Aller au contenu

Messages recommandés

La physique est, malgré la représentation que certains en ont, une science expérimentale.

Les démonstrations "formules à l'appui" sont bien entendu l'idéal. Hélas, certains phénomènes sont plus difficiles à appréhender que d'autre. C'est peut-être injuste, mais la mécanique céleste tiens en une "formule", mais la météorologie non. On peut le déplorer, mais c'est ainsi.

- Des preuves historique/préhistorique de réchauffement de même amplitude sur des durées comparables : lesquelles ?

- Groenland = pays vert : l'islandis n'a jamais ne recouvrait pas entièrement le Groenland au X ème siècle, c'est parfaitement connu. et alors ?

- Des coquillages sur les montagnes : c'est certain que si l'on confond l'échelle des temps géologiques avec celle de l'ère industrielle on peut dire tout et son contraire. Mais ce n'est pas très scientifique….

Et…?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
[…] Que retrouve-t-on au sommet des montagnes? Des coquillages. […]

Heu, quel rapport avec le climat ? Ca a davantage de rapport avec la tectonique et la géologie de long terme, non ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Heu, quel rapport avec le climat ? Ca a davantage de rapport avec la tectonique et la géologie de long terme, non ?

Non. Ca a tout à voir avec le surf ; on trouve souvent des moules au sommet des montagnes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Donc, c'est très clair, le réchauffement climatique d'origine humaine n'est pas démontré. Game over, try again.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne résiste pas à recopier le texte trouvé sur le site de Laure Allibert :icon_up:

Changement climatique

Amis libéraux, vous avez tort de nier l'évidence : le climat change, et si on ne fait rien, on va à la catastrophe ! Lisez ceci :

Alors que durant trois quarts de siècle nous avons connu les conditions extraordinaires d'un climat tempéré, le fait majeur aujourd'hui semble indiquer que nous allons vers un refroidissement généralisé. Les climatologues sont cependant en désaccord concernant à la fois la cause et la durée de cette tendance au refroidissement et à la fois son impact sur les conditions locales du climat. Mais ils sont presque tous d'accord sur le fait que cette tendance va réduire la productivité agricole jusqu'à la fin du siècle. Et si le climat se met à changer aussi durablement que le prévoient les plus pessimistes d'entre eux, les conséquences, en terme de famine, deviendront catastrophiques.

(…) D'autres observent ce refroidissement comme le retour vers les conditions du "petit âge glaciaire" avec ces hivers rigoureux qui ont glacé l'Europe et le nord américain entre 1600 et 1900, à une époque où la Tamise était si solidement gelée que les londoniens faisaient des barbecues sur la glace et que les bateaux briseurs de glace naviguant sur l'Hudson allaient au sud jusqu'à New York.

(…) Les climatologues sont pessimistes quant à la volonté des leaders politiques de prendre des décisions permettant de contrebalancer les changements climatiques, voire d'en ralentir les effets. Ils admettent néanmoins que l'une des plus audacieuses solutions proposées, telle que faire fondre la calotte glacière en la recouvrant de suie noire ou encore détourner les fleuves de l'Arctique peuvent créer de bien plus grands problèmes.

"The Cooling World", Peter Gwynne, Newsweek, 28 avril 1975

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Donc, c'est très clair, le réchauffement climatique d'origine humaine n'est pas démontré. Game over, try again.

Pour être plus précis

"le réchauffement climatique d'origine humaine ne peut être démontré avec la rigueur d'un mathématicien (c.a.d. par inférence déductive)"

mais, pour un être rationnel

"l'ensemble des observations passées et actuelles permet par inférence inductive de conclure que le réchauffement climatique est d'origine humaine"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mais, pour un être rationnel

"l'ensemble des observations passées et actuelles permet par inférence inductive de conclure que le réchauffement climatique est d'origine humaine"

Non, ça, c'est aller très vite en besogne. Et d'ailleurs, même le GIEC n'est pas tip top convaincant.

Le GIEC confirme comme « très vraisemblable » l'attribution aux gaz à effet de serre anthropiques de l'essentiel du réchauffement observé ces cinquante dernières années.

Cette confiance n'a aucune base solide, puisque le même GIEC reconnaît dans son Rapport complet des carences importantes dans l'analyse des incertitudes d'évaluation des forçages comme dans la compréhension des incertitudes structurelles des modèles.

• Que les gaz à effet de serre anthropiques contribuent au réchauffement moderne (1750-2005) et au réchauffement récent (1950-2005) est une quasi-certitude. Mais la part exacte des gaz à effet de serre dans les tendances observées ne peut pas être raisonnablement évaluée sur des périodes courtes (réchauffement récent), avec des amplitudes faibles (0,5 °C) et des mesures médiocres. La qualification choisie par le GIEC (« très vraisemblable ») est donc le simple avis d'un nombre restreint d'experts regroupés autour des auteurs principaux du Rapport, et non le résultat d'une analyse quantitative / qualitative précise.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Du magazine américain Newsweek (28 avril 1975) :

“Des signes de mauvaise augure montrent que les tendances météorologiques ont commencé à changer brutalement et que ces changements présagent une diminution radicale de la production alimentaire, avec de sérieuses implications politiques pour toutes les nations de la planète. La chute de la production de nourriture pourrait commencer bientôt (…) Les preuves de ces prédictions commencent à s’accumuler massivement (…)

Pour les scientifiques, ces incidents, apparemment isolés, représentent les signaux avancés de changements fondamentaux dans le climat mondial. Le fait central est qu’après trois quart de siècle de conditions extraordinairement douces, le climat de la terre semble se refroidir. Les météorologues ne sont pas d’accord sur la cause et la rapidité du refroidissement (…) mais ils ont presque unanimes sur le fait que cette tendance va réduire la production agricole pour le reste du siècle. Si le changement climatique est aussi profond que certains pessimistes le craignent, les famines qui en résulteraient pourraient être catastrophiques. Un récent rapport de l’Académie des Sciences américaine (NDLR : Encore elle ! Elle est actuellement à la pointe du réchauffement climatique !) avertit : “ Un changement climatique majeur pourrait forcer à des ajustements socio-économiques à l’échelle mondiale “(…) Une étude menée par Murray Mitchell de la NOAA ( NDLR : National Oceanic and Atmospheric Administration, le pendant de l’IPSL, l’Institut Pierre Simon Laplace des sciences de l’environnement dirigé par Jean Jouzel, représentant de la france au GIEC) révèle une chute d’un demi degré dans les températures moyennes de l’hémisphère nord entre 1945 et 1968. Ce refroidissement a déjà tué des centaines de milliers de personnes. S’il continue et que l’on n’entreprend pas d’actions fortes pour l’arrêter, il provoquera une famine mondiale, un chaos planétaire et une guerre mondiale, tout ceci pouvant arriver avant l’an 2000.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
"l'ensemble des observations passées et actuelles permet par inférence inductive de conclure que le réchauffement climatique est d'origine humaine"

En fait, c'est à toi de le démontrer.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
En fait, c'est à toi de le démontrer.

Pour autant qu'un raisonnement inductif puisse servir de preuve, cette causalité est démontrée.

Évidemment, le concept de preuve est capricieux et d'un maniement délicat, et on ne peut montrer un fait physique qu'avec un caractère probabiliste. Mais quand le GIEC tient pour une "quasi-certitude" un fait probabiliste, il est difficile de dire plus sans mentir.

Certes, il est toujours possible d'opposer l'absence de démonstration à un ensemble cohérent d'observations concordantes. Le clergé a, par exemple, dans une poussée de fièvre idéologique, objecté à Galilé une "insuffisance de preuves" : à vous de juger.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pour autant qu'un raisonnement inductif puisse servir de preuve, cette causalité est démontrée.

Évidemment, le concept de preuve est capricieux et d'un maniement délicat, et on ne peut montrer un fait physique qu'avec un caractère probabiliste. Mais quand le GIEC tient pour une "quasi-certitude" un fait probabiliste, il est difficile de dire plus sans mentir.

Certes, il est toujours possible d'opposer l'absence de démonstration à un ensemble cohérent d'observations concordantes. Le clergé a, par exemple, dans une poussée de fièvre idéologique, objecté à Galilé une "insuffisance de preuves" : à vous de juger.

Et les liens donnés ci-dessus, c'est du poulet ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Certes, il est toujours possible d'opposer l'absence de démonstration à un ensemble cohérent d'observations concordantes. Le clergé a, par exemple, dans une poussée de fièvre idéologique, objecté à Galilé une "insuffisance de preuves" : à vous de juger.

Sans vouloir m'exprimer sur le réchauffement, je pense que cette phrase-là est très réductrice. Je vous conseille la lecture de l'article Galilée sur wikipédia.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Et les liens donnés ci-dessus, c'est du poulet ?

Oui, mais pas n'importe quel poulet. Les sites cités par gadrel (à l'exception du 4eme qui demande reflexion) sont

à la rigueur scientifique ce que le poulet de batterie aux hormones et gavé de farine de poisson

est au poulet de ferme élevé au grain : à la limite, baignant dans la créme ou dans le gras cela peut passer,

mais quand on enlève ces artifices, il ne reste plus qu'une bouillie sans consistance.

Plus sérieusement, ces sites n'ont aucune rigueur scientifique et les conclusions sont orientés. Par exemple

- Les travaux de de Svenmark sont sur-interprété, l'auteur lui même ayant affirmé "qu'il ne prétend pas avoir mis en évidence un processus permettant de relier de manière directe les variations climatiques du siècle écoulé aux variations de l'activité solaire"

(Reply to comments on "variation on cosmic ray flux and global cloud coverage - a missing link in solar-climate relationships",

Svensmark & Friis-Christensen, Journal of Atmospheric and solar-terrestrial physics, 62 (2000), 79-80)

- Lomborg a été reconnu par le Danish Committee on Scientific Dishonesty comme "malhonnête"

dans la présentation de ses résultats scientifiques

- Le résumé de l'article de Science (sur le site de l'éditeur) parle de chute de neige

là où l'Express nous parle de volume de glace.. Pas de trace du Kilimandjaro dans la revue Nature…

Pas très appétissant le poulet

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Sans vouloir m'exprimer sur le réchauffement, je pense que cette phrase-là est très réductrice. Je vous conseille la lecture de l'article Galilée sur wikipédia.

Bien sur, l'histoire de la révolution Galiléenne est complexe, et comme on ne peut réduire la révolution française à la prise de la Bastille, on ne peut réduire cette révolution scientifique à quelques anecdotes. Mais l'argument des preuves insuffisantes a quand même été avancé :

"Il (cardinal Bellarmin) écrit une lettre à Foscarini où il condamne sans équivoque la thèse héliocentrique en l'absence de réfutation concluante du système géocentrique. "

source Wikipédia.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oui, mais pas n'importe quel poulet. Les sites cités par gadrel (à l'exception du 4eme qui demande reflexion) sont à la rigueur scientifique ce que le poulet de batterie aux hormones et gavé de farine de poisson

est au poulet de ferme élevé au grain : à la limite, baignant dans la créme ou dans le gras cela peut passer,

mais quand on enlève ces artifices, il ne reste plus qu'une bouillie sans consistance.

Plus sérieusement, ces sites n'ont aucune rigueur scientifique et les conclusions sont orientés.

Parce que les conclusions du GIEC ne sont pas orientées peut-être ? Mouah ah ah ah ah ah.

- Les travaux de de Svenmark sont sur-interprété, l'auteur lui même ayant affirmé "qu'il ne prétend pas avoir mis en évidence un processus permettant de relier de manière directe les variations climatiques du siècle écoulé aux variations de l'activité solaire"

(Reply to comments on "variation on cosmic ray flux and global cloud coverage - a missing link in solar-climate relationships",

Svensmark & Friis-Christensen, Journal of Atmospheric and solar-terrestrial physics, 62 (2000), 79-80)

- Lomborg a été reconnu par le Danish Committee on Scientific Dishonesty comme "malhonnête"

dans la présentation de ses résultats scientifiques

- Le résumé de l'article de Science (sur le site de l'éditeur) parle de chute de neige

là où l'Express nous parle de volume de glace.. Pas de trace du Kilimandjaro dans la revue Nature…

Pas très appétissant le poulet

Ouh là là, il va falloir des sources solides, notamment pour arriver à prouver que Lombörg a été reconnu comme malhonnête ; il me semble qu'il a ouvert un concours (doté d'une prime) pour prouver que ce qu'il disait était faux (me trompe-je ?). Pour le moment, personne n'a réussi.

Mais je me trompe sûrement.

En outre, tout ceci pue un peu l'ad hominem ; en quoi les arguments cités, notamment ceux fournis dans la quote qq messages plus haut, sont-ils faux (p.ex sur le "simple avis" du GIEC) ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Bien sur, l'histoire de la révolution Galiléenne est complexe, et comme on ne peut réduire la révolution française à la prise de la Bastille, on ne peut réduire cette révolution scientifique à quelques anecdotes. Mais l'argument des preuves insuffisantes a quand même été avancé :

"Il (cardinal Bellarmin) écrit une lettre à Foscarini où il condamne sans équivoque la thèse héliocentrique en l'absence de réfutation concluante du système géocentrique. "

source Wikipédia.

Insuffisance de preuve et absence de réfutation c'est très différent - mais on dévie :icon_up:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On doit quand même avoir un auditoire plus important que ce qu'on croyait pour que la secte écologiste nous envoie un chevalier vert pour défendre le dogme néo-malthusien :icon_up:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
On doit quand même avoir un auditoire plus important que ce qu'on croyait pour que la secte écologiste nous envoie un chevalier vert pour défendre le dogme néo-malthusien :icon_up:

Tsss…c'est parce que tu comprends rien à la Science, sale capitaliste ! :doigt:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
On doit quand même avoir un auditoire plus important que ce qu'on croyait pour que la secte écologiste nous envoie un chevalier vert pour défendre le dogme néo-malthusien :icon_up:

Non, non : le rayon de la planète terre comme sa surface sont infinis, la population humaine n'a aucune limite physique et les ressources géologiques et minières sont telles la corne d'abondance.

Ouf :doigt: je vais passer incognito.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
- Lomborg a été reconnu par le Danish Committee on Scientific Dishonesty comme "malhonnête"

dans la présentation de ses résultats scientifiques

Ca ne me parait pas une présentation des plus… "honnêtes" de cette affaire. Cf. par exemple http://en.wikipedia.org/wiki/Lomborg#Accus…ific_dishonesty

En particulier, il ne me semble pas tout à fait négligeable que le ministère des sciences danois ait demandé à ce comité de revoir son verdict parce que, entre autres :

The DCSD did not provide specific statements on actual errors.

… ce qui me parait légèrement étrange quand on accuse quelqun de "plagiat" ou d'avoir "inventé des données" !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Non, non : le rayon de la planète terre comme sa surface sont infinis, la population humaine n'a aucune limite physique et les ressources géologiques et minières sont telles la corne d'abondance.

Ouf :icon_up: je vais passer incognito.

Lorsqu'un produit est soumis aux règles du marché libre, son prix dépend entre autres choses de sa disponibilité. Si l'eau vient à manquer un jour, par exemple, son prix augmentera. Des solutions qui ne sont actuellement pas utilisées (comme la désalinisation) car trop coûteuses deviendront rentables. Il y aura ainsi une régulation automatique de la consommation grâce au prix. Idem concernant l'essence : lorsqu'elle deviendra plus coûteuse, les compagnies pourront exploiter des champs actuellement délaissés et surtout les autres technologies deviendront plus avantageuses comparativement. Il y aura une prime à l'utilisation rationnelle et efficace de l'essence, ainsi qu'à la création de nouvelles technologies.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Arn0

De plus le marché, contrairement à ce qu'on peut lire ailleurs, anticipe. Si je pense que le pétrole sera dix fois plus cher dans dix ans j'ai tout intérêt à acheter un puits et à attendre pour l'exploiter. Si tout le monde fait comme moi l'offre va se raréfier et les prix vont monter jusqu'au point où on pense avoir plus d'intérêt à vendre aujourd'hui qu'à attendre. La conséquence de la montée des prix c'est qu'une partie du pétrole ne sera pas consommée lors d'une période d'abondance pour être réservée à une période de manque (c'est une sorte de lissage).

C'est d'ailleurs pour cela que lorsqu'on annonce une guerre dans un pays du moyen-orient le prix monte : bien que l'offre et la demande du moment n'aient absolument pas changé lors de l'annonce les prévisions futures d'offre et de demande elles ont bien changé, et le marché l'a pris en compte. Le plus drôle c'est que ceux qui reprochent le plus au marché d'être imprévoyant sont les mêmes qui critiquent le plus vertement ce mécanisme (qu'on appelle spéculation).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Excellent. Fin de la première colonne, on remarquera qu'il dit que les météorologues "sont presque unanimes" pour dire que le refroidissement va avoir des conséquences catastrophiques. Comme quoi, les gens passent mais la connerie reste.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Non, non : le rayon de la planète terre comme sa surface sont infinis, la population humaine n'a aucune limite physique et les ressources géologiques et minières sont telles la corne d'abondance. […]

Et alors ? Premièrement, je te rappelle que la population humaine dans le monde commence à se stabiliser, et qu'elle devrait plafonner vers 10 à 12 milliards d'individus au maximum, ce qui est beaucoup mais ne posera pas de problèmes (méta)physiques. Deuxièmement, l'esprit humain invente constamment de nouvelles manières d'utiliser les dons de Mère Nature de manière toujours plus parcimonieuse, et ce sans limite. Troisièmement, oublie Malthus, tu te fais du mal. :icon_up:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Arn0

Le plus amusant c'est que l'un des principes de bases de l'économie c'est que les ressources sont rares. La société d'abondance post-rareté c'est une connerie Marxiste. Remarquez vu que la plupart des écolos sont d'anciens communistes qui ne connaissent de l'économie que les théories de Marx ce genre de reproches anti-économistes n'est pas si étonnant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le plus amusant c'est que l'un des principes de bases de l'économie c'est que les ressources sont rares. La société d'abondance post-rareté c'est une connerie Marxiste. Remarquez vu que la plupart des écolos sont d'anciens communistes qui ne connaissent de l'économie que les théories de Marx ce genre de reproches anti-économistes n'est pas si étonnant.

On en revient toujours au même

putain de

sophisme du gâteau fixe. Si quelqu'un a des arguments choc pour faire exploser ce préjugé, je suis preneur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Arn0
On en revient toujours au même

putain de

sophisme du gâteau fixe. Si quelqu'un a des arguments choc pour faire exploser ce préjugé, je suis preneur.

Mais le pire c'est que même si le gâteau était fixe le marché serait une meilleur réponse que l'état. Si la raréfaction des énergies fossiles ne peut vraiment pas être compensé par d'autres sources d'énergie ou par une plus grande rentabilité énergétique alors spontanément et progressivement les gens prendront moins la voiture et l'avion, les gens seront incité à habiter plus prêts de leur travail et de leur commerce, le transports de marchandises diminuera… et tout cela pacifiquement sans aucun besoin que les politiques y incitent.

Ceci étant dit ce problème n'a au fond rien à voir avec celui du réchauffement climatique (à part dans le discours des écolos bien sur).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.

  • Contenu similaire

    • Par FabriceM
      L'Australie fait face à une énorme vague de chaleur.
      La demande en électricité explose, notamment pour faire tourner les climatiseurs.
      Problème, la production ne suit pas et des coupures tournantes sont en place et ont déjà touché 90 000 habitants*.
       
      *1 http://www.adelaidenow.com.au/news/south-australia/sa-power-crisis-will-there-be-more-blackouts/news-story/82f848efbc42455b9d7c4e1487b04fa5?nk=ea7883841d0b2ba93781d572d98b9fae-1486676862
      *2  http://www.9news.com.au/national/2017/02/08/20/12/blackout-leaves-at-least-40000-people-without-power-in-south-australia
       
      A l'origine de tout ça, la dépendance à l'énergie éolienne que s'est infligée le sud de l’Australie. Avec une production réelle égale à 7% de la production nominale, ce "trou" dans la production est, je cite, "au cœur du problème".
×