Jump to content

Recommended Posts

il n'y a pas d'exctinction des ours, par contre chaque etude comporte un paragraphe (generalement vers la fin) qui dit qu'il faut plus de credits pour continuer a verifier pour etre bien sûr sûr qu'il n'y a pas d'extinction.

al_gore_mask.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Profitez bien de la nouvelle, avant que le Ministère de la Vérité ne la fasse disparaître. Oups, elle a déjà disparu du site de l'AFP, il faut la chercher dans le cache google.

Taxe carbone: réforme aussi importante que l'abolition de la peine de mort (Sarkozy)

PARIS, 15 sept 2009 (AFP) - 20h26 heure de Paris - Nicolas Sarkozy a qualifié mardi de "choix historique" la taxe carbone, "une grande réforme" qu'il a comparée à la "décolonisation", à "l'abolition de la peine de la peine de mort" et à la "légalisation de l'avortement", selon des députés UMP.

"Cette taxe provoque des débats et c'est normal. C'est une grande réforme comme la décolonisation, l'élection du président de la République au suffrage universel, l'abolition de la peine de mort et la légalisation de l'avortement", a déclaré le chef de l'Etat, selon ces témoins, lors d'une rencontre à l'Elysée avec les députés UMP.

"Je vous le dis, mes amis, le choix d'une fiscalité écologique est un choix historique" et politiquement, il permettra d'attirer vers la majorité des voix écologistes, a-t-il souligné avant de lancer: "il faut éviter un front écolos, gauche, extrême gauche, Bayrou".

"J'ai signé le pacte Hulot" en 2007, "c'est comme ça, vous étiez au courant. On va se battre pour avoir cette taxe carbone aux frontières de l'Europe. On a décidé de taxer le pétrole, le gaz et le charbon, les énergies qu'on n'a pas, pas celles qu'on a, à savoir l'électricité".

"La taxe carbone n'est pas un instrument de redistribution sociale. C'est un impôt pour changer les comportements. Ce n'est pas la peine de taper toujours les mêmes (…) Cette taxe, c'est une sorte de TVA environnementale. C'est le même mécanisme", a ajouté M. Sarkozy.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bah, la fiscalité écologique, ça n'existe pas.

Autant de prétention dans un aussi petit bonhomme. :icon_up:

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce me fait une sorte de fussoir…

Share this post


Link to post
Share on other sites
Family planning is five times cheaper than conventional green technologies to combat climate change… each US$7 spent on basic family planning over the next four decades would reduce global carbon dioxide emissions by more than 1 tonne.

Voila, on y vient enfin, rien de mieux que de stériliser les races inférieures pour protéger la nature…

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je rappelle qu'il ne s'agit pas d'un piteux homme-sanglier-ours mais bien d'un homme-ours-porc, bien réel celui-ci!

Tous ensemble contre l'homme-ours-porc et contre la propagande libérale! :icon_up:

Share this post


Link to post
Share on other sites
The cooling trend was reversed during the 20th century, with four of the five warmest decades of our 2000-year-long reconstruction occurring between 1950 and 2000.

….

Our synthesis, together with the instrumental record, suggests that the most recent 10-year interval (1999–2008) was the warmest

of the past 200 decades. Temperatures were about 1.4°C higher than the projected value based on the linear cooling trend and were even more anomalous than previously documented.

http://sciences.blogs.liberation.fr/files/…si-2000-ans.pdf

Share this post


Link to post
Share on other sites
J'ai eu un grand moment de joie l'autre jour en lisant le journal : Le Temps ose parler d'une publication sceptique.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/3a788d04-a…_est_discutable

Tiens, tiens… EPFL. :icon_up:

Sa bio sur le site de l'EPFL :

Depuis 2002, François Meynard est responsable de la mise en oeuvre et du développement des projets du Collège des humanités.

De 1991 à 2002, il a travaillé à un niveau international dans le domaine des infrastructures de production et distribution d'énergie, notamment en Asie, comme chercheur, chef de projets (primé) puis comme cadre supérieur en charge du redéploiement (réussi) d’une unité d’affaire. Ce parcours a été ponctué par un séjour d’immersion de deux ans en Chine consacré à la mise sur pied de stages professionnels, culturels et linguistiques pour des ingénieurs expérimentés.

François Meynard est titulaire d’une maturité classique (prix de français), d’un diplôme d’ingénieur physicien et d’un doctorat ès Mathématique de l’EPFL (1990).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Or, depuis les années 1980, l’économie en [du pétrole] consomme nettement plus que les géologues n’en découvrent.

Ce qui est un mensonge éhonté, il suffit de consulter n'importe quelle source, BP, EIA, IEA, IFP… pour constater que les réserves de pétrole ont augmenté de 25% à 50% en 20 ans !

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas la première ni la dernière fois que des climatologues, des statisticiens et des géophysiciens demandent les séries brutes pour mettre à l'épreuve les résultats de travaux dans le difficile domaine de la climatologie. Et régulièrement la réponse a été négative. En plus, si l'on découvre que les données brutes (raw data) ont disparues et que ne subsistent que les données adaptées, l'affaire devient proprement surréaliste :

The Dog Ate Global Warming

Interpreting climate data can be hard enough. What if some key data have been fiddled?

By Patrick J. Michaels

Imagine if there were no reliable records of global surface temperature. Raucous policy debates such as cap-and-trade would have no scientific basis, Al Gore would at this point be little more than a historical footnote, and President Obama would not be spending this U.N. session talking up a (likely unattainable) international climate deal in Copenhagen in December.

Steel yourself for the new reality, because the data needed to verify the gloom-and-doom warming forecasts have disappeared.

Or so it seems. Apparently, they were either lost or purged from some discarded computer. Only a very few people know what really happened, and they aren’t talking much. And what little they are saying makes no sense.

In the early 1980s, with funding from the U.S. Department of Energy, scientists at the United Kingdom’s University of East Anglia established the Climate Research Unit (CRU) to produce the world’s first comprehensive history of surface temperature. It’s known in the trade as the “Jones and Wigley” record for its authors, Phil Jones and Tom Wigley, and it served as the primary reference standard for the U.N. Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) until 2007. It was this record that prompted the IPCC to claim a “discernible human influence on global climate.”

Putting together such a record isn’t at all easy. Weather stations weren’t really designed to monitor global climate. Long-standing ones were usually established at points of commerce, which tend to grow into cities that induce spurious warming trends in their records. Trees grow up around thermometers and lower the afternoon temperature. Further, as documented by the University of Colorado’s Roger Pielke Sr., many of the stations themselves are placed in locations, such as in parking lots or near heat vents, where artificially high temperatures are bound to be recorded.

So the weather data that go into the historical climate records that are required to verify models of global warming aren’t the original records at all. Jones and Wigley, however, weren’t specific about what was done to which station in order to produce their record, which, according to the IPCC, showed a warming of 0.6° +/– 0.2°C in the 20th century.

Now begins the fun. Warwick Hughes, an Australian scientist, wondered where that “+/–” came from, so he politely wrote Phil Jones in early 2005, asking for the original data. Jones’s response to a fellow scientist attempting to replicate his work was, “We have 25 years or so invested in the work. Why should I make the data available to you, when your aim is to try and find something wrong with it?”

Reread that statement, for it is breathtaking in its anti-scientific thrust. In fact, the entire purpose of replication is to “try and find something wrong.” The ultimate objective of science is to do things so well that, indeed, nothing is wrong.

Then the story changed. In June 2009, Georgia Tech’s Peter Webster told Canadian researcher Stephen McIntyre that he had requested raw data, and Jones freely gave it to him. So McIntyre promptly filed a Freedom of Information Act request for the same data. Despite having been invited by the National Academy of Sciences to present his analyses of millennial temperatures, McIntyre was told that he couldn’t have the data because he wasn’t an “academic.” So his colleague Ross McKitrick, an economist at the University of Guelph, asked for the data. He was turned down, too.

Faced with a growing number of such requests, Jones refused them all, saying that there were “confidentiality” agreements regarding the data between CRU and nations that supplied the data. McIntyre’s blog readers then requested those agreements, country by country, but only a handful turned out to exist, mainly from Third World countries and written in very vague language.

It’s worth noting that McKitrick and I had published papers demonstrating that the quality of land-based records is so poor that the warming trend estimated since 1979 (the first year for which we could compare those records to independent data from satellites) may have been overestimated by 50 percent. Webster, who received the CRU data, published studies linking changes in hurricane patterns to warming (while others have found otherwise).

Enter the dog that ate global warming.

Roger Pielke Jr., an esteemed professor of environmental studies at the University of Colorado, then requested the raw data from Jones. Jones responded:

Since the 1980s, we have merged the data we have received into existing series or begun new ones, so it is impossible to say if all stations within a particular country or if all of an individual record should be freely available. Data storage availability in the 1980s meant that we were not able to keep the multiple sources for some sites, only the station series after adjustment for homogeneity issues. We, therefore, do not hold the original raw data but only the value-added (i.e., quality controlled and homogenized) data.

The statement about “data storage” is balderdash. They got the records from somewhere. The files went onto a computer. All of the original data could easily fit on the 9-inch tape drives common in the mid-1980s. I had all of the world’s surface barometric pressure data on one such tape in 1979.

If we are to believe Jones’s note to the younger Pielke, CRU adjusted the original data and then lost or destroyed them over twenty years ago. The letter to Warwick Hughes may have been an outright lie. After all, Peter Webster received some of the data this year. So the question remains: What was destroyed or lost, when was it destroyed or lost, and why?

All of this is much more than an academic spat. It now appears likely that the U.S. Senate will drop cap-and-trade climate legislation from its docket this fall — whereupon the Obama Environmental Protection Agency is going to step in and issue regulations on carbon-dioxide emissions. Unlike a law, which can’t be challenged on a scientific basis, a regulation can. If there are no data, there’s no science. U.S. taxpayers deserve to know the answer to the question posed above.

http://article.nationalreview.com/?q=ZTBiM…OWM=&w=MA==

Share this post


Link to post
Share on other sites

on dirait l'histoire du core de windows :icon_up:

…de toute facon c'est has-been le rechauffage, maintenant le truc tip top mode c'est la Crise De l'Eau® (tremblez), ca m'etonne d'ailleurs que Onanie Klein n'ait pas encore sorti de livre dessus.

la Crise De l'Eau® c'est top, parce que non seulement c'est comme une crise petroliere en encore plus rapide a faire des degats (donc plus effrayante), mais c'est du au rechaffage climatesque (of course) et en plus, les femmes ne sont (parait-il) pas egales aux hommes devant l'acces a l'eau et le droit A l'eau : c'est TROIS fois plus cremeux que le rechauffage.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Personne n'a relevé la dernière de Nicolas "Naboléon IV" Sarkozy, dans une imitation du maître Michel "Ziglou" Rocard :

Des scientifiques et des savants du monde entier se sont réunis des mois et des mois pour dresser un constat : le monde court à sa perte si on continue à émettre du carbone qui crée un trou dans le couche d’ozone et qui brise les équilibres de la planète.

Sources : interview du 23 septembre sur TF1 et F2 http://tf1.lci.fr/infos/france/0,,4766923,…20-heures-.html

Share this post


Link to post
Share on other sites
Merci Drake.

Il t'en prie. Si on peut aider, ça fait toujours plaisir. :icon_up:

Tu me sauves :doigt: !

Si tu ne livres pas un article par jour sur ton blog, Dieu tue un petit chat?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Personne n'a relevé la dernière de Nicolas "Naboléon IV" Sarkozy, dans une imitation du maître Michel "Ziglou" Rocard :
Euh t'es vraiment méchant avec notre président.

En matière de cancre planétaire, c'est lui le maître incontesté, le coup du du CO2 qui-cause-le-trou-dans-la-couche-d'ozone, il nous l'a fait au moins 1 an avant Rocard !

[dailymotion]x6sl4i_sarkozy-et-les-trous-dans-la-couche_news[/dailymotion]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Si tu ne livres pas un article par jour sur ton blog, Dieu tue un petit chat?

dog4.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Euh t'es vraiment méchant avec notre président.

En matière de cancre planétaire, c'est lui le maître incontesté, le coup du du CO2 qui-cause-le-trou-dans-la-couche-d'ozone, il nous l'a fait au moins 1 an avant Rocard !

Depuis un an, pas un conseiller pour le briefer? Pas un journaliste pour relever l'énormité du propos (non là je plaisante) ? Bon enfin, tout ça part d'un bon sentiment, peu importe que Sarkozy ne comprenne rien à rien, l'essentiel est qu'il soit décidé à sauver la planète.



4kyskfchyvwt2.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
…de toute facon c'est has-been le rechauffage, maintenant le truc tip top mode c'est la Crise De l'Eau® (tremblez), ca m'etonne d'ailleurs que Onanie Klein n'ait pas encore sorti de livre dessus.

Oh, c'est un peu un serpent de mer, on en parlait déjà dans les 80's sous le nom de Problème de l'Eau® (compatissez). Ca provient d'une belle stratégie d'influence internationale de certains tiers-mondistes. Tiens, si j'étais payé à le faire, je ferais une histoire des thèmes gauchistes, ce serait passionnant.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Depuis un an, pas un conseiller pour le briefer? Pas un journaliste pour relever l'énormité du propos (non là je plaisante) ? Bon enfin, tout ça part d'un bon sentiment, peu importe que Sarkozy ne comprenne rien à rien, l'essentiel est qu'il soit décidé à sauver la planète.



4kyskfchyvwt2.jpg

Yuk! Mon D—, quelle horreur, cette photo… :icon_up:

Pour le message: "POLITICIANS They believe they can help"; well, actually they can help… themselves!!! Et ils ne se gênent pas pour se servir généreusement, les bougres. :doigt:

Share this post


Link to post
Share on other sites
En matière de cancre planétaire, c'est lui le maître incontesté, le coup du du CO2 qui-cause-le-trou-dans-la-couche-d'ozone, il nous l'a fait au moins 1 an avant Rocard !

C'est incroyable! Comment un minable pareil a pu en arriver là?

Share this post


Link to post
Share on other sites
C'est incroyable! Comment un minable pareil a pu en arriver là?

Je ne sais pas mais là ça me donne envie de pleurer….. Et le pire c'est que j'en parlais au boulot ce matin et un collègue me dit "Ha bon ça ne crée pas un trou dans la couche d'ozone?" ….

Il faut buzzer la vidéo un max je pense… Facebook vos blog. En tout cas certains site d'infos en parle heureusement :http://www.rue89.com/2009/09/24/sarkozy-se-plante-encore-sur-le-trou-dans-la-couche-dozone (je sais c'est pas vraiment une référence mais bon….si ça peut contribuer à ridiculiser notre président).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Euh t'es vraiment méchant avec notre président.

En matière de cancre planétaire, c'est lui le maître incontesté, le coup du du CO2 qui-cause-le-trou-dans-la-couche-d'ozone, il nous l'a fait au moins 1 an avant Rocard !

:icon_up: Alors là je ne sais pas ce qui est pire : l'incurie totale du président ou bien celle de son entourage qui ne lui dit pas qu'il vient d'en sortir une bien grosse. Le pire est qu'on assiste à une conjonction de talents : non seulement Sarko est un clown mais en plus personne n'ose (ou pire, personne ne sait) dans son entourage lui faire remarquer. AAAAAAAAAAAAAAAAAAAH je suis désespéré pour le restant de la journée.

Bis repetita placent.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Si tu ne livres pas un article par jour sur ton blog, Dieu tue un petit chat?

J'avais juste un petit passage à vide et me demandais ce que j'allais mettre. C'est tout. Aucun félinicide.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sarkozy confond couche d'ozone et effet de serre



[dailymotion]xalft5_sarkozy-confond-couche-dozone-et-ef_news[/dailymotion]

Share this post


Link to post
Share on other sites
Consternant.

Je savais pas que c'était à ce point…

et le top apparemment c'est que c'est à la télé en direct de new-york…

9 na se limite pas au monde médiatique français.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le premier qui a dit que le CO2 créait un trou dans la couche d'ozone était un génie. Le second était un con.

OK, je sors.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now

  • Similar Content

    • By Vilfredo Pareto
      Je crée un sujet pour arrêter de polluer le fil des images pas fun mais cool. Un excellent article de Shellenberger dans Forbes résume un peu le gouffre entre les faits et l'hystérie médiatique : https://www.forbes.com/sites/michaelshellenberger/2019/08/26/why-everything-they-say-about-the-amazon-including-that-its-the-lungs-of-the-world-is-wrong.
      Ce passage est noteworthy :
      Outre ce qu'on sait déjà (ces feux sont pour l'instant dans la moyenne des 15 dernières années, ne sont pas tous criminels (en fait "people forget that there are legitimate reasons for small farmers to use controlled burns to knock back insects and pests." selon Nepstad, cité par Shellenberger), n'ont pas seulement lieu en Amazonie et ne sont pas nécessairement liés à la déforestation, par ailleurs en net recul depuis le début des années 2000), je propose également que nous discutions sur ce fil des causes plausibles de ces feux (la sous-productivité de l'agriculture brésilienne par exemple*) et de leur lien avec la climate variability de l'Amazonie (v. lien frontiersin.org ci-dessous) @Philiber Té je crois que c'est ce dont tu voulais discuter. C'est l'occasion pour chacun de participer à la collecte d'articles au fur et à mesure que la situation évolue (Bolsonaro a envoyé l'armée) et à ceux qui parmi nous sont le plus au fait des débats scientifiques sur le réchauffement de discuter/partager leurs analyses de cet événement précis.
       
      * food for thought : https://www.icv.org.br/novo-campo-program-2/
      https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/feart.2018.00228/full
      https://globalforestatlas.yale.edu/amazon/land-use/cattle-ranching
      et surtout https://www.mdpi.com/2071-1050/10/4/1301/htm
    • By FabriceM
      L'Australie fait face à une énorme vague de chaleur.
      La demande en électricité explose, notamment pour faire tourner les climatiseurs.
      Problème, la production ne suit pas et des coupures tournantes sont en place et ont déjà touché 90 000 habitants*.
       
      *1 http://www.adelaidenow.com.au/news/south-australia/sa-power-crisis-will-there-be-more-blackouts/news-story/82f848efbc42455b9d7c4e1487b04fa5?nk=ea7883841d0b2ba93781d572d98b9fae-1486676862
      *2  http://www.9news.com.au/national/2017/02/08/20/12/blackout-leaves-at-least-40000-people-without-power-in-south-australia
       
      A l'origine de tout ça, la dépendance à l'énergie éolienne que s'est infligée le sud de l’Australie. Avec une production réelle égale à 7% de la production nominale, ce "trou" dans la production est, je cite, "au cœur du problème".
×
×
  • Create New...