Jump to content

Recommended Posts

Heu, en quoi MiniTax a-t-il changé d'avis?

Il faudrait peut-être arrêter de surinterprèter ses propos ou de les lire en diagonale.

Le bouquin de Lomborg est bon car il dénonce les travers réchauffistes mais par ailleurs Lomborg reste un réchauffiste.

Oh d'accord il recommande donc des livres d'"ignares en science", c'est tout à fait naturel.

Au temps pour moi. J'aurais compris ça si je ne lisais pas en diagonale.

Link to post
Share on other sites
Cette condamnation de Lomborg (encensé ici lorsqu'il était sceptique) n'a bien entendu rien à voir avec le fait qu'il soit passé dans le camp réchauffiste, je suppose.

Au demeurant, la seule position vraiment sceptique dans ces dernières pages est celle de neuneu2k, c'est-à-dire celle de l'indécidabilité dans l'état actuel de l'art : on ne peut ni réfuter ni confirmer la théorie du RCA car elle est invérifiable (absence d'expérience cruciale) et les modèles sont tout pourris.

Donc le débat est clos et puis point barre? c'est un peu limite et surtout vis-à-vis des réchauffistes je ne sais pas si c'est satisfaisant de se présenter au débat seulement avec cet argument, il s'agit surtout de montrer que la position réchauffiste est loin de présenter des certitudes, ce que font miniTAX et aussi Nick de Cusa régulièrement en alimentant le fil d'études, d'analyses, de contestations scientifiques et d'explications. Il existe un débat scientifique mais surtout un enjeu politique que l'on doit bien garder à l'esprit, ce qui nous oblige en permanence à devoir justifier nos positions.

Alors certe miniTAX s'emporte un peu trop facilement des fois, mais s'il doit réexpliquer régulièrement les mêmes choses aux mêmes trolls je peux comprendre son humeur, enfin bref personne n'est parfait on s'emporte tous un jour ou l'autre.

Link to post
Share on other sites
je peux comprendre son humeur

Son humeur est compréhensible. Son manque de retenue, non. Et en tant que modérateur, je trouve ses insultes permanentes inexcusables.

Link to post
Share on other sites
Quelles insultes ?

Sérieusement, tu ne vois vraiment pas en quoi le comportement de miniTAX pose un problème ?

Link to post
Share on other sites
Sérieusement, tu ne vois vraiment pas en quoi le comportement de miniTAX pose un problème ?

Très sérieusement non. Il est passionné par un sujet qu'il maîtrise, il et très bien documenté et n'apprécie pas qu'on l'emmerde, donc par rapport aux pinaillages qui font guise de réponses argumentées à ses propos, je comprends qu'il ne soit pas lisse dans le style.

On ne va quand même pas lui reprocher d'avoir du caractère non ?

Link to post
Share on other sites

Surtout lorsque c'est avec des nonosses.

Cependant, j'apprécierai, afin que son message passe mieux, qu'il arrondisse les angles envers les autres membres (pas nonosses, donc).

Merci à lui :icon_up:

Link to post
Share on other sites
"Dans la recherche climatique et la modélisation, nous devrions reconnaître que nous avons affaire à un système chaotique non-linéaire couplé et que par conséquent, la prédiction à long terme du climat est impossible" ("In climate research and modeling, we should recognize that we are dealing with a coupled nonlinear chaotic system, and therefore that long-term prediction of future climate states is not possible", IPCC TAR, Chapter 14, 14.2.2.2, Working Group 1, The Scientific Basis).

Oui, bon, selon le sens ou l'application qu'on donne aux mots chaotiques, prévisibles, etc. on peut dire tout et son contraire.

Exemple trivial : vous prenez une vulgaire bille de verre. Vous la lancez au milieu d'une vaste maquette de paysage faite en papier maché recouverte de paillettes vertes et de mousses simulant la végétation rase ou arborée. La surface de votre maquette de paysage est hirsute. La trajectoire de la bille sera donc chaotique. Pourtant à la fin, quand elle aura épuisé son énergie au cours des chocs amortis et autre frottements, elle sera au fond d'une vallée de la maquette. On peut même montrer que si on dote la maquette d'un mouvement qui se transmet à la bille, mouvement fort puis de plus en plus faible, on peu faire converger presque surement la bille vers la valée la plus profonde (méthode dite du recuit simulé).

Bref, il y a des phénomènes dont le déroulement est chaotique et dont le résultat est prévisible.

En météo & climat le déroulement à l'horizon de quelques jours est prévisible, et des régularités climatiques à long terme me semblent par nature prévisibles presque surement même si la climatologie est encore trop immature (scientifiquement et éthiquement) pour aboutir à des résultats consensuels fiables. La cybernétique climatique admet vraisemblablement des passages de régimes de fonctionnement à d'autres régimes de fonctionnement. Les circonstances de ces passages auraient une (modeste) part de chaos, mais ces régimes seraient en eux mêmes descriptibles de façon prévisibles. Je fais le pari qu'on pourra aboutir à une véritable science climatique probabiliste. En attendant on peut observer des régularités contextuelles et donc faire des paris probabilistes raisonnables pour les années à venir (très différent des usines à gaz du GIEC qui ne sont ni micro-physiquement réalistes, ni macro-probabilistement validées).

Link to post
Share on other sites

@ H16 : +1

@ p.a. : +1

Lomborg reste dans son domaine de compétence qui est celui des statistiques, appliquées par exemple à l'économie où à l'écologie. Il ne remet pas en question la théorie climatique réchauffiste vis à vis de laquelle il ne prétend pas (à ma connaissance) avoir de compétences, mais il remet en question la théorie économique climato-catastrophiste vis à vis de laquelle il maîtrise suffisamment de données pour y lever d'importante exagérations.

Link to post
Share on other sites

Un corail à l'édifice…

Depuis les années 1970, les courants océaniques de l’Atlantique ont été victimes d’un changement inquiétant, indiquent des chercheurs. Les coraux qui se nourrissent de particules spécifiques ont permis de tirer ces conclusions alarmantes.

Des équipes de biochimistes et océanographes ont observé les courants de l’Atlantique et ont constaté que le Gulf Stream, qui prend sa source entre la Floride et les Bahamas et se dilue dans l'océan Atlantique, avait pris le pas sur les autres courants marins. L’AFP rapporte le document publié dans le journal de l’Académie Américaine des Sciences (PNAS) qui indique que ce phénomène "est largement unique ces dernières 1800 années". Si pendant 2000 ans le courant froid et en provenance des eaux arctiques du Labrador était plus important que le Gulf Stream et ses courants chauds et ascendants, cela est bel et bien fini.

Il a été possible de tirer ces conclusions grâce à l’observation des coraux qui se nourrissent de particules organiques véhiculées par les différents courants. Or, en analysant le développement de leurs anneaux colorés sur une période de 700 ans, on s’aperçoit que leur composition chimique a changé. En effet, anciennement, le courant froid du Labrador apportait peu de sel et de particules organiques aux récifs coralliens contrairement à celui du Golf Stream, extrêmement riche.

Pour les scientifiques, "il existe un lien direct entre les variations des courants océaniques dans l'Atlantique Nord et le réchauffement climatique causé par les activités humaines". Or ces courants ont une influence sur l’oscillation multidécennale de l’Atlantique (AMO). Cette variation des courants augmente et abaisse de façon cyclique la température de la surface des océans et a des répercussions directes sur la météorologie européenne et américaine.

Info rédaction, publiée le 08 janvier 2011

(badurl) http://www.maxisciences.com/courant-oc%e9anique/changement-des-courants-dans-l-atlantique-les-coraux-temoignent_art11618.html (badurl)

Link to post
Share on other sites

Le hic à cette théorie c'est qu'il faut le prouver que c'est l'activité humaine qui a modifié les courants marins et que cette modification amène forcément du réchauffement.

Link to post
Share on other sites
Oh d'accord il recommande donc des livres d'"ignares en science", c'est tout à fait naturel.

Au temps pour moi. J'aurais compris ça si je ne lisais pas en diagonale.

Les bras m'en tombent. :icon_up:

Lomborg est compétent quand il dénonce la manipulation des chiffres: c'est son métier.

Link to post
Share on other sites
Ici, on n'a pas 15 mesures qui vont toutes dans le même sens, on a 15 mesures qui sont aléatoirement dans l'intervalle +0,2 -0,2 ! Ton raisonnement est juste mais totalement hors sujet puisque tu ne raisonnes pas sur les données dont on parle.
Tu appliques les calculs sans les comprendre. Ton incertitude sur la pente serait vraie si c'était une distribution aléatoire d'une variable (par exemple, le poids d'un boulon fabriqué à la chaîne). Or avec la température annuelle, ce n'est pas du tout le cas. Ou du moins, ce serait le cas si on avait 15 mesures de la température d'une même année. Tu ne peux pas considérer une série de températures sur 15 ans comme 15 mesures indépendantes d'une même température.

Ha, donc c'est aléatoire mais en même temps ça ne l'est pas.

Un nouveau concept de statistique est né ici !!!!

Mais bon, il paraît que contredire miniTAX c'est troller !!!

Link to post
Share on other sites

Oh que tu es bête. N'importe qui lisant minitax dans ces deux citations là comprend la différence entre l'adverbe générique de la première et la locution nominale précise de la seconde.

Link to post
Share on other sites

http://www.johnmauldin.com/frontlinethough…-muddle-through

Russia and the Roots of World Inflation

I hinted at something in Russia that threatens to cause inflation. No, it is not some nefarious scheme by Putin or Medvedev. It is Kamchatka, or more specifically volcanic activity in the Kamchatka Peninsula. There is a reason the weather is so harsh this winter, and a big part of that is Kamchatka.

I am a voracious consumer of information from a wide variety of sources. Most of it never gets into this letter, but it helps me understand what is going on in the background. As my friend Don Coxe says, it is what is on page 16 that will be important in the future. I read a lot of page 16s.

One of those “Outside the Box” sources is the Browning Newsletter on climatology, a completely different look at weather from the normal meteorological view we get in newspapers and on TV. Started some 36 years ago by Ibn Browning, famed and (then somewhat) controversial climatologist, it is continued today by his daughter Evelyn Browning Gariss. As an aside, I met Ibn many years ago, when he would regularly speak at the New Orleans conference. He was fascinating and brilliant.

Climate as a whole goes through cycles. If we look to the past, we can better understand the future. Evelyn Browning Garriss has succeeded with this idea for 20+ years. Each month, I get her letter on weather patterns. It is somewhat technical, and admittedly will take a few issues and some study to get your head around, but once you do, oh my. There is a reason Australia is undergoing severe rains and that the north of the US and Europe are experiencing serious winters.

First, the Pacific is going through a cooler period, called La Nina (with this one being particularly strong), and the Atlantic is going through a warmer period. This would normally change weather patterns in rather predictable ways. But then throw in the Kamchatka volcanoes, which are throwing massive amounts of dust into the air, causing the Arctic to be even colder and Arctic winds to push farther south, and you get a very drastic change in patterns.

Australia’s wheat crop is down by 10%, but the bulk of it has been so damaged by the worst rain in a hundred years (by far) that it is no good as human food and can only be used to feed animals. Throw in drought in Russia, severe drought in Argentina, floods in Brazil and Venezuela, odd weather in the agricultural parts of China, and you get rising food costs all over the world – all because Putin cannot keep his volcanoes under control. (But hey, he’s controlling everything else!)

If those volcanoes don’t back down, there is the real possibility that this year’s bad weather could repeat.

As Evelyn writes this month:

“Basically, both the Pacific and Bering plates are subducting (sliding beneath) under [the Kamchatka Peninsula] and each other. Just as fenders crumple during a car wreck, so the Kamchatka Peninsula surface is buckling with mountain ranges. When the ocean plates sink deep enough, portions are melted by the intense heat generated within the mantle, turning the solid rock into molten magma. The magma bubbles up through the crust, ultimately bursting to the surface and forming volcanic eruptions.

“As a result of all this geological activity, Kamchatka tends to be somewhat active – but recently it has been ridiculous! Since late November, Kizimen, Sheveluch, Karymsky, and Kliuchevskoi have been erupting almost constantly. Most of the eruptions have ranged from 2-10 km (1.2-6.2 miles) high. While the smallest eruptions have caused only minor local disruptions, the larger ones have entered passing fronts, cooling temperatures, altering air pressure, and increasing precipitation.

“Volcanic ash screens out incoming temperature, cooling the air below. This lowers air pressures which, in turn, changes wind patterns. In particular, in polar regions it appears to weaken the Arctic Oscillation winds. When the Arctic Oscillation turns negative, that is, when the winds weaken, the cold air normally trapped around the North Pole surges south.”

She was writing months ago about the weather that we see today, so when she tells us that it’s possible we’ll see a repeat next year, I pay attention. This could further exacerbate food costs and force emerging-market central bankers to fight inflation by allowing their currencies to rise. Weather makes a difference.

For those interested, I have asked Evelyn to allow me to post her latest January letter on my website, at http://www.johnmauldin.com/frontlinethough…newsletter-1210. For those as obsessed as I, or who are hedge funds that run serious money, you can subscribe at www.browningnewsletter.com. It is only $250 a year, which is cheap for what it offers, at least in my opinion.

Link to post
Share on other sites

La grande question est, est ce que passé un seuil à partir duquel une augmentation de la quantité de dioxyde de carbone(en ppm?ou en % de la quantité de ppm déjà présente?meme ça, on en sait rien), est ce que le cycle du carbone entrera en état de déséquilibre?En d'autres termes, est-ce un équilibre stable?

Je ne suis pas un spécialiste du climat, ni meme un "amateur éclairé" capable de se faire sa propre opinion.

Quand j'étais en première, j'avais du faire un TPE(une espèce de gros exposé à préparer sur toute l'année, sensé nous faire acquérir les capacités à analyser, synthétiser et restituer sous une forme organisée des connaissances dans le prolongement du programme scientifique, blabla blabla,© Ed nat 2005 ) et j'avais trouvé un article( http://www.users.globalnet.co.uk/~mfogg/zubrin.htm ), un peu daté(1997),cité 23 fois, de Chritopher Mckay et Robert Zubrin, deux planètologues, traitant de la possibilité de faire se réchauffer la planète Mars (la "terraformer"pour la rendre "habitable").Je ne m'étais pas penché à l'époque sur le système dynamique qu'ils utilisaient pour modéliser le climat de Mars, ni sur la précision de cette modélisation.Je m'y remettrai à l'occasion.Mais je me souviens que leur hypothèse (sur laquelle toute la démonstration de l'article était basée) était qu'il était possible de pousser le système martien hors de son point d'équilibre et de provoquer un "runaway greenhouse effect", une boucle carbone-température, qui permettrai de faire monter la température des régions équatoriales de Mars au dessus de 0 degrés.L'impulsion initiale serait donnée par un miroir géant placé en orbite autour.Je ne pense pas qu'il faille exclure la possibilité d'un tel phénomène sur terre, meme si le climat et le cycle du carbone sur terre sont infiniment plus complexes que sur Mars, grace à la présence des océans qui apportent au climat terrestre leur inertie thermique; le simple fait que deux planétologues aussi renommés postulent que cela soi possible sur un corps planétaire doté d'une atmosphère devrait empecher de rayer cette possibilité.

J'ai lu dans plusieurs medias climato-sceptiques des critiques accusant les réchauffistes de supposer qu'un réchauffement climatique sur Terre serait de type "runaway", alors qu'à la base "la plupart des phénomènes physiques sont en équilibre stable"(argument typique du sceptique).On en sait rien, et vouloir assommer tout opposant à l'aide de grands principes "massue" du type "tous les phénomènes physiques sont en équilibre stable" relève de quelque chose de pire que la pseudoscience: l'orgueil du cuistre qui croit connaitre "les grands principes qui expliquent l'univers".

Link to post
Share on other sites

On en sait rien, et vouloir assommer tout opposant à l'aide de grands principes "massue" du type "tous les phénomènes physiques sont en équilibre stable" relève de quelque chose de pire que la pseudoscience: l'orgueil du cuistre qui croit connaitre "les grands principes qui expliquent l'univers".

Tu veux bien nous mettre la citation de qui a écrit ça et où ?

Sinon l'insulte à laquelle tu n'as pas su résister s'applique surtout à toi.

Et la négation en Français se marque par un ne, n' devant une voyelle.

Link to post
Share on other sites
Tu veux bien nous mettre la citation de qui a écrit ça et où ?

Sinon l'insulte à laquelle tu n'as pas su résister s'applique surtout à toi.

Et la négation en Français se marque par un ne, n' devant une voyelle.

La citation était sur un site, écrit en anglais, un lien dans les pages 250 de ce post.

Dans cette citation, l'auteur illustrait le principe d'équilibre en prenant l'exemple de la balle au fond d'un saladier. Ce procédé m'a paru odieux: on peut faire croire n'importe quoi avec de tels arguments.Le simple fait qu'il ait besoin d'expliquer ce qu'est un phénomène d'équilibre montre qu'il a conscience qu'il vulgarise.Et ensuite il explique doctment que "la plupart des phénomènes physiques sont en équilibre stable".ça n'a rien de rigoureux, et surtout, c'est le genre de "grand principe vulgarisé" avec lequel on endoctrine les gens.

L'auteur est probablement un scientifique ou un journaliste spécialisé qui suit la controverse avec un bien plus intéret que moi, et il s'y connait probablement plus que je ne m'y connaitrai jamais.Je pense juste que son procédé argumentatif est malhonnete.Et Je ne pense pas grand chose quand à ce réchauffement climatique,et je ne m'intéresse pas beaucoups à cette controverse.Je commentais juste la forme des propos d'un auteur.

Sinon l'insulte à laquelle tu n'as pas su résister s'applique surtout à toi.
Je ne suis pas un spécialiste du climat, ni meme un "amateur éclairé" capable de se faire sa propre opinion.

J'ai lu les post ci-dessus, certains s'insurgent contre le fait que le réchauffement puisse etre exponentiel en exhibant les données des années 2000/2010; d'autres répondent que ces données sont statistiquement insignifiantes: j'essayais juste d'expliquer à l'aide d'un exemple( la planète Mars) que ça n'est pas théoriquement inenvisageable.Mais ça tout le monde le savait.

Link to post
Share on other sites
Donc tu traites les gens de cuistres sur la base de citations mystère.

Dacodac.

Je suis désolé, c'est moi le cuistre.J'ai cité un article dont je n'ai étudié le propos que d'un point de vue qualitatif, il y a 4 ans.Je ne suis pas entré dans les détails du comportement du système dynamique.Ma tendance à la procrastination et la trop grande confiance que j'ai en mon intellect me font sans cesse piétiner mes principes.Je méritais ton premier post, et ton deuxième post est trop gentil, et me laisse sur une trop bonne impression vis à vis de moi meme.

Mais la citation dont je parlais existe vraiment; dès que j'aurai le temps,j'essaierai de la retrouver.

J'ai lu beaucoup de vulgarisation scientifique pendant mon enfance et mon adolescence, et arrivé en prépa, j'ai découvert à quel point ces articles avaient pu m'induire en erreur sur ce qu'était la science.Mais ma façon de penser vaut souvent à peine mieux.Je suis désolé.

J'aurais voulu poster ceci il y a deux heures, avant la deuxième réponse de Nick,mais je n'avais pas accès à mon ordinateur.

Link to post
Share on other sites
J'ai lu dans plusieurs medias climato-sceptiques des critiques accusant les réchauffistes de supposer qu'un réchauffement climatique sur Terre serait de type "runaway", alors qu'à la base "la plupart des phénomènes physiques sont en équilibre stable"(argument typique du sceptique).On en sait rien, et vouloir assommer tout opposant à l'aide de grands principes "massue" du type "tous les phénomènes physiques sont en équilibre stable" relève de quelque chose de pire que la pseudoscience: l'orgueil du cuistre qui croit connaitre "les grands principes qui expliquent l'univers".

Ce n'est pas exactement cela.

L'idée de certains réchauffistes, c'est qu'il existe un seuil de concentration de carbone dans l'atmosphère au-delà duquel on a un effet d'emballement CO2 / température, et que ce seuil serait très bientôt atteint.

Cependant, cette théorie est n'a rien d'évident quand on sait que la terre a connu, sur le très long terme il est vrai, des variations de concentration de CO2 sans commune mesure avec ce qu'a pu engendrer la révolution industriel. On nous dit: "dans un siècle, la concentration pourra doubler, et il sera trop tard, la hausse de température va s'accélerer, libérer des gaz a effet de serre, runaway toussa". Sauf que la terre a déjà connu bien plus que le double du taux actuel, et cependant on n'a aucun élément pour retracer un tel effet runaway et ses conséquences sur la biodiversité.

En bref: l'effet runaway, il est possible théoriquement, mais s'il est vraiment possible selon les scénarios réchaucatastrophistes il aurait déjà dû se produire, et personne n'en a trouvé de traces.

Il est donc très possible qu'il n'existe pas. Cf Lindzen entre autres.

Link to post
Share on other sites
Dans cette citation, l'auteur illustrait le principe d'équilibre en prenant l'exemple de la balle au fond d'un saladier.

Dans la réalité c'est le cas, les équilibres instables à la moindre variation n'existent pas car des variations se provoquent tous les jours et on quitte donc immédiatement ces équilibres instables. Mais le saladier n'est pas infini et la balle peut en sortir si on la balle si on la soumet a une impulsion assez forte.

Les réchauffistes avancent que la fontes des glaces diminue la réflexion du soleil et réchauffe ainsi l'océan. Ils évoquent également les tourbières gelées qui contiennent d'énorme quantités de carbone et de méthane qui s'oxyderait/s'échapperait en dégelant.

A contrario on peut évoquer le fait qu'une augmentation de la concentration en CO2 provoque une croissance des végétaux plus rapides et donc un stockage de celui ci qui augmente. Ou encore que l'augmentation de la température des océans permet à ceux ci de contenir plus de CO2 dissous, ce qui est très loin d'être négligeable puisque si je me rappelle bien c'est eux qui absorbe le plus de CO2. Mais pour certains, l'augmentation de l'acidité qui découle perturberaient les organismes qui assimilent ce carbone et donc diminuerait son stockage et donc empêcherait l'océan d'absorber à nouveau du carbone. A priori cependant l'augmentation de la concentration de carbone dans l'eau augmente leur nourriture, à conditions qu'ils ne manquent pas d'autres éléments qui leur seraient nécessaires.

A voir aussi le rôle de la vapeur d'eau qui est un puissant gaz à effet de serre, une augmentation de la température provoquerait plus d'évaporation et également une plus grande capacité de l'air à contenir de la vapeur d'eau, néanmoins au contact de zone plus froides ceux celle ci condense et se transforme en nuages qui… réfléchissent les rayons du soleil.

Comme j'suis pas du tout un spécialiste je ne saurais pas te dire quels phénomènes prévalent sur les autres… Mais je suis pas non plus sûr que les spécialistes le savent non plus…

Bref, je suis septique.

Link to post
Share on other sites
Ou encore que l'augmentation de la température des océans permet à ceux ci de contenir plus de CO2 dissous

Non c'est le contraire il me semble, Loi de Henry de memoire. C'est pour ca d'ailleurs qu'il vaut mieux mettre son perrier au frigo pour qui se degaze moins.

Link to post
Share on other sites
Cependant, cette théorie est n'a rien d'évident quand on sait que la terre a connu, sur le très long terme il est vrai, des variations de concentration de CO2 sans commune mesure avec ce qu'a pu engendrer la révolution industriel. On nous dit: "dans un siècle, la concentration pourra doubler, et il sera trop tard, la hausse de température va s'accélerer, libérer des gaz a effet de serre, runaway toussa". Sauf que la terre a déjà connu bien plus que le double du taux actuel, et cependant on n'a aucun élément pour retracer un tel effet runaway et ses conséquences sur la biodiversité.

Voila, mon argument d'autorité est bête et méchant sur ce point, ce sont les géologues qui sont la population scientifique la plus éloignée du consensus, non pas forcément sur le RCA, mais sur la gravité et l'irréversibilité de ses conséquences.

Link to post
Share on other sites
Voila, mon argument d'autorité est bête et méchant sur ce point, ce sont les géologues qui sont la population scientifique la plus éloignée du consensus, non pas forcément sur le RCA, mais sur la gravité et l'irréversibilité de ses conséquences.

Les géologues sont les plus éloignés de l'alarmiste réchauffiste car ils ont lu dans l'histoire de la terre que nous sommes déjà passé d'un extrême climatique à autre. De la terre boule de neige (banquise jusqu'à l'équateur) à la terre sans glaces. (Pôles libres)

Ils sont donc hermétique au discours "le réchauffement c'est le mal on fait du mal à Gaïa holala".

(Bonjour à tous en passant)

Link to post
Share on other sites
Voila, mon argument d'autorité est bête et méchant sur ce point, ce sont les géologues qui sont la population scientifique la plus éloignée du consensus, non pas forcément sur le RCA, mais sur la gravité et l'irréversibilité de ses conséquences.

Pas seulement les géologues. Je n'ai plus la source qui figure quelque part entre la page 23 et la page 237, mais un sondage auprès de différentes populations scientifiques aux USA montraient qu'en tête de liste des professions admettant le RCA, figuraient les climatologues; alors qu'en queue de peloton, figuraient les … météorologues.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Vilfredo Pareto
      Je crée un sujet pour arrêter de polluer le fil des images pas fun mais cool. Un excellent article de Shellenberger dans Forbes résume un peu le gouffre entre les faits et l'hystérie médiatique : https://www.forbes.com/sites/michaelshellenberger/2019/08/26/why-everything-they-say-about-the-amazon-including-that-its-the-lungs-of-the-world-is-wrong.
      Ce passage est noteworthy :
      Outre ce qu'on sait déjà (ces feux sont pour l'instant dans la moyenne des 15 dernières années, ne sont pas tous criminels (en fait "people forget that there are legitimate reasons for small farmers to use controlled burns to knock back insects and pests." selon Nepstad, cité par Shellenberger), n'ont pas seulement lieu en Amazonie et ne sont pas nécessairement liés à la déforestation, par ailleurs en net recul depuis le début des années 2000), je propose également que nous discutions sur ce fil des causes plausibles de ces feux (la sous-productivité de l'agriculture brésilienne par exemple*) et de leur lien avec la climate variability de l'Amazonie (v. lien frontiersin.org ci-dessous) @Philiber Té je crois que c'est ce dont tu voulais discuter. C'est l'occasion pour chacun de participer à la collecte d'articles au fur et à mesure que la situation évolue (Bolsonaro a envoyé l'armée) et à ceux qui parmi nous sont le plus au fait des débats scientifiques sur le réchauffement de discuter/partager leurs analyses de cet événement précis.
       
      * food for thought : https://www.icv.org.br/novo-campo-program-2/
      https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/feart.2018.00228/full
      https://globalforestatlas.yale.edu/amazon/land-use/cattle-ranching
      et surtout https://www.mdpi.com/2071-1050/10/4/1301/htm
    • By FabriceM
      L'Australie fait face à une énorme vague de chaleur.
      La demande en électricité explose, notamment pour faire tourner les climatiseurs.
      Problème, la production ne suit pas et des coupures tournantes sont en place et ont déjà touché 90 000 habitants*.
       
      *1 http://www.adelaidenow.com.au/news/south-australia/sa-power-crisis-will-there-be-more-blackouts/news-story/82f848efbc42455b9d7c4e1487b04fa5?nk=ea7883841d0b2ba93781d572d98b9fae-1486676862
      *2  http://www.9news.com.au/national/2017/02/08/20/12/blackout-leaves-at-least-40000-people-without-power-in-south-australia
       
      A l'origine de tout ça, la dépendance à l'énergie éolienne que s'est infligée le sud de l’Australie. Avec une production réelle égale à 7% de la production nominale, ce "trou" dans la production est, je cite, "au cœur du problème".
×
×
  • Create New...