Jump to content

Recommended Posts

Je n'ai pas dit ça, j'ai pointé la différence entre l'article de charlyisidore et la pétition dont parle H16. Néanmoins je me suis demandé si je n'aurais pas droit à cette réaction automatique prévisible. J'avais compté sur le discernement du lecteur.

Je plaidais surtout le fait que ne sont "climatologues" que ceux qui défendent la thèse du réchauffement climatique anthropique, alors même que ce terme ne veut strictement rien dire.

Link to post
Share on other sites

mais aussi sur l’absence de tout réchauffement.

Ce qui m'étonne, c'est qu'autant je comprend que l'on puisse discuter de savoir l'origine du réchauffement, si c'est bon ou pas, etc.

Autant j'ai du mal à comprendre comment quelque chose de mesurable est sujet à discution.

On pense que les chiffres mentent, c'est ça?

Pour moi soit la température monte et il y a réchauffement, soit elle ne monte pas et il n'y a pas réchauffement.

Des fois je dois être trop simple.

Link to post
Share on other sites

Ce qui m'étonne, c'est qu'autant je comprend que l'on puisse discuter de savoir l'origine du réchauffement, si c'est bon ou pas, etc.

Autant j'ai du mal à comprendre comment quelque chose de mesurable est sujet à discution.

On pense que les chiffres mentent, c'est ça?

Pour moi soit la température monte et il y a réchauffement, soit elle ne monte pas et il n'y a pas réchauffement.

Des fois je dois être trop simple.

Et là du coup elle monte ? Elle descendent ? De quelles températures on parle? Au sol? Dans la stratosphère ? Comment on sélectionne les stations ? On fait une moyenne? On pondère? Comment ?

La liste est longue des inconnus qui font que selon les définitions, les outils et l'air du temps les résultats changent.

"la température monte" est en effet top simpliste.

Link to post
Share on other sites

Et là du coup elle monte ? Elle descendent ? De quelles températures on parle? Au sol? Dans la stratosphère ? Comment on sélectionne les stations ? On fait une moyenne? On pondère? Comment ?

La liste est longue des inconnus qui font que selon les définitions, les outils et l'air du temps les résultats changent.

"la température monte" est en effet top simpliste.

Donc il est absolument impossible de répondre à la question de savoir si la température monte?

Mouais, tu as raison, je dois être trop simpliste.

Link to post
Share on other sites

Donc il est absolument impossible de répondre à la question de savoir si la température monte?

Mouais, tu as raison, je dois être trop simpliste.

La température monte - en général - la journée dans ma maison par exemple. Donc oui "La température monte" est en effet trop simpliste.

Link to post
Share on other sites

A qui n'est pas d'accord avec ceci, pourquoi?

As we can see above, carbon dioxide absorbs infrared radiation (IR) in only three narrow bands of frequencies, which correspond to wavelengths of 2.7, 4.3 and 15 micrometers (µm), respectively. The percentage absorption of all three lines combined can be very generously estimated at about 8% of the whole IR spectrum, which means that 92% of the "heat" passes right through without being absorbed by CO2. In reality, the two smaller peaks don't account for much, since they lie in an energy range that is much smaller than the where the 15 micron peak sits - so 4% or 5% might be closer to reality. If the entire atmosphere were composed of nothing but CO2, i.e., was pure CO2 and nothing else, it would still only be able to absorb no more than 8% of the heat radiating from the earth.

To give you a feeling for how little CO2 there actually is in the atmosphere, let's note that atoms and molecules are very tiny things, and the distances between them are therefore also very small. Physicists like to use a unit of measure called an Angstrom, which is 0.1 of a nano-meter, or a 0.1 billionth of a meter, (i.e. 10-10 of a meter or 10-7 of a mm). A molecule like CO2 has a size of around two Angstroms (2 x 10-7 mm). The density of the gas is 10 to the 24th power number of molecules occupying a space of about 22 liters (i.e. 4.55 x 1022 molecules per liter) at a pressure of 760mm of mercury and 273 degrees Kelvin (i.e. 32 degrees Fahrenheit or zero degrees Celsius) – called the "standard temperature and pressure". You can almost think of all this as just the normal temperature and pressure around you right now. A simple calculation shows that in a 3-dimensional tetrahedron array, as shown in the diagram below (for the closest possible packing with an equal distance between molecules), the spacing between molecules is approximately 28 Angstroms.

For equidistant packing, a tetrahedron arrangement is required

To fit 4.55 x 1022 molecules equispaced in a 100-mm cube (i.e. one liter) they have to be 28 Angstroms apart.

Since at 2 x 10-7 mm diameter, CO2 is a very tiny molecule, let's magnify the picture by a factor of 10 million, so that we can imagine a CO2 molecule as a 20 mm diameter marble floating in the air. However, CO2 makes up only 380 of each million molecules of air – the rest are a mixture of all the other atmospheric gases and water vapor – i.e. only one in every 2632 molecules is a CO2 molecule. Let’s imagine that all the other molecules are colored blue, and CO2 molecules are colored red. All the marbles making up our model atmosphere are equispaced at 280 mm apart. When mixed evenly into our model atmosphere (which is what the wind does) a bit more simple math shows that our red marbles are equispaced at 3900 mm (i.e. 3.9 meters) apart. In the real atmosphere, at a height of approx. 5500 meters, pressure is halved from what it is at sea level. A bit more simple math shows that at a height of 5500 meters (55 million kilometers in our model – that’s 143 times the distance from earth to the moon!), our 20 mm diameter CO2 marbles are equispaced at 4.9 meters apart. Now you know why CO2 is called a “trace” gas.

This whole picture we have drawn ( with Peter Morgan's help ) illustrates both how little CO2 there is in the atmosphere, and how relatively little of the radiation it is capable of absorbing and "heating" the atmosphere. We know that most of the other IR radiation bands slips through and doesn't get to do any heating at all. (We've all seen the nice IR photographs taken from the space station.) But some scientists such as Dr. Heinz Hug who specialize in study of this stuff claims that all of the heat in these particular spectra are indeed absorbed in a relatively short distance, so adding more CO2 to the atmosphere can't affect anything at any rate. Other scientists, such as Dr. Roy W. Spencer at NASA - and one of the leading experts in the field of climate science - doesn't completely agree

We've decided to be exceptionally generous to all concerned in the debate and look at the worst-case scenario, where we'll say that all of the available heat in the CO2 absorption spectrum is actually captured. We know that man is responsible for about 3 % of it, so with the simplest of math, we have .03 x .08 = .0024. And remember that 8% figure was actually larger than reality, since the two side peaks don't have much energy to capture.

Man-made CO2 doesn't appear physically capable of absorbing much more than

two-thousandths of the radiated heat (IR) passing upward through the atmosphere.

And, if all of the available heat in that spectrum is indeed being captured by the current CO2 levels before leaving the atmosphere, then adding more CO2 to the atmosphere won't matter a bit.

In short, the laws of physics don't seem to allow CO2 it's currently assumed place as a significant "greenhouse gas" based on present concentrations.

http://www.middlebury.net/op-ed/global-warming-01.html

Link to post
Share on other sites

Ce qui m'étonne, c'est qu'autant je comprend que l'on puisse discuter de savoir l'origine du réchauffement, si c'est bon ou pas, etc.

Autant j'ai du mal à comprendre comment quelque chose de mesurable est sujet à discution.

On pense que les chiffres mentent, c'est ça?

Pour moi soit la température monte et il y a réchauffement, soit elle ne monte pas et il n'y a pas réchauffement.

Des fois je dois être trop simple.

La température ce n'est pas si simple à mesurer même au sol.

Il faut des stations, et des thermomètres.

Après pour les anciennes valeurs il faut les corriger car l'incertitude sur les mesures étaient bien plus forte il y a un siècle que maintenant.

Ensuite les stations qui ont été déplacé ou qui on vu leur environnement changer, et il faut donc aussi les corriger.

Le tout sans parler de la températures des océans ou dans les différentes couches de l'atmosphère.

On est quand même en droit de s'interroger sur les méthodes qui sont employées pour obtenir les valeurs des températures qui tendraient à prouver qu'il y a effectivement un réchauffement climatique global!

En science tout ce discute et en premier lieu les données, sauf évidemment en ce qui concerne le réchauffement climatique.

Link to post
Share on other sites

En science tout ce discute et en premier lieu les données, sauf évidemment en ce qui concerne le réchauffement climatique.

Oh non.

Il y a pire.

Dur d'être créationniste en France par exemple.

Dur de contester que nous ne sommes pas originaire d'un organisme unicellulaire.

En tout cas c'est toujours intéressant ces combats scientifiques, au final le pékin moyen a juste aucune possibilité de choisir sauf à se tourner vers ce qui va le mieux avec ses croyances (créationnisme pour le croyant, évolutionnisme pour l'athée, réchauffement climatique pour l'écologiste, non réchauffement pour le libéral, etc.) et le type qui veut juste savoir la vérité, ben après avoir passé son bac+7 spécialisé, il arrivera peut-être à avoir un avis.

Link to post
Share on other sites

La température ce n'est pas si simple à mesurer même au sol.

Il faut des stations, et des thermomètres.

Après pour les anciennes valeurs il faut les corriger car l'incertitude sur les mesures étaient bien plus forte il y a un siècle que maintenant.

Ensuite les stations qui ont été déplacé ou qui on vu leur environnement changer, et il faut donc aussi les corriger.

Le tout sans parler de la températures des océans ou dans les différentes couches de l'atmosphère.

On est quand même en droit de s'interroger sur les méthodes qui sont employées pour obtenir les valeurs des températures qui tendraient à prouver qu'il y a effectivement un réchauffement climatique global!

En science tout ce discute et en premier lieu les données, sauf évidemment en ce qui concerne le réchauffement climatique.

Oui parce qu'on peut dire que les mesures de températures autour des sources de chaleur sont biaisées pour cette raison, mais comment les ajuster? Et puis surtout comment dégager une moyenne quand déjà dans mon appart il fait plus froid au niveau des fenêtres que dans ma salle de bain? comment je calcule la moyenne moi? certainement pas en divisant par deux la somme des deux mesures de température. Maintenant à l'échelle du globe, comment calculer une moyenne autour de différentes mesures à différents points bien précis parfois non-représentatifs?

Bon j'imagine que les scientifiques se sont penchés sur la question, mais leur réponse mérite la curiosité mais surtout la méfiance et le questionnement.

Link to post
Share on other sites

Vincent Benard envoie du lourd, à lire, en Allemagne certains journaux s'inquiètent de la dérive totalitaire des écolos.

Rappelons que là-bas les verts gagnent des élections, et influencent Merkel sur ses décisions, nos verts et Borloo en seraient jaloux.

http://www.contrepoints.org/2011/06/08/29073-rechauffement-climatique-les-nazis-verts-attaquent

Link to post
Share on other sites

Formulé un peu différemment : Allemagne, un parti minoritaire anti-humain qui monte sur la base d'une grande peur et d'un ennemi haï, le tout fondé sur une fausse science, et qui contamine tous les esprits jusqu'à prendre le pouvoir par le jeu de coalitions craintives, dans un contexte de crise économique et de tensions européennes croissantes.

Prometteur, non ?

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

La crédibilité du GIEC ne lui fait plus, comment dirais-je, ni chaud ni froid. Et c'est pour ça qu'il se permet de simplement reprendre de la propagande de Greenpeace et de l'industrie des renouvelables, en les faisant passer pour de la recherche.

http://www.contrepoints.org/2011/06/18/30837-la-farce-du-giec-perroquet-de-greenpeace

Link to post
Share on other sites

Sommes-nous à la veille d'un mini-âge glaciaire?

http://www.atlantico.fr/pepites/soleil-terre-refroidissement-123747.html

L'activité solaire va-t-elle baisser d'intensité ? C'est une hyptohèse évoquée lors d'une réunion de l'American Astronomical Society (AAS) Solar Physics Division à Las Cruces, dans l'état du Nouveau Mexique (USA).

Si ces prédictions sur une réduction de l'activité solaire se concrétisent cela aurait un effet sur le climat de la terre souligne le journaliste chargé de l'environnement à la BBC. S'il est scientifique, le sujet est aussi très politique puisque si le soleil chauffait moins la terre, cela pourrait-il diminuer l'impact du réchauffement climatique provoqué par les activités humaines ?

"La terre se dirige peut-être vers un mini-âge glaciaire" n'hésite pas à titrer le site The Register : "Des scientifiques National Solar Observatory (NSO) et de US Air Force Research Laboratory et l'US Air Force Research Laboratory analysent le comportement récent du Soleil, et tout indique qu'une période d'activité solaire inhabituellement bas peut être sur le point de commencer."

De son côté, la NASA évoque une baisse de l'activité solaire à la fin du XVIIe siècle entre 1645 et 1715, période durant laquelle les rivières gelaient plus que d'habitude, et la neige ne fondait pas à moyenne altitude ne se maintenant toute l'année.

"Enfin une bonne nouvelle pour les ours polaires" s'amuse le chroniqueur Richard Littlejohn sur une page entière titrée "L'âge de glace arrive, ne paniquez pas" parue dans le quotidien britannique Daily Mail paru le 17 juin.

David Hathaway, une autorité en matière de cycle solaire avait dit il y a cinq ans que le soleil allait entrer dans une période d'activité intense remarque le Financial Post. Mais aujourd'hui Hathaway qui travaille pour la NASA estime qu'il est trompé, et n'exclut pas une baisse de l'activité solaire et donc un refroidissement terrestre qui accompagnerait une diminution de nombre de tâches solaires.

Mais dans le New York Times, une tribune signée Madhulika Guhathakurta (physicien spécialiste du soleil à La NASA) et Daniel N. Baker (directeur du Laboratory for Atmospheric and Space Physics de l'Université Colorado) vient tempérer ces élans optimistes qui pensent que le soleil pourrait apporter une solution au réchauffement climatique " Maintenant que le soleil se rapproche de l'apogée de son cycle magnétique (…) personne ne peut prédire comment il se comportera. Est-ce que l'activité solaire continuera d'être faible, ou, au contraire fera-t-elle rage avec des orages solaires encore plus vigoureux ?"

Les deux scientifiques rappellent que les orages peuvent provoquer des destruction sur terre : "Selon un rapport de 2008, l'orage solaire du siècle causerait des dégats équivalents à 20 fois ceux qui ont été provoqués par l'ouragan Katrina." La tribune se termine par un appel la coopération internationale pour développer notre connaissance de la météo spatiale.

Même sonde cloche sur le site de Wired le soleil "ne va provoquer un refroidissement global" qui cite un autre sépcialiste "L'impact de refroidissement de la dernière période d'acalmie solaire prolongée «était probablement seulement quelques dixièmes de degré Celsius», a déclaré le climatologue Michael Mann, de Penn State University."

Link to post
Share on other sites

De son côté, la NASA évoque une baisse de l'activité solaire à la fin du XVIIe siècle entre 1645 et 1715, période durant laquelle les rivières gelaient plus que d'habitude, et la neige ne fondait pas à moyenne altitude ne se maintenant toute l'année.

Félicitons le journaliste qui caractérise le minimum de Maunder par quelques mots ("les rivières gelaient plus que d'habitude")…

Alors que sur Wikipedia, qui n'est pas spécialement climato-sceptique, on a des phrases du style

The Maunder Minimum coincided with the middle — and coldest part — of the Little Ice Age, during which Europe and North America were subjected to bitterly cold winters.
(approximativement des hivers très rigoureux…). La Terre avait connu une baisse globale de un à deux degrés, et le Groënland était à nouveau glacé entièrement. Les gens pouvaient patiner sur la Tamise et la Seine.
Link to post
Share on other sites

Pendant ce temps là la vie est en train de s'éteindre dans les océans : http://www.bbc.co.uk/news/science-environment-13796479

Ca aussi vous allez le nier en prétendant que ce sont des élucubrations d'écolos à la solde du grand complot capit… heu socialo-collectiviste…

Quels rapport ? Ils parlent de "over-fishing, pollution and climate change". On va peut être aller vers un refroidissement, ça ne laisse plus que les deux autres facteurs qui n'ont rien à voir avec le réchauffement climatique.

Link to post
Share on other sites
Pendant ce temps là la vie est en train de s'éteindre dans les océans

Putain, la VIE qui s'éteint, c'est balaise comme impact, je doute que l'humanité ai les moyens technique de le faire, même en y allant en mode total global thermonuclear war™ .

Link to post
Share on other sites

Pendant ce temps là la vie est en train de s'éteindre dans les océans : http://www.bbc.co.uk…onment-13796479

Ca aussi vous allez le nier en prétendant que ce sont des élucubrations d'écolos à la solde du grand complot capit… heu socialo-collectiviste…

Premièrement ce n'est pas la faute au turbo-libéralisme mais bien un problème de socialisme et de tragédie des biens communs, la mer est collectivisée les gens déresponsabilisés. C'est aussi la faute à l'Union européenne qui subventionne la pêche extensive, c'est d'ailleurs un secteur dont les effectifs seraient assez réduits sans ces subventions. Sans l'UE ni les subventions de l'Etat français on n'entendrait pas parler de vie qui s'éteint au fond des océans.

Deuxièmement: personne ici n'a dit qu'il fallait piller les coraux ni pêcher de manière extensive jusqu'à épuiser les réserves halieutiques, au contraire. Quand tu n'es pas chez toi tu ne fais pas ce que tu veux, les fans de plongée et les pêcheurs en mer ne sont pas chez eux. Je suis moi-même pour la protection de la flore sous-marine ou les quotas de pêche échangeables dans les eaux nationales en attendant mieux, mais c'est une solution très insuffisante comme on peut s'en rendre compte. La meilleure réponse est la propriété privée des océans, ce qui responsabiliserait les propriétaires des réserves halieutiques mais aussi ceux des parcs aquatiques sous-marins.

Troisièment: le dépeuplement des mers est un homme de paille des écolos hautement risible, ils veulent implanter les solutions qui ont justement mené à ce soi-disant holocauste sous-marin. Ils ne voient que les espèces qui disparaissent et jamais celles qui apparaissent.

Quatrièmement: Fallait que ce soit dit, mais quel rapport avec le réchauffement climatique?

Link to post
Share on other sites

Coup de tonnerre : les autorités en charge des questions liées au freedom of information act on tranché, et la climate research unit de l'université d'East Anglia a 35 jours pour donner ses séries de données de températures CRUTEM, sous peine d'être en "contempt of court".

Ca fait des années qu'ils freinent des 4 fers avec des objections toutes plus futiles les unes que les autres (dont un accord de confidentialité, qu'on leur a donc demandé de produire, ce qu'ils n'ont jamais pu faire …)

http://climateaudit.org/2011/06/27/ico-orders-uea-to-produce-crutem-station-data/

Rappel aux agnostiques : tout la théorie du RCA vient de ces zouaves + team Mann + team Hansen, ça ne va pas plus loin que ça. Mais faites vous plaisir à continuer sur l'air du, oui, c'est très compliqué, les avis des experts sont partagés, traderi - dera.

Link to post
Share on other sites

Je ne comprends pas, cette théorie infirme les conclusions des réchauffistes sur la faute à l'homme et au CO2 en imputant le réchauffement à la baisse de l'extraction de charbon, et non pour l'article cela contredit les climato-sceptiques, allez savoir.

Link to post
Share on other sites

Les outrances d'influences accordées au grand méchant CO2 n'expliquent ni la relative stabilité des températures depuis 1998 ni la baisse entre 1945 et 1970.

Il y a plusieurs théories en concurrence : magnétisme solaire & certains rayonnement cosmiques, aérosols, ozone, etc.

Cette étude se trouve dans la catégorie des aérosols avec les poussières noires produites par le charbon.

Le problème c'est que toutes ces explications proposées par les uns et par les autres ont peut-être une part de vérité, mais sont radicalement incompatibles dans leur prétention à s'accaparer la majeure partie des fluctuations. Rassurons nous pour la respectabilité des alarmistes : le GIEC fera probablement sa tambouille en accréditant les uns (anthropogéniques), refusant les autres (naturels) après que chacun des futurs accrédités ait négocié en coulisse sa repondération pour que les explications bien en cour s'accordent comme par miracle de façon vaguement plausible dans les rapports officiels.

En ce qui concerne le charbon cette récente étude n'empêchera pas les alarmistes de pousser des trilles d'angoisse lucratives : ils le feront au motif que les poussières noires restent moins de temps dans l'atmosphère que le CO2 selon la durée de séjour alléguée par les alarmistes pour le CO2.

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Similar Content

    • By Vilfredo Pareto
      Je crée un sujet pour arrêter de polluer le fil des images pas fun mais cool. Un excellent article de Shellenberger dans Forbes résume un peu le gouffre entre les faits et l'hystérie médiatique : https://www.forbes.com/sites/michaelshellenberger/2019/08/26/why-everything-they-say-about-the-amazon-including-that-its-the-lungs-of-the-world-is-wrong.
      Ce passage est noteworthy :
      Outre ce qu'on sait déjà (ces feux sont pour l'instant dans la moyenne des 15 dernières années, ne sont pas tous criminels (en fait "people forget that there are legitimate reasons for small farmers to use controlled burns to knock back insects and pests." selon Nepstad, cité par Shellenberger), n'ont pas seulement lieu en Amazonie et ne sont pas nécessairement liés à la déforestation, par ailleurs en net recul depuis le début des années 2000), je propose également que nous discutions sur ce fil des causes plausibles de ces feux (la sous-productivité de l'agriculture brésilienne par exemple*) et de leur lien avec la climate variability de l'Amazonie (v. lien frontiersin.org ci-dessous) @Philiber Té je crois que c'est ce dont tu voulais discuter. C'est l'occasion pour chacun de participer à la collecte d'articles au fur et à mesure que la situation évolue (Bolsonaro a envoyé l'armée) et à ceux qui parmi nous sont le plus au fait des débats scientifiques sur le réchauffement de discuter/partager leurs analyses de cet événement précis.
       
      * food for thought : https://www.icv.org.br/novo-campo-program-2/
      https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/feart.2018.00228/full
      https://globalforestatlas.yale.edu/amazon/land-use/cattle-ranching
      et surtout https://www.mdpi.com/2071-1050/10/4/1301/htm
    • By FabriceM
      L'Australie fait face à une énorme vague de chaleur.
      La demande en électricité explose, notamment pour faire tourner les climatiseurs.
      Problème, la production ne suit pas et des coupures tournantes sont en place et ont déjà touché 90 000 habitants*.
       
      *1 http://www.adelaidenow.com.au/news/south-australia/sa-power-crisis-will-there-be-more-blackouts/news-story/82f848efbc42455b9d7c4e1487b04fa5?nk=ea7883841d0b2ba93781d572d98b9fae-1486676862
      *2  http://www.9news.com.au/national/2017/02/08/20/12/blackout-leaves-at-least-40000-people-without-power-in-south-australia
       
      A l'origine de tout ça, la dépendance à l'énergie éolienne que s'est infligée le sud de l’Australie. Avec une production réelle égale à 7% de la production nominale, ce "trou" dans la production est, je cite, "au cœur du problème".
×
×
  • Create New...