Jérôme

Réchauffement climatique

10 509 messages dans ce sujet

Oui,  bravo.

 

Il n 'empêche que la contre argumentation de Philiber té n'est pas si mal.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Il y a 16 heures, frigo a dit :

Oui,  bravo.

 

Il n 'empêche que la contre argumentation de Philiber té n'est pas si mal.

 

Chaque fois que j'ai un doute sur mon évaluation de la problématique du réchauffement climatique, je vais jeter un coup d'oeil aux 1500 pages du WG1 de l'AR5 de l'IPCC, ses divers graphiques, sources, etc.

 

Et il n'y a rien à faire. Quand je regarde ça :

623247CAGWsmokinggun2.png

994034CAGWsmokinggun.png

 

Le signal du réchauffement anthropique qui apparait de manière fulgurante dans les modèles avec la "bosse" de température des années 80-2000 et qui disparaitra ensuite de manière tout aussi fulgurante avec l'effondrement de l'impulsion à partir des années 2000, malgré l'explosion concomitante des émissions*, je ne peux pas me dire autre chose que : le fait que ces modèles n'arrivent pas à "digérer" autrement (qu'en accusant les émissions humaines) cette bosse des années 80-2000 ne prouve rien.

 

Et ça prouve d'autant moins de chose que je n'ai jamais eu la moindre preuve franche et directe que c'est effectivement impossible de calibrer les modèles sans faire appel aux émission anthropiques.

 

 

*

33-emissions-co2-chine.jpg

2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tu crois que c'est suffisant de fonder ton opinion sur l'étude d'une micro période qui pourrait n'etre qu'un accident d'une tendance ?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 14 minutes, frigo a dit :

Tu crois que c'est suffisant de fonder ton opinion sur l'étude d'une micro période qui pourrait n'etre qu'un accident d'une tendance ?

 

 

Mais regarde toi même : les modèles ne voient pas le réchauffement climatique anthropique avant les années 80. Le "catastrophisme"" est donc basée sur 20 ans d'impossibilité des modèles à se passer des émissions humaines, et sur 20 ans de déni face à l'absence de prolongement des tendances catastrophistes ainsi anticipées.

 

Les seuls modèles que je considère comme scientifiques*, ce sont les modèles de radiation-diffusion simples, en calcul ligne par ligne, qui ne prévoient qu'un réchauffement modeste, bien en deça de ce que "prédisent" les modèles de circulation générale, de 1,3°C par doublement de la concentration de CO2. Et oui, je défendrai clairement et sans aucune retenue le fait que l’accommodation est une stratégie beaucoup plus réaliste que le "combat contre les émissions" face à un changement prévu aussi faible. Ce d'autant plus que le réchauffement et l'augmentation de la concentration en CO2 eux-mêmes ont des effets positifs majeurs.

 

*entre autres, parce qu'ils ne sont pas chaotiques, parce qu'ils sont entièrement déterminés par des paramètres physiques "durs", parce que leurs limitations sont connues.

1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

A propos d'accomodation que penses tu de la proposition de Guillet qui prétend qu'une conversion générale a l'agriculture biologique, qui stock énormément  de CO2 en le fixant dans l'humus du sol, serait une voie de compensation?

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
à l’instant, frigo a dit :

A propos d'accomodation que penses tu de la proposition de Guillet qui prétend qu'une conversion générale a l'agriculture biologique, qui stock énormément  de CO2 en le fixant dans l'humus du sol, serait une voie de compensation?

 

J'en pense que je n'ai jamais vu de preuves que l'agriculture bio permettait réellement d'accroitre le % de matière organique dans les sols alors que des techniques conventionnelles "adaptées", notamment les travaux du sols simplifiés faisant appel à des couverture végétales, me semblent tout à fait aptes à maintenir une vie du sol dynamique.

 

Même s'ils ne les utilisent pas de manière systématique, les défoliants systémiques sont un outil indispensable pour les agriculteurs qui se mettent à installer des couverts végétaux qui sont, amha, indispensables pour conserver une vie du sol à peu près saine et éviter l'érosion.

 

Les bio qui retournent leurs champs trois fois plus souvent que les autres car c'est à peu près leur seul manière de lutter contre les adventices, je ne vois pas en quoi c'est désirable et encore moins comment ça pourrait permettre d'avoir des sols plus sains.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non mais la fertilisation avec la matière organique enrichie le sol en humus, même si on le travail. 

 

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
il y a 9 minutes, frigo a dit :

Non mais la fertilisation avec la matière organique enrichie le sol en humus, même si on le travail.

 

Les bios n'ont aucune obligation de recourir à la fertilisation organique. Pour eux, des cailloux broyés, c'est bio. Qu'ils contiennent des impuretés plus ou moins nocives les rends "meilleurs" que des engrais raffinés.

Les "conventionnels" n'ont aucune obligation de recourir à la fertilisation chimique, et sont même les premiers à épandre de la matière organique (lisier ..).

 

Bref, introduire le bio dans la discussion n'apporte rien.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Allons allons dans l'immense majorité des cas les bios fertilisent avec la matière organique.

 

Mais tu as raison la fertilisation organique n'est pas théoriquement l'apanage de la bio.

0

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Contenu similaire

    • Par FabriceM
      L'Australie fait face à une énorme vague de chaleur.
      La demande en électricité explose, notamment pour faire tourner les climatiseurs.
      Problème, la production ne suit pas et des coupures tournantes sont en place et ont déjà touché 90 000 habitants*.
       
      *1 http://www.adelaidenow.com.au/news/south-australia/sa-power-crisis-will-there-be-more-blackouts/news-story/82f848efbc42455b9d7c4e1487b04fa5?nk=ea7883841d0b2ba93781d572d98b9fae-1486676862
      *2  http://www.9news.com.au/national/2017/02/08/20/12/blackout-leaves-at-least-40000-people-without-power-in-south-australia
       
      A l'origine de tout ça, la dépendance à l'énergie éolienne que s'est infligée le sud de l’Australie. Avec une production réelle égale à 7% de la production nominale, ce "trou" dans la production est, je cite, "au cœur du problème".