Jump to content

Recommended Posts

Merci Minitax. Dans tes nombreux débats as-tu déjà posé ce genre de question à des réchauffistes : que faudrait-il pour vous faire changer d'avis? S'ils se rendent compte qu'aucune donnée (comme l'absence de hotspot) ne peut les convaincre, peut-être prendront-ils conscience, même fugitivement, du caractère non scientifique de leurs théories.
Ce genre de déduction suppose que ton interlocateur est rationnel, logique et capable de saisir la démarche de l'essai-erreur, ce dont un réchauffiste est totalement incapable. Il va te répondre par des lieux communs à la Stan Selene, le chantage moral (tu n'es qu'un saccageur de la planète, tu veux niquer l'avenir de nos zenfants et petizenfants) voire l'arme ultime des écochondriaques gauchistes (pléonasme) : le principe de précaution.

Autant pisser dans un violon.

Link to post
Share on other sites
Une étude sur 60 ans des îles ont du Pacifique ont montré que non seulement la majorité est restée stable et certaines se sont même surélevées ! Vous n'êtes pas au courant ? C'est normal, ce genre de données qui dérangent, la FARCE ne risque pas de le crier sur les toits.

Quant aux îles dans les océans indiens, aucun changement de niveau, puisque le niveau des mers n'a pas changé depuis que les mesures existent, on peut le voir sur les cartes satellites (par ex. de l'université du Colorado). D'après Morner, le niveau de certaines zones de l'océan indien a même tendance à baisser à cause d'une hausse d'évaporation.

Anecdote amusante, à Cancun, un journaliste a demandé à un officiel de ces îles-nations le prix des habitations. S'il y a risque de submersion imminente, du moins selon le discours larmoyant qu'ils servent, le prix des bords de plage doit atteindre la cave. Réponse, aucun changement du prix de l'immobilier.

Sans surprise, à chaque fois qu'on ouvre un placard réchauffiste, on trouve un cadavre.

Merci miniTAX, très intéressant, par contre tu n'aurais pas la possibilité de faire un copier-coller de l'étude que tu as mis en lien? je ne peux que voir le début n'étant pas abonné.

Gracias

Link to post
Share on other sites
http://data.giss.nasa.gov/gistemp/graphs/Fig.A2.lrg.gif

Conclusion au choix (exclusif) :

1) C'est tous des brêles à la NASA

2) Minitax est un gros pipoteur

Tu as oublié le troisième choix :

3) Barbapapa a autant d'esprit critique qu'une huître diploïde

D'ailleurs, si c'est l'argument d'autorité qui compte, je peux te citer Jones, l'ex-chef du CRU qui interrogé lors du Climategate a dit: "il n'y a statistiquement pas de réchauffement depuis 1995". On le voit très clairement sur les vraies données, du moment que ça n'a pas subi les tortures du GISS.

On peut aussi noter l'ironie qui semble t'échapper, sur le fait que la NASA, une agence spatiale, n'utilise PAS la température des satellites, mais la température des stations terrestres complètement impropres par les bulles de chaleur urbaines et par les multiples "ajustements" toujours dans le sens d'un réchauffement et apostiori pour compiler la température dite globale. Surtout que sachant que celui qui est à la tête de ce bidouillage n'est autre que l'hyper climato-catastrophiste Hansen, c'est comme demander à Dracula de compter honnêtement les poches de sang. Mais visiblement, plus c'est gros, mieux ça passe, la preuve avec toi.

Link to post
Share on other sites
Tu as oublié le troisième choix :

3) Barbapapa a autant d'esprit critique qu'une huître diploïde

On le voit très clairement sur les vraies données, du moment que ça n'a pas subi les tortures du GISS.

Effectivement : sur le même site (probablement des taupes de la NASA :icon_up: ):

http://www.woodfortrees.org/examples

puis

Global temperature data from 1850

http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl

ou

Temperature with the 11-year signal removed

http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/mean:132

Link to post
Share on other sites
Puisque l'on parle de dogmes et de croyances, un petit coup de Popper : j'aimerais bien connaître la réponse aux questions suivantes.

Aucune réponse pour moi, je suis convaincu que dans l'état de la connaissance des systèmes complexes actuelle c'est indécidable, chaque théorie individuelle est falsifiable (et ça fait 30 ans qu’on en falsifie des dizaines par an sur ce sujet), mais le réchauffisme n’est pas une théorie scientifique, c’est une position qui s’appuie sur des théories scientifiques et qui en change au fur et a mesure de leur réfutation.

Comme je n’ai pas de théorie concurrente, ma position est infalsifiable aussi, mais au moins elle ne prétends pas être une théorie scientifique et ne pousse pas a la création d’un totalitarisme mondial.

Link to post
Share on other sites
Effectivement : sur le même site (probablement des taupes de la NASA :icon_up: ):

http://www.woodfortrees.org/examples

puis

Global temperature data from 1850

http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl

ou

Temperature with the 11-year signal removed

http://www.woodfortrees.org/plot/hadcrut3vgl/mean:132

Oui, donc comme j'avais dit, il n'y a statistiquement pas de réchauffement depuis 15 ans. Tu comprends vite, mais il faut t'expliquer longtemps !

Link to post
Share on other sites
Tiens, les ajustement linéaires sur 15 ans de ces même data :

http://www.woodfortrees.org/plot/gistemp/f…from:1995/trend

C'est vrai que c'est un fit linéaire : Quelle torture des data !!!!

Bah oui, une "hausse" de moins 0,2°C sur 15 ans, pour une incertitude sur la température d'au moins 0,2°C (et encore, je suis gentil) et une variabilité annuelle de 0,2°C, c'est ce qu'on appelle "statistiquement aucune hausse", on apprend ça en cours de physique, niveau troisième. Tout comme le refroidissement depuis 2002 http://www.woodfortrees.org/plot/gistemp/f…from:2002/trend

Link to post
Share on other sites
le réchauffisme n’est pas une théorie scientifique, c’est une position qui s’appuie sur des théories scientifiques et qui en change au fur et a mesure de leur réfutation.

Une idéologie, quoi.

Link to post
Share on other sites
Bah oui, une "hausse" de moins 0,2°C sur 15 ans, pour une incertitude sur la température d'au moins 0,2°C (et encore, je suis gentil) et une variabilité annuelle de 0,2°C, c'est ce qu'on appelle "statistiquement aucune hausse", on apprend ça en cours de physique, niveau troisième. Tout comme le refroidissement depuis 2002 http://www.woodfortrees.org/plot/gistemp/f…from:2002/trend
Désolé, mais si vous avez une variabilité annuelle de 0.2°C et que vous mesurez une hausse de 0.2°C sur 15 ans, ce n'est pas "statistiquement" sans hausse. Sur une année je serai d'accord, mais sur 15 certainement pas !!!
Link to post
Share on other sites
Désolé, mais si vous avez une variabilité annuelle de 0.2°C et que vous mesurez une hausse de 0.2°C sur 15 ans, ce n'est pas "statistiquement" sans hausse. Sur une année je serai d'accord, mais sur 15 certainement pas !!!

Si vous constatez une prise de poids de 0,2kg alors que votre poids fluctue fréquemment de 0,2kg et que la balance donne le poids à 0,2 kg près, ça veut dire qu'il n'y a statistiquement aucun changement du poids, ça même une blonde le sait. Pareil pour 0,2°C. Que ce soit sur 15 ans ou sur 100 ans, ça change rien. C'est le b a ba de la mesure.

Eh oui, l'hystérie climatique repose sur des fluctuations aussi triviales mais exagérées de manières aussi grotesques que ça ! C'est typique de ce que Langmuir appelle la science pathologique, notamment règles 1, 2, et 3. Et Langmuir, ça ne date pas d'aujourd'hui mais visiblement, l'histoire, c'est fait pour les chiens.

1 .The maximum effect that is observed is produced by a causative agent of barely detectable intensity, and the magnitude of the effect is substantially independent of the intensity of the cause.

2. The effect is of a magnitude that remains close to the limit of detectability, or many measurements are necessary because of the low level of significance of the results.

3. There are claims of great accuracy.

4. Fantastic theories contrary to experience are suggested.

5. Criticisms are met by ad hoc excuses thought up on the spur of the moment.

6. The ratio of supporters to critics rises to somewhere near 50% and then falls gradually to zero.

Link to post
Share on other sites
Oui, donc comme j'avais dit, il n'y a statistiquement pas de réchauffement depuis 15 ans. Tu comprends vite, mais il faut t'expliquer longtemps !

Et comme tu l'expliques toi-même quelques posts plus loin, c'est statistiquement insignifiant. Aucun intérêt donc, à brandir cet argument comme une massue.

Link to post
Share on other sites
La signature incontestable d'un réchauffement anthropique, càd par les gaz à effet de serre tel que c'est prédit par les modèles, c'est le réchauffement plus rapide de la troposphère au niveau de l'équateur par rapport à un réchauffement moyen, ce qu'on appelle le hot-spot. Si le réchauffement est naturel, pas de hotspot, si le réchauffement est anthropique, ce hotspot DOIT être présent, toujours selon le modèle. Or on a 30 ans de mesures satellites et PAS de hotspot. Donc…

Et si le réchauffement était du a une augmentation de l'activité solaire on observerait un réchauffement de la haute et basse atmosphère à la fois.

Or la haute atmosphère se refroidit. Qu'en dire ?

Link to post
Share on other sites
Qu'en dire ?

Qu'il serait temps d'avoir un peu plus d'humilité, le climat est tellement multifactoriel et chaotique qu'il me semble impossible a modéliser (problème de complexité + insuffisance des mesures), moi quand je vois une courbe de température et que je vois des gens chercher des corrélations dans tous les sens, je vois des types qui devraient se prendre deux ou trois grosses paumes sur le marché pour comprendre ce que c'est qu'un processus complexe :icon_up:

Link to post
Share on other sites
Qu'il serait temps d'avoir un peu plus d'humilité, le climat est tellement multifactoriel et chaotique qu'il me semble impossible a modéliser (problème de complexité + insuffisance des mesures), moi quand je vois une courbe de température et que je vois des gens chercher des corrélations dans tous les sens, je vois des types qui devraient se prendre deux ou trois grosses paumes sur le marché pour comprendre ce que c'est qu'un processus complexe :icon_up:

Alors tu comprendras mon étonnement quand personne ne remarque une phrase comme "Scientifiquement, pas besoin d'une "série d'événements" pour réfuter une théorie, un seul fait qui ne colle pas à la théorie suffit pour la mettre à la poubelle. Point !".

Surtout quand son auteur ne répond même pas à une question pourtant simple "quels résultats vous convaincraient que vous avez tort ?".

Link to post
Share on other sites

Oh, je comprends tout a fait, la différence majeure entre les partisans des théories solaire et les partisans des théories gazeuses n'est pas scientifique, elle est politique, quand on exige une action politique comme conséquence des prédictions de sa théorie, c'est vachement plus risqué de se planter, et par conséquent, d'un point de vue politique, j'attends des réchauffistes une rigueur bien supérieure au scientifique moyen, pas une rigueur au mieux égale…

Dans le fond, je ne me fais pas d'illusions sur le fonctionnement social de la communauté scientifique, je sais que la majorité des résultats publiés sont au mieux inutile et au pire falsifiés, mais la connaissance avance quand même, parce qu'a long terme, on ne retiens pas l'ensemble des publications, mais seulement celles qui sont utiles, le problème c'est quand on mélange la naturelle corruption et le mandarinat des scientifiques avec la politique, la science climatique survivra aux réchauffistes et avancera malgré leurs erreurs, et malgré celles de leurs adversaires, si ce n'était qu'un problème scientifique, franchement, ça serait très très bas dans la liste de mes priorités…

Link to post
Share on other sites
Et comme tu l'expliques toi-même quelques posts plus loin, c'est statistiquement insignifiant. Aucun intérêt donc, à brandir cet argument comme une massue.

Que le réchauffement est statistiquement insignifiant depuis 15 ans n'est pas un argument massue pour les réchauffistes qui propagent l'idée que le réchauffement s'accélère, je suis bien d'accord. Mais par contre, c'est un argument massue pour dire que la théorie du RCA ne se vérifie pas (puisque la cause principale, le forçage par le CO2 est toujours en forte hausse).

Et si le réchauffement était du a une augmentation de l'activité solaire on observerait un réchauffement de la haute et basse atmosphère à la fois.

Or la haute atmosphère se refroidit.

Tu te contentes de répéter la propagande, sans même regarder ce qu'il en est réellement alors qu'il suffit de 5 secondes pour vérifier. Si on regarde la température de la stratosphère (graphique TLS), on constate qu'il y a effectivement refroidissement, mais par 2 paliers provoqués par 2 éruptions massives, el Chichon et le Pinatubo et le reste du temps, il a plutôt tendance à se réchauffer.

Attribuer cette évolution à un forçage par le CO2, qui est monotonique, c'est irrecevable. A ma connaissance, ce marronnier est tellement peu crédible qu'il n'y a plus que les réchauffistes de l'IPSL, Jouzel et Masson-delmotte qui le ressortent encore, et seulement face aux journalistes crédules.

sc_Rss_compare_TS_channel_tls_v03_2.png

Link to post
Share on other sites
Si vous constatez une prise de poids de 0,2kg alors que votre poids fluctue fréquemment de 0,2kg et que la balance donne le poids à 0,2 kg près, ça veut dire qu'il n'y a statistiquement aucun changement du poids, ça même une blonde le sait.
Faire de la statistique sur une mesure, c'est de la statistique "de blonde".
Pareil pour 0,2°C. Que ce soit sur 15 ans ou sur 100 ans, ça change rien.
N'importe quoi !!!
Link to post
Share on other sites
Alors tu comprendras mon étonnement quand personne ne remarque une phrase comme "Scientifiquement, pas besoin d'une "série d'événements" pour réfuter une théorie, un seul fait qui ne colle pas à la théorie suffit pour la mettre à la poubelle. Point !".
Qu'est ce qui t'étonne là dedans ? Une théorie scientifique tient tant qu'on n'a pas trouvé de fait contradictoire, c'est un principe de base de l'épistémologie, je ne vois pas ce qui est difficile à comprendre. Elle ne tient pas grâce à un prétendu "consensus", par l'accord massif des politiciens ou par des campagnes de marketing pour lui donner un semblant de crédibilité.
Surtout quand son auteur ne répond même pas à une question pourtant simple "quels résultats vous convaincraient que vous avez tort ?".
Cf principe précédent. Tu peux montrer 1000 de résultats qui vont dans le sens de ta théorie, ça ne prouve en aucun cas que ta théorie est juste. En science, on ne peut pas prouver qu'une théorie est juste, on ne peut que la prouver fausse (par un ou des faits qui ne collent pas), c'est comme ça, point barre. Si tu as une théorie qui n'obéit pas à ce principe, c'est que ça n'a rien à voir avec la science. Ma grande-mère voit tous les jours des preuves que Dieu existe, ça ne prouve pas pour autant que Dieu existe, parce que c'est une croyance, pas de la science.
Link to post
Share on other sites
Faire de la statistique sur une mesure, c'est de la statistique "de blonde".
La statistique ici n'est pas sur UNE mesure, elle est sur le fait que la précision de la balance est de 0,2kg et sur le fait que le poids d'une personne fluctue très facilement de 0,2kg d'un jour à l'autre. C'est si dur pour toi de comprendre une chose aussi simple ?

Donc que tu fasses une mesure ou des centaines de mesures, sur 1 jour ou sur 15 ans avec cette balance et que tu trouves une "hausse" de 0,2kg, ça veut dire qu'il n'y a aucun changement statistiquement significatif.

Link to post
Share on other sites
La statistique ici n'est pas sur UNE mesure, elle est sur le fait que la précision de la balance est de 0,2kg et sur le fait que le poids d'une personne fluctue très facilement de 0,2kg d'un jour à l'autre. C'est si dur pour toi de comprendre une chose aussi simple ?

Donc que tu fasses une mesure ou des centaines de mesures, sur 1 jour ou sur 15 ans avec cette balance et que tu trouves une "hausse" de 0,2kg, ça veut dire qu'il n'y a aucun changement statistiquement significatif.

Il ne faut pas ré-inventez la statistique non plus : Pour reprendre ton exemple, sur une mesure une fluctuation de 0,2 kg alors que tu as deux variables indépendante qui ont elle même une marge d'erreur (heu, 3 écart types) de 0,2 kg te donne une proba que ton poids est à la hausse de plus de 80 % ;

Sur 15 mesures, si elles vont toute dans le même sens, la proba qu'il s'agisse juste d'un hasard devient infinitésimale (10^-11).

Link to post
Share on other sites
Mais par contre, c'est un argument massue pour dire que la théorie du RCA ne se vérifie pas (puisque la cause principale, le forçage par le CO2 est toujours en forte hausse).

Non, c'est un argument massue contre des arguments rechauffistes primitifs, mais quelle que soient les données on peut sortir un modèle RCA qui est compatible avec ces données, les modèles tombent uns par uns mais il est trivial de les faire évoluer pour toute nouvelle donnée, en ignorant l'immense majorité des variables, on est toujours gagnant.

Link to post
Share on other sites
Il ne faut pas ré-inventez la statistique non plus : Pour reprendre ton exemple, sur une mesure une fluctuation de 0,2 kg alors que tu as deux variables indépendante qui ont elle même une marge d'erreur (heu, 3 écart types) de 0,2 kg te donne une proba que ton poids est à la hausse de plus de 80 % ;

Sur 15 mesures, si elles vont toute dans le même sens, la proba qu'il s'agisse juste d'un hasard devient infinitésimale (10^-11).

Ici, on n'a pas 15 mesures qui vont toutes dans le même sens, on a 15 mesures qui sont aléatoirement dans l'intervalle +0,2 -0,2 ! Ton raisonnement est juste mais totalement hors sujet puisque tu ne raisonnes pas sur les données dont on parle.

Quand tu fais une droite de régression sur 15 ou 1000 mesures, tu n'as que DEUX choix, soit une pente négative, soit une pente positive. Donc il faut forcéement faire intervenir des notions statistiques de base pour savoir si ce positif ou négatif est significatif ou non ou si c'est le fruit du simple hasard. Et non se contenter de dire "c'est positif donc la théorie est vraie".

Non, c'est un argument massue contre des arguments rechauffistes primitifs, mais quelle que soient les données on peut sortir un modèle RCA qui est compatible avec ces données, les modèles tombent uns par uns mais il est trivial de les faire évoluer pour toute nouvelle donnée, en ignorant l'immense majorité des variables, on est toujours gagnant.
Je parle de l'argument massue contre les prédictions passées et présents constatées, pas contre les futures simulations des modèles.

Faut quand même pas se verser dans le nihilisme en décrétant qu'on ne peut pas réfuter les modèles. Les modèles du RCA ont produit une tonne de prédictions qu'on peut confronter aux données réelles, c'est là où se trouve la réfutation. Les premières simulations connues du public de température pour le 21 siècle du GISS datent des années 1980 et c'est avec ces courbes qu'Hansen avait lancé la panique réchauffiste, on peut maintenant les comparer aux températures réelles. Le fait que les réchauffistes avaient fait la propagande d'un "réchauffement accéléré" (c'est le terme qu'ils ont martelé pendant des années) qui se révèle inexistant est une réfutation directe de leur théorie, et ça il le savent très bien. C'est la raison pour laquelle le GISS et la NOAA continuent activement de faire passer le message de "l'année la plus chaude", ou de "décennie la plus chaude" et en balayant sous le tapis le plateau de température depuis 15 ans pour essayer de limiter les dégâts.

Inutile de se voiler la face, les réchauffistes sont dans une guerre marketing et médiatique désespérée pour contrer le scepticisme montant qui se constate dans tous les sondages, ça n'a rien à voir avec la recherche de la vérité scientifique.

Link to post
Share on other sites
Ici, on n'a pas 15 mesures qui vont toutes dans le même sens, on a 15 mesures qui sont aléatoirement dans l'intervalle +0,2 -0,2 ! Ton raisonnement est juste mais totalement hors sujet puisque tu ne raisonnes pas sur les données dont on parle.

J'ai repris ton contre-exemple. Pas le mien…

Quand tu fais une droite de régression sur 15 ou 1000 mesures, tu n'as que DEUX choix, soit une pente négative, soit une pente positive. Donc il faut forcéement faire intervenir des notions statistiques de base pour savoir si ce positif ou négatif est significatif ou non ou si c'est le fruit du simple hasard. Et non se contenter de dire "c'est positif donc la théorie est vraie".

Non, la pente est un nombre. Et plus sa valeur absolue est élevée plus la probabilité qu'ils s'agisse d'une corrélation et pas d'une fluctuation statistique est forte. De même, plus le nombre de mesures (indépendantes) est important plus la proba de corrélation s'élève.

De toute façon, je suis sûr que cette corrélation a été évaluée et chiffrée. La vérification de truc à partir d'une série statistiques prend quelque minutes. Attaquer les "réchauffistes" par ce biais là, c'est aller dans le mur.

Il y a des climatologues. S'ils disent que la terre se réchauffe, et comme c'est leur domaine de compétence, j'ai tendance à les croire. Les "arguments" genre théorie du complot pour récupérer des crédits ne tiennent pas la route.

Par contre, ils sortent très clairement de leur domaine de compétence quand ils disent :

1> que ce réchauffement est néfaste ;

2> qu'il faut changer de modèle de sociétés ;

Là, Je rejoins neunenu2k, cela devient un sujet politique voir économique. Et les rapports du GIEC en choisissant délibérément de ne pas réactualiser les coûts supposés du réchauffement devient non scientifique.

Link to post
Share on other sites
Attribuer cette évolution à un forçage par le CO2, qui est monotonique, c'est irrecevable. A ma connaissance, ce marronnier est tellement peu crédible qu'il n'y a plus que les réchauffistes de l'IPSL, Jouzel et Masson-delmotte qui le ressortent encore, et seulement face aux journalistes crédules.

Nope, Courtillot reconnait que c'est une épine dans le pied de l'explication solaire.

Cf principe précédent. Tu peux montrer 1000 de résultats qui vont dans le sens de ta théorie, ça ne prouve en aucun cas que ta théorie est juste. En science, on ne peut pas prouver qu'une théorie est juste, on ne peut que la prouver fausse (par un ou des faits qui ne collent pas), c'est comme ça, point barre. Si tu as une théorie qui n'obéit pas à ce principe, c'est que ça n'a rien à voir avec la science. Ma grande-mère voit tous les jours des preuves que Dieu existe, ça ne prouve pas pour autant que Dieu existe, parce que c'est une croyance, pas de la science.

Merci pour le cours d'épistemologie amusante.

Dans ce cas tu devrais pouvoir comprendre l'intérêt de la question de Drake et y répondre.

Link to post
Share on other sites
Qu'est ce qui t'étonne là dedans ? Une théorie scientifique tient tant qu'on n'a pas trouvé de fait contradictoire, c'est un principe de base de l'épistémologie, je ne vois pas ce qui est difficile à comprendre.

Tu confonds des notions comme évènement et fait, voilà tout.

Et non on ne jette pas une théorie à la poubelle sous prétexte qu'elle ne rend pas compte de tout.

Non, la pente est un nombre. Et plus sa valeur absolue est élevée plus la probabilité qu'ils s'agisse d'une corrélation et pas d'une fluctuation statistique est forte. De même, plus le nombre de mesures (indépendantes) est important plus la proba de corrélation s'élève.

Ah oui mais henri, ce que vous nous expliquez là demande d'avoir fait des statistiques après la troisième, malheureux.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Vilfredo Pareto
      Je crée un sujet pour arrêter de polluer le fil des images pas fun mais cool. Un excellent article de Shellenberger dans Forbes résume un peu le gouffre entre les faits et l'hystérie médiatique : https://www.forbes.com/sites/michaelshellenberger/2019/08/26/why-everything-they-say-about-the-amazon-including-that-its-the-lungs-of-the-world-is-wrong.
      Ce passage est noteworthy :
      Outre ce qu'on sait déjà (ces feux sont pour l'instant dans la moyenne des 15 dernières années, ne sont pas tous criminels (en fait "people forget that there are legitimate reasons for small farmers to use controlled burns to knock back insects and pests." selon Nepstad, cité par Shellenberger), n'ont pas seulement lieu en Amazonie et ne sont pas nécessairement liés à la déforestation, par ailleurs en net recul depuis le début des années 2000), je propose également que nous discutions sur ce fil des causes plausibles de ces feux (la sous-productivité de l'agriculture brésilienne par exemple*) et de leur lien avec la climate variability de l'Amazonie (v. lien frontiersin.org ci-dessous) @Philiber Té je crois que c'est ce dont tu voulais discuter. C'est l'occasion pour chacun de participer à la collecte d'articles au fur et à mesure que la situation évolue (Bolsonaro a envoyé l'armée) et à ceux qui parmi nous sont le plus au fait des débats scientifiques sur le réchauffement de discuter/partager leurs analyses de cet événement précis.
       
      * food for thought : https://www.icv.org.br/novo-campo-program-2/
      https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/feart.2018.00228/full
      https://globalforestatlas.yale.edu/amazon/land-use/cattle-ranching
      et surtout https://www.mdpi.com/2071-1050/10/4/1301/htm
    • By FabriceM
      L'Australie fait face à une énorme vague de chaleur.
      La demande en électricité explose, notamment pour faire tourner les climatiseurs.
      Problème, la production ne suit pas et des coupures tournantes sont en place et ont déjà touché 90 000 habitants*.
       
      *1 http://www.adelaidenow.com.au/news/south-australia/sa-power-crisis-will-there-be-more-blackouts/news-story/82f848efbc42455b9d7c4e1487b04fa5?nk=ea7883841d0b2ba93781d572d98b9fae-1486676862
      *2  http://www.9news.com.au/national/2017/02/08/20/12/blackout-leaves-at-least-40000-people-without-power-in-south-australia
       
      A l'origine de tout ça, la dépendance à l'énergie éolienne que s'est infligée le sud de l’Australie. Avec une production réelle égale à 7% de la production nominale, ce "trou" dans la production est, je cite, "au cœur du problème".
×
×
  • Create New...