Jump to content

Recommended Posts

"We have just four months. Four months to secure the future of our planet."

En 4 mois on devrait pouvoir réunir Seagall Norris et Willis pour sauver la planète.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tous mes remerciements au Sénat Australien :

Australia Rejects Climate Cap-and-Trade Bill

Australia Rejects Climate Cap-and-Trade Bill — Senators voted 42 to 30 against it: “It is a dog of a plan”

Aug. 13 (Bloomberg) — Australia’s Senate rejected the government’s climate-change legislation, forcing Prime Minister Kevin Rudd to amend the bill or call an early election.

Senators voted 42 to 30 against the law, which included plans for a carbon trading system similar to one used in Europe. Australia, the world’s biggest coal exporter, was proposing to reduce greenhouse gases by between 5 percent and 15 percent of 2000 levels in the next decade.

Rudd, who needs support from seven senators outside the government to pass laws through the upper house, can resubmit the bill after making amendments. A second rejection after a three-month span would give him a trigger to call an election.

“We may lose this fight, but this issue will not go away,” Climate Change Minister Penny Wong told the Senate in Canberra. “Australia cannot afford for climate change to be unfinished business.”

Five members from the Australian Greens party sought bigger cuts to emissions while the opposition coalition and independent Senator Nick Xenophon wanted to wait for further studies on the plan’s impact on the economy.

“Australia going it alone before Copenhagen will not make a jot of difference,” Liberal Senator Eric Abetz said. “It is a dog of a plan and we will not support it in its current form.”

http://wattsupwiththat.com/2009/08/12/aust…bill/#more-9886

Share this post


Link to post
Share on other sites

http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=206…id=ah3CTKEw4HQc

Climate Change Measure Should Be Set Aside, U.S. Senators Say

Share | Email | Print | A A A

By Daniel Whitten and Simon Lomax

Aug. 14 (Bloomberg) -- The U.S. Senate should abandon efforts to pass legislation curbing greenhouse-gas emissions this year and concentrate on a narrower bill to require use of renewable energy, four Democratic lawmakers say.

“The problem of doing both of them together is that it becomes too big of a lift,” Senator Blanche Lincoln of Arkansas said in an interview last week. “I see the cap-and-trade being a real problem.”

The resistance by Lincoln and her Senate colleagues undercuts President Barack Obama’s effort to win passage of legislation that would cap carbon dioxide emissions and establish a market for trading pollution allowances, said Peter Molinaro, the head of government affairs for Midland, Michigan- based Dow Chemical Co., which supports the measure.

“Doing these energy provisions by themselves might make it more difficult to move the cap-and-trade legislation,” said Molinaro, who is based in Washington. “In this town if you split two measures, usually the second thing never gets done.”

The House passed cap-and-trade legislation in June.

Leaders of the Democratic-controlled Senate say they are sticking with their plan to combine a version of that bill with a separate measure mandating energy efficiency and the use of renewable sources such as solar and wind power. The legislation also provides for an extension of offshore oil and gas drilling in certain areas, broadening its support.

Reid’s Comment

“I don’t think we are going to take to the Senate floor a bill stripped of climate provisions,” Senate Majority Leader Harry Reid, a Democrat from Nevada, told reporters in Las Vegas on Aug. 11.

The Senate Energy and Natural Resources Committee passed the renewable-energy legislation, 15-8, in June. Reid has set a deadline of Sept 28 for committees to complete work on climate- change provisions.

Ben Nelson of Nebraska and North Dakota Senators Kent Conrad and Byron Dorgan joined Lincoln in suggesting that the climate measure be put off.

“We should separate the energy bill from the climate bill,” Conrad told reporters this month. ‘It needs to be done as soon as we can get it done,” he said, referring to the energy legislation.

Climate legislation would require 60 votes in the Senate. Most Republicans have said they oppose the cap-and-trade measure, and at least 15 of the Senate’s 60-member Democratic majority have said the House-passed version would hurt the economy and needs to be revamped to win their support.

‘Wishful Thinking’

“At some point, they are going to take a hard vote count,” said Michael McKenna, president of MWR Strategies, a Washington consulting firm. “I think cap-and-trade has a one- in-three chance, but at some point they are going to want to pass something,” he said of the Senate leadership.

Some Democrats want to avoid voting on a measure that would force companies to get pollution permits, said Daniel Weiss, an energy and climate specialist for the Center for American Progress, a Washington public policy group that advises Democrats and supports a cap-and-trade system.

“There is a lot of wishful thinking on the part of some senators,” Weiss said in an interview. “They want to do what is easy, not what is needed.”

The Senate remains under pressure to pass a cap-and-trade bill because failure to act would leave regulation in the hands of the Environmental Protection Agency, which has asserted its right to do so under the Clean Air Act, said Kevin Book, a Washington analyst with Clearview Energy Partners, an energy consulting firm. Senate action to head off the EPA is the most likely outcome, he said.

“The second school of thought holds that Senate progress towards climate change legislation is already irretrievably mired in parochial conflicts,” Book said in an Aug. 12 memo to clients. That may lead the Senate to pass stand-alone energy legislation as a way to “achieve climate change objectives without a cap-and-trade program.”

Share this post


Link to post
Share on other sites
"We have just four months. Four months to secure the future of our planet."

:icon_up:

Il faut un compteur, gros, rouge, qui brille dans la nuit, vite !

Suffit de demander : http://unfccc.int/files/inc/graphics/appli…tdown_large.swf

C'est rouge, ça brille dans la nuit et ça fait même des reflets.

C'est offert grâcieusement par l'ONU, la facture pour le design graphique sera envoyée au contribuable.

Share this post


Link to post
Share on other sites
EXCLUSIVE: Lies Revealed — Greenpeace Leader Admits Arctic Ice Exaggeration

by Phelim McAleer & Ann McElhinney‏

The outgoing leader of Greenpeace has admitted his organization’s recent claim that the Arctic Ice will disappear by 2030 was “a mistake.” Greenpeace made the claim in a July 15 press release entitled “Urgent Action Needed As Arctic Ice Melts,” which said there will be an ice-free Arctic by 2030 because of global warming.

Under close questioning by BBC reporter Stephen Sackur on the “Hardtalk” program, Gerd Leipold, the retiring leader of Greenpeace, said the claim was wrong.

“I don’t think it will be melting by 2030. … That may have been a mistake,” he said.

Sackur said the claim was inaccurate on two fronts, pointing out that the Arctic ice is a mass of 1.6 million square kilometers with a thickness of 3 km in the middle, and that it had survived much warmer periods in history than the present.

The BBC reporter accused Leipold and Greenpeace of releasing “misleading information” and using “exaggeration and alarmism.”

Leipold’s admission that Greenpeace issued misleading information is a major embarrassment to the organization, which often has been accused of alarmism but has always insisted that it applies full scientific rigor in its global-warming pronouncements.

Although he admitted Greenpeace had released inaccurate but alarming information, Leipold defended the organization’s practice of “emotionalizing issues” in order to bring the public around to its way of thinking and alter public opinion.

[…]

http://bighollywood.breitbart.com/amcelhin…e-exaggeration/

Share this post


Link to post
Share on other sites

La déformation complète de l'info pour arriver à ses fins, c'est le modus operandi normal de Greenpisse. Rien de nouveau sous le soleil. Cf. l'affaire Brent Spar, où l'hystérie causée avait tout de même entrainé une agression sur un pompiste Shell en Allemagne.

… Greenpeace's own reputation also suffered during the campaign, when it had to acknowledge that its assessment of the oil remaining in Brent Spar’s storage tanks had been grossly overestimated. …

http://en.wikipedia.org/wiki/Brent_spar

Share this post


Link to post
Share on other sites

Un article critique du discours anti-écologisme.

Pour le catastrophisme écolo

À en croire le libre et joyeux penseur Luc Rosenzweig, l’écologie politique, dont les tenants sont qualifiés par lui de « flics verts » « réchauffistes », toujours prompts à recourir à la « jérémiade » et à « l’injonction comminatoire » pour empêcher les braves gens de jouir et de penser sans entraves, constituerait un nouveau moyen de contrôle des foules, mais aussi un nouvel avatar d’une pensée eschatologique nécessairement un peu ridicule dans sa prétention grotesque à « sauver le monde ». Ce serait encore un étouffoir de débats citoyens (c’est vrai qu’on manque de débats de nos jours, en particulier ici sur Internet), et même une école de mépris des générations futures, pauvres petits n’enfants encore à naitre qu’on n’écoute même pas. Rien que ça. Avant même le déluge, Luc Rosenzweig n’a pas hésité à charger la barque de l’écologie politique, qualifiée de « pensée apocalyptique » et dotée au passage du statut peu enviable de pensée dominante1, s’attirant ainsi les vivats, les hourras et les bravos d’une bonne partie de la foule causeurienne pour s’en être pris si courageusement aux « instances morales et politiques » tout entières sous influence de la pieuvre réchauffiste. Dans cet article, je le dis comme je le pense, Luc Rosenzweig, malgré tout le talent de polémiste que je lui reconnais volontiers, a tout faux.

Commençons par les accusations de manipulation du bon peuple par les écolos. Qui connaît ne serait-ce que de loin la façon de fonctionner du parti écologiste aujourd’hui en France ne peut qu’être éberlué par l’affirmation selon laquelle les écolos auraient trouvé dans un discours culpabilisateur « un moyen commode de gestion de la foule ». En somme, en culpabilisant les gens, les écologistes travailleraient au profit du pouvoir sarkozyste pour éviter que les braves gens ne s’en prennent au gouvernement. Je ne sais pas pour vous mais pour moi, Cochet et Baupin en machiavels jésuitiques au service du Pouvoir avec un grand P, ça le fait pas trop. On est là en pleine théorie du complot, variante droite libérale. Et il s’agit en outre d’un parfait contresens. Car les Verts aujourd’hui font tout pour faire oublier la dimension morale du projet de société qu’ils défendent. L’écologie c’est bien, nous dit-on, parce que c’est juste et social. « Du bio pour tout le monde », voilà la seule façon de faire passer l’indigeste pilule verte : le discours des droits. L’écologie est un droit de l’homme comme les autres ! On est loin, très loin du discours éthique, culpabilisateur peut-être, des pères fondateurs de l’écologie politique, René Dumont, Jacques Ellul ou Hans Jonas, aujourd’hui parfaitement inaudible dans un contexte politique d’extension infinie du domaine des droits.

Contrairement à Luc Rosenzweig, les adversaires de l’écologie politique ne s’y trompent d’ailleurs pas puisque c’est sur ce point douloureux qu’ils insistent. L’écologie, c’est pas cool parce que ça impose des contraintes à de pauvres gens qui souffrent déjà bien assez comme ça par ailleurs. Elitiste, réactionnaire, ringard, ce sont les épithètes que la gauche sociale et moderne balance sans discontinuer depuis des années sur le parti écologiste pour le discréditer. Terrifiés à l’idée d’être considérés comme antimodernes ou pas assez sociophiles, les écologistes tentent d’ailleurs souvent pathétiquement de faire de la surenchère dans ces deux domaines. Un bon exemple avec cette tribune de Denis Baupin parue dans Libération du 5 août. Pas une trace de culpabilisation des braves gens là-dedans, mais tout plein de modernité, d’optimisme, de justice sociale et d’émancipation.

À droite, même si on ne se prive pas de ringardiser les écologistes en même temps que le reste de la gauche de plus en plus souvent qualifiée de « conservatrice » (un compliment si vous voulez mon avis), on procède autrement pour désamorcer la charge morale du discours écolo : on le récupère à des fins publicitaires. N’importe quel geste aujourd’hui est devenu éthique, écologiste. La sacro-sainte croissance elle-même sera écologique ou ne sera pas. Aujourd’hui, un label « éco plus » quelconque est apposé sur la carlingue des bagnoles et le tour est joué. Le pollueur devient un vertueux « écocitoyen ». Le geste le plus anodin, jeter ses ordures, conduire sa voiture, assaisonner sa salade devient grâce à la diffusion publicitaire d’un certain discours « écologique » un geste moral, c’est-à-dire un geste « citoyen » et « militant ». Je ne sais plus qui écrivait au moment de la détention de Florence Aubenas que la France avait trouvé à cette occasion le moyen « de se célébrer elle-même, de renforcer et même de sanctifier les pires de ses activités ordinaires ». Il en va de même aujourd’hui avec le développement du bio et (par exemple) la célébration de toutes les formes de « circulation douces », telles que la marche ou le vélo, pourtant pratiquées par l’humanité depuis des lustres sans qu’elle en fasse tout un plat. Loin de culpabiliser les foules, le discours écolo, en contradiction avec celui de ses pères fondateurs répétons-le, donne l’occasion à tout un chacun de sanctifier les plus ordinaires de ses activités ordinaires. L’écologie est devenue le supplément d’âme du consommateur éclairé.

Deuxièmement, faire des écologistes des disciples modernes de Prométhée, grâce à qui tout est devenu possible ici bas, un apôtre vert de la « sobriété » décroissante pourrait trouver ça un peu gonflé. Les meilleurs théoriciens de l’écologie politique ont passé leur temps à stigmatiser l’hybris moderne selon lequel, grâce au développement démentiel des possibilités ouvertes par la technique, tout deviendrait possible justement (et « tout devient possible », ce n’était pas franchement le slogan de campagne de Dominique Voynet, si je me souviens bien). Cette mentalité est parfaitement caractéristique de la modernité libérale déchainée à quoi s’oppose l’écologie politique dans ce qu’elle a de meilleur, notamment lorsqu’elle ne sombre pas dans un volontarisme débridé emprunté à ses adversaires idéologiques. S’il est un modèle de cet « autre monde » que chantent sur tous les tons les altermondialistes, c’est bien ce monde édénique de l’opulence généralisée que les visionnaires de l’économie politique ont entrevu il y a déjà plus de deux siècles pour reléguer aux oubliettes cet ancien régime maudit, qui dans l’imaginaire moderne gravait dans le marbre les différences de conditions. Mettre sur le dos de l’écologie le processus moderne de déification de l’humanité par elle-même, voici un deuxième contresens majeur.

Troisièmement, accuser les écologistes d’étouffer le débat sur les mesures à prendre pour faire face aux conséquences du changement climatique est un peu fort de café, aussi bio et équitable soit-il. Où en seraient les débats sur les mesures à prendre face aux changements climatiques, si l’on ne reconnaissait même pas le problème ?

Quant au fait de savoir si l’humanité s’adaptera aux changements climatiques et autres provoqués par sa propre action sur la planète, il est fort probable que Luc Rosenzweig a raison et que l’homme s’adaptera. Mais à quel prix ? Car comme l’écrit Hans Jonas, « la question n’est pas, cela [l’adaptation] marchera-t-il ? (on doit craindre que si), mais : à quoi l’homme doit-il s’habituer ? À quoi a-t-on le droit de le forcer ou de l’autoriser à s’habituer ? Par conséquent : quelles conditions de son adaptation a-t-on le droit de laisser naître ? ».

Personnellement les écolos, je les veux encore plus pleureurs et alarmistes, encore plus conservateurs, encore plus vieux cons, encore plus cassandres, (et un peu moins papophobes, même si à l’impossible, on le sait tous maintenant, nul n’est tenu). Je les voudrais tout aussi conservateurs culturellement qu’ils le sont quand il s’agit de la nature. C’est un vœu pieu bien sûr car ce programme ne leur attirerait guère de suffrages – sinon le mien et celui de quelques amis, mais j’ai peur que cela ne suffise pas - et contredirait les convictions profondes et la rebellitude routinière d’une bonne partie de leur électorat traditionnel. Cela les rapprocherait pourtant de leur substrat idéologique le plus cohérent et leur permettrait peut-être à long terme d’être plus audibles dans un monde déjà saturé par ailleurs de modernolâtrie et de « pensée positive et joyeuse ».

Je sais, il n’y a guère de risques que Cécile Duflot m’appelle demain pour me proposer un poste de spin doctor.

http://www.causeur.fr/pour-le-catastrophisme-ecolo,2829

Share this post


Link to post
Share on other sites
Un article critique du discours anti-écologisme.

Culpabiliser n'a jamais rapporté de voix. La "stratégie" des écolos, c'est effectivement l'auto-célébration citoyenne de notre Nation militante, et la stigmatisation de l'étranger, fort peu vertueux. Ça a quand même tout le potentiel pour devenir franchement totalitaire, le national-écologisme.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Ce qui m'agace c'est que depuis le rechauffement, toute pollution est un rechauffement, et la pollution chimique, plus personne ne s'en soucie puisqu'elle ne chauffe pas.

Entièrement d'accord.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'écologie n'a pas vocation à être un parti politique, elle doit être intégrée à chacun des partis, comme l'économie, les question sociales, la sécurité. Nous vivions en milieu fermé (la planète) et il est suicidaire de détruire un environnement dont on ne peut s'échapper. Des mesures doivent être prises, mais de là à en faire un programme politique uniquement tourné vers ça en faisant abstraction des autres problèmes il y a un gouffre !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Nous vivions en milieu fermé (la planète)

Ca a changé récemment ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Syun Akasofu, fondateur et directeur du Centre International de Recherche en Arctique jusqu’en 2008, a écrit une lettre ouverte à l’intention du GIEC il y a un peu plus d’un an (certes une vieille nouvelle, mais toujours d’actualité!), dans laquelle il pressait l’organisme de rectifier et clarifier certains propos véhiculés par les médias, à titre de représentant officiel en matière de réchauffement climatique.

La lettre, dont les demandes sont traduites ci-bas, fait un survol des principales informations erronées qui nous sont présentées, et dont le GIEC laisse volontairement passer (article complet ici).

Définir les termes «changements climatiques», «réchauffement» et «émissions de gaz à effet de serre par l’homme», lesquels sont à tort traités comme synonymes.

Demander aux médias de cesser la diffusion d’images et vidéos de blocs de glace qui tombent dans l’eau et les fissures qui se forment au printemps en référence aux émissions de GES: il s’agit d’un phénomène normal qui se répète chaque année depuis des milliers d’années.

Demander aux médias de cesser d’utiliser les images de maisons qui s’écroulent sur le pergélisol en lien aux émissions de GES par l’homme. Le phénomène résulte de mauvaises constructions qui entraînent un réchauffement du pergélisol qui se trouve dessous.

Indiquer clairement que l’Arctique n’est pas une plaque de glace unique (qui fond). Elle change de taille en grande partie par les courants marins qui la traversent, ainsi que les vents.

Faire remarquer que les phénomènes météo extrêmes ne sont pas en lien direct avec les émissions de GES par l’homme. L’effet de serre anthropique est plutôt représenté par une augmentation lente de température.

Faire savoir au public que la courbe en forme de «crosse de hockey», montrant une augmentation soudaine de température autour de 1900 était erronée (elle a été retirée des rapports subséquents, mais les médias l’utilisent encore).

Faire savoir que le réchauffement actuel n’a rien d’anormal, et que nous avons connu des périodes plus chaudes dans le passé.

Distinguer l’effet de serre des autres types de destructions environnementales (pollution, pêche intensive, déforestation), lesquels sont souvent confondus.

Demander aux médias de cesser de rapporter que les océans ont monté de plusieurs mètres au cours des dernières décennies. Selon le GIEC, le taux d’élévation est de 1.8mm/an, soit 9cm pour les derniers 50 ans.

Les scientifiques qui utilisent les données satellites devraient s’abstenir d’utiliser des termes comme «changements sans précédent». Ceux-ci n’existent que depuis les années 70, ne permettant même pas de comparer avec les années 30 ou 40, qui étaient assez chaudes.

Encourager les médias destinés au grand public à ne pas rapporter les propos à caractère sensationnaliste qui relèvent d’un seul scientifique. Les journalistes peu informés ont tendance à rapporter des phénomènes normaux comme exceptionnels)

Rappeler aux scientifiques d’être prudents à propos de scénarios catastrophiques possibles si les bases scientifiques ne sont pas solides.

:icon_up:

http://www.rechauffementmediatique.org/wordpress/?p=498

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ah oui, "du temps à perdre" est un euphémisme. Le formulaire comprend des douzaines et des douzaines de questions. Ecrit petit.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le formulaire comprend des douzaines et des douzaines de questions.

Et pourtant, il en manque (au moins) une :

"Question 7/f: Dans quelle mesure attribuez vous la responsabilité du "réchauffement climatique" à LA NATURE ?"

Share this post


Link to post
Share on other sites
http://spreadsheets.google.com/viewform?fo…aUl2SGhUY0E6MA..

Pour ceux qui ont du temps à perdre pour rentrer des données dans cette petite analyse…

Elle sort d'où cette étude? D'universitaires souhaitant réaliser une étude scientifique ou de journaleux au langage approximatif?

"Les humains maltraitent gravement la terre"

"Quand les humains interferent avec la nature cela produit souvent des conséquences désastreuses"

désastreuses? la terre? on parle de quoi là?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Mais peut-être qu'utiliser ces termes approximatif fait partie de l'étude?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je ne sais pas si on en a déjà parlé, mais l'activité solaire est basse depuis quelque temps maintenant, et le restera peut être un certain temps. Peut être qu'enfin avec un refroidissement, les gens prêteront une oreille plus attentive aux scientifique certifiés non conforme par l'IPCC. Qu'est ce qu'il dira le badeau quand il faudra sortir le polaire dès Septembre? :icon_up:

Peut être qu'enfin les gens comprendront que cet énorme boule de feu a quelque chose à y voir dans le climat. Cf la NASA.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Qu'est-ce qui pollue plus que 1.000 maisons et qui ne sert à rien ?

Un super-computer anglais chargé d'étudier les effets du "réchauffement" climatique.

Weather supercomputer used to predict climate change is one of Britain's worst polluters

By DAILY MAIL REPORTER

The Met Office has caused a storm of controversy after it was revealed their £30million supercomputer designed to predict climate change is one of Britain's worst polluters.

The massive machine - the UK's most powerful computer with a whopping 15 million megabytes of memory - was installed in the Met Office's headquarters in Exeter, Devon.

It is capable of 1,000 billion calculations every second to feed data to 400 scientists and uses 1.2 megawatts of energy to run - enough to power more than 1,000 homes.

The computer used 1.2 megawatts to run - enough to power 1,000 homes

The machine was hailed as the 'future of weather prediction' with the ability to produce more accurate forecasts and produce climate change modelling.

However the Met Office's HQ has now been named as one of the worst buildings in Britain for pollution - responsible for more than 12,000 tonnes of carbon dioxide a year.

It says 75 per cent of its carbon footprint is produced by the super computer meaning the machine is officially one of the country's least green machines.

Green campaigners say it is 'ironic' that a computer designed to help stave-off climate change is responsible for such high levels of pollution.

But Met Office spokesman Barry Grommett said the computer was 'vital' to British meteorology and to help predict weather and environmental change.

He said: 'We recognise that it is big but it is also necessary. We couldn't do what we do without it.

'We would be throwing ourselves back into the dark ages of weather forecasting if we withdrew our reliance on supercomputing, it's as simple as that.'

The figures have been published by the Department of Communities and Local Government which calculated the ratings and emissions of every public building in the country.

Enlarge

Other buildings which appear in the list with a high carbon footprint include hospitals and large leisure centres.

The supercomputer - more powerful than 100,000 standard PCs - was installed in the Met Office's new £80 million headquarters in May.

It processes information from satellite images and was hailed as capable of predicting disastrous weather events that were previously unforeseeable such as the infamous hurricane of 1987.

The IBM machine has a peak performance of 1 'Petaflop' - 1,000 billion calculations per second - which it will not reach until 2011.

It is the second time the Met Office has been criticised this year - after the machine famously helped predict a "BBQ summer" which turned out to be another wash-out.

Despite its lack of green credentials Mr Grommett said the rating process was "fundamentally flawed" and claimed its carbon footprint was more than offset by the benefits it delivers.

These included saving lives through severe weather warnings while its forecasting for the global aviation industry saved an estimated 20 million tonnes of carbon dioxide every year.

Friends of the Earth spokesman Maurice Spurway said: 'Life is full of ironies and I think this is one of those situations.'

http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/art…-polluters.html

:icon_up:

Share this post


Link to post
Share on other sites
Le réchauffement climatique n'existe pas…

Effectivement, c'est seulement une arnaque. Ainsi on vient d'apprendre comment des politocards merdiques se cachent derrière l'excuse d'un pseudo réchauffement climatique pour occulter leur mauvaise gestion.

Or donc, nous étions en 2007 lorsqu'on nous informa que la première station de ski au monde allait fermer par manque de neige - et que ce ne serait pas la seule ! Il s'agissait de celle d'Abondance en Haute-Savoie : http://web.ifrance.com/actu/economie/125259.

Sauf que…

Sauf que c'était du pipo et qu'il s'agissait seulement d'une menterie grosse comme une maison destinée à dissimuler la gestion catastrophique du maire de l'époque, Serge Cettour-Meunier, quant à l'entretien du matos du domaine skiable. Entretemps, l'ancien maire a été viré et le nouveau, Paul Girard-Despraulex, a décidé de chercher des investisseurs pour relancer la station de ski. Et il les a trouvé, des Amerloques (horresco referens) :

La station d'Abondance reprise par des Américains

Après deux ans d'arrêt, le domaine skiable va relancer ses remontées mécaniques

En Haute-Savoie, le domaine skiable de la petite station d'Abondance est fermé depuis 2007 pour des motifs économiques. Le domaine qui compte une quinzaine de pistes devrait rouvrir cet hiver. Mardi 25 août, après 18 mois de négociations, un contrat a été signé avec le groupement d'investisseurs américains Alpine Association (AAI).

La municipalité a confié la gestion du domaine skiable, pour les 12 prochaines années, à une filiale française de la société AAI, par le biais d'une délégation de service public (DSP). La commune reste toutefois propriétaire des murs et du matériel. Le délégataire prendra à sa charge la gestion des remontées mécaniques.

http://rhone-alpes-auvergne.france3.fr/inf…s-56785338.html

Tu la sens bien, Barbapapa ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Crap and Raid est une si grosse taxe et ferait tant de tort aux Etats Unis sans aucun effet sur les températures (et pour cause) qu'un bon nombre de sénateurs démocrates rechignent à franchir ce pas. Espérons que l'opinion publique continuera à se retourner contre, de plus en plus.

In the last hearing before the EPW Committee before the August recess, Senator Inhofe spoke directly to the mounting concerns raised by Senate Democrats to cap-and-trade legislation:

Full opening statement provided below:

Climate Change and Ensuring that America Leads the Clean Energy Transformation

August 6, 2009

Madame Chairman, thank you for holding this hearing today. This is the last hearing on climate change before the August recess, so I think it’s appropriate to take stock of what we’ve learned.

Madame Chairman, since you assumed the gavel, this committee has held over thirty hearings on climate change. With testimony from numerous experts and officials from all over the country, these hearings explored various issues associated with cap-and-trade-and I’m sure my colleagues learned a great deal from them.

But over the last two years, it was not from these, at times, arcane and abstract policy discussions that we got to the essence of cap-and-trade. No, it was the Democrats who cut right to the chase; it was the Democrats over the last two years who exposed what cap-and-trade really means for the American public.

We learned, for example, from President Obama that under his cap-and-trade plan, “electricity prices would necessarily skyrocket.”

We learned from Rep. John Dingell (D-Mich.) that cap-and-trade is “a tax, and a great big one.”

We learned from Rep. Peter DeFazio (D-Ore.) that “a cap-and-trade system is prone to market manipulation and speculation without any guarantee of meaningful GHG emission reductions. A cap-and-trade has been operating in Europe for three years and is largely a failure.”

We learned from Sen. Dorgan (D-N.D.) that with cap-and-trade “the Wall Street crowd can’t wait to sink their teeth into a new trillion-dollar trading market in which hedge funds and investment banks would trade and speculate on carbon credits and securities. In no time they’ll create derivatives, swaps and more in that new market. In fact, most of the investment banks have already created carbon trading departments. They are ready to go. I’m not.”

We learned from Sen. Cantwell (D-Wash.) that “a cap-and-trade program might allow Wall Street to distort a carbon market for its own profits.”

We learned from EPA Administrator Lisa Jackson that unilateral U.S. action to address climate change through cap-and-trade would be futile. She said in response to a question from me that “U.S. action alone will not impact world CO2 levels.”

We learned from Sen. Kerry (D-Mass.) that “there is no way the United States of America acting alone can solve this problem. So we have to have China; we have to have India.”

We learned from Sen. McCaskill (D-Mo.) that if “we go too far with this,” that is, cap-and-trade, then “all we’re going to do is chase more jobs to China and India, where they’ve been putting up coal-fired plants every 10 minutes.”

In sum, after a slew of hearings and three unsuccessful votes on the Senate floor, the Democrats taught us that cap-and-trade is a great big tax that will raise electricity prices on consumers, enrich Wall Street traders, and send jobs to China and India-all without any impact on global temperature.

So off we go into the August recess, secure in the knowledge that cap-and-trade is riddled with flaws, and that Democrats are seriously divided over one of President Obama’s top domestic policy priorities.

And we also know that, according to recent polling, the American public is increasingly unwilling to pay anything to fight global warming.

But all of this does not mean cap-and-trade is dead and gone. It is very much alive, as Democratic leaders, as they did in the House, are eager to distribute pork on unprecedented scales to secure the necessary votes to pass cap-and-trade into law.

So be assured of this: We will markup legislation in this committee, pass it, and then it will be combined with other bills from other committees. And we will have a debate on the Senate floor.

Throughout the debate on cap-and-trade, we will be there to say that:

According to the American Farm Bureau, the vast majority of agriculture groups oppose it;

According to GAO, it will send our jobs to China and India;

According to the National Black Chamber of Commerce, it will destroy over 2 million jobs;

According to EPA and EIA, it will not reduce our dependence on foreign oil;

According to EPA, it will do nothing to reduce global temperature;

And when all is said and done, the American people will reject it and we will defeat it.

Thank you, Madame Chairman.

http://wattsupwiththat.com/2009/08/31/clim…ray/#more-10440

NB : cf. le passage que j'ai mis en gras, quelle pute ce Obama, prêt à démultiplier le prix d'un produit de première nécessité dont les plus pauvres ne peuvent aucunement se passer.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Evidemment qu'il y a eu réchauffement. On dit souvent qu'il n'y a pas de limite à la connerie humaine, mais tout de même, je crois que personne ne pense que le climat est quelque chose de fixe. Tout le monde sait qu'il varie et fluctue depuis que l'atmosphère existe.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

  • Similar Content

    • By Vilfredo Pareto
      Je crée un sujet pour arrêter de polluer le fil des images pas fun mais cool. Un excellent article de Shellenberger dans Forbes résume un peu le gouffre entre les faits et l'hystérie médiatique : https://www.forbes.com/sites/michaelshellenberger/2019/08/26/why-everything-they-say-about-the-amazon-including-that-its-the-lungs-of-the-world-is-wrong.
      Ce passage est noteworthy :
      Outre ce qu'on sait déjà (ces feux sont pour l'instant dans la moyenne des 15 dernières années, ne sont pas tous criminels (en fait "people forget that there are legitimate reasons for small farmers to use controlled burns to knock back insects and pests." selon Nepstad, cité par Shellenberger), n'ont pas seulement lieu en Amazonie et ne sont pas nécessairement liés à la déforestation, par ailleurs en net recul depuis le début des années 2000), je propose également que nous discutions sur ce fil des causes plausibles de ces feux (la sous-productivité de l'agriculture brésilienne par exemple*) et de leur lien avec la climate variability de l'Amazonie (v. lien frontiersin.org ci-dessous) @Philiber Té je crois que c'est ce dont tu voulais discuter. C'est l'occasion pour chacun de participer à la collecte d'articles au fur et à mesure que la situation évolue (Bolsonaro a envoyé l'armée) et à ceux qui parmi nous sont le plus au fait des débats scientifiques sur le réchauffement de discuter/partager leurs analyses de cet événement précis.
       
      * food for thought : https://www.icv.org.br/novo-campo-program-2/
      https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/feart.2018.00228/full
      https://globalforestatlas.yale.edu/amazon/land-use/cattle-ranching
      et surtout https://www.mdpi.com/2071-1050/10/4/1301/htm
    • By FabriceM
      L'Australie fait face à une énorme vague de chaleur.
      La demande en électricité explose, notamment pour faire tourner les climatiseurs.
      Problème, la production ne suit pas et des coupures tournantes sont en place et ont déjà touché 90 000 habitants*.
       
      *1 http://www.adelaidenow.com.au/news/south-australia/sa-power-crisis-will-there-be-more-blackouts/news-story/82f848efbc42455b9d7c4e1487b04fa5?nk=ea7883841d0b2ba93781d572d98b9fae-1486676862
      *2  http://www.9news.com.au/national/2017/02/08/20/12/blackout-leaves-at-least-40000-people-without-power-in-south-australia
       
      A l'origine de tout ça, la dépendance à l'énergie éolienne que s'est infligée le sud de l’Australie. Avec une production réelle égale à 7% de la production nominale, ce "trou" dans la production est, je cite, "au cœur du problème".
×
×
  • Create New...