels.

Link to post
Share on other sites
  • 4 weeks later...
Si The Economist, magazine engagé, veut que ça change, ils doivent mentioner qu'il y a en France un frémissement qui ne demande qu'à devenir un grondement audible.

Tu fantasmes là :doigt: ! Le français libéral, néo ou ultra, c'est un peu comme le yéti, on en parle souvent, mais on ne le voit jamais. A part certains de mes proches, vous qui fréquentez libéraux.org êtes les seuls libéraux que je "connaisse" :icon_up: . C'est un peu maigre…

Pour en revenir à l'article, le passage suivant m'a beaucoup étonné :

Of the three main baccalauréat options, one is a subject called "economic and social science". Mr Cohen of the Council of Economic Analysis prefers to call it "a radical neo-Marxist amalgam of sociology and soft economics". One widely used textbook devotes page after page to Marxist theories of production, class struggle and bourgeois exploitation. In a section on the labour market, it states that "employers seek to divide workers in order to reduce solidarity between different categories of staff."

Qu'il y ait, dans l'enseignement français (ou belge), du prosélytisme anti-capitaliste ne me surprend pas le moins du monde, j'en ai moi-même fait les frais, mais que cela soit inscrit dans un programme de terminale ça m'troue l'c** !

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

On ne peut pas comparer la société anglaise et la société française.Ce ne sont absolument pas les mêmes mentalités.L'Angleterre est plus encline au réformes libérales car elle a toujours défendue un systéme marchand dans son histoire et d'autres part l'ensemble de son economie a toujours intégralement reposé sur le commerce et les échanges.De plus c'est un pays trés proche des EU.

La France quant à elle est un systéme qui de son histoire est toujours resté attaché aux valeurs traditionnelles et à une certaine forme de souverainisme("chauvinisme") qui a toujours défendue l'indépendance éco-sociale vis à vis du reste du monde .Cette mouvance pris divers noms au cours de l'histoire:monarchie absolue,empire,gaullisme,socialisme mais l'idée est toujours restée la même.

Aprés c'est une idée louable de faire évoluer le systéme français mais je pense néanmoins que la France doit se démarquer du libéralisme anglo-saxon en essayant de construire un modéle de libéralisme qui lui est propre.

Link to post
Share on other sites
On ne peut pas comparer la société anglaise et la société française.Ce ne sont absolument pas les mêmes mentalités.L'Angleterre est plus encline au réformes libérales car elle a toujours défendue un systéme marchand dans son histoire et d'autres part l'ensemble de son economie a toujours intégralement reposé sur le commerce et les échanges.

N'importe quoi. Faut-il rappeler que la Grande-Bretagne, après le Seconde Guerre mondiale, jusqu'à Thatcher était le pays le plus socialisé d'Europe occidentale, keynésianisé à mort. Même plus que la France… pour vous dire. Justement, la situation de la France est parfaitement comparable à celle de la Grande-Bretagne d'avant Thatcher.

Link to post
Share on other sites
N'importe quoi. Faut-il rappeler que la Grande-Bretagne, après le Seconde Guerre mondiale, jusqu'à Thatcher était le pays le plus socialisé d'Europe occidentale, keynésianisé à mort. Même plus que la France… pour vous dire. Justement, la situation de la France est parfaitement comparable à celle de la Grande-Bretagne d'avant Thatcher.

En revanche, nulle Thatcher de ce côté-ci de la Manche. Nous sommes fichus.

Link to post
Share on other sites
N'importe quoi. Faut-il rappeler que la Grande-Bretagne, après le Seconde Guerre mondiale, jusqu'à Thatcher était le pays le plus socialisé d'Europe occidentale, keynésianisé à mort. Même plus que la France… pour vous dire. Justement, la situation de la France est parfaitement comparable à celle de la Grande-Bretagne d'avant Thatcher.

Mia ça reste néanmoins un pays qui a beaucoup plus d'avances par rapport à nous.Et puis d'abord en Angleterre,il n'ya pas de socialisme mais du travaillisme qui est une forme de social-libéralisme et de social-démocratie.De plus Keynes n'est pas forcément totalement étatiste,ce qu'il voulait c'est que l'état booste l'économie en relançant la consommation.

Link to post
Share on other sites
…en Angleterre,il n'ya pas de socialisme mais du travaillisme qui est une forme de social-libéralisme et de social-démocratie.

Maintenant, avec le New Labour, peut-être. Mais l'ancien Labour, d'avant Blair, c'était un vrai parti socialiste pur et dur. Les socialistes français, c'étaient de la roupie de sansonnet à côté. Sans parler des syndicats britanniques d'avant Thatcher, parfaitement totalitaires.

Link to post
Share on other sites

Dans le numéro de The Economist de cette semaine, on peut lire ceci :

The French presidential race

Candidate inflation

[…]

Most other aspirants are first-timers. They include a Utopian, a federalist and a former rector of the Marseilles mosque, plus contestants representing tawpayers, pensioners, the unemployed and the handicapped. Rachid Nekkaz, a Sorbonne philosophy graduate and son of north African immigrants, who says he is "apolitical", claims to have 500 signatures already. Edouard Fillias, a 27-year-old who bravely wants to reconcile France with liberalism, is working on them. The is also the usual crowd of ecologists, hunters-and-fisher-men, Trotskyists, communists, nationalists and far-rightists.

Sinon, j'ai vu EF dans le Oui/Non de LCI avec Michel Fields, ses réponses n'étaient pas forcément bien limpides…

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
×
×
  • Create New...